La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre 2007. Lapproche bio-économique Un autre regard sur le monde, lhomme et léconomie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre 2007. Lapproche bio-économique Un autre regard sur le monde, lhomme et léconomie."— Transcription de la présentation:

1 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Lapproche bio-économique Un autre regard sur le monde, lhomme et léconomie.

2 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Plan de lintervention 1-Introduction. 2-Un autre regard sur la construction de la pensée scientifique. 3-Présentation des trois grands paradigmes scientifiques. 4-Un autre regard sur léconomie, une clé pour comprendre le développement durable 5 Annexes: le temps, les définitions du DD, le développement local.

3 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction

4 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie re interroge léconomie standard Au nom de principes économiques posés comme éternels et intangibles, on est tenté de sacrifier le « social » ou « lenvironnemental » pour favoriser la « croissance économique », lindicateur central de réussite des politiques économiques par excellence étant le PIB.

5 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ré interroger léconomie On entend souvent chez les économistes souvent des jugements « formatés » du type: « létablissement dun salaire minimum handicaperait le création demploi »… « les minima sociaux sont des facteurs de contre- performances pour la dynamique de léconomie »… « La prise en compte de lenvironnement se fait contre les emplois »…

6 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ré-interroger léconomie Dunoyer (1849): « donner davantage aux pauvres, cest réduire les incitations au travail…travail, famille et foi sont les seuls remèdes à la pauvreté ». Malthus (1819): considère que la pauvreté est constitutive de la condition humaine et que toute amélioration entraînera une croissance démographique qui diminuera mécaniquement les avantages acquis. Il en déduit quil ne faut rien faire pour aider les ouvriers car ils sont condamnés au malheur.

7 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Loi de Malthus Population (exponentielle) Ressource Il craint que la croissance démographique trop rapide en gendre des effets pervers Sans nouvelles terres la croissance de la population est suicidaire Les lois de protections sociales ne font que retarder le phénomène La nature régulera delle-même les quantités, la reproduction de le ressource humaine est ainsi évacuée du champ de la pensée.

8 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ré-interroger léconomie Cette pensée imprègne toujours la pensée des économistes…le fond de commerce est toujours dactualité. Il ne faut pas sétonner si face à de tels jugements, léconomie est vue par une partie de la société comme inhumaine, une science qui se construit contre lhomme mais contre aussi la nature.

9 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ré-interroger léconomie Or en économie, il y a des alternatives, différentes écoles de pensée. On entend souvent, au niveau des médias, quun seul discours, au niveau de lenseignement aussi peut être(?) Or la pensée économique est riche et diverse, elle est plurielle.

10 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ré-interroger léconomie Il y a plusieurs modèles en économie! On parle souvent de modèle libéral, keynésien, marxiste mais il y en a dautre, la bio économie par exemple. Cest une bonne nouvelle! Il ny a pas quune seule façon de concevoir léconomie et de nouveaux regard émergent depuis Keynes. Il ny a pas de fatalité à la pensée unique (texte I.Ramonet), il y a aussi des économistes qui pensent autrement.

11 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce la bio-économie? Cest une école de pensée peu connue des économistes, du grand public, des chercheurs. Ces économistes hétérodoxes, pour construire leur approche, se sont nourris à la base des travaux des scientifiques des autres disciplines. Cest original. La pluridisciplinarité et lanalyse des autres corpus disciplinaires sont constitutifs de ce courant. Ainsi lécologie, la biologie, lépistémologie, les sciences physiques…ont nourrit les travaux des bio-économistes.

12 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce que la bio économie? Ils tentent de remettre léconomie a sa juste place Ainsi pour parler de gestion de lenvironnement, les bio économistes écoutent les préconisations des écologues Puis ensuite réfléchissent sur les outils économiques à mettre en place pour atteindre un objectif de gestion préalablement défini par un débat démocratique et participatif

13 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce la bio-économie? Les bio-économistes sont dans une posture découte et de dialogue interdisciplinaire. De ce dialogue, ils ont pu et su ré-interroger les fondamentaux constitutifs de lapproche dite standard (néo-classique). (Texte de Rosnay). Certains parle aussi « déconomie multidimensionnelle ». Pour eux léconomie est un outil, pas une fin en elle même.

14 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les fondateurs de la bio- économie Nicholas Georgescu-Roegen (texte). Le père de la « décroissance ». René Passet (texte). Le père de « lapproche bio-économique » en France. Émergence de ce courant: les années 70. (CF. bouquins)

15 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les sympathisants A.Jacquard, J.de Rosnay, C.Camerini, F.D. Vivien, I.Sach, J.Robin. J.Grinevald, I.Rens, S.Latouche I.Ramonet. J.Robin. Pour ne citer queux….

16 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le message essentiel de la bio-économie Il faut remettre léconomie à sa juste place. Cest à dire la penser avant tout comme un outil au service de lhomme! Au service de son épanouissement et de son bien être! Avec un impératif majeur à prendre désormais en compte: la nécessité de préserver lhomme et la capacité des écosystèmes à se reproduire dans le temps. On retrouve ici la problématique du Développement durable.

17 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le message essentiel Pour des ingénieurs agronomes il nest pas aberrant de découvrir ce courant de pensée. Ceci peut notamment vous aider à comprendre les enjeux de lagriculture durable, du développement durable, du développement local. Ces questions sont dactualité et le seront durant toute votre carrière professionnelle.

18 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un grand voyage. Précautions: Lapproche bio-économique mobilise des concepts issus dautres disciplines. Le discours est très différent des enseignements traditionnels des économistes. Ici: pas de maths! Cest un grand voyage à travers lhistoire de la science que nous allons faire… Pour à la fin retomber sur nos pattes et comprendre les limites des outils standards actuels. Pour en esquisser de nouveaux aussi….

19 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un autre regard sur la science

20 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un autre regard projeté sur la construction de la science Pour comprendre lapproche des bio-économistes il faut au départ comprendre la façon dont ils conçoivent ce quest le travail dun scientifique, ce quest la science, ce quest le progrès scientifique. Cette conception imprègne leur mode de pensée et est à la base de leur critique de lanalyse standard. Sans cette clé de lecture, le message perd de sa qualité. Faisons donc un peux dépistémologie…

21 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La science ne progresse pas linéairement Les bio-économistes, dans la lignée des travaux de K.Popper ou de T.Kuhn, pensent que la science ne progresse pas linéairement, par empilage des connaissances. Ainsi pour R.Passet: « la science ne progresse pas par accumulation du savoir mais par transformation du regard que lon porte sur les choses ».

22 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ce que disent les épistémologues: Pour T.Khun la science normale évolue à lintérieur dun paradigme, cest à dire dun cadre de référence qui détermine « les problèmes jugés intéressants, les modes dévaluation dune solution et les procédures expérimentales considérées comme acceptables ».

23 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La science ne progresse pas linéairement T.Khun considère quil y a des révolutions scientifiques qui transcendent et refondent ces paradigmes. Par ex: le passage de la physique classique à la thermodynamique. Ces mutations renouvellent les cadres de la pensée et font avancer la science. Cest cela le progrès scientifique.

24 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La science ne progresse pas linéairement Ces paradigmes demeurent: « incommensurables entre eux, il nexiste aucun socle empirique fixe, indépendant de tout paradigme, grâce auquel on puisse comparer objectivement un paradigme à lautre et déterminer lequel est le meilleur ».CC

25 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Que déduire de cette théorie? Le progrès scientifique nest pas linéaire, il y a des ruptures, avec lémergence de nouveaux cadre de pensée. (ex: Marx) Des approches concurrentes peuvent co-exister et se concurrencer. On ne peut pas hiérarchiser leur valeur. Et toute peuvent se réclamer de la science, on comprend mieux pourquoi il y a plusieurs écoles en économie du coup.

26 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce donc un savoir scientifique? Pour les scientifiques, lobservation à travers nos sens de la nature des sociétés nest pas suffisante pour comprendre les lois qui régissent ce monde. Les sens sont trompeurs. Tout est subjectivité. Ainsi, Pour R.Passet, « armés de nos piètres instruments, nous partons à la conquête dun monde qui de toutes part dépassent nos pauvres capacités mentales » Il y a beaucoup dhumilité dans ces propos.

27 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce donc un savoir scientifique? Le chercheur ne peut que « proposer des conventions simplificatrices, des concepts, qui ne sont que des représentations abusives et non les choses elle même ». (RP) Ainsi « faire dune quête qui se nourrit de diversité un affrontement de vérités définitives qui sannihiler mutuellement, cest se placer soi même hors du champ scientifique » (RP)

28 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Pour Bachelard… « Face au réel, ce quon croit savoir clairement offusque ce quon devrait savoir. Quant il se présente à la culture scientifique, lesprit nest jamais jeune. Il est très vieux, car il a lâge de ses préjugés. Accéder à la science, cest spirituellement rajeunir, cest accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé. La science, dans son besoin dachèvement comme dans son principe, soppose absolument à lopinion. Lopinion pense mal ; elle ne pense pas.

29 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Bachelard suite On ne peut rien fonder sur lopinion : il faut dabord la détruire. (…) Avant tout il faut savoir poser des problèmes (…) Cest précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question (…) Rien ne va de soi. Rien nest donné. Tout est construit». GB

30 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Une théorie scientifique Na pas besoin du consensus pour être reconnue. Il convient avant tout pour le chercheur dadopter le principe de réfutation. Quil faut distinguer du principe de vérification. Ainsi « lhypothèse non vérifiée nest pas vérité scientifique mais appartient au champ du discours scientifique » RP puisque réfutable. Ainsi aucune théorie nest « vraie », laffirmer cest être en dehors du discours scientifique.

31 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Car « La conception linéaire du développement scientifique est un artifice qui trahit des luttes parfois féroces en vue daffirmer une théorie à lintérieur dun système scientifique: cest un processus dexclusion qui rend lentreprise scientifique totalitaire et qui fait du scientifique lui même la première victime de cette violence » CC

32 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vérité scientifique nexiste pas, notamment en économie « La théorie économique est avant tout le reflet dune époque et dun milieu dont la connaissance permet de comprendre et, en même temps, de relativiser la portée des constructions intellectuelles qui en sont issues » RP.

