La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MONTPELLIER-PHILADO 4 décembre 2008 La prise en charge des adolescents difficiles Une expérience à Besançon Franche-Comté « Comment préserver la continuité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MONTPELLIER-PHILADO 4 décembre 2008 La prise en charge des adolescents difficiles Une expérience à Besançon Franche-Comté « Comment préserver la continuité"— Transcription de la présentation:

1 MONTPELLIER-PHILADO 4 décembre 2008 La prise en charge des adolescents difficiles Une expérience à Besançon Franche-Comté « Comment préserver la continuité du soin dans la discontinuité des institutions » Un maillage, une articulation entre institutions Professeur Paul BIZOUARD (Ex. Chef de service de psychiatrie infanto-juvénile au CHU) Patrick MORIN Patrick MORIN (Cadre de santé) Sylvaine TRAHIN (Infirmière)

2 HISTOIRE : LEXISTANT : à Besançon ( hbts Intersecteur hbts) 1990 : à Besançon ( hbts Intersecteur hbts) un CHU - 15 lits dhospitalisation temps plein pour adolescents un CHU - 15 lits dhospitalisation temps plein pour adolescents - 2 lits dhospitalisation Mère + enfant - 2 lits dhospitalisation Mère + enfant individualisés au sein du service de Psychiatrie de lAdulte un centre éducatif habilité, un foyer daction éducative PJJ un centre éducatif habilité, un foyer daction éducative PJJ Limitations : difficultés dans un projet de soin institutionnel de faire cohabiter des adolescents de pathologies très diverses Limitations : difficultés dans un projet de soin institutionnel de faire cohabiter des adolescents de pathologies très diverses éducation et/ou Soin éducation et/ou Soin durées de séjour prolongées durées de séjour prolongées passages +/ou/- faciles passages +/ou/- faciles

3 QUELLE ALTERNATIVE POSSIBLE A LHOSPITALISATION ? Entre foyers éducatifs et hôpital, on constate de fréquents allers et retours. Entre foyers éducatifs et hôpital, on constate de fréquents allers et retours. Parfois dans lexclusivité de lun par rapport à lautre = des allers sans retour. Parfois dans lexclusivité de lun par rapport à lautre = des allers sans retour.

4 IL NY A PAS DALTERNATIVE A LHOSPITALISATION CLASSIQUE Si intensité de la pathologie Si intensité de la pathologie - Délire, mélancolie, catatonie… Si nécessité de prise de distance du milieu de vie habituel Si nécessité de prise de distance du milieu de vie habituel - TCA, phobie scolaire… Si nécessité de soins très spécialisés Si nécessité de soins très spécialisés - Réanimation, isolement, contention, dans un milieu sécurisé dans un milieu sécurisé Si moments critiques dans un lieu éducatif Si moments critiques dans un lieu éducatif - Famille ou institution

5 Il reste des indications exceptionnelles daccueil, par une équipe dans un lieu hospitalier Il reste des indications exceptionnelles daccueil, par une équipe dans un lieu hospitalier Si ce lieu existe comme recours possible dans ces indications, on peut envisager des alternatives, pour dautres cas, à dautres moments. Si ce lieu existe comme recours possible dans ces indications, on peut envisager des alternatives, pour dautres cas, à dautres moments.

6 IL Y A DES ALTERNATIVES A LHOSPITALISATION Mais il nexiste pas de lieu unique, capable daccueillir toute la misère des adolescents en grande souffrance psychique. Mais il nexiste pas de lieu unique, capable daccueillir toute la misère des adolescents en grande souffrance psychique. Chez ladolescent en mal dindépendance, un lieu que les adultes voudraient totalement adéquat risque dêtre vécu comme persécuteur. Chez ladolescent en mal dindépendance, un lieu que les adultes voudraient totalement adéquat risque dêtre vécu comme persécuteur. Il y a peut être intérêt à proposer à certains adolescents particulièrement difficiles, des lieux daccueil, multiples, différenciés, fonctionnant en réseaux, dans la complé- mentarité et la continuité de la prise en charge. Il y a peut être intérêt à proposer à certains adolescents particulièrement difficiles, des lieux daccueil, multiples, différenciés, fonctionnant en réseaux, dans la complé- mentarité et la continuité de la prise en charge.

