La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PRISE EN CHARGE DUN PRATIQUANT EN CARDIO-TRAINING CESA – BPJEPS AGFF Antoine Locuratolo.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PRISE EN CHARGE DUN PRATIQUANT EN CARDIO-TRAINING CESA – BPJEPS AGFF Antoine Locuratolo."— Transcription de la présentation:

1 PRISE EN CHARGE DUN PRATIQUANT EN CARDIO-TRAINING CESA – BPJEPS AGFF Antoine Locuratolo

2 LENDURANCE : DÉFINITIONS ZATSIORSKY (1966) : par endurance lon comprend la faculté deffectuer pendant longtemps une activité quelconque snas quil y ait baisse de son efficacité. En dautres termes, lendurance peut être déterminée comme la faculté de résister à la fatigue. ZATSIORSKY (1966) : par endurance lon comprend la faculté deffectuer pendant longtemps une activité quelconque snas quil y ait baisse de son efficacité. En dautres termes, lendurance peut être déterminée comme la faculté de résister à la fatigue. CAZORLA : Lendurance aérobie (E.A.) est la fraction ou le pourcentage de VO 2 max ou de la P.A.M. ou encore de la vitesse aérobie maximale (V.A.M.) susceptible dêtre maintenu au cours dune épreuve dune durée donnée. CAZORLA : Lendurance aérobie (E.A.) est la fraction ou le pourcentage de VO 2 max ou de la P.A.M. ou encore de la vitesse aérobie maximale (V.A.M.) susceptible dêtre maintenu au cours dune épreuve dune durée donnée. PRADET (1988) : définit lendurance comme « la faculté de réaliser des actions motrices pendant une durée maximale ». PRADET (1988) : définit lendurance comme « la faculté de réaliser des actions motrices pendant une durée maximale ». WEINECK (1992) : « Lendurance est considérée, en général, comme la capacité psychique et physique que possède lathlète à résister à la fatigue ». WEINECK (1992) : « Lendurance est considérée, en général, comme la capacité psychique et physique que possède lathlète à résister à la fatigue ».

3 LE VO2 MAX ??? VO2MAX (en ml.kg -1.mn -1 ) : correspond au débit maximal de production dénergie par voie oxydative. Il correspond à la quantité maximale doxygène (O2) quun organisme peut utiliser par unité de temps (en L.mn -1 ) au cours dun exercice intense et de durée prolongée. VO2MAX (en ml.kg -1.mn -1 ) : correspond au débit maximal de production dénergie par voie oxydative. Il correspond à la quantité maximale doxygène (O2) quun organisme peut utiliser par unité de temps (en L.mn -1 ) au cours dun exercice intense et de durée prolongée.

4 OBJECTIFS DU CARDIO- TRAINING ÊTRE CAPABLE POUR LE PRATIQUANT DE RÉSISTER À LA FATIGUE DÉVELOPPER LES SYSTÈMES CARDIOVASCULAIRE ET RESPIRATOIRE DU PRATIQUANT

5 ENDURANCE & DURÉE ENDURANCE DE COURTE DURÉE 45 s à 2 mn production dénergie essentiellement anaérobie ENDURANCE DE COURTE DURÉE 45 s à 2 mn production dénergie essentiellement anaérobie ENDURANCE DE MOYENNE DURÉE 2 mn à 8 mn participation plus importante dénergie aérobie ENDURANCE DE MOYENNE DURÉE 2 mn à 8 mn participation plus importante dénergie aérobie ENDURANCE DE LONGUE DURÉE < 30 mn prédominance du métabolisme glycolytique (glycogène/glucose) ENDURANCE DE LONGUE DURÉE < 30 mn prédominance du métabolisme glycolytique (glycogène/glucose) ENDURANCE DE 30 à 90 mn rapport mixte dynamique entre le métabolisme du glucose et des graisses ENDURANCE DE 30 à 90 mn rapport mixte dynamique entre le métabolisme du glucose et des graisses ENDURANCE > 90 mn métabolisme des graisses = principal support énergétique ENDURANCE > 90 mn métabolisme des graisses = principal support énergétique ENDURANCE DE LONGUE DURÉE = PRESQUE EXCLUSIVEMENT PRODUCTION DÉNERGIE AÉROBIE