33 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vérité scientifique nexiste pas, notamment en économie « Toute interprétation de léconomie repose nécessairement sur une conception du monde, de lhomme, de la société ». RP « Léconomiste est immergé dans un environnement humain et social qui lont aidé à forger sa personnalité, son identité et le regard quil porte sur le monde ». AJ

34 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vérité scientifique nexiste pas, notamment en économie Il nest pas « un extraterrestre débarquant sans opinions préconçues, quels que soient ses efforts dobjectivité, ses réflexions se déroulent devant une toile de fonds didées reçues » A.Jacquard. Décrypter cette toile de fond permet donc de mieux comprendre la pensée des auteurs.

35 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vérité scientifique nexiste pas, notamment en économie Ce bruit de fond cest ce que lon appelle un paradigme en épistémologie. Cest une vision du monde qui imprègne la pensée des auteurs, qui conditionne la production scientifique Chaque école de pensée en économie peut se rattacher à un paradigme car à chaque fois elle mobilise une vision du monde différente.

36 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Ce message a été entendu par les bio économistes Les bio-économistes ont donc construit une grille de lecture afin de rattacher tel courant, tel école de pensée à tel paradigme scientifique. Ce qui permet de comprendre les fondamentaux de ces constructions. De les relativiser, et bien sur didentifier leurs limites.

37 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Il y a un risque à travailler ainsi Car pour certains tenant de la pensée unique…adopter cette méthode de travail les amènerait à admettre que « leur économie reste ancrée dans une conception mécaniste du monde largement dépassée aujourdhui ». (RP) Courons le risque…commençons le voyage.

38 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Conclusion Ainsi venons nous de démonter un dès points très critiquables de lidéologie libérale Elle saffirme en effet comme être porteuse de la vérité en économie et que son modèle est parfait Pour ses tenants, il convient de faire évoluer notre système actuel afin quil ressemble le plus à ce modèle idéal « parfait » Ils oublient la relativité de leur conception, ils ne sont plus dans le discours scientifique mais dans le dogme car aujourdhui, aucun chercheur ne peut se vanter dêtre porteur de la « vérité »

39 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre conclusion Ils sestiment être en dehors du champ des sciences sociales ou humaines car ils utilisent les mathématiques, ce qui serait la preuve de la scientificité de leur démarche. Les physiciens et les mathématiciens eux même contestent ce point depuis plus dun siècle. Cette conception de la science est très datée et depuis longtemps abandonnée, justement, par les scientifiques purs et durs. Ouvrons donc notre regard et allons voir ce que disent ces scientifiques

40 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Présentation des trois paradigmes scientifiques

41 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Si lon se réfère aux travaux de G.Roegen ou de A.Jacquard, on découvre que les économistes ont emprunté un certain regard sur le monde, issus des autres disciplines pour construire leur modèle. Walras (néo-classique) revendique une filiation directe avec Newton:

42 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Ainsi par exemple, Walras, un des pères de la théorie NC a eu pour ambition de proposer des lois économiques pures et aussi esthétiquement belle que celle de Newton. Léquilibre sur le marché entre loffre et la demande par le biais du prix nest pas sans rappeler léquilibre actuel des planètes autour du soleil grâce à la force dattraction et de gravitation.

43 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Les épistémologues estiment que: trois regards majeurs ont influencé les travaux des scientifiques dans lhistoire de la science: Le paradigme mécaniste ou de lhorloge (18è) La paradigme de la machine a vapeur ou entropie (19è) Le paradigme de la complexification ou de la destruction créatrice (20é)

44 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Avant cette époque on était Dans une interprétation mystique du monde qui na rien avoir avec la démarche scientifique Dans un discours pré-scientifique, par exemple les travaux de Linné sur la classification du vivant constituent une vrai rupture en terme dé démarche intellectuelle pour connaître notre monde par rapport au point antérieur.

45 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Théorème de base des bio-économistes et des épistémologues: « La société et léconomie ne se conçoit pas de la même façon selon quon la considère comme une sous partie dun système matériel animé de mouvements répétitifs, dun système énergétique orienté vers la dégradation, ou dun système matériel-immatériel-énergétique porté vers un mouvement incessant de complexification » RP

46 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre introduction Trois regards conditionnent la pensée des économistes et des autres chercheurs aussi Il convient de les décrypter pour ensuite comprendre comment les économistes sen sont saisit. Cest transposable ailleurs… Et ainsi identifier lintérêt et les limites de leur construction, pour replacer leurs travaux dans le contexte pertinent où ils peuvent servir et éclairer la prise de décision.

47 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A. Le paradigme mécaniste ou newtonien (18ème siècle)

48 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme newtonien Le paradigme newtonien Il y a consensus pour estimer que le premier auteur qui a offert une vision globale et cohérente (alternative de linterprétation mystique du monde) est I.Newton. La loi de lattraction universelle a été, pour la majorité des chercheurs de lépoque, le grand principe organisateur qui a permis lélucidation des lois régissant ce monde: lorganisation de la vie (Cuvier), Les phénomènes daffinités chimique (Buffon)..

49 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A.Le paradigme newtonien « La pensée newtonienne est à la base de la révolution scientifique occidentale ».CC Il fournit un nouveau paradigme et cette physique allait « devenir la source de lévolution de la pensée philosophique et scientifique jusquau 20ème siècle en fournissant une théorie mathématique cohérente du monde ». CC

50 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme I.Newton formule les lois du mouvement: (CF. système soleil terre-gravitation- vitesse-équilibre-attraction) Ce mouvement est géométrique, excluant la mutation, permanent, immuable, indestructible Absence de force de frottement

51 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Il ny a pas de temps On ne connaît pas lorigine de lunivers, ni sa destination Rien ne change, rien névolue, tout se répète Cest un univers statique, mécanique Tout se reproduit à lidentique sans cesse

52 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Lespace est mathématique. Le point, la ligne, la courbe peuvent servir doutils pour représenter lespace newtonien Lusage des maths est primordial, incontournable. Lunivers est géométrique est est composé de trois éléments:

53 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme La matière: cest à dire un nombre infini de particules, séparées, distinctes. Le mouvement, immuable et mécanique Lespace: le vide infini et homogène

54 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Lobservateur avisé verra alors dans le ciel une infinité dastres, obéissant à la loi de la gravitation et qui sorganisent entre eux en un vaste système équilibré. Chaque particule est soumis à lensemble et y contribue Lattraction est la loi universelle, nul ne peut y échapper

55 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Ce monde est prédictible et prévisible Il y a intelligibilité totale des phénomène Il suffit de récolter les données des variables de départ et des les entrer dans un système déquation Pour Laplace le cosmos est un ensemble qui suit des lois déterministes, un démon qui connaîtrait exactement toute les données de lunivers pourrait prédire son évolution.

56 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Ce monde est réversible La mécanique de lunivers peut aller dans un sens ou dans un autre, telle les rouages de lhorloge. Car il y a répétition indéfinie du passée dans le futur.

57 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Caractéristiques de ce paradigme Le temps nexiste pas, lhistoire non plus Lhomme peut être omniscient et découvrir les lois qui régissent ce monde. Et donc la vérité Grâce aux mathématiques… Il y ici prétention des chercheurs à découvrir lensemble des secrets de lunivers et leur intelligibilité complète.

58 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision de lhomme qui sen dégage Dans ce monde réversible, si lhomme commet des actions malheureuse, il pourra toujours les réparer Lobservation attentive de la nature permettra à lhomme de découvrir les lois Tout sera pénétrable et intelligible Lunivers est infini, inépuisable

59 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision de lhomme qui sen dégage Lhomme est soumis aux lois de cet univers Agent passif sous la voûte céleste Il régit mécaniquement, tel latome aux sollicitations de son environnement Un seul monde est possible et un seul état envisageable: léquilibre car tout tend vers léquilibre dans la nature Aller contre est folie.

60 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre B.Le paradigme de lentropie 19ème siècle

61 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le paradigme de lentropie Linvention et lintroduction de la machine à vapeur bouleverse le monde. Nombre dingénieurs vont se mettre à travailler sur le sujet pour optimiser le fonctionnement de ces machines. Or les forces qui animent cette mécanique relève dautres lois que celle de lhorloge.

62 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Les propriétés de la diffusion de la chaleur dun corps à lautre font lobjet de cette investigation au départ puis... J.J.Fourrier conceptualise en 1811 une nouvelle loi: pour lui la chaleur va dun corps chaud à un corps froid, la température dans le temps shomogénéise et suniformise. Ce transfert une fois fait ne peut être défait. Ce mouvement est certain, non mécanique, irréversible.

63 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie En 1824 Sadi Carnot va plus loin. Pour lui, il existe une tendance spécifique à un état final vers lequel tous les phénomènes aboutissent inévitablement. Il estime que Fourier décrit lirréversibilité des phénomènes car la chaleur a cette propriété fondamentale de toujours se répandre et ségaliser, de ne jamais se concentrer et créer des différences de température.

64 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie S.Carnot introduit la notion dirréversibilité. Celle de stade final aussi En fait il fait voler en éclat la théorie du cosmos de Newton Sa proposition est irréductible à lunivers mécanique Pourtant Ses travaux resteront méconnus

65 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Thomson (Lord Kelvin) reprend ces travaux. Pour lui il existe dans le monde matériel une tendance universelle à la dissipation dénergie mécanique. Aucun restockage dénergie mécanique est possible sans avoir en contrepartie une plus grande dissipation. Les habitants de la terre ne pourront pas continuer à jouir infiniment des conditions présentes de vie »

66 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il dit introduit lidée dune évolution inévitable des systèmes organiques et inorganiques vers des états finaux. Le cosmos et le vivant ont désormais une histoire! Grâce à lui. Ce monde a une limite et nest plus infini, il est doté dun stock de matière et dénergie qui sépuise.

67 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Lidée dune fin probable à lexistence de notre univers émerge donc des travaux de ces auteurs Le cosmos perd son statut déternité, dinfinité, il devient fragile désormais Ces travaux ouvre un nouveau paradigme de recherche dans plusieurs disciplines

68 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Clausius en 1865 formule le concept « dentropie », Pour ce chercheur « Lénergie de lUnivers se conserve. Lentropie de lunivers tend vers un maximum » soit cette autre formulation : « dans un système isolé, la quantité dénergie reste constante. Lénergie se présente sous deux états qualitativement différents, lénergie utilisable ou libre, sur laquelle lhomme peut exercer une maîtrise presque complète et lénergie inutilisable ou liée, que lhomme ne peut absolument pas utiliser »

69 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie La loi de lentropie est la grande loi universelle caractéristique de ce paradigme, léquivalent de la loi de la gravitation de Newton dans le paradigme mécaniste. Lunivers est un système avec un stock dénergie en cours de combustion qui se dégrade continuellement

70 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Selon Eddington « dans un système isolé, lénergie thermique libre ou utilisable se dégrade irrévocablement en énergie liée ou inutilisable, jusquà ce que celle-ci disparaisse totalement » Prenons pour ex le boulet de charbon.

