La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COFOR2 05-06– Support à lapprentissage dans un dispositif de formation médiatisé N.Deschryver,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COFOR2 05-06– Support à lapprentissage dans un dispositif de formation médiatisé N.Deschryver,"— Transcription de la présentation:

1 COFOR – Support à lapprentissage dans un dispositif de formation médiatisé N.Deschryver,

2 N.Deschryver – COFOR – p.2 Programme de la matinée 9h-10h Caractéristiques dun dispositif soutenant lapprentissage 10h-10h30 IS et apprentissage dans un dispositif médiatisé 11h-12h30 Tutorat Activité + apports théoriques

3 N.Deschryver – COFOR – p.3 1. Activité dans le forum 1. Au cours de la formation Maltt, pourriez-vous repérer une situation précise dans laquelle vous avez le sentiment davoir appris. Pourriez-vous la décrire. Quand était-ce ? Dans quelles circonstances ? Quelles sont les conditions qui ont fait que ça a marché ? 2. Au cours de la formation Maltt, pourriez-vous repérer une situation précise dans laquelle vous avez le sentiment davoir perdu votre temps, de ne pas avoir appris. Pourriez-vous la décrire. Quand était-ce ? Dans quelles circonstances ? Quelles sont les conditions qui ont fait que ça na pas marché ?

4 N.Deschryver – COFOR – p.4 Votre expérience dapprentissage

5 N.Deschryver – COFOR – p.5 Travaux en pédagogie universitaire (Saljö, 1979; Biggs, 2003; Entwistle, 2003; 2002; Pintrich, 2003; Ramsden, 2003) Variables pouvant intervenir sur la qualité de lapprentissage - Entwistle (2002)

6 N.Deschryver – COFOR – p.6 Prendre en compte : Expérience antérieure, conception… - approche dapprentissage Soutenir des démarches réflexives sur lexpérience dapprentissage « En fait, toutes les activités et les formations actuelles, pour être efficaces, présupposent cette autonomie : savoir se débrouiller en situation complexe mais aussi collaborer, s'orienter dans les contraintes et les nécessités multiples, distinguer lessentiel de laccessoire, ne pas se noyer dans la profusion des informations, faire les bons choix selon de bonnes stratégies, gérer correctement son temps et son agenda… Lexigence conjuguée de toutes ces compétences à la fois représente une capacité énorme de gestion méta- cognitive de sa propre conduite. » Linard, 2000.

7 Extraits de blogs détudiants du DES STAF « Je suis quand même limite cette fois au niveau fatigue... je me rends compte que je ne dois pas tirer sur la ficelle trop longtemps ou trop intensément... je commence franchement à saturer(émotionnellement, mentalement et physiquement)... il faut vraiment que je me prévoie quelques petits break, sinon... » « Quant aux questions de la semaine 1, j'ai beaucoup de peine à m'y retrouver : quels documents consulter pour trouver toute l'information nécessaire, difficultés de comprendre les consignes.... » « Je pense aussi qu'il va falloir que je contacte un tuteur parce que je crois que j'ai peut-être encore quelques questions et que c'est déjà très tard. » « C'est surtout sur moi que j'en ai appris, sur ce coup-là ! Que je dois apprendre à me battre avant tout et en toutes situations ! Et que le replis n'est utile que s'il sert à mieux sauter ! »

8 N.Deschryver – COFOR – p.8 Prendre en compte : perception du dispositif Expliciter le scénario pédagogique (objectifs – méthode – évaluation) : permet à lapprenant dorienter son parcours, de sengager en connaissance de cause, de planifier À travers documents de présentation, conseils méthodo, exemples de travaux, moments de discussion (en présentiel et à distance)

9 Extraits de blogs détudiants du DES STAF « Je crois avoir cerné une des raisons pour lesquelles il nous est difficile d'avancer à T. et à moi. Suite aux conseils de JJ, j'ai été voir les travaux de l'année passé et j'en ai imprimé 2 qui me paraissaient bien fait. En les lisant dans le train, cela m'a permis de mettre quelques idées en place sur ce que l'on attendait de nous, et de comprendre certaines choses qui m'étaient restées obscures (pex, le terme "discipline" n'a aucune connotation de militaire, mais concerne simplement la matière enseignée...) »

