La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nosographies et séméiologies contemporaines Dr Yann Auxéméry Ecole du Val-de-Grâce Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nosographies et séméiologies contemporaines Dr Yann Auxéméry Ecole du Val-de-Grâce Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société"— Transcription de la présentation:

1 Nosographies et séméiologies contemporaines Dr Yann Auxéméry Ecole du Val-de-Grâce Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société Université Paris VII - Cycle de cours du Pr Hoffmann - 01/10/12 08/10/12

2 Introduction Nécessité de connaitre les nosographies classiques et modernes : Référentiel, langage commun aux soignants » Sintégrer dans une équipe » Faire passer des messages à des non soignants ou à des somaticiens qui ne connaitraient pas la psychologie mais ont souvent appris la nosographie » Répondre aux questions des patients - Presse du vulgarisation - Information du Web Rendre des comptes : » En responsabilité (formalisation des dossiers psychologues) » Cotation des actes Critique de la nosographie toujours en mouvement

3 Les nosographies Toujours fondées sur un modèle théorique revendiqué ou implicite : Descriptif Psychodynamique Neurobiologique Cognitif et comportemental Une tendance moderne à lassociation des modèles théoriques

4 La nosographie classique : « parler la clinique quotidienne » Le « NPP » ou le « per – né – psy » Névroses, Psychoses et Perversion Trois grands cadres théoriques : – Névroses : la structure psychopathologique habituelle » Intégration de données modernes – Psychoses : détachement majeur de la réalité » La pose dun « diagnostic » psychiatrique ou psychanalytique – Autres : perversion, psychosomatique, état limite ou borderline, « psychose hystérique » » La remise en cause des modèles par lévolution de la clinique

5

6

7 Les Névroses Névrose dangoisse Fréquent et mal diagnostiqué Névrose phobique Fréquent et peu traité Névrose hystérique Liens des théories freudiennes à la modernité Névrose traumatique

8 Névrose dangoisse

9

10 Névrose dangoisse : la répétition de crises dangoisse « Langoisse est définie par lensemble des troubles physiques qui concourent à donner à lanxieux limpression quil est serré dans un étau, étranglé, tordu, aux portes mêmes de la mort ». Henri Ey, Leçon inédite, Association : Fond anxieux chronique inter-critique Crises dangoisse aiguë survenant sans facteurs déclenchant spécifiques Absence de symptômes phobiques, hystériques ou obsessionnels prégnants La névrose dangoisse atteint davantage les femmes, apparaît en fin dadolescence et évolue souvent vers dautres névroses plus structurées

11 Clinique de la crise dangoisse Début brutal, secondaire ou non à un facteur déclenchant Association dune triple symptomatologie : Somatique dominante : nécessité déliminer une urgence médicale »Symptômes cardio-vasculaires : palpitations, précordialgies, oppression thoracique »Symptômes respiratoires : sensation détouffement, polypnée »Symptômes neurologiques: céphalées, vertiges, tremblements »Symptômes digestifs : vomissements, douleurs abdominales, spasme pharyngé Psychique : peur dun danger imaginaire »Peur de devenir fou »Peur de mourir ou davoir une maladie grave »Peur de ne pouvoir être secouru »Peur de commettre un acte dangereux Psycho-sensorielle : déréalisation et dépersonnalisation »Dépersonnalisation »Distorsion des perceptions sensorielles (modification de lintensité lumineuse, de la vision, des distances) »Trouble de la conscience Conséquences comportementales : »Inhibition, suspension de toute activité »Agitation, affolement, raptus suicidaire Fin de la crise en quelques minutes ou quelques heures Anxiété intercritique ou anticipatoire définit par la « peur davoir peur » soit la crainte de déclencher une nouvelle crise dangoisse.

12

13 Evolution de la névrose dangoisse Périodes de rémission et dexacerbation des crises en fonction dévènements de vie Complications : –Liées aux moyens utilisés pour faire cesser langoisse : Abus dalcool Abus de médicaments anxiolyiques –Dépression : la plus fréquente des complications –Conduites suicidaires –Névroses plus structurées (hystérique, phobique, obsessionnelle, hypochondriaque) –Maladies psychosomatiques : hypertension artérielle, asthme, ulcère gastroduodénal

14 Névrose phobique

15 Névroses phobiques Plusieurs névroses phobiques : Agoraphobie Phobie sociale Phobies spécifiques Crises dangoisse impliquées par la présence dun objet ou dune situation ne présentant pas de caractère objectivement dangereux Conscience du caractère morbide du trouble Présence de conduites dévitement de langoisse : Évitement de lobjet ou de la situation phobogène Réassurance par des personnes ou des objets contraphobiques Fuite en avant avec affrontement délibéré du danger par défi

16 Agoraphobie Débute entre 15 et 35 ans Prédominance féminine Phobie dans des situations spécifiques Départ du domicile Transports en commun Lieux publics (centres commerciaux, places)

17 Phobie sociale Prévalence plus élevé chez lhomme Age dapparition entre 15 et 20 ans Peur de se retrouver dans une situation où lon se trouverait confronté à lattention dautrui Peur dagir de manière humiliante ou embarrassante Le sujet redoute toute situation où il risque dêtre soumis à la critique Peur, en public de : Parler ou écrire, répondre à des questions Manger Transpirer Trembler Rougir Evitement des situations redoutées Autodépréciation

18 Phobies simples Peur isolée dune seule situation ou dun seul objet Certaines phobies simples appartiennent au processus de développement : phobie du noir, des gros animaux Le plus fréquemment : phobie dun animal Phobies multiples : »Du sang, de certains actes médicaux »Des hauteurs et des espaces clos »Voyages en avion ou bateau »Dobjets contondants (couteaux, fourchettes…) Phobies dimpulsion : peur de réaliser un comportement (se jeter dune fenêtre ou sous une voiture, blesser lun de ses enfants…)

