La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sujet Le plaisir en é ducation physique et sportive.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sujet Le plaisir en é ducation physique et sportive."— Transcription de la présentation:

1 Sujet Le plaisir en é ducation physique et sportive.

2 Préambule Il sagit daccrocher lattention du correcteur, et simultanément d »amener » le sujet, cest à dire de le contextualiser (si possible de façon non parachutée).

3 Préambule 1 « La nouvelle éthique est hédoniste et permissive au bénéfice du culte du plaisir et de son accomplissement immédiat ». Cette citation de Gilles Lipovetsky (1983), qui caractérise lévolution de la société post-moderne autour de lidée générale dune « démocratisation de lhédonisme », peut également fort bien sappliquer à lhistoire récente des pratiques sportives. Aux valeurs traditionnelles deffort, dentraînement, de persévérance se superposent depuis déjà quelques années lattrait pour la liberté, la recherche de sensations et démotions, la « passion du risque » (D. Le Breton, 1991), laventure, ou encore la convivialité et lépanouissement personnel.

4 Préambule 1 (suite) Consacrée par A.Loret (1995) comme lopposition entre une « culture sportive digitale » et une « culture sportive analogique », cette diversification des valeurs et du sens associés à la pratique sportive interpelle forcément léducation physique et sportive, celle-ci ayant choisi de faire des Activités Physiques, Sportives et Artistiques (APSA) lobjet et le moyen de son enseignement. Au delà de lopposition caricaturale entre travail et défoulement, quelle est aujourdhui la place légitime du plaisir en EPS ?

5 Préambule 2 La notion de plaisir a été soumise, dans lhistoire, aux influences des idées philosophiques, des religions, des sciences, des mentalités, des évolutions socioculturelles, etc. DEpicure à Freud, en passant par Pascal ou Nietzsche, force est de reconnaître que le plaisir a été appréhendé, selon les époques, plus ou moins favorablement. Lécole elle-même a dabord regardé le plaisir avec méfiance, celle-ci ayant longtemps uniquement loué les valeurs de travail et deffort.

6 Préambule 2 (suite) Il faudra attendre lavènement et la reconnaissance des méthodes actives pour donner quelques lettres de noblesse au plaisir, et notamment au plaisir dapprendre. Lhistoire de léducation physique est aussi emblématique de ces évolutions, puisque pendant longtemps, selon les propos de J.Thibault (1972), les représentants de notre discipline « ont cherché à faire sérieux en acceptant le formalisme des disciplines traditionnelles jusque dans ses formes les plus contestables ». Entre « orthodoxie scolaire » (P.Arnaud, 1983) et défoulement autorisé, il y a certainement une place légitime pour le plaisir en éducation physique et sportive.

7 Définition des concepts clés Il sagit ici uniquement de définir la notion de « plaisir », et de profiter de cette définition pour commencer lanalyse du sujet. La définition se fait ici en trois temps : dabord une définition du plaisir en général, puis une définition qui sapplique plus spécifiquement à lEPS, enfin un lien avec le sujet.

8 Définition des concepts clés Nous entendons habituellement par plaisir « un état de contentement que crée chez quelquun la satisfaction dune tendance, dun besoin, dun désir » (Larousse, 2001). Il sagit dun état affectif éminemment subjectif, car éprouvé par le sujet. La nourriture, la musique, la lecture, le sexe sont quelques-unes des sources de plaisir les plus connues, sans oublier lactivité physique, comme en témoigne le très jeune enfant qui prend simplement du plaisir à être en mouvement, à éprouver ses sens, ou à utiliser son corps pour être cause de quelque chose.

9 Définition des concepts clés En éducation physique et sportive, selon D.Delignières et S.Perez (1998), « le plaisir est généralement défini comme un état émotionnel agréable, une réponse affective positive vis-à-vis de la pratique sportive. Cet état émotionnel est la résultante de multiples affects, déterminés par divers éléments de la situation vécue par le sujet ».