10 N.Deschryver – COFOR – p.10 Prendre en compte votre conception de lenseignement-apprentissage Action Sens Projet Interaction et mutualisation Réflexion l'engagement personnel de l'apprenant dans une action, pour un apprentissage en profondeur lapprenant est motivé car il comprend le sens de son engagement dans laction les intérêts (perso, prof, études) et les connaissances de lapprenant sont premiers. la communauté dapprentissage est un support de poids à lapprentissage de chacun. prendre conscience de ce quon a appris pour mieux le réexploiter Une conception partagée à TECFA

11 N.Deschryver – COFOR – p.11 Support à lapprentissage en FAD? Le support doit pouvoir répondre à des questions dordre (Dionne et al., 1999) cognitif : conceptuel, méthodologiques, administratifs et techniques socio-affectif et motivationnel métacognitif Voir cadre synthétique de Dionne et al. Ces 3 niveaux de support se concrétisent dans : Des ressources humaines : léquipe pédagogique avec des fonctions déterminées, les autres apprenants (mutualisation, interaction), autres personnes ressources (experts, etc.) Des documents divers Informations sur le dispositif de formation (programme, consignes, règles du jeu, planification, etc) et lenvironnement technologique Guide de létudiant (conseils relatifs aux démarches de travail, etc.) Documents de support à lauto-évaluation et à la réflexivité Ressources, matériels de cours Archivage des travaux Un environnement technologique denseignement/apprentissage

12 N.Deschryver – COFOR – p.12 Ressources Dionne M., Mercier J., Deschênes A-J, Bilodeau H., Bourdages L., Gagné P., Lebel C., Rada-Donath A. (1999). Profil des activités d'encadrement comme soutien à l'apprentissage en formation à distance, Revue Distances, vol.3 n°2, Entwistle, N. (2003). Concepts and conceptual frameworks underpinning the ETL Project. Edinburgh: School of Education, University of Edinburgh. Entwistle N., McCune V. and Hounsell J. (2002) Approaches to Studying and Perceptions of University Teaching-Learning Environments: Concepts, Measures and Preliminary Findings Edinburgh: School of Education, University of Edinburgh. Linard M. (2000) Lautonomie de lapprenant et les TIC, Actes Journée Réseaux humains / Réseaux technologiques poitiers.fr/rhrt/2000/table_ronde_3.htmhttp://oav.univ- poitiers.fr/rhrt/2000/table_ronde_3.htm

13 N.Deschryver – COFOR – p IS et apprentissage - perspectives L interaction sociale comme support cognitif Impact des th é ories sociales de l apprentissage l autre source d information, de conflit socio-cognitif, de collaboration rendant possible la r é alisation d actions plus complexes L interaction sociale comme support socio-affectif l autre source de motivation et d engagement Contexte sp é cifique des dispositifs distants L interaction sociale comme objet d apprentissage Compétences attendues en formation

14 N.Deschryver – COFOR – p.14 Interaction sociale ? interaction sociale : effets résultant de la présence, des paroles ou de laction dautrui sur les réponses (réactions observables) de lindividu à son environnement non social (un objet, une question, etc.) ou social. (De Montmollin, 1977) Objets dapprentissage – Stimulus, problème, question, etc. Individu A Individu B (enseignant, pairs, autres) Présence Paroles Action Interaction sociale R A ou pas de Ro R AB la situation sociale (nombre de personnes, relations interpersonnelles - degré de familiarité, degré de convergence dopinions, de sentiments, de compétences, dintérêts -, normes, codes, rituels, etc.), les modalités de linteraction sociale (en présence ou médiatisée, verbales ou non, etc.) et la la temporalité

15 N.Deschryver – COFOR – p.15 Interactions sociales et support cognitif Définition large de lapprentissage collaboratif : « it is a situation in which two or more people learn or attempt to learn something together » (Dillenbourg, 1999,p.2) Exemple : Une situation de classe dune dizaine détudiants présentant chacun létat davancement de leur travail aux autres à laide de posters : après la présentation, les étudiants circulent devant les posters et apposent leurs commentaires à laide de post-it ; il y a ensuite discussion de chaque poster sur base des post-it apposés. Quels apports pour chaque étudiant de ses interactions avec les autres ? Quelles sont les conditions de la situation qui favorisent linteraction efficace ?