71 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie «Lénergie liée est de lénergie dispersée en désordre, cest la raison pour laquelle lentropie se définit aussi comme une mesure du désordre »GR « le moment qui correspond à la plus forte entropie est le dernier » Eddington

72 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Hubble met en évidence en 1929 le mouvement dexpansion de lunivers dont la fameuse théorie du « big-bang » est laboutissement final. Darwin de son coté montre que le vivant à une histoire, une évolution en 1859 et sinspire directement des travaux des thermodynamiciens.

73 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie La notion décosystème découle directement du paradigme de la thermodynamique appliquée à la biologie Une nouvelle discipline naît: lécologie Suess en 1883 indique que la terre est un immense système en évolution quil nomme « biosphère »

74 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Grâce aux premiers écologues, on apprend quun système vivant, pour se maintenir, doit puiser dans son environnement lénergie nécessaire au maintien de son ordre, de son système; si son apport est insuffisant, il meurt et disparaît. Cest bien un nouveau paradigme et interdisciplinaire qui prend donc corps, déterministe à la base car la direction du temps et la croissance de lentropie ne laisse aucun doute sur la fin qui nous attend

75 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision du monde qui sen dégage Lunivers est toujours en équilibre et les planètes gravitent toujours autour du soleil. Cependant ce soleil chaque jour séteint un peu plus. Un jour il seffondrera, irrémédiablement. Il y a un début et une fin, prévisible et déterminée, notre univers disparaîtra.

76 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision du monde qui sen dégage « Quand la vapeur est libérée, le comportement de chaque molécule est imprévisible. Mais globalement on sait, par le jeu des grands nombres, que sa densité va shomogénéiser dans lespace. Il y a indéterminisme à un niveau mais déterminisme à lautre. La loi du tout nest plus celle des éléments constitutifs » RP.

77 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision du monde qui sen dégage Lhomme tout comme la molécule est prisonnier de ce déterminisme et de la loi des grands nombres Il peut avoir un comportement imprévisible et devenir acteur de son destin dans lhistoire. Mais….

78 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision du monde qui sen dégage « Le torrent de lentropie descend la pente des énergies fortes vers des énergies faibles, celui de lhistoire sécoule irrésistiblement de la source vers lembouchure. Le nageur ne peut, sous peine dépuisement, en remonter durablement le cours, mais, sil a reconnu lorientation, il lui est possible de diriger son parcours et hâter le moment de son arrivée » RP

79 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision du monde qui sen dégage Lunivers a une fin connu: le chaos La loi tendancielle de lunivers est celle de lépuisement de lénergie Lhomme est une poussière qui sera emportée par ce grand mouvement Le sens global de lhistoire est déterminé, non ses modalités. Cest un paradigme pour pessimiste et fataliste

80 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre C. Le paradigme de la destruction créatrice (20ème siècle)

81 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Une nouvelle vision du monde va émerger au cours du 20ème siècle, elle est englobante et ne défait pas les deux autres paradigmes Elle les intègre dans un ensemble plus vaste En les positionnant dans le contexte où ils sont valides

82 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Les deux derniers paradigmes paraissent immuables dans le temps, ils sont stables et prévisible. « Or le monde de la nature est un monde instable ce qui met dautant plus en évidence le caractère idéal de la réflexion scientifique précédente » CC Il y a des évènements imprévus qui secouent lunivers et qui surgissent sans que rien ne laissent prévoir leur venue…

83 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice H.Poincaré est le fondateur de la théorie des systèmes dynamiques instables ou « paradigme de lincertitude » (1918). « Une cause très petite, qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons voir alors nous disons que cest le hasard » HP

84 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice « si nous connaissions exactement les lois de la nature et la situation de lunivers à linstant initial, nous pourrions prédire exactement la situation de ce même univers à un instant ultérieur…il peut arriver que de petites différences dans les conditions initiales en engendrent de très grandes dans les phénomènes finaux…

85 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Une petite erreur sur les premières produirait une erreur énorme sur les dernières. La prédiction devient impossible » HP. Limprédictibilité est constitutive de cette théorie…qui ouvre un nouveau paradigme car ici, la rupture est totale avec les modèles antérieurs.

86 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice H.P considère que malgré une collecte dinformation rigoureuse et sans faille sur le plan méthodologique, malgré une patiente observation du monde, il y a dans les modèles déquations des approximations ou des inexactitudes infimes qui peuvent fausser complètement le résultat. Cf. la prévision météo

87 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Pour HP, « la destruction créatrice ne se comprend que par la relation ». La science est pour lui un système qui étudie les relations entre les choses plus que les choses elles mêmes. La notion de système est centrale.

88 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Pour HP un système est stable « lorsquil peut passer par des situations peu différentes de sa situation initiale. Pas de changement majeur, pas dévolution, pas dhistoire: nous nous retrouvons ici dans le monde déterministe, réversible, immuable et par conséquent prévisible. Dans cet état, la loi est une relation nécessaire entre létat du monde actuel et son état postérieur, une équation différentielle qui exprime la relation entre le phénomène daujourdhui et celui de demain »

89 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice La loi ne nous permet pas de connaître le réel, du moins pleinement. « Pour prévoir, il faut généraliser et la loi est aussi le moyens de la généralisation. Bien quelle puisse nous permettre dapprocher la vérité que de manière approximative, elle nous éloigne de lexpérience, seule source de certitudes. Lexpérience est individuelle, la loi est générale » HP

90 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice « le premier fait de lexpérience est certain, les autres sont seulement probables, ce qui donne à la généralisation, seul moyen scientifique de la prévision, le statut épistémologique de lhypothèse » HP Le réel est complexe et lesprit humain ne peut le saisir pleinement

91 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Les lois sont une caricature du réel, infiniment riche et complexe par nature Pour Kant « lexpérience tirée du réel montre que la réalité est plus complexe que le modèle » Ceci condamne lhomme de science à lhumilité, il ne peut se prétendre porteur de la vérité Et relègue au rang des souvenirs les anciennes lois dites universelles, en physique comme en économie

92 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Pour I.Prigogine « lindéterminisme simpose mais il ne doit pas être confondu avec labsence de prévisibilité…cest la limite à la prévisibilité dont il sagit ». Kolmogorov, Arnold, Moser (KAM) démontrent quà cause « de résonances » apparaissent deux types de trajectoires: des régulières déterministes et des irrégulières imprévisibles qui résultent des dites résonances

93 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Lorenz montre que toute prévision perd très vite de sa fiabilité. Les erreurs et les incertitudes se multiplient en générant des processus turbulent. « une connaissance précise du passé et du présent ne permet pas de prédire un futur lointain ». Cette imprédictibilité naissant dun système déterministe est la signature authentique du chaos ».HP

94 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Donc si on comprend bien, loutils mathématiques est limité si lon croit les scientifiques et nest pas la panacée… Ici on parle dirréversibilité, dincertitude et de création Le déterminisme na plus de fondement Les modèles de prédiction en économie pèchent donc par leur manque de modestie

95 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un univers déconcertant On apprend que désormais la ligne droite nest pas la ligne la plus courbe pour relier deux points car lespace est courbe Cet espace est déformé par la gravitation Le temps ne sécoule pas à la même vitesse dans lunivers (plus la vitesse dun objet augmente et plus son temps propre ralentit

96 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Dailleurs si un objet dépasse la vitesse de la lumière (on pose ici lhypothèse) et bien son temps propre de vient imaginaire (!). Linfiniment petit de Planck est très curieux: lespace est discontinu et lénergie est composé de grains ou quanta et sécoule en discontinu Linfiniment petit à un moment est indissociable, on ne peut plus à un niveau diviser la matière

97 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Et le vivant? I.Prigogine nous enseigne dans la théorie des structures dissipatives quun apport dénergie « déclenche, au sein même de linanimé le mouvement de complexification qui, partant de la matière, débouche sur lémergence du vivant »

98 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Lapport dénergie permet à un système non seulement de croître mais de se DEVELOPPER, cest à dire se transformer et acquérir des propriétés nouvelles inconnues jusque là. Ex: les tourbillons de Besnard

99 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Le développement est donc lacquisition, de la part dun système de fonctions et de propriétés nouvelles La croissance dun système est donc laugmentation du potentiel dun système dans les fonctions où propriété quil possède actuellement RP reprendra ce point pour définir le développement en économie…

100 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Une nouvelle vision de lunivers émerge: Cest un système qui transforme de lénergie en information actuellement selon Schrödinger. Lunivers actuel contient beaucoup plus dinfos que lors de sa création. Ainsi lincertitude se réduit elle au cours du temps.

101 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Dans cet univers il y a des trajectoires Dans notre système solaire, stable, à léquilibre il y a un ordre Par contre dans dautres systèmes cet équilibre nest pas stable Dans le vivant il y a des évolutions et des bifurcations possibles et incessantes des trajectoires, imprévisibles.

102 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Lhomme fait partie du vivant, il est donc lui aussi susceptible dadopter une ou des trajectoires imprévisibles Imprédictibles Hors les modèles en économie nintègrent pas cette possibilité Ce qui explique pourquoi les prédictions des économistes se réalisent rarement

103 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Reprenons: La matière bombardée par lénergie sest soudainement complexifiée Le vivant est apparu Le vivant est une nouvelle structure dissipative (dénergie) La notion de bifurcation est liée à la notion dimprévisibilité La vie reste cependant soumise aux lois de lentropie comme à celle de la gravitation

104 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Il y a donc dans notre histoire des moments particuliers Ou les trajectoires se brisent et où des bifurcations apparaissent On parle décart créateur aussi Ou dinnovation Elle est imprévisible et doit faire lobjet de toutes les attentions

105 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice La vie a changé la face du monde et lunivers Un écart créateur peut donc se pérenniser dans le temps et changer le système établi Linnovation est le moment critique où le système se complexifie Cest à dire passe dun niveau dorganisation à un autre, plus riche en relation entre les éléments

106 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Nous sommes dans le paradigme de la relation Le tout ne vaut pas la somme des parties Létude des atomes ne notre corps ne permettent pas de comprendre ce quest un être humain Chacun des atomes qui composent une cellule vivante….