19 Névrose hystérique

20

21 Association possible de plusieurs éléments: – Symptômes conversifs : expression somatique – Symptômes dissociatifs : expression psychique – Tonalité dépressive (parfois délirante) – Traits de personnalité histrioniques ou passifs- dépendants – Présence de bénéfices secondaires – Relation au médecin caractéristique (Lhystérie, le sexe et le médecin, L. Israel)

22 Personnalité hystérique Histrionisme ou théâtralisme : Volonté de plaire, de séduire, daccaparer lattention Caractère plastique et suggestible Modification de rôle fonction des circonstances, de lauditoire, du désir de lautre Attiré par une perfection mythique, souvent médiée par un modèle féminin Dramatisation, mythomanie, romanesque Hyperréactivité émotionnelle : Hyperexpressivité affective avec versatilité Troubles caractériels avec intolérance à la frustration, irritabilité, impulsivité Labilité de lhumeur : – Egocentrisme – Décharges émotionnelles par crises de larmes et scènes de colère spectaculaires Dépendance affective : Soit recherche active de valorisation dans une tâche altruiste Soit passivité avec immaturité voire infantilisme. En quête de réassurance, de protection. Troubles sexuels : Crainte de la sexualité avec évitement des relations sexuelles, souvent vécues sans plaisir physique Hypersexualité apparente avec séduction et érotisation des rapports sociaux

23 Symptômes hystériques Variabilité de lévolutivité du symptôme: Accessibilité à la suggestion Mimétisme Réversibilité : Même si évolution parfois chronique, non figée Absence de simulation consciente Présence de bénéfice primaire : Arrêt ou baisse de lanxiété causée par le conflit inconscient Classique « belle indifférence » aux troubles Présences de bénéfices secondaires : Fuite de responsabilités Régression Absence de maladie organique : Examens cliniques et complémentaires réalisés Pas de systématisation neuroanatomique

24 Conversion hystérique aiguë Crise dagitation psychomotrice avec décharge émotionnelle théâtrale Crise tétaniforme Crise syncopale ou lypothymique : – Pâleur – Effondrement Crise convulsive Crise extrapyramidale : – Accès de hoquets, bâillements, éternuements – Crise de rire ou de pleurs – Tremblements, mouvements choréiformes Crise léthargique pseudo-comateuse Crise cataleptique : – Suspension brutale de toute activité motrice – Contracture des membres

25 Manifestations conversives chroniques Troubles moteurs : Paralysies systématiques dun groupe de mouvements – Astasie/abasie (impossibilité de se tenir debout et de marcher) – Trouble de la phonation (aphonie, voix chuchotée…) Paralysies focalisées dun membre ou dun segment – Paralysie dun bras Paralysies généralisées – Hémiplégie, paraplégie Contractures localisées ou généralisées – Camptocormie (plicature du tronc) – Grossesse nerveuse : cathiémophrénose (contraction diaphragmatique impliquant météorisme abdominal, aménorrhée et gonflement mammaire) Troubles de la sensibilité : Anesthésies superficielles (cutanées) ou profondes (vaginales, pharyngées) Hyperesthésies Algies (70% des symptômes conversifs) : céphalées, rachialgies, douleurs pelviennes – Douleurs continues ne perturbant pas le sommeil – Impotence fonctionnelle majeure – Résistance à tout traitement antalgique Troubles de la sensorialité : Vision : flou visuel, cécité, diplopie, scotome Audition : surdité Troubles neuro-végétatifs : spasmes des muscles lisses Spasmes digestifs : dysphagie œsophagienne (globus hystericus), vomissements Spasmes respiratoires : toux incoercible, dyspnée asthmatiforme Spasmes des voies urinaires ou génitales : pollakiurue, dyspareunie, vaginisme

26 Grande crise hystérique

27

28 Freud et la Salpêtrière entre organogenèse et psychogenèse Charcot pense lhystérie daprès le modèle de lépilepsie, envisageant une origine neurofonctionnelle à la conversion, caractérisant une lésion neuronale dynamique et réversible. Freud fonde une théorie de lappareil psychique différent du cérébral : Inconscient pulsionnel en interaction avec les impératifs sociaux rappelés par la conscience vigile, Conversion comme une symbolisation, au minimum partielle, qui rend compte dun conflit psychique. Mettant en défaut un refoulement totalement opérant, une appétence pulsionnelle inconsciente mais inconciliable avec les convenances morales du moment se transmute, via un symptôme qui touche au corps, inscrit dans le soma une métaphore, un hiéroglyphe à déchiffrer. Le symptôme conversif détient un sens et sadresse à autrui. La fonction lésée aurait pu servir à lassouvissement du désir qui, de part limpotence fonctionnelle présentée, se trouve être irréalisable. Les symptômes hystériques sont ainsi très divers, mais touchent la vie de relation. Ces symptômes qui paralysent le désir diminuent langoisse, caractérisant un bénéfice primaire.

29 Les critiques de Freud Babinski évoque une voie de continuité de lhystérie à la supercherie consciente (Babinski, 1909). Pour mieux étudier scientifiquement les symptômes hystériques, lEcole de Saint-Louis divise lhystérie classique en troubles somatoformes, troubles dissociatifs et personnalité histrionique (Guze, 1969). Si le DSM-IV-TR (classification américaine) thésaurise la conversion dans le cadre des troubles somatoformes, la CIM-10 (classification internationale) intègre la conversion au cœur des troubles dissociatifs (APA, 2000).