6 INTÉRÊTS DU CARDIO-TRAINING Améliore la condition physique Améliore la condition physique Économise le travail du cœur au repos Économise le travail du cœur au repos Augmente la capacité de performance Augmente la capacité de performance Améliore la qualité de vie Améliore la qualité de vie Diminue les risques daffections coronariennes Retarde lapparition de langine de poitrine Protège des maladies cardiovasculaires Augmentation de lespérance de vie

7 LES EFFETS DU CARDIO-TRAINING CARDIO-TRAINING = FACTEUR DE SANTÉ AMÉLIORATION DU SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE AMÉLIORATION DU SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE AMÉLIORATION DU SYSTÈME VENTILATOIRE AMÉLIORATION DU SYSTÈME VENTILATOIRE PERTE DE POIDS PERTE DE POIDS PRÉPARATION OSTÉO-TENDINEUSE ET LIGAMENTAIRE PRÉPARATION OSTÉO-TENDINEUSE ET LIGAMENTAIRE DÉVELOPPEMENT DE LA VOLONTÉ DÉVELOPPEMENT DE LA VOLONTÉ RÉSISTANCE À LA FATIGUE RÉSISTANCE À LA FATIGUE

8 LES FACTEURS LIMITANTS EN CARDIO-TRAINING LA RICHESSE EN OXYGÈNE DE LAIR LA RICHESSE EN OXYGÈNE DE LAIR LINTÉGRITÉ ANATOMIQUE ET FONCTIONNELLE DU RÉSEAU VASCULAIRE LINTÉGRITÉ ANATOMIQUE ET FONCTIONNELLE DU RÉSEAU VASCULAIRE LÉTAT DE LA MÉCANIQUE VENTILATOIRE LÉTAT DE LA MÉCANIQUE VENTILATOIRE LA LIBERTÉ DES VOIES AÉRIENNES LA LIBERTÉ DES VOIES AÉRIENNES LE SANG / LHÉMOGLOBINE / LA POMPE CARDIAQUE LE SANG / LHÉMOGLOBINE / LA POMPE CARDIAQUE LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE « LALTITUDE » LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE « LALTITUDE » LE MODE DE VIE DU PRATIQUANT (sédentarité, stress, fatigue, alimentation, alcool, tabac…) LE MODE DE VIE DU PRATIQUANT (sédentarité, stress, fatigue, alimentation, alcool, tabac…)

9 LA PRISE EN CHARGE DU PRATIQUANT OBJECTIFS : IDENTIFIER LE PRATIQUANT IDENTIFIER LE PRATIQUANT IDENTIFIER SES BESOINS ET SES MOTIVATIONS IDENTIFIER SES BESOINS ET SES MOTIVATIONS ORIENTER SA PRATIQUE ORIENTER SA PRATIQUE LUI CONSTRUIRE UN PROGRAMME ADAPTÉ LUI CONSTRUIRE UN PROGRAMME ADAPTÉ

10 LA DÉMARCHE EN CARDIO-TRAINING 6 ÉTAPES : Étape 1 = ÉVALUER / QUESTIONNER Étape 1 = ÉVALUER / QUESTIONNER (TESTS & QUESTIONNAIRES) Étape 2 = DÉFINIR LES OBJECTIFS Étape 2 = DÉFINIR LES OBJECTIFS Étape 3 = CHOISIR UNE PRATIQUE Étape 3 = CHOISIR UNE PRATIQUE Étape 4 = ÉTABLIR UN PROGRAMME DE CARDIO TRAINING Étape 4 = ÉTABLIR UN PROGRAMME DE CARDIO TRAINING Étape 5 = CHOISIR LES MÉTHODES DE TRAVAIL Étape 5 = CHOISIR LES MÉTHODES DE TRAVAIL Étape 6 = MODIFIER / ADAPTER LE PROGRAMME Étape 6 = MODIFIER / ADAPTER LE PROGRAMME