107 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Accomplit un ensemble de fonction dont la convergence fait émerger une caractéristique nouvelle, la vie notamment, totalement absente au niveau inférieur et qui représente bien dautres choses que laddition des propriétés des atomes e carbones, hydrogènes…composant la cellule cest de lorganisation que jaillit le sens

108 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice La grande histoire de la vie nous invite à changer notre regard sur le monde « Vouloir expliquer la nature dans sa totalité et son universalité est le signe manifeste dune approche non scientifique »CC René Thom montre dans sa théorie des catastrophes que contrairement à ce que dit la mathématique linéaire….

109 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Un phénomène parvenu à un certain point e son évolution fait des bons, des ruptures, romps sa trajectoire et engendre des formes (les fractales) Lavenir est fait de POSSIBLES Rien nest écrit, rien nest déterminé Curieusement lordre peut naître du désordre aussi

110 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Von Foerster et Henri Atlan le montre « Par une combinaison de hasard et de fixations, lordre et la structuration jaillissent du désordre » Ex: la boite daimants secouée Du désordre un ordre à émergé!

111 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Shrodinger dans « what is life? » indique Que la quantité dénergie matière ordonnée présente dans un système se dégrade dans le temps Lentropie du système augmente Il indique aussi et cest nouveau que:

112 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice «Si le soleil s'éteint chaque jour un peu, lénergie quil rayonne en se consumant a permis lémergence de la vie. Cette énergie anima aussi les grands cycles bio géochimiques grâce auxquels, se recréent en permanence, les conditions indispensables aux développement des espèces. Ce qui apparaît être une dégradation dun coté est source de création de lautre » RP

113 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Lentropie cest donc autre chose Cest le prix à payer pour quune création puisse émerger Le hasard nest plus ce raz de marée qui, obéissant à la loi des grands nombres conduit les phénomènes à suniformiser autour de valeur moyenne

114 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Le hasard devient une amplification et non plus une résorption des écarts, linstrument de la création dun nouvel ordre apparaissant à un autre niveau dorganisation Le flèche du temps demeure irréversible par contre et Le hasard ne défait pas en sens inverse ce quil a fait La notion de stade final na plus de sens dans ce paradigme

115 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La vision de lhomme qui sen dégage Lhomme est libre, il nest pas condamné au déclin et au chaos Rien nest déterminé même sil reste soumis aux lois de lentropie Lhomme peut changer les choses et reconfigurer les systèmes en place Il doit agir avec précaution cependant car irréversibilité

116 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Lhomme laisse son empreinte dans un monde fragile ou les déséquilibres peuvent survenir Léquilibre est une configuration rare et précieuse à protéger Si on fait maintenant le point…

117 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Vous vous apercevez que les bio économistes ont été interroger le fondement du regard que lon jette sur les choses Ils ont interrogé non seulement les mathématiciens mais aussi les biologistes, les physiciens, les épistémologues Ils ont pénétré leur modèle en profondeur Il y a une dimension philosophique dans ce travail également

118 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Ils se nourrissent des derniers acquis scientifiques et en tire toutes les conclusions qui simposent dans leur champ disciplinaire: léconomie Une approche nest pas scientifique ou supérieure par ce quelle utilise les maths Cela fait longtemps que les mathématiciens ont dépassé cette vision, nous venons de le prouver

119 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Les bio économistes en partant des critères principaux caractérisant le paradigme de la destruction créatrice Tentent de proposer une nouvelle vision de léconomie, du monde, de la société Ils se sont en priorité penchés sur la relation quil existe entre léconomique et le vivant.

120 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice Les bio économistes utilisent les arguments et les enseignements des sciences dites dures pour démonter les limites de lapproche standard néo- classique Qui se revendique justement de ces sciences dures, en nous faisant croire quils suivent les préceptes des mathématiciens Ce qui est vrai…mais des mathématiciens du 18ème siècle, il y a deux siècles de décalage…

121 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un autre regard sur léconomie

122 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Introduction Introduction Le regard que lon pose sur la société est lié à limage que le chercheur se fait de lunivers Cest la thèse de RP et de GR De là découle modèles, concepts dans toutes les disciplines Sauf en économie…

123 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Introduction Malgré ce postulat largement partagé chez les épistémologues, on constate que les principaux défenseur des types dapproche en économie justifient lexistence de leur courant de pensée en mettant en avant des lois économiques quils qualifient « duniverselles » Et qui justifient la supériorité de leur dogme

124 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Introduction En fait ces théories sont fondées sur des hypothèses qui ne sont pas nées du hasard mais qui appartiennent à une époque, à un lieu, à une civilisation. Ces hypothèses sont le reflet du vécu de ces hommes, de leur représentation du monde, elles appartiennent à un paradigme Leur construction est intellectuellement datée

125 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Introduction Et comme toute théorie leur construction peut devenir obsolescente Dautres constructions intellectuelles, plus en regard avec les enjeux sociétaux actuels peuvent les remplacer Il faut être très prudent avant dafficher luniversalité dune loi! Léconomie néchappe pas à cette règle

126 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce que léconomie? Selon Bachelard toute discipline répond à une question centrale quelle pose au monde Quelle est la question que posent les économistes au monde? Juste une mise au point….

127 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce que léconomie? Pour L.Robbins: « léconomie étudie le comportement humain en tant que relation entre fins et moyens à usages rares et alternatifs » Pour A.Marshall: « elle représente cette part de lactivité humaine qui a le plus trait à lacquisition et lusage des choses matérielles nécessaire au bien être »

128 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Quest ce que léconomie? René Passet: « cest une activité de transformation du monde destinée à la satisfaction des besoins humains car cest là quest la finalité de léconomie »RP « Cette activité met en présence trois sphères: une sphère naturelle quelle transforme, une sphère économique au sein de laquelle se fait cette transformation et une sphère humaine pour laquelle elle seffectue »RP

129 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Plan A. la pensée mécaniste en économie B. léconomie et lentropie C. le destruction créatrice appliquée à léconomie

130 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A. Lécole néo-classique relève du paradigme de lhorloge Pour J.Grinevald: « léconomie NC sest voulue explicitement une extension de la mécanique rationnelle, voire une application sociale de la mécanique céleste. Elle est devenu une discipline abstraite dont la rationalité, à la faveur dune logique déquilibre et dune conception circulaire et isolée du processus économique dinspiration newtonienne »

131 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A. Lécole néo-classique relève du paradigme de lhorloge Pour lui le modèle classique de la physique est imité « servilement » par les économistes Pour RP, ce goût pour la physique est très sélectif puisquil correspond à la physique du 18ème alors que léconomie se construit à la fin du 19èeme En gros les économistes découvrent les joies de lhorloge quand la physique est à lage dor de la thermodynamique….

132 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A. Lécole néo-classique relève du paradigme de lhorloge On y retrouve les même traits ainsi: La réversibilité Le déterminisme Limmuabilité la prétention duniversalité Labsence de la flèche du temps La somme des parties vaut le tout Lusage abondant des maths La notion déquilibre Sont au cœur de la pensée NC

133 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Prouvons le et revisitons les classiques! Lusage de la courbe, du point est central pour les NC, tout comme Newton, ces outils leur permettent de modéliser des espaces et des trajectoires Il y a la la prétention de modéliser le comportement des agents dans toutes leur complexité Quelques soient leur différences….

134 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Léquilibre est au cœur de la pensée NC La libre concurrence conduit à léquilibre Le système tend de lui même, naturellement vers, il faut laisser faire L é quilibre est la position optimale que peut atteindre le syst è me L ordre naturel est cens é assurer l é quilibre des forces

135 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Ici la rationalité se définit simplement Le plus avoir se confond avec le mieux être, mécaniquement sans effet de saturation Si un déséquilibre apparaît, les forces naturelles du marché le rétablira Le prix est loutil qui permet lajustement et léquilibre entre l'offre et la demande

136 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Il y a réversibilité des phénomènes Ce qui a été défait peu toujours être refait Dans le modèle de la concurrence pure et parfaite, on suppose latomicité du marché On notera au passage lutilisation de la meme s é mantique que la physique Qu est ce cette hypoth è se?

137 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Pour garantir le bon fonctionnement du marché il faut empêcher l'établissement de tout monopole ou oligopole « Dans léquilibre général tout dans le cosmos, lajustement des forces résulte de laction dun très grand nombre de composantes qui chacune, pour une part infime, tout en lui restant soumise »RP Il y a infinité dagents ou datomes dans les 2 modèles.

138 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Dans le modèle de la concurrence pure et parfaite, il y a atomicité du marché. Il convient de noter ici lusage de la sémantique: ce terme est directement emprunté aux physiciens. Cette condition datomicité permet de garantie le bon fonctionnement du marché.

139 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Lexistence de monopole ou doligopole est décriée car ceci entraîne une situation où le prix nest pas fixé à son niveau optimal, ce qui est préjudiciable à lensemble de la société, même si cela profite à quelques nantis.

140 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Tout comme les atomes les agents sont soumis au prix et subissent léquilibre général Cest un non sens de parler dacteur dans ce modèle Chaque élément se trouve dans la position dans laquelle il doit se trouver Chaque agent participe pour une part infime à la formation du prix déquilibre Lajustement du marché se fait par dessus les agents

141 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie « dans ce système, lhomme nest pas un acteur mais chie crevé charrié par le courant dune histoire qui nen est pas une, puisque nul événement ne vient à aucun moment y rompre le cours programmé des choses »RP Oui au fait où est lhistoire et la flèche du temps?

142 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Ben il y en a pas Pas dévolution tout est stable, à léquilibre On est à loptimum (cest le pied) Les prix et les quantités sont tous perçus en un même point du temps On ne traite pas de la dynamique de lévolution du capitalisme dans ce modèle A létat d'être le garant du laissez faire!

143 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Walras invente limage du commissaire priseur pour expliquer le mode de fixation du prix dans une économie de marché. Il est dit « déquilibre » et se fixe par tâtonnement, grâce à laction du commissaire priseur. Walras reprend ici ce qui se passe au niveau du marché boursier pour le transposer à lensemble de léconomie.

144 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Le démon de Laplace, sensé tout connaître de la position de départ de la loi du mouvement des éléments de lunivers a pour petit frère ce commissaire priseur qui, informé par miracle des dispositions desprit de tous les agents (vendeurs, acheteurs), peut proclamer le prix déquilibre auquel chacun devra se plier.