7 U PM E PA CREATION EN 2000 : U NITE P ILOTE M EDICO E DUCATIVE P OUR A DOLESCENTS 1997 : Conférence Régionale de Santé : Projet privilégiant laccueil des Adolescents en grande souffrance psychique 1997 : Conférence Régionale de Santé : Projet privilégiant laccueil des Adolescents en grande souffrance psychique Une structure dhébergement 8 places + 5 places daccueil à temps partiel Extra hospitalière – unité du centre éducatif habilité Une structure dhébergement 8 places + 5 places daccueil à temps partiel Extra hospitalière – unité du centre éducatif habilité Construction partenariale : PJJ Construction partenariale : PJJ Conseil général Conseil général sous légide de lARH CHU sous légide de lARH CHU Association Sauvegarde de lEnfance et de lAdolescence (ADDSEA) Association Sauvegarde de lEnfance et de lAdolescence (ADDSEA) CRAM CRAM Pour des adolescents confiés par le Conseil général, ou le Juge des enfants en accord négocié avec les parents Pour des adolescents confiés par le Conseil général, ou le Juge des enfants en accord négocié avec les parents

8 LUMEA La Sauvegarde de lEnfance fournit : La Sauvegarde de lEnfance fournit : une grande maison dans la ville une grande maison dans la ville une équipe Éducative : une équipe Éducative : 1 Responsable de service 1 Responsable de service 5 Educateurs 5 Educateurs 1 Maîtresse de maison 1 Maîtresse de maison Le CHU fournit : Le CHU fournit : une équipe médicale - 1/2 PH - 4 Infirmiers - 4 Infirmiers - le cadre de santé dEspace Accueil Adolescents - le cadre de santé dEspace Accueil Adolescents + 1 Psychologue à 1/3 temps + 1 Psychologue à 1/3 temps

9 U.P.M.E.A. – BESANCON - FRANCE 7 Adolescents de 14 à 18 ans en internat, garçons et filles 7 Adolescents de 14 à 18 ans en internat, garçons et filles ± 5 Adolescents accueillis pour des temps de jour dans la semaine ± 5 Adolescents accueillis pour des temps de jour dans la semaine (éventuellement) 1 jeune majeur dans appartement extérieur (éventuellement) 1 jeune majeur dans appartement extérieur Présentant des troubles du comportement (inhibition, repli, ruptures, auto- ou hétéro- agressivité...) Présentant des troubles du comportement (inhibition, repli, ruptures, auto- ou hétéro- agressivité...)

10 U.P.M.E.A. – BESANCON - FRANCE Manifestant une souffrance psychique Manifestant une souffrance psychique ± évidente : qui puisse se parler un minimum Nécessitant un soin dans la durée (3 mois renouvelables) Nécessitant un soin dans la durée (3 mois renouvelables) à distance du milieu familial qui peut être plus ou à distance du milieu familial qui peut être plus ou moins impliqué, moins impliqué, dans un milieu éducatif contenant dans un milieu éducatif contenant et ouvert sur la reprise dactivités extérieures et ouvert sur la reprise dactivités extérieures

11 ADMISSIONS A LUMEA Prononcées en commun Par le Directeur du Centre Éducatif Par le Directeur du Centre Éducatif et le Médecin Psychiatre de lUnité et le Médecin Psychiatre de lUnité lAide sociale à lenfance ou le Juge des enfants lAide sociale à lenfance ou le Juge des enfants Prise en compte des besoins de la famille et de lenfant Une fois sur deux à partir dun séjour hospitalier : Hospitalisation Adolescents classique (Pasteur) Hospitalisation Adolescents classique (Pasteur) Espace Accueil Adolescents Espace Accueil Adolescents

12 2003 ESPACE ACCUEIL ADOLESCENTS Au sein de lhôpital général Au sein de lhôpital général (Semi) Urgence, courts séjours, évaluation, orientation (Semi) Urgence, courts séjours, évaluation, orientation 7 lits + un isolement possible 7 lits + un isolement possible Partenariat, convention CHU - C.H. NOVILLARS Partenariat, convention CHU - C.H. NOVILLARS Cadre de SantéPH détaché du C.H. ½ PH12 Infirmiers Assistante sociale Psychologue 2 x ½ temps ÉducateurSecrétaire Sous la responsabilité médicale du chef de service du CHU Sous la responsabilité médicale du chef de service du CHU

13 UNE TELLE EXPERIENCE NEST PAS NOUVELLE… Notre travail, dans la réalité quotidienne, est soutenu, alimenté par une réflexion théorique en référence aux travaux dillustres prédéces-seurs : Notre travail, dans la réalité quotidienne, est soutenu, alimenté par une réflexion théorique en référence aux travaux dillustres prédéces-seurs : - Anna Freud- Aichhorn - Anna Freud- Aichhorn - Bettelheim- Winnicott - Bettelheim- Winnicott - Bion - Flavigny - Bion - Flavigny - Racamier - Racamier - Gilbert Diatkine et Claude Balier - Gilbert Diatkine et Claude Balier