30 Conversion et modernité En 2012, les troubles conversifs posent de nombreuses difficultés diagnostiques et thérapeutiques. Les conversions motiveraient près de 5% des consultations à lhôpital général et jusquà 30% en milieu spécialisé neurologique. 20 à 50% des troubles conversifs sont secondairement révisés comme étant en fait des maladies neurologiques. 10% des pathologies initialement appréhendées sous langle neurologique seront finalement considérées comme psychogènes. Sassocient régulièrement des dimensions conversives à des symptômes somatiques à lorganicité authentique. Lélimination dune pathologie organique se heurte aux limites de la sensibilité des examens paracliniques. Une explicitation psychopathologique positive nest pas systématiquement théorisable pour expliquer les troubles.

31

32 La modernité confirme les théories freudiennes Les études dimagerie cérébrale fonctionnelle permettent dentrevoir les bases neuronales de la conversion (Cojan 2009, De Lange 2010). Les images confirment scientifiquement que conversion et simulation font intervenir des mécanismes cérébraux distincts. Freud a eu le mérite de définir la conversion grâce à un diagnostic positif psychopathologique, et non pas en se contentant dune stratégie délimination par défaut de lorganicité. La neuroimagerie moderne construit également un diagnostic positif sans se contenter déliminer une organicité (tumeur cérébrale, accident vasculaire).

33 Troubles dissociatifs hystériques Amnésie psychogène Fugue amnésique Dépersonnalisation États crépusculaires États somnambuliques Inhibition intellectuelle « Pseudo » -dépression, -démence, -délire

34 Symptômes dissociatifs Difficulté de synthèse de fonctions normalement intégrées : conscience, perception de soi, mémoire, identité… Troubles mnésiques : Amnésies lacunaires ou sélectives Souvent lobjet de fugues amnésiques Compensation de lamnésie par des fabulations romanesques ou des illusions mnésiques Reconstruction du passé Personnalité multiple Troubles de la conscience : États crépusculaires : ambiance de déréalisation avec état oniroïde Somnambulisme Etats seconds : état transitoire de transe ou dextase mystique Pseudo troubles mentaux : Délires hystériques surtout onirique avec illusions perceptives, hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques Pseudo-démence hystérique : désorientation temporospatiale, réponses absurdes, variabilité des performances intellectuelles

35 Névrose obsessionnelle

36 Personnalité anankastique (syn : obsessionnelle) Pensées obsédantes : obsessions secrètes Actes : rituels et compulsions extériorisés Reconnaissance totale du caractère absurde de la pensée ou de lacte (caractère égodystonique)

37 Personnalités obsessionnelles Personnalité psychasthénique (Janet) : Scrupules et doutes limitant la capacité daction Rêverie contemplative et intellectualisation Hésitations sempiternelles, ruminations, introspection anxieuse. Procrastination, lenteur, perfectionnisme Sentiment douloureux de culpabilité et dincomplétude Inhibition affective, froideur et hyposexualité Personnalité anankastique (Schneider) : Soumission à la contrainte par crainte dinsuffisance, de culpabilité, de malfaisance Vérification, précautions excessives Ruminations de doutes Personnalité obsessionnelle (Freud) : Amour de lordre Parcimonie voire avarice Obstination

38 Obsessions Idées, affects ou images qui surgissent dans la pensée en simposant de manière répétitive et involontaire à la conscience du sujet Le sujet reconnaît cette pensée comme sienne malgré son caractère absurde voire pathologique Lutte anxieuse contre ces idées Différentes obsessions : Idéatives Phobiques impulsives Thématique des obsessions : Morale : folie du doute, maladie des scrupules Religieux : dieu, la mort Ordre, symétrie, précision Pureté, crainte contre les contaminations

39 Différentes Obsessions Obsessions idéatives : Intrusions répétitives – Didées religieuses, morales, agressives – De mots ou dimages mentales absurdes ou obscènes Entraîne dinterminables interrogations et ruminations avec scrupules perfectionnistes Vie uniquement imaginaire Doute de la responsabilité de ses actes: tricherie, ouverture du gaz, accident de la voie publique, manque de respect à autrui. Obsessions phobiques : Peur permanente même en dehors de lobjet phobogène Obsessions impulsives : Crainte de commettre contre sa volonté un acte absurde, ridicule, immoral ou agressif Lutte anxieuse contre ces obsessions Rituel conjuratoire ou ébauche symbolique de lacte Jamais de passage à lacte

40 Rituels et compulsions Actes compulsifs (ou compulsions) : Actes répétitifs simposant au sujet Secondaires aux idées obsédantes Impossible dempêcher laccomplissement de lacte Thèmes des compulsions identiques à ceux des obsessions Le sujet est soulagé par la réalisation de lacte – Ex : pour lutter contre une pensée agressive envers ses parents, un sujet marchera sur les talons Rituels et vérifications : Actes compulsifs élaborés et complexes Actions cérémoniales primordiales pour le sujet Rituels : séquences dactes élémentaires » Habillage, toilette, cuisine, coucher, rangement, nettoyage » Arythmomanie Vérification : contrôler la réalisation dun acte élémentaire » Vérification davoir fermé le gaz ou la porte de sa maison » Ne pas avoir fait derreur de calcul ou de rédaction » Ne pas avoir laissé de traces sur son passage

41 Névrose traumatique

42

43 Différents Traumatismes psychiques Traumatisme unique » Agression, Viol, Accident de la route » Fait de guerre Traumatismes multiples » Maltraitances infantiles » Séquestration, torture Intrication dune blessure somatique, en particulier neurologique » Accidents à la fois psycho et organo traumatiques » Traumatismes crâniens et psychiques souvent intriqués

44 Événement traumatique Définition du DSM-III et suivants Le sujet a été exposé à un ou plusieurs événements traumatiques qui 1) Impliquaient la mort, le risque de mort ou de blessure sévère ou une menace pour son intégrité physique ou celle des autres 2) Sa réaction comportait peur, impuissance, horreur Il en a été la victime comme spectateur, témoin ou acteur. Le traumatisme est un stimulus important, une agression caractérisée.