145 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Le prix se fixe instantanément et in temporellement. Il ny a aucune force de friction dans le fonctionnement de ce système (pas dalliances, pas de défaut dinformation, que des agents rationnels, mobiles, pas de coûts de transport, pas de coût dinformation)…tout comme le système solaire.

146 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Tout dans le modèle standard résulte de laddition des éléments qui le composent et si « lhorloge est la somme des rouages, la société est ici une somme dindividus et lintérêt général, la somme des intérêts individuels. On retrouve au niveau macro les même propriétés quau niveau micro.

147 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Le tout est la somme des parties dans les deux cas. Les lois qui régissent les différents niveaux organisationnels (agents, entreprises, filières, le système global) sont les même. Tout comme latome, le système solaire, la galaxie sont régies par la loi de la gravité universelle. Tout se fait à logique constante.

148 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie La mécanique nétudie pas la relation des choses avec lextérieure également. Le processus économique est linéaire: input, fabrication et transformation, out put vente. Cest un diagramme complètement clos qui représente un va et viens entre la production et la consommation.

149 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Malthus tente de montrer que la croissance de la population humaine peut buter sur la contrainte des RN puis ensuite Lenvironnement et les ressources naturelles sont ignorés. Le capital naturel est considéré comme abondant et inépuisable depuis J.B.Say. Ces processus se fait comme si la biosphère nexistait pas. Lécole marginaliste est mécaniste

150 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie « le paradigme de la dynamique classique se débat avec un grand nombre de difficultés, ce point met en évidence le défaut majeur et dailleurs originaire de lapproche néo- classique: causé en particulier par sa tendance réductionniste: son caractère idéal » RP.

151 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Cest en cohérence avec les objectifs duniversalité que le paradigme newtonien affiche. Il cherche a établir un programme merveilleux et se veut de découvrir la nature humaine en partant de lordre et de lharmonie qui règne sur la nature céleste.

152 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme mécaniste en économie Ce qui est curieux note RP, cest que « des années après que le dogme mécaniste eut perdu de sa suprématie en physique et son emprise dans le monde de la philosophie, les néoclassiques se sont mis à ériger une science sur le modèle de la mécanique, et bien quelle ait beaucoup avancé depuis, rien de ce qui nest intervenu na fait dévier la pensée économique de la pensée mécaniste »

153 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Citation de RP « La voici donc confrontée à sa vérité, cette pensée « éternelle » traitant les autres de ringardes: solidement ancrée dans la logique de lhorloge mécanique à laube de lordinateur, découvrant hardiment, pour les meilleurs, le déterminisme statistique au temps des systèmes chaotiques, cultivant ses équilibres généraux devenus parait il calculable à lère de la destruction créatrice

154 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Citation de RP Le regard quelle nous propose nayant en somme quune à deux révolution scientifiques de retard, elle nous indique fièrement les voies de lavenir. Ne nous étonnons pas de son inaptitude à interpréter une mutation quelle ne perçoit même pas »

155 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie en économie Deux grands auteurs relèvent de ce paradigmes: Karl Marx bien que son œuvre déborde largement ce cadre tant elle est riche Nicholas Georgescu Roegen et les auteurs de la décroissance

156 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Comme on la vu, léconomie est une science plurielle Le courant dominant est mécanique, pré thermodynamique Pré évolutif Pré écologique

157 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Cela veut dire quil est sans entropie croissante Sans irréversibilité Sans durée et devenir Sans complexité et sans destruction créatrice Sans possibilité dévolution et de vie

158 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre A. Le paradigme de lentropie K Marx Il a développé une correspondance très abondante avec Engels son ami. Leur lecture nous apprend quils étaient passionnés par la physique de leur époque et par la thermodynamique Ils ny restèrent pas indifférents et leurs œuvres paraissent avoir largement été influencés par la vision du monde qui sen dégage

159 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie La vision marxienne se situa à lheure de la machine à vapeur. Lauto destruction du capitalisme est aussi une auto déstructuration. Comme un système thermodynamique, celui-ci évolue vers luniformisation de la société, sans classe ni état à la fin.

160 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il décrit un mécanisme de dégradation du système capitaliste qui nest pas sans rappeler une certaine vision de la dégradation de lunivers thermodynamique Le capitalisme est condamné car il contient en lui les germes de sa propre destruction, comme notre univers thermique Ce germe cest la baise tendancielle du taux de profit qui conduira le capitalisme à état de croissance nulle, à la stagnation, au chaos.

161 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Selon RP, cette baisse tendancielle du taux de profit (résultat dune différence entre coût de production et prix de vente) est équivalente de la réduction dune différence de potentiel qui épuise la capacité de croissance du système à mesure que ce dernier suniformise.

162 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Lhomme dans tout cela, que peut il faire? Pour Marx il est être acteur DANS lhistoire Il nest pas lagent passif du paradigme mécaniste Il peut agir, la lutte des clases est un levier pour les travailleurs pour affronter la loi générale du capitalisme.

163 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le capitalisme disparaîtra par contre, La bourgeoisie obnubilée par la recherche du plus grand profit à travers lexploitation des masses, produit les mécanismes de sa propre destruction Le profit est condamné à disparaître et avec lui le système entier basculera

164 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Marx nous raconte lhistoire dune auto déstructuration semblable à celle dun système thermodynamique marchant spontanément vers lentropie. Lhistoire est ici déterminée et la fin connue, comme celle de notre cosmos Le socialisme remplacera le capitalisme

165 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Cette histoire échappe aux humains Le capitalisme va étendre sa toile sur toute la planète (impérialisme) Mais cest reculer pour mieux sauter Il y aura le grand soir Contre le courant de lhistoire nul ne peut rien

166 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le sens de lhistoire simpose aux hommes mais non les modalités de son cheminement On retrouve ici une conception thermodynamicienne du monde qui concilie le comportement erratique des micro éléments avec le déterminisme des grands nombres Sans cette marge de liberté individuelle les théories marxiennes seraient incompréhensibles

167 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie La société communiste sera Sans classe Tout sera homogène et indistinct Une société idéale ou légalité sera de mise Ce système rappelle celui dun système évoquant irrésistiblement le libre mouvement des molécules dans un système en état dentropie où le gaz est uniformément répandu sous leffet des lois probabilistes des grands nombres.

168 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il y a autre chose chez Marx Le temps existe! Passé et futur sont différents Léquilibre nest plus la référence absolue La flèche du temps est introduite ici Ce monde évolue et nest pas statique

169 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le système capitaliste se détériore et se dégrade au fur et à mesure de lécoulement du temps et cela est IREVERSIBLE Lunivers marxien à une destinée Le cosmos et la société ont un devenir

170 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Autre indice: lanalyse du facteur travail fait par Marx Il est considéré « comme un potentiel énergétique qui se dégrade au fur et à mesure de leffort » Pour reconstituer la force de travail et faut repos et alimentation Donc un salaire minimum et un temps minimum de récupération

171 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Marx (fin) Marx déborde ce cadre danalyse On peut aussi analyser lémergence du communisme comme lapparition dun nouveau système issu dun mouvement de destruction créatrice de la société Marx est mécaniste aussi en oubliant danalyser lenvironnement, le processus économique quil décrit est linéaire.

172 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre N.Georgescu-Roegen et la décroissance Il était féru de physique et de biologie et a longuement étudié les ouvrages des thermodynamiciens. Il est devenu le grand précurseur à qui « revient linestimable mérite davoir clairement inscrit le développement économique dans le courant de lentropie universelle quil ne peut, selon lui, quaccélérer ». RP

173 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Son hypothèse centrale est de considérer léconomie de la civilisation industrielle comme étant un processus entropique impliquant inévitablement, en raison du deuxième principe de la thermodynamique, la dégradation de lenvironnement, un épuisement des ressources ainsi quune augmentation des déchets et de la pollution

174 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il montre que lactivité économique se déroule dans un monde réel et que le processus économique est circonscrit par une frontière au travers de laquelle de la matière et de lénergie sont échangés avec le reste de lunivers matériel Il consomme de la matière énergie pour la rejeter continuellement

175 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Chez lui, les inputs outputs ne sont pas QUE des composants dune chaîne de fabrication combinant capital et travail Les inputs sont des objets empruntés à la biosphère dont ils font partis Les outputs ne sont pas que de biens de consommation, ce sont des déchets en devenir qui auront un impact

176 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Disgression En fait notre environnement nest plus naturel et ce depuis longtemps! La main de lhomme est partout La nature est hybride, cest un mixte de nature et de culture humaine Nos objets sont hybrides aussi, ce sont des mixtes de culture et de nature (Larrère)

177 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il indique que la basse entropie est rare dans notre environnement Lactivité économique utilise ces biens La rareté de ces biens en économie est mesurée par le prix du marché Cette mesure de la rareté na rien voir avec le degré de rareté « entropique de lobjet »

178 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Il y a un problème avec la mesure de la rareté dans notre système économique On gaspille des ressources très rares dans lunivers, le marché est incapable de mesurer cela Il faut changer détalon de mesure car la loi de lentropie est la racine de la rareté économique.

179 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité que lidée du processus économique comme étant un phénomène isolé et circulaire telle que le représente les néo-classiques Ce processus, au contraire est solidement arrimé à une base matérielle qui est soumise à des contraintes précises.

180 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Pour Roegen, ce processus économique ne peut fonctionner sans un échange continu qui altère LENVIRONNEMENT DUNE FACON CUMULATIVE ET SANS ETRE EN RETOUR INFLUENCE PAR CES ALTERATIONS Il y a forcément dégradation pour lui.

181 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un précurseur? En 1970 on commençait à salarmer sur les pluies acides transfrontalières, les pollutions dites locales (Californie, clean air act): atteintes localisables et repérables En 1984 on a commencer à salarmer sur le trou de la couche dOzone (pollution globale) Et aussi sur leffet de serre qui dhypothétique devient certitude scientifique Aujourdhui un tiers des espèces vivantes est menacée de disparition…les grands cycles de régulation planétaires sont touchés Il faut arrêter la politique du coup par coup

182 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre disgression R.Passet en partant du même constat indique que tout ces effets ne sont pas la manifestation dune crise Qui dit crise dit retour à léquilibre, dit parenthèse difficile à gérer. Les indicateurs virent tous au rouge note R.Passet, ce nest pas le signe dun dysfonctionnement de notre économie de marché

183 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre disgression Cest le signe de lépuisement de notre système et de la nécessité impérieuse de muter rapidement La mutation cest le changement de norme et la ré invention dun système nouveau e code et de valeur Cest le sens quil met dans la notion de développement durable, cest une mutation sociétale, un changement de paradigme dans notre stratégie de développement à opérer.

