La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Syndrome de Guillain Barré : A spects cliniques et paracliniques Dr Sophie Demeret Réanimation neurologique – Hôpital Pitié-Salpêtrière.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Syndrome de Guillain Barré : A spects cliniques et paracliniques Dr Sophie Demeret Réanimation neurologique – Hôpital Pitié-Salpêtrière."— Transcription de la présentation:

1 Syndrome de Guillain Barré : A spects cliniques et paracliniques Dr Sophie Demeret Réanimation neurologique – Hôpital Pitié-Salpêtrière

2 M. D. M. D., 37 ans Gastro-entérite début janvier /01: paresthésies MIG 12/01: paresthésies des 2 MI, des 2 MS, dysphagie aux solides, gêne respiratoire, faiblesse aux 4 membres. 13/01: hospitalisé en neurologie via les urgences

3 M. D. Examen: Patient logorhéique, familier, connaît déjà le Guillain Barré, semble indifférent Déficit moteur « fluctuant » au testing MS proximal 2/5, biceps, triceps D: 5/5, triceps G: 3/5, distal: 5/5 MI psoas: 3/5, QD: 5/5, IJ: 4/5, JA: 2/5???, triceps: 5/5 Pas de troubles sensitifs objectifs, pas de niveau Dyspnée, pas de tirage ni RAB, comptage à 14, toux impossible??? Tousse au test de déglutition à leau ROT tous présents, achiléens abolis, RCP flexion PL: 0,34 g/l prot, 0 éléments

4 M. D. Diagnostic: fonctionnel ou organique? Contact « bizarre » atypies: préservation des ROT, asymétrie du début, PL normale 14/01: aggravation respiratoire avec signes cliniques datteinte diaphragmatique: plus de doute diagnostic: Guillain-Barré Intubation-ventilation mécanique Immunoglobulines polyvalentes 22/01: EMG: polyradiculonévrite démyélinisante

5 M. D. Ventilation du 14/01 au 10/02, trachéotomisé Pas de dysautonomie 27/01: phase de plateau puis amélioration 10/02: VS sur trachéo 15/02: décanulé 18/02: départ rééducation Polyradiculonévrite aiguë sensitivo- motrice démyélinisante typique

6 Introduction Guillain, Barré et Strohl - trois neurologues français, rapportent le cas : deux soldats une paralysie aiguë aréflexique suivie dune récupération PL:élévation de la protéinorachie sans cellularité « dissociation albuminocytologique »

7 Syndrome de Guillain Barré Syndrome de Guillain-Barré (SGB): 1,2 – 1,9 cas/ habitants Tableau clinique correspondant à plusieurs entités Hughes et Comblath, Lancet, % 5%

8 SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, cas de SGB hospitalisés de 1988 à 2002 en réanimation neurologique Sex ratio: 44% femmes / 56% hommes M=1,5 F Age moyen: 48 ans (de 16 à 84 ans) 75 ans: 4/

9 SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005 Infection ou vaccination dans 2/3 des cas dans le mois précédent syndrome grippal 34% infection rhinopharyngée 25% gastro-entérite 20% 2/3 infections dans les 6 semaines précédentes Agents infectieux retrouvés (16%) virus groupe herpès 9% campylobacter jejuni 4% autres 3% (HIV, HBV, chlamydiae, vaccins)

10 Formes cliniques formes sensitivo-motrices 85% formes motrices pures 10% formes sensitives pures 5% SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005

11 Localisation initiale des troubles sensitifs: membres inférieurs 39% quatre membres 35% membres supérieurs 26% Localisation initiale des troubles moteurs: membres inférieurs 72% quatre membres 23% membres supérieurs 5% SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005

12 Type datteinte initiale Atteinte sensitive initiale 42% Atteinte concomitante 29% Atteinte motrice initiale 14% Durée dévolution Phase daggravation: 12 jours (+/-8) Phase de plateau: 9 jours (1 à 80) SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005