45 Etat de stress post-traumatique : Trois cadres symptomatiques Syndrome de répétition traumatique (SRT) » Cauchemars à lidentique de la scène traumatique » Souvenirs répétitifs envahissants » Impression de revivre lévènement au présent Evitement » Des situations, des activités, des personnes qui rappellent le traumatisme Hyperactivité neurovégétative » Irritabilité » Hypervigilance » Réactions de sursaut

46 Un trépied diagnostique ESPTESPT REVIVISCENCES : - Cauchemars - Ecmnésies - Illusions perceptives HYPERVIGILANCE : - Réactions de sursaut - Hyperéveil - Tachycardie EVITEMENT : - Psychiques - Comportementales - Dysphorie

47 La pratique clinique La forme typique est rarement directement retrouvée en pratique : Association du trépied diagnostique à des signes cliniques aspécifiques : Troubles anxieux : trouble panique, crises dangoisses, phobie sociale Troubles thymiques essentiellement dépressifs Somatisations Addictions Le sujet psychotraumatisé sollicite le système de soins pour dautres raisons que son trauma

48 Les manifestations cliniques classiques : Substances, Soma, Suicide. Lusage de substances psychoactives : Comorbidité croisée avec lusage dalcool, de cannabis, danxiolytiques… LESPT majore les risques dune consommation antérieure qui était déjà le lieu de mésusage Aggravation du pronostic des troubles comorbides Les souffrances somatiques chroniques : Traumatismes physiques et somatiques régulièrement intriqués (IED et trauma crânien) Impression subjective de moins bonne santé physique Les conduites suicidaires : Plus de mort par suicide que du fait des combats ? Equivalents suicidaires comme la conduite automobile dangereuse, la consommation de drogues ou les actes hétéroagressifs

49 Les découvertes cliniques modernes Les états dissociatifs paroxystiques : Altération du lien entre différentes fonctions de conscience normalement intégrées (mémoire, identité, perception de lenvironnement) Déréalisation et dépersonnalisation Forme dESPT avec répétitions dépisodes dissociatifs Le retentissement psychotique : Symptômes psychotiques positifs (hallucinations) et négatifs (repli autistique) Différents dune maladie schizophrénique ou dun trouble bipolaire La parole des proches : Déclenchement de lESPT à larrière, au retour à la sécurité Accès ubiquitaire à linformation médicale via lInternet

50 « Le syndrome aux différents visages » The many faces of PTSD oLe tableau clinique classique nest jamais spontanément un motif de consultation pour des raisons étiopathogéniques oLe médecin généraliste est particulièrement sollicité via les comorbidités somatiques, addictives et anxiodépressives Ne pas attendre une demande directe de soins de la part des personnes psychotraumatisées : Notion dindicibilité du trauma Nécessité dun repérage ciblé pour accélérer la prise en charge et améliorer le pronostic

51 Une tragédie classique

52 Trois temps psychiatriques 1)La réaction immédiate au trauma 2) La phase de latence 3) Le syndrome de répétition traumatique

53 Structuration psychopathologique (1) FR : facteurs de risque ESA : état de stress aigu ESPT : état de stress posttraumatique Facteur déclenchant ESPT Trauma ESA Éléments traumatiques initiaux FR Latence Effroi « trauma ancien »

54 Réaction aiguë à un facteur de stress : les réactions immédiates Réactions immédiates ou différées de quelques heures, éphémères Confusion psychogène Immédiate ou après intervalle libre Trouble de la conscience, désorientation, perplexité anxieuse, onirisme Réactions aiguës dangoisse Crise dangoisse somatique bouche sèche, striction et oppression, dyspnée, tachycardie, sueurs, pâleur, tremblements, diarrhée Sensation de mort imminente Agitation, fuite en avant, sidération, conduite suicidaire, quête agressive de réassurance Réactions émotionnelles immédiates Réactions psychotique de durée brève (BDA) Réactions hystériformes – Phénomènes de conversion, crises excito-motrices, états crépusculaires – Accentuation de traits de personnalité histrionique théâtralisme, hyper suggestibilité, labilité des conduites

55 Temps de latence Pendant lévénement traumatique la victime présente le plus souvent un comportement adapté Pendant les heures, les jours, les semaines qui suivent il y a une période asymptomatique (silence clinique) Ou une période paucisymptomatique * signes mineurs danxiété * réactions émotionnelles aiguës Cest un temps de médiation, de réorganisation à la recherche dun autre équilibre Le syndrome de répétition se manifestera plus tard, parfois 20 ans après, secondairement à un facteur déclenchant

56 La clinique descriptive de lESPT : apport épidémiologique Troubles somatiques Addictions Troubles anxieux et dépressifs SYMPTÔMES SPECIFIQUES Retentissement psychotraumatique au cours du temps SYMPTÔMES ASPECIFIQUES :

57 La clinique descriptive de lESPT : limites Non équivalence des notions de stress et de trauma : une évidence clinique Des facteurs stressants nentraînent pas nécessairement un ESPT. Le trauma est souvent vécu sans stress ni peur, mais dans un ressenti deffroi. Parmi des sujets confrontés à la même situation potentiellement traumatogène, seuls quelques uns développeront un ESPT. Mais ces sujets psychotraumatisés ne feront pas « le même ESPT » : les reviviscences seront différentes. Les conclusions des études neurobiologiques : Aucune étude neurobiologique n'a pour l'instant trouvé de marqueur biologique qui destinerait, a priori et immanquablement, un sujet à structurer un état de stress post-traumatique en réaction à une situation de stress. Différemment, l'étude psychopathologique découvre a posteriori que tel sujet a nécessairement construit un syndrome de répétition traumatique en fonction de la concordance de données signifiantes relatives à son histoire. STRUCTURATION PSYCHOPATHOLOGIQUE Lévènement vient frapper un refoulement ou une impasse biographique antérieure dont la thématique interroge les fondamentaux de la culture humaine dans son émancipation davec la nature. STRUCTURATION SOCIOPATHOLOGIQUE