11 Étape 1 = EVALUER / QUESTIONNER OBJECTIFS : MIEUX CONNAÎTRE LE PRATIQUANT DÉTERMINER LES APTITUDES RÉELLES ET POTENTIELLES DU PRATIQUANT DÉTERMINER LES APTITUDES RÉELLES ET POTENTIELLES DU PRATIQUANT ÉVALUER LES RISQUES POTENTIELS ÉVALUER LES RISQUES POTENTIELS DÉTERMINER LES MOTIVATIONS ET BESOINS PERSONNELS DU PRATIQUANT DÉTERMINER LES MOTIVATIONS ET BESOINS PERSONNELS DU PRATIQUANT DÉTERMINER LES PRIORITÉS ET BESOINS RÉELS DU PRATIQUANT DÉTERMINER LES PRIORITÉS ET BESOINS RÉELS DU PRATIQUANT

12 LE QUESTIONNAIRE INITIAL THÈME 1 : IDENTIFICATION ET MODE DE VIE THÈME 1 : IDENTIFICATION ET MODE DE VIE THÈME 2 : INDICATIONS FONCTIONNELLES THÈME 2 : INDICATIONS FONCTIONNELLES THÈME 3 : MOTIVATIONS THÈME 3 : MOTIVATIONS

13 THÈME 1 : IDENTIFICATION ET MODE DE VIE NOM NOM PRÉNOM PRÉNOM ÂGE ÂGE SITUATION FAMILIALE SITUATION FAMILIALE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE CERTIFICAT MÉDICAL CERTIFICAT MÉDICAL INDICATIONS BIOMÉTRIQUES (POIDS, TAILLE, IMC, % M.G) INDICATIONS BIOMÉTRIQUES (POIDS, TAILLE, IMC, % M.G) ANTÉCÉDENTS SPORTIFS DÉPENSE PHYSIQUE STRESS ALIMENTATION ALCOOL TABAGISME SOMMEIL

14 THÈME 2 : INDICATIONS FONCTIONNELLES APPAREIL ET SYSTÈME CARDIO RESPIRATOIRE APPAREIL ET SYSTÈME CARDIO RESPIRATOIRE pathologie, antécédents médicaux indications chiffrées (FC repos, FC MAX Théorique, VO2max) APPAREIL LOCOMOTEUR APPAREIL LOCOMOTEUR Antécédents traumatologiques, pathologies, observations morphostatiques, affections, maladies

15 THÈME 3 : MOTIVATIONS OBJECTIFS ET MOTIVATIONS OBJECTIFS ET MOTIVATIONS SPORTIFS - ESTHÉTIQUES - HYGIÉNIQUES - BIEN ÊTRE POST MÉDICAUX - DÉTENTE - FONCTIONNELS - THÉRAPEUTIQUES – PRÉVENTIFS… DISPONIBILITÉS DISPONIBILITÉS FRÉQUENCE ET DURÉE CONTRAINTES PARTICULIÈRES (PRIVÉE, PROFESSIONNELLES…)

16 LE QUESTIONNAIRE DAPTITUDE À LACTIVITÉ PHYSIQUE « Q.AAP »

17 LE TEST DE RISKO (MICHIGAN HEART ASSOCIATION) Enquête spécifique en vue de la détermination des facteurs de risques : LE SEXE LÂGE LA SURCHARGE PONDÉRALE LA CONSOMMATION DE TABAC LES HABITUDES ALIMENTAIRES LA PRESSION ARTÉRIELLE LA SÉDENTARITÉ LE STRESS

18 LINDICE DE MASSE CORPORELLE L'IMC OU BMI (body masse indice) permet de déterminer la corpulence d'une personne. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini cet Indice de Masse Corporelle comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids. L'IMC OU BMI (body masse indice) permet de déterminer la corpulence d'une personne. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini cet Indice de Masse Corporelle comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids. IMC = Poids (P en kilogramme) / Taille 2 (taille en mètre) IMC = P / T 2