10 Définition des concepts clés A des fins dapprentissage, lenseignant dEPS intervient constamment sur les « éléments de la situation vécue par le sujet », et a donc le pouvoir de susciter, ou de ne pas susciter, le plaisir ressenti par les élèves participant à la leçon quil conduit.

11 Principales qualités des questions : elles sont pertinentes par rapport au sujet, et surtout par rapport au développement (des éléments de réponse doivent pouvoir être apportés dans la suite du devoir), elles senchaînent, du général au particulier, elles « préparent » (= circonscrivent) la problématique, les réponses ne semblent pas, a priori, évidentes. Questionnement

12 Doù le plaisir éprouvé par les élèves tire-t-il sa source en EPS ? Quels en sont les déterminants ? Questionnement

13 Quelles sont les dimensions de lintervention de lenseignant susceptibles dinteragir positivement avec le plaisir ressenti par les élèves lors des leçons déducation physique ? Questionnement

14 En quoi le plaisir peut-il être simultanément source et résultat de lapprentissage ? Questionnement

15 Et en quoi le sentiment de contentement éprouvé régulièrement en EPS a-t-il le pouvoir de rejaillir sur lenvie de pratiquer librement, plus tard, une APSA ? Questionnement

16 Problématique 1 Nous montrerons que léducation physique et sportive est une source de différentes formes de plaisir chez les élèves. Irrecevable car aucune hypothèse nest posée (apparence dun simple « exposé »), et les interventions de lenseignant sont absentes.

17 Problématique 2 Nous mettrons en évidence que lEPS est une source possible de plaisir pour les élèves, sous réserve que lenseignant conçoive et mette en oeuvre ses interventions pédagogiques et didactiques dans cette perspective. Recevable mais peu évoluée car elle paraît presque « évidente » à la lecture du sujet, et ne pousse pas lanalyse plus loin que cette lecture.

18 Problématique 3 En partant du principe quil existe plusieurs formes de plaisir susceptibles dadvenir en éducation physique et sportive, nous expliquerons comment lenseignant dEPS conçoit et met en œuvre ses interventions de façon à favoriser lémergence de ce plaisir et, simultanément, de façon à faire de ce plaisir un tremplin pour les apprentissages de ses élèves.

19 Problématique 3 Plus évoluée car elle fait intervenir des relations plus complexes que le simple lien interventions de lenseignant – plaisir en évoquant explicitement les exigences de lapprentissage.

20 Problématique 4 Notre réflexion sattachera à dépasser lopposition classique entre plaisir et travail, en défendant lhypothèse selon laquelle le plaisir vécu par les élèves en EPS est à la fois un objectif et un moyen pour les interventions de lenseignant. Objectif, car en tant que source de contentement, sa recherche a une valeur en soi. Moyen, car le plaisir est un moteur aux apprentissages daujourdhui, en même temps quil constitue une condition à la poursuite volontaire dune pratique physique demain.

21 Problématique 4 Encore plus évoluée car elle justifie à trois niveaux lintérêt, pour lenseignant, de faire des leçons dEPS une occasion pour ses élèves de prendre du plaisir : Une justification hédoniste, Une justification didactique, Une justification éducative.

22 Problématique 4 (suite) La problématique peut être reformulée afin de rendre sa compréhension plus facile pour le correcteur. Il sagit de reprendre lhypothèse, sous une autre forme rédactionnelle. Un inconvénient : alourdir le paragraphe, Un danger : créer de lambiguïté, de lincompréhension ou du paradoxe, si la reformulation évoque une autre idée.

23 Problématique 4 (suite) Autrement dit, le plaisir des enfants et des adolescents mérite dinspirer les caractéristiques de lenseignement de lEPS pour trois raisons principales : il participe à lépanouissement de chaque élève, il saccompagne dun engagement favorable aux apprentissages, et il conditionne la poursuite dune pratique physique au-delà des murs de lécole.