16 N.Deschryver – COFOR – p.16 Interactions sociales et support cognitif (2) Pour répondre à ces questions, on peut se centrer sur les individus en interaction (leur statut, leurs connaissances, etc.) lapproche psychosociologique et la théorie du conflit sociocognitif le contexte (les outils utilisés comme les posters et post-it, le langage oral et écrit, les règles dinteraction de la classe, etc.). lapproche socio-culturelle

17 N.Deschryver – COFOR – p.17 Apports de lapproche psychosociologique Dans certaines conditions, une situation dinteraction sociale comparée à lactivité individuelle favorise la construction de structures de connaissances nouvelles. Le processus en jeu : confrontation de points de vue ou conflit sociocognitif Les conditions: Le degré de symétrie de la relation sociale Lintensité de linteraction sociale (échange, verbalisation) Le climat socioaffectif de la relation Les prérequis cognitifs et sociaux Apports complémentaires des recherches sur lapprentissage coopératif Conditions : Tâche complexe, une structuration de linteraction favorisant la controverse

18 Nvelle struct. de C. Assimilation Accomodation Conflit cognitif Conflit socio-cognitif Structure de C. Individu A Situation nouvelle Individu B SC NSC As Ac Résistance + efficace car - décentration - alternative - enjeu social Facteurs - degré dasymétrie de la relation - degré dintensité de linteraction - climat socio-affectif - pré-requis cognitif et sociaux - types de tâches

19 N.Deschryver – COFOR – p.19 Impact de la médiatisation sur les IS – aspects cognitifs Prédominance de lécrit Réduction ou transformation des interactions Interagir en ligne demande plus deffort et dattention – peut impliquer moins dintensité de linteraction Trace écrite – support aux discussions/ argumentation, apports didées, métacognition Profondeur du contenu (mode asynchone) Lusage de la trace doit être appris Temps de réflexion et de structuration de son intervention (mode asynchrone) Apprendre à faire des liens explicites Cfr Henri et Lundgren-Cayrol (2001)

20 N.Deschryver – COFOR – p.20 Apports de lapproche socioculturelle apprentissage : intériorisation dune action sociale Processus soutenu par la création doutils « culturels » extérieurs : la langue écrite et parlée, les théories scientifiques, les techniques qui aident la mémoire et la pensée, outils technologiques, etc. En utilisant ces outils culturels, lindividu en fait des outils individuels, privés caractéristiques dune action efficace? Etayage (Bruner) Verbalisation – argumentation (Baker) Apprentissage authentique – participation à une communauté de pratique Apport de recherches annexes sur l interaction vicariante Un apprenant peut apprendre en observant activement et en traitant une interaction qui a lieu entre d autres ( é tudiant, enseignant) (Sutton, 2001).

21 N.Deschryver – COFOR – p.21 Environnement – Espace dinteraction et de mutualisation Espace classe E.perso A E.perso A E.perso E E. de mutualisation et dinteraction Lenvironnement virtuel « web » : rôle majeur dintégrateur, offre un lieu dinteraction au groupe. Certains environnements soutiennent plus ou moins bien linteraction et la mutualisation

22 N.Deschryver – COFOR – p.22 Interactions sociales et support affectif Nouvelle voie de recherche en apprentissage Emotions-affectivité : actes sociaux majeurs permettant dentrer en relation avec le monde, les autres et soi-même 2 fonctions : orientation de la conduite : articulée à la motivation, - peuvent donc favoriser ou freiner laction affectivité + : créativité, flexibilité en résolution de problème, efficacité dans la prise de décision, motivation intrinsèque fonction sociale de communication avec soi et les autres : via le comportement non verbal et plus particulièrement la mimique faciale et gestuelle

23 N.Deschryver – COFOR – p.23 Impact de la médiatisation sur les IS – aspects affectifs 1. Communication non-verbale réduite à distance Effets possibles : problème dengagement – place dans le groupe ; effet écran : facilite lexpression ; sentiment de liberté personnelle - individualisme autres codes de communication non verbale (utilisation des smileys, des avatars) se développent…à apprendre 2. Affectivité propre à la FAD : sentiment disolement, anxiété liée à la communication en ligne… provenant de… manque dinformation concernant la présence et lattention mutuelle, manque de feedback immédiat, « dimmediacy » concept de présence sociale

