La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Stéphane Nahon, CHI Le Raincy-Montfermeil Philippe Marteau, Hôpital Lariboisière Manifestations hépatiques et maladies inflammatoires de lintestin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Stéphane Nahon, CHI Le Raincy-Montfermeil Philippe Marteau, Hôpital Lariboisière Manifestations hépatiques et maladies inflammatoires de lintestin."— Transcription de la présentation:

1 Stéphane Nahon, CHI Le Raincy-Montfermeil Philippe Marteau, Hôpital Lariboisière Manifestations hépatiques et maladies inflammatoires de lintestin

2 Mr G. 37 ans Fumeur 10 cigarettes/j, pas dalcool Maladie de Crohn pancolique diagnostiquée en 2001 Traité depuis Février 2006 par mésalazine, Azathioprine et infliximab pour une forme cortico-dépendante et ce malgré un traitement par Azathioprine bien conduit 6 mois auparavant. Mésalazine prescrite en prévention du CCR Cas clinique

3 Mai 2006 Poids: 81 kg, T:1m66; IMC: 29,5 Sevrage tabagique !!! Alcool : consommation épisodique et minime Un bilan hépatique est réalisé dans le cadre de la surveillance des traitements prescrits Cas clinique

4 ASAT:1.5 N; ALAT:2.5N; GGT:3N; Palc:1.4N, plaquettes normales et stable Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous ? Cas clinique

5 Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous ? Hyperplasie nodulaire régérative Cholangite sclérosante primitive Cirrhose biliaire primitive Hépatite médicamenteuse Hépatite virale Stéatose hépatique Cas clinique

6 Souvent diagnostic tardif: signes HTP (31/36 cas du GETAID, Gut 2007), 4 cas diagnostiqués précocement A évoquer : thrombopénie ou chute du taux de plaquettes (chute de /mm 3 ), anomalies persistantes du BH Facteurs prédisposant : sexe masculin (29/36), résection iléocæcale Chez lhomme ayant une résection iléocæcale et traité par AZA, le taux actuariel dHNR: 11,4±5,1%, 10 ans après la mise sous AZA (Cosnes, JFPD 2007) Place de lIRM à évaluer Hyperplasie nodulaire régénérative et AZA

7 Anomalies des tests hépatiques: 11-49% des cas de MICI CSP (2-7% des MICI), Essentiellement RCH, Maladie de Crohn (forme iléale isolée?) 40-50% des CSP ont une MICI CBP et MICI association fortuite, 18 cas rapportés en 2003 CSP et CBP

8 Hépatite médicamenteuse et 5 ASA ? Sulfasalazine (salazopyrine) parfois responsable dhépatites sévères, parfois fulminantes Mécanisme immuno-allergique Mésalazine plus rare mais bien documentée anomalies des tests hépatiques 2,8% des cas (11 études) Immuno-allergiques (réaction dhypersensibilité) Hépatite médicamenteuse

9 Hépatite et Azathioprine ? Bastida et al, APT 2005 Anomalies des tests hépatiques 13% des cas Dans les 3 1ers mois après début du traitt dans 50% des cas Cytolique > cholestatique Traitement arrêt é dans 31% des cas et maintenu dans 44% Causes multiples : AZA, autre TTT concomitant, stéatose Dubinsky: toxicité des 6-MMP

10 6-MMP

11 Hépatite et Infliximab ? 6 cas dont 1 fulminante (TH) MICI, PSO, PR Surtout en présence dAC (5 cas sur 6) Hépatites auto-immunes Après 1 à 12 perfusions Pas de réaction croisée ?

12 FAN négatifs Quel bilan virologique avant dinstaurer un traitement immunomodulateur ? Cas clinique

13 Réactivation virale B avec IFX, MTX, AZA Hépatites fulminantes Surtout observée à larrêt du traitement IMS Traitement anti-viral justifié, lequel ? (Lamivudine, Adefovir, Entecavir )

14 Hépatite C et immunosuppresseur Pas de réactivation VHC Ribavirine/Imurel (risque de toxicité hématologique accrue)

15 Maladie de Crohn colique IMC 29,5 IFX/AZA/5 ASA Auto-anticorps négatifs Sérologies B,C: négatives Bilan lipidique: hyperTG et hyperCT modérée Glycémie: 1,07 g/L Échographie hépato-biliaire: stéatose Dosage 6-MMP et 6 TGN: taux usuels Cas clinique

16 8 cas rapportés (+3 nouveaux) 7 cas maladie de Crohn et 1 cas colite indéterminée Adolescents ou adulte jeune (12-31 ans) Exposition AZA ou 6-MP depuis plusieurs années IFX depuis 1-2 perfusions - 4 ans Évolution le plus souvent fatale Anomalies des tests hépatiques précédant le diagnostic +++

17

18 STÉATOSE HÉPATIQUE (diagnostic retenu) 39,5% MC, 35% RCH (étude échographique) Surcharge pondérale (arrêt tabac, corticothérapie, dyslipidémie, glycémie) C ommentaires

19 Médicaments maintenus … Cas clinique : suite

20 Foie et MICI Penser à tout … Médicaments ne sont pas la seule cause …


Télécharger ppt "Stéphane Nahon, CHI Le Raincy-Montfermeil Philippe Marteau, Hôpital Lariboisière Manifestations hépatiques et maladies inflammatoires de lintestin."

Présentations similaires


Annonces Google