24 Plan 1 Entrée par les « sources » du plaisir Partie I : le plaisir en EPS provient du jeu Partie II : le plaisir en EPS provient des sources de dissonance Partie III : le plaisir en EPS provient du sentiment de compétence et du sentiment dautodétermination

25 Plan 2 Entrée par les « sources » du plaisir Partie I : le plaisir en EPS provient des APSA Partie II : le plaisir en EPS provient des autres Partie III : le plaisir en EPS provient de la perception que lon a de soi-même

26 Plan 3 Entrée par les interventions de lenseignant Partie I : le choix des activités et la construction des tâches Partie II : lorganisation pédagogique Partie III : lanimation pédagogique et les rétroactions à la prestation

27 Partie 1 Le jeu, « réalisation qui ne vise que la seule réalisation de soi » (Wallon, 1941), est par essence générateur de plaisir. Seulement, lenseignant dEPS se trouve face à deux difficultés majeures : dune part le jeu ne se décrète pas, et dautre part il nest pas « automatiquement » favorable aux apprentissages.

28 Partie 1 Cest pourquoi lenjeu dun enseignement réussi est simultanément de réunir les conditions favorables à lactivité ludique des enfants et des adolescents en EPS, et de permettre à cette activité de venir « rencontrer » les exigences de lapprentissage.

29 Argument 1.1 Le jeu est dans Ilynx, c-a-d le vertige (R.Caillois, 1958) = lEPS est souvent loccasion déprouver des sensations en relation avec la perturbation des repères habituels du « terrien », la perte de contact avec le sol, ou encore la confrontation avec la vitesse… Choix des APSA, mode dentrée dans lactivité, construction des tâches, utilisation du matériel… Choix des APSA, mode dentrée dans lactivité, construction des tâches, utilisation du matériel…

30 Argument 1.2 Le jeu est dans Agon, c-a-d la compétition (R.Caillois, 1958) = lEPS est souvent loccasion dune confrontation avec les autres ou avec soi-même ( nécessité de nuancer absolument) Organisation de matchs, de concours, de défis… Organisation de matchs, de concours, de défis…

31 Argument 1.3 Le jeu est dans Mimicry, c-a-d le simulacre (R.Caillois, 1958) = lEPS est souvent loccasion dimiter, de « faire semblant », de mimer, de sidentifier à des « héros » sportifs, ou encore dexprimer… Choix des APSA (activités artistiques), et plus généralement respect de leur logique interne afin de ne pas dénaturer la symbolique sociale de ces activités Choix des APSA (activités artistiques), et plus généralement respect de leur logique interne afin de ne pas dénaturer la symbolique sociale de ces activités + dévolution de rôles

32 Argument 1.4 Les jeux en EPS sont souvent des « jeux de règles » (Piaget, 1959), ou encore des « jeux collectifs » (Parlebas,1999) : ils supposent des relations interindividuelles dopposition et/ou de coopération, de communication et de contre-communication ( besoin daffiliation) Choix des APSA, constitution de sous- groupes, projets collectifs, voire aventure collective… Choix des APSA, constitution de sous- groupes, projets collectifs, voire aventure collective…

33 Argument 1.5 Même si les « jeux dexercice » (Piaget, 1959) concernent plutôt les premières années de la vie, les enfants et les adolescents éprouvent encore du plaisir à être en mouvement, à se « défouler » ou se « dépenser » Optimisation du temps dengagement moteur (Piéron, 1992), refus de lintellectualisation artificielle de la discipline (L.Thomas, 1997) Optimisation du temps dengagement moteur (Piéron, 1992), refus de lintellectualisation artificielle de la discipline (L.Thomas, 1997)

34 Partie 2 La dissonance cognitive ( entre deux états mentaux : un état idéal et un état du moment) génère des affects positifs jusquà un certain niveau, puis ce sont des sensations désagréables qui se développent chez le sujet. Dans cette perspective, le plaisir se développe à lintérieur dune zone optimale dactivation

35 Partie 2 Selon les travaux de Berlyne (1970), il existe chez lhomme quatre grandes sources de dissonance : la nouveauté, la surprise, la complexité et le conflit. Les interventions de lenseignant porteront sur ces dimensions afin de susciter le plaisir chez lapprenant.