24 N.Deschryver – COFOR – p.24 Présence sociale Ce que chacun projette et ce quil peut percevoir de lautre dans linteraction Intimité : possibilité de contact visuel et de proximité « immediacy » : notamment temps de réponse Interactions spécifiques : des expressions dattention mutuelle et de présence, des expressions de renforcement social (compliment, encouragement, etc.), des expressions démotion et de sentiments facteurs : maîtrise de lenvironnement (la capacité à développer un paralangage), caractéristiques du média de communication, types dactivités, etc. Une ref : Tu, C.-H. (2002)

25 N.Deschryver – COFOR – p.25 Extraits de blogs détudiants du DES STAF « Ce qui me rassure dans l'interaction avec mes pairs est que je suis de loin d'être la seule à avoir ce sentiment d'être perdue... » « J'en ai aussi ras le bol de travailler tout seul, d'habitude ça allait à peu près, mais là le portail est tellement désert que j'ai vraiment l'impression de travailler au sahara. » « Jai envie de tout lâcher, tout laisser tomber, mais ce serait trop facile alors jai décidé de faire chier jusquau bout. » Réponse dun pair : « pour rester dans le même registre, t'avise pas de lâcher car j'irais te chercher par la peau de f... ! Accroche toi ;-) »

26 N.Deschryver – COFOR – p.26 Questions pour guider le projet Parmi les concepts issus des différents courants théoriques qui soutiennent l'interaction sociale comme un élément favorisant les apprentissages, le(s)quel(s) vous semble(nt) le(s) plus intéressant(s) pour votre projet ? Pour quelles raisons ? Quelle(s) forme(s) d'interaction sociale (tutorat, petit/grand groupe) mettez- vous en place dans votre projet ? Comment le justifiez-vous ? Comment pensez-vous composer les groupes de travail: par hétérogénéité (préciser le type) ou homogénéité ? Pourquoi avez-vous fait ce choix ? Dans la structuration des tâches, qu'est-ce qui va permettre, selon vous, une certaine qualité des interactions ? Autrement dit, comment pensez-vous favoriser les interactions dans les moments de travail en groupe ? Les recherches montrent que le travail en groupe est d'autant plus efficace lorsqu'il porte sur une situation de résolution de problème, c'est-à-dire une tâche complexe. Portez un jugement autoévaluatif sur les tâches que vous proposez aux apprenants : laquelle répond le mieux à cette définition ? Dans votre projet, en quoi les TIC apportent un soutien spécifique aux interactions sociales ? Quelle spécificité des outils?

27 N.Deschryver – COFOR – p.27 Ressources IS et apprentissage Articles de Bourgeois et Nizet (.pdf).pdf Brown et Campione (.pdf).pdf Perkins (.pdf).pdf IS et apprentissage dans un environnement médiatisé Extrait de Henri et Lundgren-Cayrol (2001), Dillenbourg, P., C. Poirier et L. Carles (2002). Communautés virtuelles d'apprentissage: e-jargon ou nouveau paradigme ? In A. Sentini and A. Taurisson(dir.), Communautés virtuelles d'apprentissage. Presses Universitaires du Québec. Tu, C.-H. (2002). The relationship between social presence and online privacy. The Internet and Higher Education, 5 (4), (voir périodiques électroniques à lUni) Cours LME : teachers/deschryver/outils_usages.ppthttp://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/LME/ex- teachers/deschryver/outils_usages.ppt

28 N.Deschryver – COFOR – p Tutorat – activité dans le forum Voir doc papier

29 N.Deschryver – COFOR – p.29 Tutorat – concept polysémique Sens retenu ici: relation pédagogique à distance Interventions très variées en fonction du dispositif de formation (conception de lapprentissage, public – profil et nombre, etc.) Titres divers : formateur, tuteur, animateur, coach, enseignant