184 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie On retrouve aussi un point avancé par Malthus: notre monde est limité et les RN ne sont pas inépuisables G.Roegen a tiré la sonnette dalarme en précurseur Lacier des canons utilisé aujourdhui sont autant de soc de charrues que nos enfants nauront pas demain

185 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Quelques chiffres (world resource institute 1996) pour prouver ces dires: Aluminium: 207 ans de réserves prouvées Cuivre: 33____________ Etain: 41 Fer: 152______________Zinc: 20 Plomb:23 Nickel:59

186 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Si on prend les réserves estimées Aluminium: 252 ans de réserves prouvées Cuivre: 62____________ Etain: 59 Fer: 233______________Zinc: 48 Plomb:47 Nickel:137

187 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le pétrole 1950____________________ ____________________ ____________________ ____________________ ____________________45

188 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le monde de Roegen est un monde « clos, qui finit par imposer des limites au développement de lhumanité » Il y a bien lidée de la dégradation, de lirréversibilité De laboutissement vers un stade final aussi

189 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Notre planète nest pas infinie Cest une petite boule bleue perdue dans lunivers Où, phénomène étrange la vie est apparue Dans un univers sans limite, elle parait bien fragile, elle parait unique Cest notre maison et nous ne pouvons pas nous en échapper (et pourquoi e ferait on?)

190 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Cette vision du monde est récente, elle émerge en fait avec la conquête spatiale En cinquante ans, la « nature sauvage » et infinie est devenue en fait un fait paradoxal dans limmensité de lunivers et circonscrit sur une petite planète, en périphérie dune galaxie banale et proche dun petit soleil sans grand intérêt.

191 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Le capitalisme pour Roegen se doit de respecter certaines limites écologiques incontournables liées « à la capacité de charge des écosystèmes, à la productivité primaire qui dépend de la photosynthèse de la végétation, à lintégrité de la biodiversité, à la stabilité des cycles bio géochimiques, à léquilibre du climat

192 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Limpact des activités humaines sur le milieu est obligatoirement perturbateur pour GR, négatif car « dans le contexte de lentropie, chaque action de lhomme ou dun organisme, voir tout processus dans la nature, ne peut aboutir quà un déficit pour le système total ».GR

193 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Pour lui lhomme ne crée rien, il ne fait que transformer le monde Le travail humain peut au maximum créer 600 K Cal dénergie par lui-même..sauf que pour se maintenir il a besoin de 3000 K C quil empreinte au milieu (rendement 20%) Cest la nature qui fournit la différence et permet au travail de se reproduire et à la base tout est issu de lénergie solaire qui est continuellement transformée et accumulée

194 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie GR indique que « cela nous force à reconnaître que le produit réel du processus économique nest pas le flux matériel de déchets, mais le flux immatériel toujours mystérieux de la joie de vivre »GR On ne crée rien de matériel Par contre on crée de linformation, de la culture, là est la vrai création.

195 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie La « joie de vivre » est le sens qui guide notre existence (et non la recherche du profit égoïste), cette joie de vivre ne vient pas de la seule accumulation matérialiste des objets de consommation pour GR et Latouche Le PIB ne mesure pas le bonheur, cet indicateur est tronqué et obsolète

196 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie G.Roegen et Latouche proposent une révolution intellectuelle en estimant quil est impératif de réviser à la baisse nos besoins et notre demande en objets matériels Plus avoir ne rime pas avec mieux être Il faut décoloniser notre imaginaire du mythe matérialiste (Latouche)

197 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Lantithèse de la croissance nest pas létat stationnaire chez eux Il faut selon eux baisser le niveau dactivité de production « la sagesse serait de maîtriser la décroissance des pays industriels plutôt que de tenter la relance du moteur de la croissance par des moyens qui…

198 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie …conduisent au chômage, à laggravation des inégalités, aux risques incalculables de lutilisation du nucléaire, en somme, à une série de normalisation de la crise confinant, en raison même du progrès technologique au désastre irrémédiable » GR

199 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Cette décroissance ne vise quà limiter les dégâts provoqués par les hommes au final. Le courant de lentropie entraînera un jour lhumanité vers le chaos final et nul ne peut enrayer de phénomène irrésistible et hors de note atteinte

200 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Selon RP « il sagit là dune conception défensive et préservatrice. Dans tout les cas, cest la dégradation qui est censé avoir le dernier mot: le combat de lhomme pour préserver la nature est un combat perdu davance et on ne peut différer léchéance finale. Les limites de son approche sont définies et encadrées par une notion …

201 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie …restrictive du concept de vie quil exprime par sa subordination, voire sa soumission à la loi de lentropie qui devient ainsi absolue…nous sommes dans le cadre dun paradigme déterministe ».RP Le déterminisme sous jacent à sa pensée ne peut être conciliable avec la vision complexifiante de lunivers développée par Prigogine ou Shoerdinger.

202 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de lentropie Chez G.Roegen notre terre est un système clos, il oublie que ce système est ouvert, notamment énergiquement Iconoclaste jusquau bout il estimait dans un texte très virulent en 1992 que la notion de DD avancée par les organismes internationaux était « une charmante berceuse »/

203 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le paradigme de la destruction créatrice en économie Ce paradigme est en cours de construction, deux auteurs émergent dans ce paradigme J.A.Schumpeter et ses héritiers R.Passet

204 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La destruction créatrice J.A Schumpeter est devenu un des Maîtres de Roegen au milieu des années trente après lavoir fait venir à Harvard. J.A Schumpeter est un auteur prolixe, on se concentre ici que sur sa théorie de lentreprenariat et non sur ses travaux dhistorien de la pensée économique

205 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Pour décrire lactivité économique, Schumpeter utilise limage du circuit Il marche selon un processus en boucle fermé et ignore lenvironnement Pour lauteur le prix nest pas fixé par un commissaire priseur omniscient qui permet lajustement entre loffre et la demande

206 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Au début de chaque cycle, les agents ne connaissent pas bien le montant de la demande ni le prix Ils connaissent par contre approximativement le montant de leur propre besoin

207 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Pour réguler leur activité il utilisent les informations de la période antérieure et ajustent leur production en conséquence En tenant compte des écarts ou modifications perçus antérieurement Il y a ici un processus dapprentissage des agents et le temps qui sont introduits

208 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat « Chaque offre est pour ainsi dire attendue quelque part dans léconomie nationale par une demande correspondante ». JAS Le tout forme un circuit en équilibre et se reproduit dans le temps. Les agents reproduisent quasiment à lidentique leur comportement, ils sont assez passifs et peuvent être qualifiés de gestionnaires.

209 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Il y a cependant des ruptures possibles dans ce système. Il existe « une main ouvrière » qui est à lorigine de lévolution et du dynamisme du capitalisme. « Qui crée sans répit car il ne peut rien faire dautre ». Cest lentrepreneur innovateur.

210 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Cest lui qui crée une modification du flux circulatoire sur tout le parcours Pour RP ce nest rien dautre que « le point critique venant rompre le circuit et déclenchant le phénomène dimitation en grappe par lequel linnovation sétend à lensemble du système ».

211 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Lévolution du système seffectue par un processus de mutation qui transforme les éléments vieillis en éléments neufs en permanence. Ce processus de destruction créatrice constitue pour JAS la donnée fondamentale du capitalisme.

212 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Cette évolution affecte lensemble du système, elle se propage Elle est imprévisible et surgit au moment où lon ne sy attend pas. Elle vient des agents économique eux- même et nest pas déclenchée par une grande loi générale propre au système

213 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat A un certain moment des agents ont décidé de produire autrement cest à dire: Fabriquer un nouveau bien ou Introduire de nouvelles méthodes de fabrication ou commerciales Ouvrir un nouveau marché Conquérir une source nouvelle de M.P Réaliser une invention nouvelle

214 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Lentrepreneur est le moteur à la source de lévolution du capitalisme Il est lagent qui porte la destruction créatrice et qui restructure le système De là JAS avance une nouvelle définition de la croissance et du développement reprise ensuite par F.Perroux et R.Passet

215 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat La croissance cest produire plus la même chose Le développement cest produire autrement autre chose F.Perroux voit dans la croissance une notion quantitative Et dans celle de développement une notion qualitative

216 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat La flèche du temps existe bien ici Le futur nest pas la répétition du passé Lintroduction de linnovation est une processus irréversible Lhistoire nest pas écrite il y a incertitude sur lavenir, pas de déterminisme donc

217 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Cependant…pour JAS le capitalisme va vers sa dégradation finale et se transformera en socialisme mais on peut y voir aussi un phénomène de destruction créatrice Cependant pour JAS il ny a pas de processus auto destructeur économique Le capitalisme engendre un progrès matériel inédit pour lui

218 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Ce sont les institutions sociales qui petit à petit seffriteront selon lui Le mal viendra « de leffritement des murs dune atmosphère sociale » défavorable à lentreprises privée. Au fur et à mesure de son succès le ressort du capitalisme se détend.

219 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat « Lévolution ne procède pas par accumulation mais par renouvellement, cest à dire disparition des structures obsolètes et remplacement par de nouvelles formes efficaces » JAS. On est proche de Darwin: les espèces anciennes sont remplacées par des nouvelles

220 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Lévolution cest « un processus de mutation qui révolutionne constamment de lintérieur la structure économique, en détruisant continuellement ses éléments vieillis et en créant continuellement des éléments neufs »JAS

221 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Linnovation cest donc lécart créateur ou la singularité, le micro-événement qui fait basculer le système dun état à un autre Cest à dire il fait passer une organisation à un état plus complexe. Lentrepreneur est acteur DE lhistoire et non acteur DANS lhistoire.

222 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Lentrepreneur de JAS na rien à voir avec celui des NC Ce nest pas un expert du calcul qui maximise son profit en employant ses salariés à son plus grand bénéfice Ici il prend des risques souvent plus que de raison

223 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Il sentête dans son idée envers et contre tout, il y croit Sa raison de vivre nest pas dans le profit mais « par la volonté de fonder un royaume, de vouloir lutter, par la joie de créer ».JAS Selon J.Quilles lentrepreneur innovateur est une alternative à part entière de lentrepreneur NC

224 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat On nest pas entrepreneur toute sa vie A la fin il redevient (souvent) gestionnaire Ce statut est temporaire JAS nous donne ainsi limage dun système capitaliste dynamique et sans cesse en mouvement

225 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Linnovation est liée a une connaissance nouvelle des choses Cest la création dune nouvelle forme dinformation Elle peut se diffuser et se propager Elle peut tout comme linfo réduire lentropie du système Tient on retrouve Schrodinger!