58 Etiopathogénie du trouble Facteurs individuels : -Génétiques -Psychopathologiques Facteurs sociaux : -Définition de lESPT -Valeurs morales Lévènement traumatogène : -Non nécessairement traumatique -Facteur de risque de trauma

59 Structuration psychopathologique FR : facteurs de risque ESA : état de stress aigu ESPT : état de stress posttraumatique Facteur déclenchant ESPT Trauma ESA Éléments traumatiques initiaux FR

60 Structuration sociopathologique L« Etat de Stress Post-traumatique » : Pourquoi renommer un syndrome antique ? Premières descriptions cliniques remontent aux campagnes des légions romaines. Pourquoi renommer un trouble en 1980 ? Pour modifier sa prise en charge médico-sociale : – Demande des compagnies dassurance de critères simples – Considérer le trouble comme une réaction normale à une situation anormale (réaction au stress) Limite linvestigation psychopathologique Déculpabilisation de la société américaine (opinion publique américaine opposée à la guerre en fin de conflit) Déresponsabilisation du soldat de possibles exactions LESPT peut survenir lorsque le patient est lauteur dagressions : inversion de la part de responsabilité criminel / victime

61 Létat de stress post-traumatique est une pathologie qui interagit avec le contexte sociétal : dune part le trauma sétablit sur la remise en cause brutale de valeurs sociales qui semblaient immuables et dautre part, le concept clinique et nosographique détat de stress post-traumatique est changeant avec lévolution des sociétés. Un état de stress post-traumatique ne survient jamais par hasard, les conditions de possibilités du trauma sont établies par des déterminants génétiques et psychologiques sintégrant de façon interactive au cœur dun contexte social. Le syndrome de répétition traumatique est ainsi le résultat dune interaction entre un sujet, un facteur traumatique et un contexte social. La définition changeante de létat de stress post-traumatique est issue dune réflexion scientifique très déterminée par le contexte socioculturel et dans le même temps, le traumatisme psychique est causé par la faillite de valeurs sociales sécurisantes qui étaient considérées comme immuables par le sujet psychotraumatisé. La clinique ne sétablit pas sur des référentiels figés : lévolution des techniques de génétique et de neuroimagerie participe à la modification de notre regard sur les traumatismes psychiques et leurs possibilités thérapeutiques. Les conclusions des études scientifiques sintéressant à linteraction gènes environnement ne sont pas étrangères à la subjectivité : la subjectivité du chercheur qui établit un protocole fait écho à la subjectivité du patient qui développe un état de stress post-traumatique. Nétant pas simplement universel comme une réaction biologique à un stress pour au contraire sattacher au singulier et aux circonstances sociales, le traumatisme individuel du patient et sa théorisation par le clinicien-chercheur rejoignent la subjectivité de lun comme de lautre, via la subjectivité de lépoque à laquelle ils appartiennent.

62 Les psychoses Non dissociatives (modèle de la paranoïa) Dissociatives (modèle de la schizophrénie)

63 Caractériser un délire Mécanismes : Intuitif Interprétatif Illusions Hallucinatoire Thèmes : Persécution Mégalomaniaque Mystique Messianique De Filiation Systématisation : Secteur ou Réseau Conviction : totale ou partielle, accès à lautocritique ou à celle dautrui Participation affective : émotionnelle et thymique Evolution : aiguë ou chronique

64 Psychoses non dissociatives

65 Les psychoses paranoïaques Délires monothématiques Délires passionnels : Développement en secteur à partir dune idée prévalente Interprétations circonscrites et secondaires Délires dinterprétation : Enrichissement progressif des interprétations en réseau Idée directrice en arrière plan Délire des sensitifs : Personnalité sensitive Délire en secteur Hyposthénique et dépressogène

66 Délires passionnels Trois délires passionnels : De revendication Érotomaniaque De Jalousie Postulat de base = conviction délirante Centration sur un thème prévalent, obsédant, localisé à un fait déterminé : Une perte Un dommage Une théorie abstraite Revendication affective ou matérielle Comportements pathologiques secondaires au délire Participation émotionnelle, affective et thymique intense

67 Délires de revendication Délires monothématiques interprétatifs basés sur la conviction dun préjudice subi : Sentiment de persécution initial Réponse hypersthénique avec dépôts de plaintes, volonté de procès Lagressivité et la quérulence ont pour objet de faire triompher la vérité, réparer un préjudice et punir le responsable Quérulent processif : conviction de spoliation Multiplication de procès en appel, refus de toute conciliation Suspicion de la corruption des juges et de la mauvaise foi des témoins Inventeur méconnu : Convaincu davoir réalisé une grande découverte mais que personne ne veut reconnaitre Idéaliste passionné : idéologie mystique, sociale ou politique Fondations dassociations, rédactions de pamphlets Prosélytisme infatigable avec volonté de transmission de leur foi Filiation : conviction dune ascendance aristocratique ou princière Sinistrose : Secondairement à un accident de travail ou un accident de la voie publique Réclamation acharnée dune pension, dune majoration du taux dinvalidité Multiplication de demandes de contre-expertise Hypochondriaque persécuteur : Secondairement à des soins médicaux jugés insatisfaisants Poursuite des soignants avec exigences de réparation