19 LINDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC OU BMI) IMC (kg.m-2) Daprès lOMS INTERPRÉTATION de 16,5DÉNUTRITION 16,5 à 18,5MAIGREUR 18,5 à 25CORPULENCE NORMALE 25 à 30SURPOIDS 30 à 35OBÉSITÉ MODÉRÉE + de 40OBÉSITÉ MORBIDE OU MASSIVE

20 LA MESURE DES PLIS CUTANÉS Objectif : déterminer lindice de masse grasse de lindividu en % Objectif : déterminer lindice de masse grasse de lindividu en % Le pli cutané du triceps Le pli cutané du triceps Le pli cutané du biceps Le pli cutané du biceps Le pli cutané sous-scapulaire Le pli cutané sous-scapulaire Le pli cutané à la crête iliaque Le pli cutané à la crête iliaque SOMME DES 4 PLIS en mm estimation de la masse grasse (%)

21 LA BIO-IMPÉDANCEMÉTRIE MESURE DE LIMPÉDANCE DU CORPS AU PASSAGE DUN LÉGER COURANT ÉLECTRIQUE (GRAISSE = ISOLANT) MESURE DE LIMPÉDANCE DU CORPS AU PASSAGE DUN LÉGER COURANT ÉLECTRIQUE (GRAISSE = ISOLANT) MESURE EFFECTUÉE PAR LE BIAIS DÉLECTRODES À LA MAIN ET AU PIED DROIT MESURE EFFECTUÉE PAR LE BIAIS DÉLECTRODES À LA MAIN ET AU PIED DROIT INFOS NÉCESSAIRES À SAISIR : SEXE-POIDS-ÂGE-TAILLE INFOS NÉCESSAIRES À SAISIR : SEXE-POIDS-ÂGE-TAILLE MASSE GRASSE DANS LORGANISME « graisse » MASSE GRASSE DANS LORGANISME « graisse » MASSE MAIGRE DANS LORGANISME « muscles » MASSE MAIGRE DANS LORGANISME « muscles » MASSE HYDRIQUE DANS LORGANISME « eau » MASSE HYDRIQUE DANS LORGANISME « eau »

22 LES TESTS EN CARDIO TRAINING TEST SUR ERGOCYCLE : test 3 paliers – test dastrand- ryhming… TEST SUR ERGOCYCLE : test 3 paliers – test dastrand- ryhming… TEST SUR TAPIS ROULANT : test de bruce – test de conconi… TEST SUR TAPIS ROULANT : test de bruce – test de conconi… TESTS DÉRIVÉS DU TERRAIN SUR TAPIS ROULANT : tests léger & boucher – test de kenneth-cooper – test de bru… TESTS DÉRIVÉS DU TERRAIN SUR TAPIS ROULANT : tests léger & boucher – test de kenneth-cooper – test de bru… ÉPREUVES SUR STEP : physitest canadien – épreuve de léger – épreuve de margaria & coll… ÉPREUVES SUR STEP : physitest canadien – épreuve de léger – épreuve de margaria & coll…

23 EN FINIR AVEC LE RUFFIER-DICKSON Aucune relation entre le test de ruffier-dickson et les performances La flexion de jambes nest pas un exercice suffisamment cardiaque… La fréquence cardiaque varie en fonction de lheure dans la journée Grande variabilité de la fréquence cardiaque de repos Grande variabilité de lindice dans la semaine Le type déchauffement a un effet sur les résultats Test Ruffier-Dickson : 30 Flexions en 45 Fc repos Fc fin de lexercice Fc de récupération à 100

24 Étape 2 = DÉFINIR LES OBJECTIFS OBJECTIFS GÉNÉRAUX Mise en condition physique de base Entretien de la condition physique Amélioration de la condition physique OBJECTIFS SPÉCIALISÉS Réduction de la surcharge pondérale Réadaptation fonctionnelle Amélioration des performances

25 Étape 3 = CHOISIR UNE PRATIQUE DE NOMBREUSES ACTIVITÉS POSSIBLES : EN SALLE EN SALLE EN PLEIN AIR EN PLEIN AIR AVEC OU SANS MATÉRIEL AVEC OU SANS MATÉRIEL METTANT EN JEU AU MOINS 2/3 DE LA MASSE MUSCULAIRE DU CORPS