226 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat On identifie chez JAS les concepts: Dacteur Décart-créateur Dirréversibilité De complexification Dindéterminisme Concepts propres au paradigme de la complexification

227 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie de lentreprenariat Il y a anachronisme car « les analyses prophétiques de JAS se révèle en parfaite harmonie avec un paradigme qui, au moment où elles sont formulées (1912) nexiste pas encore ».RP Rattachement anachronique donc, pour la première fois un économiste est en avance dun paradigme!

228 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Litinéraire intellectuel de R.passet offre des similitudes avec celui de NGR Ouverture multidisciplinaire Groupe des dix Proche des travaux dI.Prigogine contrairement à NGR qui reste fidèle à Carnot.

229 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Pour lui léconomie unidimensionnelle répond aux problèmes à lintérieur de ses propres limites. Comment léconomiste NC peut il prétendre que sa théorie représente un comportement rationnel humain? Est il compétent pour statuer là-dessus?

230 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Ny a-t-il pas lieu dinterroger les scientifiques de ce domaine? Pour RP il y a abus de pouvoir des économistes unidimensionnels Il faut ouvrir léconomie aux autres disciplines, cest léconomie unidimensionnelle….

231 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Pour les économistes, loptimum est atteint quand le coût marginal atteint la recette marginale, une fonction atteint son maximum quand la dérivée sannule Ainsi lhomo oeconomicus maximise utilité et profit Pour RP il est abusif de prétendre que lensemble des comportements humains peuvent être rendu compte par les économistes

232 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet On parle pourtant déconomie de la santé, déconomie de la délinquance, déconomie de lenvironnement On tente détendre le raisonnement des économistes dans des champs où il na pas compétence seul à dire les choses Au nom de quoi loptimum économique serait loptimum social? Correspondrait après internalisation des EE a loptimum écologique?

233 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Léconomie unidimensionnelle a tenté de souvrir cest linternalisation de EE Le coût des rejets est pris en compte et on les réintègre dans le coût de production Mais il y a une logique prépondérante dans ce raisonnement cest le marché On suppose ici que ce coût est évaluable monétairement, quil est évaluable et observable

234 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet On suppose que les dégâts sont réversibles et pourront être réparé Comment évaluer la disparition dune espèce monétairement et qui na pas de prix de marché? Comment évaluer la perte dun ensemble de fonction par un milieu naturel?

235 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Léconomie unidimensionnelle tente dapporter des réponses mais il faut avoir conscience de leur limite et de leur insuffisance Il faut changer de raisonnement et revoir les fondements de la pensée économique selon RP

236 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet A lécoute des avancées scientifiques des sciences dures…. Il tente de transposer la notion décart créateur en économie, pour lui il est: « loin dêtre résorbé par la moyenne, il sétend, se propage et détermine le phénomène. Léquilibre des forces au point critique permet à une action minime, le plus souvent imprévisible, de faire basculer le cours des choses ».

237 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet « cela sapplique fort bien aux sociétés humaines où les minorités agissantes, bien plus que la masse, influencent le cours de lhistoire » Il ny a pas de grandes lois universelles qui nous condamnent selon lui, il ne nie pas lentropie cependant

238 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Simplement rien nest définitivement écrit pour lui Tout est possible Le battement de laile du papillon peut engendrer un ouragan outre océan Laction de certains peut changer le monde Si le milieu est propagateur

239 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Ainsi au niveau local, des territoires « condamnés » peuvent sen sortir pour peu que le milieu soit porteur et que des entrepreneurs émergent du lot. Il est du devoir de chacun de tenter de changer le cours des choses Le micro écart permet à une organisation éco, à un territoire de faire « émerger au niveau supérieure une nouvelle forme »

240 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Le développement cest chez R.P une croissance complexifiante car accompagnée dun double mouvement de diversification et dintégration permettant au système de croître en se réorganisant sans perdre de sa cohérence Mais cest plus que cela

241 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Elle doit être multidimensionnelle aussi Car « le développement qui saccompagne dune dégradation de la condition humaine (exclusion sociale, déculturation…) ou de lenvironnement nest pas du développement »RP On est dans le paradigme du développement durable ici

242 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Le développement se caractérise par le passage à un niveau dorganisation supérieur: il y a apparition de nouveaux mécanismes et notamment une logique non révélée au niveau inférieur. Cette définition sapplique bien à lobjet entreprise ou lobjet territoire

243 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un précurseur du développement durable Des 1972 il écrit que si on se réfère aux travaux scientifiques, la biosphère sappauvrit et les ressources naturelles diminuent La cause est claire: lhomme Ses activités épuisent le milieu qui le porte Et sans lequel il ne peut survivre

244 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Pour lui les origines idéologiques de ce comportement sont a rechercher dans la théorie libérale Alors quau 18ème siècle les physiocrates proclamaient que la seule source de richesse venait de la terre Les classiques du 19ème vont changer didée

245 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Say affirme que lenvironnement est inépuisable donc à exclure du calcul économique Le capital naturel nest donc plus une donnée pris en compte dans le calcul économique et sont amortissement inexistant

246 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Les économistes pendant 150 ans vont ignorer cette question Hors pour RP léconomie est multidimensionnelle et met en présence trois sphères (1979), cest une conclusion quil retire des travaux des thermodynamiciens

247 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Trois sphères sont en interrelation: Léconomique Celle des activités humaines La biosphère Elles sont interdépendantes, elles semboîtent, il y a une relation dinclusion entre elles. (épistémologie de HP)

248 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La logique des choses mortes Le calcul éco vise avant tout à optimiser et à maximiser les flux et les profits. La fonction de production combine les facteurs travail et capital. Il note que le facteur « humain » subit le même traitement que le facteur « objet » Son amortissement (la restauration de sa force de travail) comme la machine est calculé au plus juste

249 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La logique des choses mortes La logique du système vise donc lexploitation de lhomme et de la machine. Non lépanouissement de lhomme Le système vise a accumuler le capital, facteur limitant le « développement » de la société Lenvironnement quant à lui est ignoré

250 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre biosphère Sphère des activités humaines économique

251 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La logique des choses vivantes Sauf que le monde ne marche pas comme cela pour RP. Il note les enseignements des écologues: si la biosphère ne se reproduit pas, à sa terme, se sont les conditions dune vie humaine sur terre qui sera impossible Il indique que les aspiration humaines dépassent largement laccumulation de biens matériel

252 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Léconomie inhumaine Sismondi: « gardons nous de la dangereuse théorie de cet équilibre qui se rétabli de lui même…il est vrai…mais au prix dune effroyable souffrance » Gildert: « donner davantage aux pauvres, cest réduire les incitations au travail…travail, famille et foi sont les seuls remèdes à la pauvreté »

253 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le mot dA.Jacquard Il indique quétymologiquement travail veut dire souffrance ce qui est vrai pour la majorité des humains sur terre Pour lui léconomique devrait être un outil au service de lhomme et non linverse La raison de subordination a été inversée

254 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La logique du vivant Le plus avoir pour lui ne peut plus se confondre avec le mieux être, hier quand le dénuement était criant, il nétait pas aberrant pour les économistes de partir de ce postulat. Aujourdhui les phénomènes de congestion, de saturation, déconomies externes montrent bien que la limite est atteinte

255 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La logique du vivant La justification de lactivité humaine se retrouve dans lhomme. « Lhomo spiritus » déborde largement de « lhomo oeconomicus » La relation de subordination doit être de cet ordre, de ce niveau donc dit RP Il faut passer pour RP de la logique des choses mortes à celle du vivant Cest ça le développement durable

256 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre économique Sphère des activités humaines biosphère

257 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Deux destructions créatrice en œuvre Léconomie est animée par un processus de destruction créatrice tout comme le vivant Le développement durable est la recherche permanente de lharmonisation de ces deux processus Qui ne peut se faire quen tenant compte de la réalisation des aspirations humaines, révélées par le débat démocratique et une nouvelle gouvernance mondiale.

258 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le principe de Jonas On aborde ici le champ des valeurs qui dépasse largement le champ de léconomique On nest plus dans le champ scientifique mais celui du débat démocratique Le champ des valeurs est subjectif et propre à chacun

259 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le principe de Jonas La préférence pour une vie durable est déjà un regard sur le champ des valeurs Est on déjà en dehors de la science? Jonas essaye de démontrer que lon peut objectivement établir la nécessité de préserver la vie

260 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le principe de Jonas Pour Jonas, le seul fait quelle existe nous invite à la protéger et quil y a obligation du faire La possibilité dune vie sur terre est remis en cause dans le TLT Il faut agir de manière responsable indique Jonas car les repères traditionnels qui nous guidaient sont aujourdhui dépassés

261 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le principe de Jonas « agit de façon à ce que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence dune vie authentiquement humaine sur terre » Il place la vie au cœur du principe de responsabilité et cest par ce que elle existe qelle doit durer Est il préférable quil y ait quelque chose ou rien?

262 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le principe de Jonas Pour Jonas le seul fait de se poser la question est une réponse Réponse auto référentielle Le seul fait de se poser la question de la préférence du vivant par rapport au rien contient en soi la justification de lexistence Et lexistence implique la nécessité de la prolonger, habilement Jonas tente ainsi de contourner le débat sur les valeurs.

263 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La théorie des facteurs limitants Selon RP, il faut revoir les repères anciens du passé et changer de regard sur notre monde: « en écologie, on parle de la loi du facteur limitant, qq soit le milieu, le développement dune espèce est limité par le facteur le moins bien adapté ». Si on transpose le concept en économie et sur lhomme on a: 1800: le capital------la croissance 1870 : le social le développement 1970: lenvironnemental-----le DD

264 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Nouveaux indicateurs PIB IDH Empreinte écologique, analyse éco énergétique Cette richesse produite par les hommes au bout du compte, quelle est sa vraie valeur économique?