13 Atteinte des nerfs crâniens 75% Paralysie faciale, Troubles de la déglutition Troubles oculo-moteurs Atteinte dysautonomique 40% Tachycardie sinusale, bradycardie aux aspirations ou mobilisations, arythmie cardiaque, HTA, hypotension orthostatique, Iléus, rétention urinaire, Sd de perte de sel (sécrétion ANF) avec hyponatrémie et hypovolémie SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005

14 Délire 25% Rêve éveillé avec souvenir détaillé persistant Hallucinations ou illusions visuelles, auditives, déplacement Tonalité désagréable, anxiété majeure Pas de critique au moment du délire Toujours associé à une dysautonomie Ventilation assistée: 50 patients (33%) 25 % Durée moyenne de ventilation: 30 jours

15 Mortalité 2,75% (4-15%) 2 embolies pulmonaires 1 SDRA 1 choc septique après EP Pronostic: Séquelles 20% Paresthésies Fatigabilité Facteurs mauvais pronostic: Age élevé Gravité à la phase de plateau EMG: inexitable, dégénerescence secondaire dans AIDP CMV Facteurs bon pronostic AMAN-GM1- campylobacter EBV SGB - Cohorte du service Hughes et Comblath, Lancet, 2005

16 Aspects électrophysiologiques 80% démyélinisantes Dont 10% avec dégénérescence axonale 10% axonales 8% normal 95% formes démyélinisantes (AIDP) 5% formes axonales (AMAN, AMSAN)

17 AIDP At least one of the following in each of at least two nerves, or at least two of the following in one nerve if all others inexcitable and dCMAP>10% LLN: Motor conduction velocity <90% LLN (85% if dCMAP <50% LLN) Distal motor latency >110% ULN (>120% if dCMAP <100% LLN) pCMAP/dCMAP ratio 20% LLN F-response latency >120% ULN AMSAN** None of the features of AIDP except one demyelinating feature allowed in one nerve if dCMAP <10% LLN Sensory action potential amplitudes

18 Formes cliniques et frontières Formes régionales « PCB »: pharyngo-cervico-brachiale Miller Fisher: Ataxie-ophtalmoplégie-aréflexie +/- déficit moteur GQ1B positifs dans >95% des cas Encéphalite de Bickerstaff Ataxie-ophtalmoplégie-aréflexie Troubles de la conscience-BBK +/- déficit moteur Anomalie du tronc cérébral à lIRM dans 30% des cas

19 Differential diagnosis of acute flaccid paralysis Brainstem stroke, encephalitis Acute anterior poliomyelitis Caused by poliovirus Caused by other neurotropic viruses Acute myelopathy Space-occupying lesions Acute transverse myelitis Peripheral neuropathy Guillain-Barré syndromes Post-rabies vaccine neuropathy Diphtheritic neuropathy Heavy metals, biological toxins or drug intoxication Acute intermittent porphyria Vasculitic neuropathy Critical illness neuropathy Lymphomatous neuropathy Disorders of neuromuscular transmission Myasthenia gravis Biological or industrial toxins Disorders of muscle Hypokalaemia Hypophosphataemia Inflammatory myopathy Acute rhabdomyolysis Trichinosis Periodic paralyses

20 Mme. D., 56 ans Adressée de Dakar le 1/12/09 pour suspicion de SGB Antécédents: Maladie de Parkinson sous agoniste et lévodopa Le 21/10/09: installation brutale dun déficit des deux membres inférieurs avec rétention urinaire ; précédé 3 jours avant dune sensation dengourdissement des deux membres inférieurs. IRM médullaire réalisée à DAKKAR : pas danomalie visible. PL: dissociation albumino-cytologique: un syndrome de Guillain barré est suspecté.