26 ACTIVITÉS EN CARDIO-TRAINING ACTIVITÉS DE PLEIN AIR ACTIVITÉS EN SALLE

27 TAPIS ROULANT PRINCIPE : appareil de cardio training permettant de reproduire le mouvement de la marche ou de la course en contrôlant différents paramètres (vitesse, durée, inclinaison, difficulté, fréquence cardiaque, puissance…) AVANTAGES : permet un travail avec contrôle de la vitesse Très bon exercice cardiovasculaire Appareil sécurisant (coupe circuit en cas dincident) Peu de sollicitation des articulations Bon amorti sur le revêtement Permet un travail évolutif Permet un travail sans contrainte météo

28 VÉLO PRINCIPE : appareil de cardio training permettant de reproduire le mouvement de pédalage en cyclisme en contrôlant différents paramètres (durée, vitesse, difficulté, fréquence cardiaque, puissance…) AVANTAGES : Activité adapté à un grand nombre dutilisateurs Convient à tous les âges Préservation tendineuse et articulaire des membres inférieurs Convient en initiation ou reprise dactivité Confort dassise (réglage, type de selle, guidon) Confort de pédalage Bonne stabilité de lappareil

29 STEPPER PRINCIPE : appareil de cardio training permettant de reproduire le mouvement de la montée descalier en contrôlant différents paramètres (durée, vitesse, difficulté, fréquence cardiaque, puissance…) AVANTAGES : implication musculaire favorisant le travail des fessiers Permet un entretien de la silhouette Simplicité dutilisation Permet un travail intensif au niveau cardiovasculaire et respiratoire Permet de tonifier les membres inférieurs Absence dimpact lors de lexécution du mouvement

30 ELLIPTIQUE PRINCIPE : appareil de cardio training produisant un mouvement combinant le vélo et le ski de fond en contrôlant différents paramètres (durée, vitesse, difficulté, fréquence cardiaque, puissance…) AVANTAGES : Exercice sans contrainte articulaire (mouvement glissé) Exercice très complet (plus de 80 % de la masse musculaire du corps) Permet un travail très intensif Exercice de cardio training ludique

31 RAMEUR PRINCIPE : appareil de cardio training reproduisant le mouvement de laviron (tirage ou latin) en contrôlant différents paramètres (durée, vitesse, difficulté, fréquence cardiaque, puissance…) AVANTAGES : Activité ludique pour le pratiquant Bon implication de lensemble des groupes musculaires Permet lamélioration de la coordination Très bon exercice cardiovasculaire Permet un travail avec des cadences élevées Intéressant pour les sportifs confirmés Bonne implication des muscles du dos (maintien et posture)

32 Étape 4 = ÉTABLIR UN PROGRAMME DE CARDIO TRAINING PHASE DADAPTATION PHASE DADAPTATION PHASE DE MISE EN CONDITION PHYSIQUE PHASE DE MISE EN CONDITION PHYSIQUE PHASE DE SPÉCIALISATION PHASE DE SPÉCIALISATION PHASE DE CONSOLIDATION OU MODIFICATION PHASE DE CONSOLIDATION OU MODIFICATION

33 PHASE DADAPTATION OBJECTIF : SE FAMILIARISER AVEC LENVIRONNEMENT Règles de base (réglages, placement, exécution…) Règles de base (réglages, placement, exécution…) sécurité sécurité 1 à 2 semaines 1 à 2 semaines 3 à 6 séances 3 à 6 séances

34 PHASE DE MISE EN CONDITION PHYSIQUE OBJECTIF : ACQUÉRIR UN NIVEAU MINIMAL DE CONDITION PHYSIQUE Amélioration cardiorespiratoire Amélioration cardiorespiratoire 1 mois 1 mois 8 à 12 séances (2 à 3 séances par semaine) 8 à 12 séances (2 à 3 séances par semaine)

35 PHASE DE SPÉCIALISATION OBJECTIF : RÉPONDRE AUX EXIGENCES DU CLIENT Personnalisation du programme Personnalisation du programme Environ 2 mois Environ 2 mois 16 à 24 séances (2 à 3 séances par semaine) 16 à 24 séances (2 à 3 séances par semaine)