68 LErotomanie G.G. De Clérambault Lérotomanie se développe en trois stades chronologiques : 1) Espoir : phase la plus longue » Interventions et poursuites incessantes de lobjet (visites, lettres, cadeaux, appels téléphoniques) » Si lobjet ne répond nullement aux avances, cest sa discrétion ou son mariage qui len empêche » Tout refus de communiquer de lobjet est interprété comme une preuve damour supplémentaire 2) Découragement puis dépit : ressentiment toutefois non dénué despoir 3) Rancune : explosion dinvectives, de chantages, de menaces 4) Risque de passage à lacte hétéroagressif Prédominance chez la femme seule de ans Conviction, « illusion délirante dêtre aimé » par une personne de situation sociale classiquement élevée et ayant une certaine notoriété Mécanisme initialement « passionnel » puis association à des interprétations (et dautres mécanismes possibles) : Conviction que le tiers signifie son amour Toute vie idéo-affective se subordonne à lextension de lactivité délirante Labsence de réponse et de réciprocité de lobjet alimente la passion délirante Développement en secteur permettant un bon fonctionnement professionnel qui soppose à lappauvrissement affectif

69 Délire de Jalousie Début insidieux avec installation dune idée fixe secondairement confortée par de multiples interprétations : 1) Suspicion dinfidélité du conjoint 2) Conviction dinfidélité Doute dêtre tromper présent en permanence Sentiment de frustration et de dépossession impliquant des comportements denquêtes, de filatures, dinterrogation des proches Mécanismes interprétatifs et illusions mnésiques : Les coïncidences deviennent des preuves irréfutables Les impossibilités matérielles sont niées Le délit imaginé devient une certitude inébranlable Consommations alcooliques comme facteur aggravant Evolution émaillée dexacerbations hétéro-agressives contre le conjoint et/ou le rival, ponctuées de phases daccalmie avec effondrement dépressif. Le conjoint peut parfois : Se résigner à « avouer » une fausse tromperie pour espérer un soulagement Réellement tromper le conjoint devenu insupportable « Plût au ciel quil suffise dêtre cocu pour nêtre pas délirant » De Clérambault Triangulation de la relation hétérosexuelle permet une relation imaginaire conflictuelle homosexuelle avec le rival (crime passionnel) Idéalisation amoureuse du rival attribué par projection au conjoint Formule de Freud « Je laime cet être de mon sexe. Ce nest pas lui que jaime. Cest elle qui laime ».

70 Délire dinterprétation « Folie raisonnante » de Sérieux et Capgras, 1909 Tout fait sens avec signification personnelle péjorative Elaboration dinterprétation en un système cohérent parfois partagé (Folie à deux) Indices dhostilité et témoignages malveillants Impression de provocations multiples de la part dautrui Les mimiques et gestes dautrui sont affectés dintentionnalité Le langage dautrui est truffé dallusions perfides, de dénonciations subtiles et de sous-entendus Fausseté du jugement en raison dinductions et de déductions erronées Thèmes : Persécution, préjudice et malveillance Mégalomanie souvent secondaire à la persécution Idées de référence Développement du délire en réseau

71 Délire de relation des sensitifs Kretschmer Personnalité antérieure sensitive avec : Sujet inhibé, scrupuleux avec impression de vulnérabilité Intériorisation des conflits Ambition sociale limitée Sexualité inhibée Surgissement dun délire relationnel secondairement à un évènement, une situation de conflit social Conflits professionnels, humiliation, frustration Conflits familiaux Idées de persécution : impression dhostilité, dallusions péjoratives, de rejet, de bouc émissaire Exacerbation secondaire de la susceptibilité, de lhyperesthésie des relations à autrui Idées de références Impressions de brimades et de vexations Allusions péjoratives et malveillantes émanant de lentourage Pas de revendication mais une résignation dépressive : Hyposthénie – Psychasthénie Somatisations anxieuses voire hypochondrie

72 Psychose hallucinatoire chronique Ballet, 1912 Entité clinique francophone Basée sur un syndrome d'automatisme mental Femme de la quarantaine Apparition brutale d'un épisode délirant hallucinatoire avec automatisme mental et thématique d'influence

73 Psychose hallucinatoire chronique (2) Automatisme mental Perte de contrôle de la vie psychique – Écho (pensée doublée, répercutée), anticipation de la pensée, de l'écriture, de la lecture – Impression de vol, de devinement de la pensée plus rien nest à moi – Commentaire, critique et énonciation des actes Syndrome dinfluence – Soumission aux ordres et commantaires qui imposent idées, choix et actes Délire chronique : Thématique – Persécution avec persécuteurs de désignation imprécise – Influence Mécanisme – Hallucination : » Auditive : voix à contenu injurieux, accusateur ou menaçant garce, assassin, on va te tuer très sensorialisé et localisé (provenance du plafond, de conduties deau) tonalité reconnaissable (voix dhomme, voix de la concierge) » Acoustico-verbale » Olfactive : odeurs de gaz, cacosmies » Cenesthésique : génital, sensation de courant électrique, de coït à distance consenti ou imposé, orgasmique ou douloureux » Visuelle » Gustative : dysgueusie, crainte d'empoisonnement Systématisation cohérente Participation affective : passivité et dépression Retentissement important sur la vie sociale et la vie quotidienne Conservation de la lucidité et des capacités intellectuelles Absence de critique

74 Psychose hallucinatoire chronique (3) Conviction délirante : Dialogue avec les voix Attitudes d'écoute Bouchage des oreilles Suicide secondaire à une injonction hallucinatoire Sectorisation du délire qui respecte en partie le jugement, la vie affective et sociale : possible enkystement autour dun noyant délirant discret. Sous traitement dans certains cas, le patient peut plaisanter avec ses voix, les ignorer, et les trouver finalement bienveillantes « tu es la plus belle maintenant... ».