265 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Nouveaux étalons de mesure La production mesurée quantitativement est censée améliorer qualitativement le niveau de vie des ménages En fait cette richesse est inégalement répartie sur la planète Loffre est sur saturée, pour continuer de vendre on crée chez le consommateur des besoins artificiels conditionnés par la publicité et véhiculé par les médias de masse

266 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Nouveaux étalons de mesures La saturation de la consommation de biens naide en rien lépanouissement des individus (cf. consommation danxiolytique record chez les français) Effets externes induits catastrophiques La richesse et la valeur cest autre chose (on retombe sur la joie de vivre de G.Roegen) Le plus avoir nengendre plus le mieux être

267 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Il ne remet pas en cause le marché, forme dorganisation efficace et performante Mais léquilibre ne peut se réaliser librement Il doit se faire sous contrainte humaine et environnementale, avec une régulation supérieure. DVP sous contrainte.

268 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Cest le boulot des économistes de faire désormais des propositions selon lui « dans un monde imparfait, où limperfection est un moteur de lhistoire, la question qui se pose nest pas celle e la réalisation dun optimum statique et définitif, mais celle du pilotage dune évolution permanente, consubstantielle à lexistence même de lunivers et de la vie »

269 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet « Nous sommes une espèce consciente qui possède la faculté de penser sa position et de prévoir les conséquences de ses actes au sein de ce milieu » RP En quoi passet est il différent de NGR?

270 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La bio-économie de R.Passet Chez Passet il ny a pas de déterminisme et de fatalité. Lhumanité peut se développer malgré lentropie grâce à lénergie de ses acteurs, qui peuvent changer la face du monde. (écart créateur) Passet met en avant une régulation sociale absente de chez Roegen Ils ont su associer tout les deux à leur construction théorique une conception de lhomme et une vision du monde.

271 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Annexe 1 La question du temps revue par les bioéco Les flux en économie sont maximisés Au niveau des RN, on maximise les flux et on amorti la capital et le travail On ne tient pas compte de la ressource naturelle Les RN se reproduisent sur un temps long, celui des grands cycles bio géochimiques

272 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La question du temps revue par les bioéco Pour le charbon, le cycle du carbone sest fait du un temps très très long, des millénaires Or la rationalité économique maximise les flux par rapport au stock, on cherche à tirer le max de profit avec le min de moyens En oubliant la reproduction du dit stock Est-ce bien rationnel tout ça?

273 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La question du temps revue par les bioéco Léconomie gomme le long terme Il faut penser sur le temps long Équité intergénérationnelle Équité intragénérationelle

274 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La question du temps revue par les bioéco On retrouve ici la définition du DD « Cest un développement satisfaisant les besoins du présent sans hypothéquer celui des besoins futurs »

275 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Annexe 2: Les définitions du DD Pezzey recense 60 définitions du DD, Hatem nous propose une grille de lecture pour y voir clair Vision écocentrée Vision anthropocentrée

276 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Écocentrées: la vie est ici posée comme valeur en soi, la pierre, larbre ont le même droit à lexistence que lhomme, cest la deep ecology. Lhomme est vu comme le perturbateur du système naturel Cette approche oublie que lhomme nest pas extérieur à la nature, elle est en lui et lui est en elle.

277 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Si on doit respecter la nature sans la toucher on se condamne On oublie aussi qun écosystème géré par lhomme peut être plus riche et vivre plus longtemps quun écosystème non géré Si on va au bout de cette logique, actuellement la planète ne peut supporter que 800 millions dâmes pour respecter la reproduction du milieu

278 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Anthropocentrées: la finalité cest tout de même lhomme et cest lamélioration de la condition humaine que lon vise avant tout Focalisation économique (NC): internalisation des EE, théorie substitution K tech avec K nat dans le temps (Solow), théorie des utilités intergénérationnelles (Pearce)

279 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Focalisation économique « Dans leurs relations avec lenvironnement, les théories de linternalisation négligent le fait que la nature ne se comporte pas selon la logique de lappareil économique ». RP Il oublient les effets de synergie, de seuil, damplification (cf. bout de chaîne alimentaire), dirréversibilité

280 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Focalisation écologique: il faut assurer la reproduction des écosystème en premier. Le K nat est irremplaçable. Ce raisonnement nest possible que dans les pays développés Focalisation sociale (F.Perroux): il faut que le coût de la reproduction de la ressource humaine soit pris en compte

281 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Reproduction physique (alimentation, condition de vie décente) Reproduction spirituelle (éducation, apprentissage dun métier) Reproduction culturelle (dun système de croyance, dune identité)

282 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les définitions du DD Autre grille de lecture pour analyser les définitin du DD sur la marché: les trois paradigmes Le DD « mécaniste » vu par les NC: internalisation, substitution K, utilité intergénérationnelle Le DD « entropique » ou la « décroissance conviviale » (cf. livre Latouche) Le DD « destruction créatrice » ou la recherche de lharmonisation positive entre deux processus antagoniques, ou tout est à inventer.

283 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Annexe 3: Les théories du développement local

284 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un peu de théorie pour comprendre pourquoi on parle de logiques territoriales On pensait durant les « trente glorieuses » que le développement économique devait être suscité par un centre fort (la capitale en France) et quil se diffuserait (par contamination) ensuite dans les « provinces ». Cest le modèle dit de la tache « dhuile ». Logique dite « Top-Down », descendante.

285 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Logique top down Dans ce modèle le centre (la grande ville) est attracteur, il attire à lui spontanément les richesses, les capitaux, le savoir, le pouvoir. Dans ce modèle la concentration des activités génèrent au niveau du tissu des entreprises des effets entraînant, positifs et dynamisant. On parle déconomies dagglomération.

286 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le pôle attracteur Au niveau global il y a donc des pôles dexcellence: les grandes métropoles qui se développent. Autour, un réseau de villes secondaires qui est dominé et qui subit les décisions du niveau supérieur (le centre). Elles sont « sous traitantes ». En périphérie, des zones en dévitalisation (le monde rural) qui est « sans atout » et condamné au déclin.

287 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les politiques daménagement du territoire des années 70. Elle furent crées pour lutter contre la désertification. Création de la DATAR qui a pour mission dobserver les évolution en cours, de faire de la prospective. Ces politiques « de solidarités » tentent de contrebalancer cette tendance à la métropolisation des espaces.

288 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Théorie mécaniste car Lagent économique et son potentiel de création nexiste pas On pense le développement par diffusion mécanique (tache dhuile) Vision déterministe: le centre est le plus fort Pour les NC le temps est linéaire et continu et lespace est homogène Le développement se fait en fonction de RN, du travail, du capital

289 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La réalité est plus complexe… Ce schéma ne permet pas de comprendre des phénomènes paradoxaux, ainsi on a vu: Des territoires ruraux dit « condamnés » connaître un développement de leurs activités, ex: Thiers et le couteau. Des pays périphériques connaître un « take off » imprévu autour des nouvelles technologies. Ex: lIrlande.

290 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre La réalité contredit la théorie... En parallèle on a vu que la logique descendante avait des limites ex: Limplantation des pôles industriels type Citroën Rennes (décision du pouvoir central) na pas générer une dynamique industrielle en Bretagne. Limplantation des télécoms sur Lannion a mis trente ans avant de créer une dynamique de développement autour des nouvelles technologies.

291 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Des chercheurs ont donc planché sur la question! Problématique traitée: pourquoi des zones dites « condamnées » sen sortent? Il y a til des ingrédients spécifiques qui permettent « de faire prendre la sauce » et de dynamiser une région? Est ce reproductible ailleurs?

292 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Nom des chercheurs En Bretagne Paul Houée des En France, A.Lipietz, B.Pecqueur, G.Benko. Des experts de la D.A.T.A.R comme Jean Louis Guigou Etc.

293 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Après observation et étude: Ils se sont aperçus que ces zones avait un projet de développement formalisé. Qui avait été co-construit localement par les élus, les entreprises, les experts, les techniciens, ladministration, la recherche. Centré sur un ou plusieurs métiers et sappuyant sur des compétences présentes sur le territoire, « des savoirs faire locaux ».

294 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Les ingrédients de la recette Avec la volonté farouche de continuer de vivre au Pays de la part de ces acteurs. De ne pas subir des décisions du pouvoir central ou des « multinationales ». Ex: Moulinex et le secteur dAlençon. De créer des espaces déchanges et de débats multi-acteurs.

295 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Cest quoi une logique territoriale? Cest un projet de développement défini à léchelle locale. Fédérateur, secteur privé-public, formation- recherche-développement. Pour lequel des financements existent, notamment européen. Lobjectif est dappuyer la création des entreprises, lemploi, la création de richesse.

296 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Concrètement donc: Fort de ce constat, les gouvernements (toutes tendances) ont décidé de promouvoir cette nouvelle forme de développement. Lidée est de combiner les deux logiques, ascendantes et descendantes Frein: La France est un vieux pays jacobin et centralisateur, on ne change pas les habitudes prises aussi facilement.

297 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Paradigme de la destruction créatrice Car lagent est Acteur du développement, il est entrepreneur de son futur Imprévisibilité des trajectoires, des dynamiques, lobjectif est de favoriser lémergence des projets portés par ces acteurs entrepreneurs La Flèche du temps existe, il y a un avant et un après, on réfléchit sur le LT Avenir ouvert fait de possibles à écrire

298 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un territoire cest donc Un projet co-construit autour de métier, de savoir faire locaux (pas toujours). Cluster. Une identité partagée, construite ou à construire Une maîtrise de louverture au monde: souvrir aux échange mais conserver son pouvoir et autonomie de décision Un processus de complexification en œuvre: le territoire acquière des propriétés nouvelles, de densifier les liens entre ses composantes. Une stratégie de long terme dans un rapport homme nature renouvelé

299 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Un territoire cest donc Lidée cest de rendre le milieu propagateur, cest-à-dire favorable pour incuber linnovation et la diffuser Lidée est de rendre les agents « acteurs » en tentant de favoriser les éléments étant dans une posture dentrepreneur innovateur

300 Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre Le développement territorial Le développement spatial se produit à travers tout un système dinteractions au niveau local et entre le niveau local et les autres niveaux Le développement ne saurait être appréhendé à travers la seule augmentation des facteurs de production. On met laccent ici sur lidée que le développement dépend de la manière dont le système est organisé (degré de diversité, degré de complexité ou dinter-relation).


Télécharger ppt "Jean François Le Clanche, Agrocampus Rennes, Novembre 2007. Lapproche bio-économique Un autre regard sur le monde, lhomme et léconomie."

Présentations similaires


Annonces Google