36 PHASE DE CONSOLIDATION OU DE MODIFICATION OBJECTIF : RÉAJUSTER LE PROGRAMME SI NÉCESSAIRE Observer le pratiquant Observer le pratiquant Évaluer le pratiquant Évaluer le pratiquant Consolider ou modifier le programme Consolider ou modifier le programme 2 mois environ 2 mois environ

37 Étape 5 = CHOISIR LES MÉTHODES DE TRAVAIL Méthodes dinitiation Méthodes dinitiation Méthodes continues Méthodes continues Méthodes par intervalles ou intermittentes Méthodes par intervalles ou intermittentes Méthodes par alternance dallure Méthodes par alternance dallure Méthodes fractionnées Méthodes fractionnées

38 LES MÉTHODES DINITIATION ALTERNANCE DE SÉQUENCES DEFFORT ET DE RÉCUPÉRATION ALTERNANCE DE SÉQUENCES DEFFORT ET DE RÉCUPÉRATION ADAPTATION EN DOUCEUR À LEFFORT ADAPTATION EN DOUCEUR À LEFFORT PAR TATONNEMENT EN FONCTION DES SENSATIONS PAR TATONNEMENT EN FONCTION DES SENSATIONS

39 LES MÉTHODES CONTINUES AMÉLIORER LE MÉTABOLISME AÉROBIE AMÉLIORER LE MÉTABOLISME AÉROBIE SADAPTER À UN TRAVAIL DE PLUS EN PLUS LONG SADAPTER À UN TRAVAIL DE PLUS EN PLUS LONG LIPOLYSE AÉROBIE > 25 À 30 mn à 50/60 % de FCMT LIPOLYSE AÉROBIE > 25 À 30 mn à 50/60 % de FCMT AMÉLIORATION AÉROBIE 50 À 80 % de FCMT AMÉLIORATION AÉROBIE 50 À 80 % de FCMT

40 LES MÉTHODES CONTINUES

41 LES MÉTHODES INTERMITTENTES EXERCICES ENTRECOUPÉS DINTERVALLES DE RÉCUPÉRATION EN ACTIVATION LÉGÈRE INTERVALLES TRÈS COURTS (PMA OU VMA) INTERVALLES TRÈS COURTS (PMA OU VMA) INTERVALLES COURTS (PMA OU VMA) INTERVALLES COURTS (PMA OU VMA) INTERVALLES MOYENS INTERVALLES MOYENS INTERVALLES LONGS (ENDURANCE AÉROBIE) INTERVALLES LONGS (ENDURANCE AÉROBIE)

42 LES MÉTHODES INTERMITTENTES

43 LES MÉTHODES FRACTIONNÉES DÉCOMPOSITION DE LEXERCICE DE COMPÉTITION EN FRACTION DÉCOMPOSITION DE LEXERCICE DE COMPÉTITION EN FRACTION RÉPÉTITIONS DES FRACTIONS DEXERCICE DE COMPÉTITION AVEC RÉCUPÉRATION TOTALE RÉPÉTITIONS DES FRACTIONS DEXERCICE DE COMPÉTITION AVEC RÉCUPÉRATION TOTALE MÉTHODES TRÈS DIFFICILES ET ÉPROUVANTES MÉTHODES TRÈS DIFFICILES ET ÉPROUVANTES PRÉPARATION À LA COMPÉTITION PRÉPARATION À LA COMPÉTITION

44 DÉTERMINER LES PARAMÈTRES DENTRAÎNEMENT LENVIRONNEMENT LENVIRONNEMENT LE MATÉRIEL LE MATÉRIEL LES MÉTHODES LES MÉTHODES LE PROGRAMME LE PROGRAMME LE NOMBRE DE SÉANCES LE NOMBRE DE SÉANCES LA DURÉE DES SÉANCES LA DURÉE DES SÉANCES LA FRÉQUENCE CARDIAQUE LE TEMPS DE TRAVAIL LA CADENCE DE TRAVAIL LA VITESSE DE DÉPLACEMENT LA PUISSANCE LA RÉSISTANCE