14 Projet de soin par le praticien hospitalier (détaché du CHU) avec léquipe soignante et éducative Fonctionnement institutionnel Temps de rencontres institutionnelles formalisées Temps de rencontres institutionnelles formalisées Temps de contacts et de rencontres préliminaires à ladmission Temps de contacts et de rencontres préliminaires à ladmission Deux réunions hebdomadaires déquipe pluridisciplinaire Deux réunions hebdomadaires déquipe pluridisciplinaire Réunion de léquipe avec tous les jeunes une fois par mois Réunion de léquipe avec tous les jeunes une fois par mois Rencontre avec les représentants de léquipe soignante éducative avec un des jeunes (1 tous les 15 j et à la demande) Rencontre avec les représentants de léquipe soignante éducative avec un des jeunes (1 tous les 15 j et à la demande) Participation aux réunions de synthèse hebdomadaires du service de psychiatrie Participation aux réunions de synthèse hebdomadaires du service de psychiatrie Suivis individuels extérieurs à linstitution Suivis individuels extérieurs à linstitution

15 DISCONTINUITE DES INSTITUTIONS Du côté du soin : Du côté du soin : –ESPACE ACCUEIL ADOS : 7 lits Crise, ½ Urgence, Courts séjours – HOSPITALISAITON CLASSIQUE (PASTEUR) : 15 lits Pathologie psychiatrique identifiée, Moyenne durée Pathologie psychiatrique identifiée, Moyenne durée – UNITE MEDICO EDUCATIVE ADOLESCENTS : 8 places Troubles du comportement Troubles du comportement Soins + Éducation, dans la durée….. Soins + Éducation, dans la durée…..

16 DISCONTINUITE DES INSTITUTIONS Du côté éducatif : Du côté éducatif : -Foyer dAction Educative -Centre Educatif Accueil habilité -Maison Educative à Caractère Social -Foyer de lEnfance -Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique -Placement Familial…..

17 CONTINUITE DES PRISES EN CHARGE Du côté du soin : Du côté du soin : - Un cadre de santé, des médecins multisites - Un cadre de santé, des médecins multisites - Des mobilités possibles de patients, de soignants - Des liens entre équipes : Réunion hebdomadaire - Un responsable médical fédérateur qui se déplace et fait du lien dune institution à lautre

18 CONTINUITE DES PRISES EN CHARGE Du côté éducatif : Possibilités de régulation Du côté éducatif : Possibilités de régulation - CEA : Dispositif pluriel 2 foyers, 1 SAES, 1 CER et 1 UMEA, et 1 UMEA, - Sauvegarde de lEnfance : MECS, ITEP - Conseil général : GTO

19 ELARGISEMENT DU PARTENARIAT Urgences Pédiatriques, Psychiatriques Urgences Pédiatriques, Psychiatriques La Maison des Adolescents (création 2006 – C.H. Novillars) accueil orientation en Amont, le centre de guidance en Aval,…. Pour des suivis ambulatoires Soignants communs La Maison des Adolescents (création 2006 – C.H. Novillars) accueil orientation en Amont, le centre de guidance en Aval,…. Pour des suivis ambulatoires Soignants communs + groupe de suivi dabuseurs sexuels ITEP, Foyers Enfance : prises en charge partagées ITEP, Foyers Enfance : prises en charge partagées Services de psychiatrie dAdulte (> 16 ans) Services de psychiatrie dAdulte (> 16 ans) si possible Allers, Retours momentanés si possible Allers, Retours momentanés

20 UMEA en 8 ans dexistence 110 adolescent(e)s – accueillis : 110 adolescent(e)s – accueillis : - ½ sur demande médicale (après une hospitalisation en psychiatrie) - ½ sur demande sociale ou judiciaire 12 admis chaque année 12 admis chaque année 20 suivis annuellement 20 suivis annuellement Durée moyenne de séjour 13 mois Durée moyenne de séjour 13 mois Devenir comparable aux autres adolescents placés Devenir comparable aux autres adolescents placés en foyer éducatif

21 Un ETAT DESPRIT PARTAGE Un ETAT DESPRIT PARTAGE (RE) FAIRE DES LIENS (RE) FAIRE DES LIENS Une VOLONTE Une VOLONTE


Télécharger ppt "MONTPELLIER-PHILADO 4 décembre 2008 La prise en charge des adolescents difficiles Une expérience à Besançon Franche-Comté « Comment préserver la continuité"

Présentations similaires


Annonces Google