75 Paraphrénie « le délirant fantastique a son esprit dans les cieux, mais les pieds sur la terre » H. Ey Mécanisme Imaginaire : la pensée magique et la fabulation Production imaginative et idéique luxuriante Parfois des expériences hallucinatoires Thèmes Fantastique Mégalomaniaque Création surréaliste où le sujet occupe le centre Fiction poétique et romanesque avec création de faux évènements et de faux souvenirs que le sujet se raconte à lui-même Structure sectorisée : – Paraphrénie confabulante : Créations imaginaires affabulées Idées de grandeur gravitant souvent autour dune thématique de filiation La fabulation senrichi du réel, saliment de conversations et de lectures, transfigure les éléments. – Paraphrénie fantastique Production luxuriante prodigieuse Participation affective Intense avec exhaltation voire euphorie Pas de troubles du comportement toutefois Intégrité de la pensée logique et sectorisation en secteur restreint à lintimité : excellente adaptation à la réalité extérieure

76 Schizophrénies Bleuler, 1906 (Daprès les description de la démence précoce de Kraepelin, 1896) Die Spaltung, traduit en français par « la dissociation » est lélément cardinal du diagnostic : Dissociation intrapsychique : » Perte de lenchaînement des idées » Troubles du langage, barrages Dissociation du Moi davec le monde extérieur : « autisme » Des symptômes secondaires peuvent être présents : Délire Hallucinations Catatonie Décompensations dépressives ou maniaques Troubles du jugement et du raisonnement Apragmatisme

77 La dissociation schizophrénique Présente au niveau de toutes les dimensions de la vie psychique (intellectuelle, affective et comportementale), lesquelles ne sont plus reliées harmonieusement. « spaltung » Bleuler. Evolution fréquemment démentielle du trouble sans traitement. « dementia praecox » Kraepelin.

78 Discordance : dissociation comportementale Ambivalence : Affective : rire/colère, fusion/séparation, désir/rejet De la volonté : souhaite sortir de lhôpital mais reste Intellectuelle : « je suis le fils de ma mère, mais je ne suis pas son fils » Bizarrerie Impénétrabilité du discours Discours énigmatique, hermétique Détachement du réel

79 Epidémiologie Prévalence : 1% de la population générale Début des troubles : entre 15 et 25 ans Donc cest un problème très fréquent et 10% des français auraient un ami ou un parent proche atteint de ce trouble.

80 Etiologie Multifactorielle Facteurs génétiques nécessaires mais pas suffisants : 50% de risque chez les jumeaux homozygotes 10% si parent du premier degré (père, frère) 4% si parent du deuxième degré (oncle, cousin) Facteurs de stress précipitants : Rôle de certaines infections (HSV, toxoplasmose) Stress psycho-social Facteur de régulation de système neurobiologique dopaminergique, sérotoninergique et noradrénergique

81 Modèle neuro-développemental

82 Diagnostic Présence dun syndrome dissociatif, avec ou sans syndrome délirant Détérioration du fonctionnement antérieur Evolution constante du trouble sur 6 mois Absence de trouble somatique ou de prise de toxique expliquant les troubles psychotiques Début brutal ou progressif

83 Mode dentrée progressif dans une psychose

84 Début brutal Dans la moitié des cas Tableau clinique de Bouffée Délirante Aiguë Etat confusionnel, incohérence idéo verbale Trouble des conduites et acte médico-légal Crise clastique / agression Automutilation Fugue ou voyage pathologique Etat thymique atypique Dépression atypique avec froideur des affects

85 Début Progressif Rupture progressive avec une bonne adaptation antérieure (sociale, familiale) Affaiblissement physique et psychique Clinophilie, incurie, apragmatisme… Diminution du rendement intellectuel, désintérêt… Modification de la personnalité Froideur des affects, ambivalence affective, détachement… Attrait pour le mysticisme, lésotérisme, les sectes… Troubles des conduites alimentaires, sexuelles, toxicomaniaques

86 Phase détat Syndrome dissociatif avec – Dissociation psychique – Dissociation affective – Dissociation comportementale, encore appelée discordance Délire paranoïde Autisme Les différentes sphères de la vie psychique ne sont plus reliées entre elles et vivent pour leur propre compte, sans cohérence densemble, avec rupture de lunité psychique.

87 Discordance Ambivalence (association didées opposées) Affective associant amour/haine ou rire/colère Intellectuelle avec une idée et son contraire dans la même phrase De la volonté Bizarrerie avec idées étranges ou insolites Impénétrabilité du discours, de la vie du patient Détachement du réel : Perte de contact avec la réalité Enfermement solitaire dans le délire

88 Dissociation Psychique Trouble des fonctions élémentaires Trouble du cours de la pensée Trouble du langage Altération du système logique

89 Dissociation Psychique Trouble des fonctions élémentaires Hyperstimulation du patient par les perceptions extérieures Ne pouvant pas faire un traitement de linformation correcte (faire le tri) Distractivité aux stimuli externes et internes

90 Dissociation Psychique Trouble du cours de la pensée Flou de la pensée et incohérence du discours secondaires à un relâchement des associations idéiques La pensée est discontinue : Altération du débit idéique Barrages : suspension brutale du discours Fading : le discours se ralentit pour devenir inaudible puis reprend son cours normal

91 Dissociation Psychique Trouble du langage Latence des réponses, altération de lintonation, de larticulation Modification du rythme de la voix (prosodie) Mutisme Réponse à côté Néologismes : Création de nouveaux mots Paralogismes : Modification de sens du mot Schizophasie : Création par le patient dun néo-langage incompréhensible

92 Dissociation Psychique Altération du système logique La logique du patient est inadéquate, illogique ou pseudo-logique. Accession à une pensée magique. Rationalisme morbide qui correspond au raisonnement propre du patient pseudo-scientifique et pseudo- logique pour expliquer certains faits ou certaines idées à son entourage.

93 Dissociation affective Indifférence affective ou athymormie Froideur du contact Négativisme psychomoteur Réactions émotionnelles brutales Intolérance à la frustration Parathymie : expression soudaine dangoisse ou de désespoir Ambivalence affective importante avec expressions de sentiments et de pulsions contraires simultanément. Régression narcissique, auto-centrage.