36 Argument 2.1 Le plaisir peut être ressenti dans limpression de défi personnel que suscite la confrontation à la tâche dapp. Principe = proposer des tâches qui semblent difficiles aux élèves, mais pas insurmontables dosage de la difficulté de la tâche selon les ressources des apprenants, construction de tâches emblématiques de certaines techniques sportives, ou qui sont symboliquement difficiles mais objectivement accessibles… Principe = proposer des tâches qui semblent difficiles aux élèves, mais pas insurmontables dosage de la difficulté de la tâche selon les ressources des apprenants, construction de tâches emblématiques de certaines techniques sportives, ou qui sont symboliquement difficiles mais objectivement accessibles…

37 Argument 2.2 Le plaisir peut être ressenti dans la confrontation au nouveau (satisfaction du besoin de curiosité) Choix et diversification des APSA, variété des situations, alternance des modes dorganisation (espace, groupe, matériel…), nuance pour ne pas nuire aux exigences de lapp. (consistance), action sur l « habillage » des tâches pour donner une « impression » de nouveauté… Choix et diversification des APSA, variété des situations, alternance des modes dorganisation (espace, groupe, matériel…), nuance pour ne pas nuire aux exigences de lapp. (consistance), action sur l « habillage » des tâches pour donner une « impression » de nouveauté…

38 Argument 2.3 Le plaisir peut être ressenti dans la confrontation au risque. Selon D.Delignières (1993), « le risque est un facteur de dissonance, entraînant une élévation du niveau d'activation du sujet ». Cette dissonance est source de plaisir si elle se situe à lintérieur dune zone optimale (appelée « risque préférentiel »).

39 Argument 2.3 (suite) Donner limpression dune « mise à lépreuve » à travers tous les éléments susceptibles dinfluer sur le risque perçu dans la situation : choix des APSA, mode dentrée dans lactivité, aménagement matériel des tâches… nuance pédagogie différenciée ici absolument nécessaire Donner limpression dune « mise à lépreuve » à travers tous les éléments susceptibles dinfluer sur le risque perçu dans la situation : choix des APSA, mode dentrée dans lactivité, aménagement matériel des tâches… nuance pédagogie différenciée ici absolument nécessaire

40 Partie 3 Enfin, le plaisir de participer aux leçons déducation physique en vue dy construire des compétences dépend aussi de la possibilité, pour chaque élève, délever son sentiment de compétence, et déprouver un sentiment de liberté (auto-détermination).

41 Argument 3.1 La réussite génère du plaisir, surtout lorsque cette réussite concerne des activités qui ont de la valeur aux yeux de lapprenant. Les bénéfices sont un gain destime de soi et de confiance en soi Concrétisation des critères de réussite de laction (visibilité et contrôle personnel de la réussite), difficulté optimale des tâches dapp., organisation de nature à multiplier les possibilités de répétition, procédures de guidage (FB), souplesse dans le dispositif afin de différencier la pédagogie… Concrétisation des critères de réussite de laction (visibilité et contrôle personnel de la réussite), difficulté optimale des tâches dapp., organisation de nature à multiplier les possibilités de répétition, procédures de guidage (FB), souplesse dans le dispositif afin de différencier la pédagogie…

42 Argument 3.2 Les élèves prendront du plaisir à apprendre et progresser, si leurs buts sont orientés vers la tâche (Nicholls, 1984), doù limportance dun climat motivationnel de maîtrise (Ames & Ames, 1984) Accepter les erreurs comme des productions temporaires, impliquer les élèves dans leurs app., éviter les comparaisons sociales, construire des procédures dévaluation qui apprécient surtout les résultats de lapp., donner des FB orientés vers la maîtrise et non vers la personne… Accepter les erreurs comme des productions temporaires, impliquer les élèves dans leurs app., éviter les comparaisons sociales, construire des procédures dévaluation qui apprécient surtout les résultats de lapp., donner des FB orientés vers la maîtrise et non vers la personne…