45 ZONE DE TRAVAIL EN CARDIO TRAINING

46 Étape 6 = MODIFIER/ADAPTER LE PROGRAMME

47 CARDIO-TRAINING DU SÉDENTAIRE Mauvaise condition physique Mauvaise condition physique Désadapté à leffort Désadapté à leffort Facteurs à risques Facteurs à risques Faible motivation Faible motivation 200 de vélo à Fc 70% 200 de récupération 8 à 10 séries 2 à 3 séances / semaine

48 CARDIO-TRAINING DE LHYPERTENDU Effort continu Effort continu Entraînement de longue durée Entraînement de longue durée Faible intensité Faible intensité 3000 deffort à une Fc de 55 à 65% 2 à 3 séances / semaine Évoluer vers des séances de 40/4500 à Fc de 65 à 70%

49 CARDIO-TRAINING DE LOBÈSE Conseils alimentaires (conseiller de rencontrer un nutritionniste ou diététicien) Conseils alimentaires (conseiller de rencontrer un nutritionniste ou diététicien) Commencer par de la marche ou du vélo pour éviter des problèmes articulaires liés au surpoids Commencer par de la marche ou du vélo pour éviter des problèmes articulaires liés au surpoids 200 deffort modéré 200 de repos Séance de 30 à 40 mn 2 à 3 séances / semaine

50 CARDIO-TRAINING DU DIABÉTIQUE Privilégier la consommation de sucre afin de baisser lhyperglycémie Privilégier la consommation de sucre afin de baisser lhyperglycémie Entraînements longs Fréquence élevée de 75 à 80 %

51 CARDIO-TRAINING DE LINSUFFISANT RESPIRATOIRE Plusieurs facteurs peuvent limiter ou retarder le passage de lO2 dans le sang Plusieurs facteurs peuvent limiter ou retarder le passage de lO2 dans le sang Exercices courts et relativement intenses alternés de temps de repos plutôt longs Circuit cardio-athlétique ou ergocycle 100 à Fc de 70% 200 de repos Séance de 20 à 45 mn 2 à 3 séances / semaine

52 CARDIO-TRAINING DU TABAGIQUE EN SEVRAGE Facteurs limitants Facteurs limitants Essoufflement rapide Essoufflement rapide Entraînement long et modéré En cas dessoufflement rapide, privilégier un entraînement fractionné intensif 500 deffort à Fc 70% 300 de repos 3 à 5 séries par séance 2 à 3 séances / semaine Réduire progressivement les temps de repos

53 CARDIO-TRAINING DU SUJET OPÉRÉ DES VALVES Désadaptation à leffort Désadaptation à leffort Phase 1 : 200 deffort à Fc 60/70% de repos X 6 à 10 fois Phase 2 : au bout de quelques semaines, 10 à 30 mn deffort à une Fc de 70/80% Nombre de séances par semaine variable en fonction de la sensation et la récupération du sujet

54 CARDIO-TRAINING GREFFÉ DU COEUR Perte du volume musculaire par inactivité physique Perte du volume musculaire par inactivité physique Sujet désadapté à leffort Sujet désadapté à leffort 200 deffort à intensité modérée 200 de récupération 15 à 30 mn par séance 4 à 5 séances / semaine

55 SOURCE « Le guide pratique du cardio-training » - J. Savoldelli & L. Laidet - éd. Amphora « Le guide pratique du cardio-training » - J. Savoldelli & L. Laidet - éd. Amphora « Courir en harmonie » - C. Gindre – éd. Volodalen « Courir en harmonie » - C. Gindre – éd. Volodalen « Manuel dentraînement » - J. Weineck – éd. Vigot « Manuel dentraînement » - J. Weineck – éd. Vigot « Préparation Physique » - Pradet – éd. Vigot « Préparation Physique » - Pradet – éd. Vigot


Télécharger ppt "PRISE EN CHARGE DUN PRATIQUANT EN CARDIO-TRAINING CESA – BPJEPS AGFF Antoine Locuratolo."

Présentations similaires


Annonces Google