30 N.Deschryver – COFOR – p.30 Profil de tuteur à distance (daprès Denis B., 2003) 1. laccueil, la mise en route des actions de formation 2. laccompagnement technique 3. laccompagnement disciplinaire 4. laccompagnement méthodologique 5. le soutien affectif 6. lautorégulation et métacognition 7. lévaluation Souvent pris en charge par plusieurs personnes Pas toutes pertinentes en fonction des dispositifs de formation

31 N.Deschryver – COFOR – p.31 Illustration : 2 interventions différentes sur le même objet « je ne vois pas bien le rôle des TIC dans votre scénario...dans ce que vous voulez mettre en place, il y a pourtant des apports spécifiques qui pourraient très bien se justifier. Pensez aux différentes actions décrites dans le document ppt qui vous a été présenté et les outils qui peuvent les soutenir. » « Il me semble que l'activité est basée sur un conception classique de la correspondance scolaire... On pourrait l'enrichir par l'utilisation de la photo numérique, par la création d'une exposition de photos sur le web avec les textes correspondant à la photo de chacun...On pourrait se servir d'un wiki pour aménager la description en fonction des informations découvertes... etc. Ou tout autre système... On pourrait donc concevoir le tout sous forme numérique et accès à distance. »

32 N.Deschryver – COFOR – p.32 Des rôles différents pour des intentions pédagogiques différentes Transmettre des savoirs – tuteur expert Des notes de cours sont fournies aux étudiants ainsi que des exercices dapplication. Ils peuvent faire appel à un expert en cas de difficulté. une vision de l apprentissage : apprendre c est acquérir de nouvelles connaissances, additionner des connaissances nouvelles aux connaissances existantes ; un rôle accordé au support technologique: transmettre des informations structurées, communication tuteur-étudiants; l évaluation : porte sur les savoirs acquis, leur exactitude; les autres apprenants : pas de rôle explicite Montrer, démontrer : faites comme moi Généralise, met en évidence un modèle, une manière de faire Fournit des ressources ou des références complémentaires Incite à poursuivre la réflexion Communique une information utile à l ensemble du groupe

33 N.Deschryver – COFOR – p.33 Supporter la construction des connaissances et des compétences – tuteur mentor /animateur Le point dentrée sont des situations problèmes à résoudre. Les notes de cours et autres ressources sont des supports aux activités. La vision de l apprentissage : construire de nouvelles connaissances à partir de ses connaissances individuelles. La technologie : support à l activité des apprenants; L évaluation porte davantage sur l apprentissage et le développement individuel que sur le produit. Les autres apprenants : sont envisagés comme support cognitif et affectif à lapprentissage Renforce, questionne, conseille Prépare la situation Maintient l implication par des feedbacks fréquents Suscite la réflexion : pose des questions Encourage les échanges avec les autres apprenants Guide : suggère une démarche, une méthode Oriente vers des ressources, un expert

34 N.Deschryver – COFOR – p.34 Coût du tutorat Support à lautonomie des étudiants Préparation technique et pédagogique Tuteur animateur-guide Prise en charge progressive des fonctions « annexes » du tuteur par le groupe Environnement support Guides techniques et pédagogiques pour lensemble des acteurs Environnements « simples » et adaptés aux besoins Privilégier lasynchrone Moments dinterventions privilégiés Formation des tuteurs (avant-pendant-après) Participation des tuteurs à la régulation du dispositif

35 N.Deschryver – COFOR – p.35 Ressources Charlier B., Docq F., Lusalusa S., Peeters R., Deschryver N.,(1999), "Tuteurs en ligne": quels rôles, quelle formation ? Symposium international du C.N.E.D.,Poitiers. (.pdf)pdf DENIS B, (2003) – Quels rôles et quelle formation pour les tuteurs intervenant dans les dispositifs de formation à distance, Distances et savoirs V.1, Hermes, CNED, Lavoisier 2003 (version sur papier) Deschryver N. (2003) Le rôle du tutorat, in Charlier B. et Peraya D. (Eds) Technologie et innovation en pédagogie. Dispositifs innovants de formation pour l'enseignement supérieur, Bruxelles : De Boeck,


Télécharger ppt "COFOR2 05-06– Support à lapprentissage dans un dispositif de formation médiatisé N.Deschryver,"

Présentations similaires


Annonces Google