43 Argument 3.3 Les enfants, et particulièrement les adolescents, ont un fort besoin de liberté (Braconnier&Marcelli, 1988). Par ailleurs, les études ont montré que le sentiment dautodétermination était une source daffects positifs (Deci & Ryan, 1985). Dévolution de rôles, pédagogie du projet et du contrat, valorisation de toutes les procédures qui proposent des choix à lélève, style denseignement « démocratique », refus dutiliser lévaluation pour « motiver » sa classe… Dévolution de rôles, pédagogie du projet et du contrat, valorisation de toutes les procédures qui proposent des choix à lélève, style denseignement « démocratique », refus dutiliser lévaluation pour « motiver » sa classe…

44 Argument 3.4 Le sentiment de liberté et le plaisir quil procure peuvent enfin sincarner dans l « évasion » des dimensions temporelles, matérielles, spatiales, institutionnelles habituellement associées lEcole Activités qui se déroulent en dehors de létablissement scolaire, plaisir du contact avec la pleine nature, PAE amenant les élèves, sur plusieurs jours, à pratiquer une nouvelle APSA, stage de mer ou de neige, etc Activités qui se déroulent en dehors de létablissement scolaire, plaisir du contact avec la pleine nature, PAE amenant les élèves, sur plusieurs jours, à pratiquer une nouvelle APSA, stage de mer ou de neige, etc

45 Conclusion Réponse à la problématique Phase clé de la conclusion : le candidat revient sur lhypothèse formulée dans la problématique, et propose un bilan général à la démonstration : revenir explicitement sur la problématique, mais sans pour autant la paraphraser, sans bien sûr remettre en cause son hypothèse de départ, avec la possibilité pour le candidat de sengager.

46 Conclusion Réponse à la problématique (suite) Le plaisir des élèves en éducation physique et sportive mérite dêtre réhabilité, en vertu de trois principaux avantages. Dune part, le plaisir peut être vu comme une valeur morale, comme laccepte lhédonisme qui fait de lui lun des buts de la vie. Si nos élèves prennent du plaisir en EPS, alors ils nauront jamais complètement perdu leur temps.

47 Conclusion Réponse à la problématique (suite) A un second niveau, le plaisir est un tremplin pour les apprentissages, car il constitue le « starter » dun cercle vertueux unissant désir dapprendre, réussite et progrès. Dailleurs, à ce second niveau, le plaisir fait place à la joie, car « tandis que le plaisir est lié à linstant, la joie suppose le temps dune œuvre. Je me donne un but qui transcende linstant, je réussis bien, dans le temps de mon acte, ce que je voulais faire, je suis joyeux » (D.Huisman, A.Vergez, 1994).

48 Conclusion Réponse à la problématique (suite) Enfin, le plaisir et la joie éprouvés en éducation physique permettront de construire, de proche en proche, de bons souvenirs associés aux séances dEPS, bons souvenirs à la base dune « motivation continuée » (J.-P. Famose, 2001) à légard des APSA, et prédisposant à la poursuite dune pratique volontaire tout au long de sa vie.

49 Ouverture 1 Enfin, noublions pas le plaisir du professeur déducation physique, plaisir dont les signes extérieurs, enthousiasme, intérêt, écoute, dynamisme, agissent positivement sur lambiance générale du groupe-classe, et sur les affects qui sy développent. Dans toute relation pédagogique, inévitablement, le plaisir denseigner fait écho au plaisir dapprendre, et le plaisir dapprendre fait écho au plaisir denseigner.

50 Ouverture 2 Notre réflexion touchant à sa fin, nous pouvons souligner quen réalité, le plaisir se prête peu à lexpression conceptuelle. Dans cette perspective, il ny aurait rien à dire sur le plaisir, il ny aurait quà le vivre. Comme lécrit André Gide dans Les Nourritures terrestres (1897) : « Il mest égal de lire que les sables des plages sont chauds, je veux que mes pieds nus le sentent ».


Télécharger ppt "Sujet Le plaisir en é ducation physique et sportive."

Présentations similaires


Annonces Google