94 Dissociation Comportementale Bizarrerie : Attitude et gestuelle maladroites et surchargées, maniérisme Syndrome catatonique : Négativisme psychomoteur (clinophilie, refus alimentaire, mutisme) Catalepsie (maintien des attitudes imposées) Inertie (suspension des gestes et des activités) Stéréotypies verbales Parakinésies (stéréotypies gestuelles, échomimie, échopraxie) Impulsions motrices (actes auto ou hétéro agressifs) Ambivalence : aboulie, apragmatisme, sourires immotivés.

95 Délire Paranoïde Le délire fait apparaître lillogisme de la pensée et est vécu : Dans un état deuphorie – sentiment de toute puissance Dans une atmosphère dangoisse – sentiment de menace Le délire est non structuré et non systématisé.

96 Le Délire Mécanismes polymorphes Hallucinations acoustico-verbales Hallucination intrapsychiques (voix) Hallucinations visuelles et cenesthésiques Polythématique Idées de transformations corporelles avec dysmorphophobie, négation dorgane et morcellement du corps. Dépersonnalisation Trouble de la conscience de soi Vécu de dédoublement Sensation de séparation corps, psyché et enveloppe corporelle. Déréalisation avec impression détrangeté de lenvironnement Adhésion totale au délire avec absence de critique et conviction

97 Des césures nettes entre les névroses et les psychoses ?

98 Entre névroses et psychoses… Des questions de recherche Le psychose hystérique existe-t-elle ? Le trouble de la personnalité borderline – létat limite de Bergeret ? La place de la structure perverse ? La structure psychosomatique ? La structure psychotraumatique ? – Notion de pôle dorganisation ? – Notion de structure cérébrale ? – Notion de passage dune structure à lautre ?

99 Le « diagnostic » de psychose Des structures au DSM Discussions des études psychométriques Retour à la clinique

100 Le « diagnostic » de psychose Comment fait-on un diagnostic de psychose, voire de schizophrénie ? Discussion des modèles : » Modèle inférentiel » Modèle perceptif » Nouvelles techniques » Au-delà dune description ou dune explication Létude scientifique de la pose dun diagnostic : » Retour sur les études princeps de Gauron, Dickinson, Sandifer et Kendell » Lexpérience de Rosenham

101 La fidélité interjuge « Philosophie » des DSM Entretiens structurés et échelles psychométriques Discussion sur les résultats apportés à la fidélité interjuges. Discussion sur les notions de validité et de fiabilité.

102 Lexpérience psychotique… …du normal au pathologique

103 1) Introduction Historiques des idées… Si des « symptômes » psychotiques apparaissent, une marche irrémédiable vers la maladie mentale nest pas automatique. Des « symptômes » psychotiques peuvent être transitoires. Problématique : comment savoir si un symptôme repéré comme psychotique évoluer vers une maladie ? Décision lourde de conséquence : Absence de traitement : perte de chance pronostique Traitement par excès : effets secondaires potentiels et risque de stigmatisation Questionne la subjectivité de la relation clinique comme celle des définitions officielles par le critère « cliniquement significatif ».

104 2) La caractérisation subjective du fait psychotique Comment différencier psychose et névrose ? Question parfois difficile comme en témoigne la récurrente question de la « psychose hystérique ». » Henri Claude » Follin, Chazaux, Pilon » Trouble psychotique bref du DSM-IV-TR Lévidence clinique habituel du « fait » psychotique (Merkmal). Parfois, indécision des équipes et des praticiens expérimentés à trancher entre N et P. Exemple critique de la « nouvelle entité » américaine détat de stress posttraumatique secondairement psychotique : 1) Confusion des hallucinations avec les reviviscences du syndrome de répétition traumatique 2) Echec des études psychométriques à différencier schizophrénie et état de stress posttraumatique Donc illustration dune difficulté à : Différencier un symptôme psychotique dun symptôme dune autre origine Et difficulté à différencier une « expérience psychotique » dun authentique symptôme Doit-on « traiter » toute expérience voire tout symptôme psychotique ?

105 3) Intérêt des outils psychométriques ? Une tentative dexclure lintersubjectivité guidée par une subjectivité sociale en fonction dun contexte socioculturel. Entretiens structurés et semi-structurés de même que les échelles psychométriques retrouvent de très fort taux didées délirantes en population générale de lordre de 15%. Ce taux est bien supérieur à celui de psychoses constituées. La majorité de ces expériences psychotiques sont donc considérées comme non pathologiques. A un moment précis donné les tests standardisés ne permettent pas de différencier les expériences psychotiques de symptômes. Emergence dune possibilité de continuité symptomatique de la névrose à la psychose ? Tests développés peu sensibles et peu spécifiques.

106 4) Comment dépister une possibilité évolutive de certaines expériences psychotiques vers une psychose constituée ? Quel devenir pour les sujets considérés comme ayant des expériences psychotiques : » Structuration pathologique ultérieure (une minorité) » Fluctuation dexpériences psychotiques sans maladie avérée » Absence de résurgence de telles expériences De nouvelles stratégies scientifiques qui intègrent la subjectivité et larchitecture langagière en lien avec le diagnostic de structure. Un symptôme ne signifie rien en lui-même mais est interprété.

107 5) Conclusions Comment faire devant une expérience psychotique ? Une stratégie mixte intégrant des concepts psychanalytiques (structure psychique) et neurobiologiques (structure cérébrale) : »Écoute du discours et référencement à la structure psychique »Neuroimagerie : des prodromes radiologiques sont présents avant lapparition des premiers symptômes psychotiques Questionne le mode dentrée dans une psychose et son déclenchement par la mise en échec des suppléances préalablement constituées.


Télécharger ppt "Nosographies et séméiologies contemporaines Dr Yann Auxéméry Ecole du Val-de-Grâce Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société"

Présentations similaires


Annonces Google