21 Mme D. A lexamen: Paraplégie flasque avec hypotonie Hypoesthésie tactile et douloureuse aux deux membres inférieurs avec niveau D6 Pas de déficit des MS, pas datteinte des nerfs crâniens ROT abolis aux MI, vifs aux MS RCP indifférent Syndrome extrapyramidal akinéto-rigide

22 Mme D. Hémato- myélie sur probable MAV

23 Myélite: principal diagnostic différentiel Niveau sensitif +++ possible, mais rare dans SGB doit faire éliminer une atteinte médullaire Syndrome pyramidal Atteinte importante MI sans atteinte MS Troubles sphinctériens initiaux ou avec peu de déficit moteur

24 M. T, 83 ans Antécédents: Facteurs de risque :hypertension artérielle, diabète non insulinodépendant, hypercholestérolémie. Chute dun toit avec traumatisme crânien frontal droit à lâge de 2 ans Chirurgicaux : Cholécystectomie, Hernie inguinale 25/11/08: syndrome pseudo-grippal;AUGMENTIN jusquau 3/12/08. 5/12/08 : il se plaint de ne pas pouvoir serrer les objets. 7/12/08 : il constate une faiblesse aux 2 membres inférieurs mais peut quand même se déplacer et faire ses courses seul. 10/12/08 : consulte au urgences pour une impossibilité à se lever, et chutes. 11/12/08 : le patient est hospitalisé pour une suspicion de pneumopathie. Le 12/12/08 : constatation dune aggravation neurologique avec déficit moteur des 4 membres et apparition dune paralysie faciale périphérique. Le patient est transféré en réanimation pour dégradation respiratoire.

25 M. T. Le patient est intubé le 12/12/08 Ponction lombaire: protéinorachie à 2,73 g / l et 58 éléments dont 71 % de lymphocytes. Scanner cérébral avec injection de produit de contraste: séquelle frontale droite post-traumatique. Scanner thoraco-abdomino-pelvien: pneumopathie bilatérale. Examen: patient glasgow 3 sans sédation; abolition des réflexes du tronc en dehors de loculo-cardiaque; aréflexie; pas de BBK; Avis neuro: état de conscience normal, tableau de PRNA EMG: PRN démyélinisante sensitivo-motrice sévère

26 M. T. Méningo-polyradiculonévrite, bilan étiologique négatif Transfert en salle en mai 2009 Transfert en rééducation en juillet 2009 Reprise de la marche en novembre 2009

27 M. H., 50 ans Antécédents: Alcoolisme chronique sévère non sevré. HTA négligée 5/03/09: le patient est retrouvé dans la rue non vigilant dans un contexte dintoxication alcoolique aigue supposée. 6/03/09: scanner: hématome sous dural aigu gauche post- traumatique et contusions bifrontales; hospitalisation en neurochirurgie; traitement par corticoïdes. Dans la nuit du 15 au 16/03/09: aggravation neurologique avec apparition dune tétraplégie flasque et dune mydriase bilatérale. TDM: engagement temporal gauche. 16/03: Evacuation de lhématome sous-dural en urgence; pas damélioration clinique; ponction lombaire :normale. 19/03/09: IRM: pas de récidive dHSD, contusions bifrontales, tronc cérébral normal. Cliniquement: tétraplégie flasque, mydriase bilatérale aréactive, abolition des ROT et des réflexes du TC. EMG: PRNA démyélinisante Récupération rapide après IgIV.

28 Diagnostics différentiels Anorganicité Myélite Coma « Erreur » diagnostique Coma hypercapnique Locked in syndrome/rhombencéphalite

29 Diagnostics différentiels Neuropathie aiguë: alcoolique (pas datteinte respiratoire) Carence en B1 (pas datteinte respiratoire) Porphyrie aiguë intermittente Hypokaliémie, hypophosphorémie Paralysie musculaire aiguë, rhabdomyolyse Myasthénie PRNA + méningite HIV Lyme PRNC dinstallation sub-aiguë

30 Conclusion Syndrome de Guillain Barré Rare mais grave Diagnostic clinique+++ car retard des anomalies à lEMG et à la PL Urgence thérapeutique pour le pronostic à court et à long terme


Télécharger ppt "Syndrome de Guillain Barré : A spects cliniques et paracliniques Dr Sophie Demeret Réanimation neurologique – Hôpital Pitié-Salpêtrière."

Présentations similaires


Annonces Google