La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités1 Stress, immunité, cancer … un enchaînement si simple ? Dr Jean-Michel THURIN Psychiatre, psychanalyste.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités1 Stress, immunité, cancer … un enchaînement si simple ? Dr Jean-Michel THURIN Psychiatre, psychanalyste."— Transcription de la présentation:

1 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités1 Stress, immunité, cancer … un enchaînement si simple ? Dr Jean-Michel THURIN Psychiatre, psychanalyste École de psychosomatique, CHU Pitié Salpétrière, Paris DU Stress, traumatisme et pathologies

2 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités2 Résumé Le rôle des événements de vie, tels que le deuil, et plus généralement du stress est souvent invoqué comme cause du cancer. En juin 2002, le British Medical Journal sest élevé contre cette croyance qui pouvait conduire les personnes atteintes dun cancer à se culpabiliser. Il soulignait quil nexistait pas de preuve sérieuse permettant daffirmer que le stress puisse être la cause du cancer du sein. Cet article réexamine les données actuelles sur les relations biologiques entre stress, immunité et cancer, et lhypothèse suivant laquelle, dans cette perspective, la déficience de limmunité consécutive au stress est le mécanisme central de la chaîne complexe multifactorielle qui peut conduire à la pathologie cancéreuse. Il précise les conditions dans lesquelles le rôle de certains types de stress, relativement à certains cancers et à certaines configurations personnelles et interpersonnelles, peut être envisagé. Limportance de la prise en compte dans ces cas du stress lié au diagnostic, ainsi quaux périodes préopératoire et de début du traitement est soulignée sur la base de recherches récentes, et plus généralement de lassociation du stress aigu au stress chronique, dans des conditions disolement et de psychopathologie particulières. Il en découle quune prévention et une attitude psychothérapeutique active devraient être envisagés dans ces situations de vulnérabilité à haut risque potentiel, et que des recherches seraient à développer dans ce domaine pour différencier clairement arguments, preuves et croyance.

3 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités3 Nous allons donc aborder successivement La pertinence de lhypothèse stress, immunité, cancer, du général au particulier 1.relations générales entre stress, immunité et cancer 2.effets différents que peuvent avoir les différents types de stress sur limmunité (en termes dactivation ou de réduction) ; 3.études et arguments pré-cliniques et cliniques soutenant limplication dune déficience immunitaire dans le développement de certains cancers ; 4.facteurs psychosociaux et individuels de vulnérabilité : études chez lanimal et chez lhumain 5.lensemble pourra définir un profil de risque relatif à certaines configurations Les conséquences préventives et thérapeutiques qui peuvent en être tirées.

4 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités4 Introduction Le stress cause-t-il le cancer ? –Non, sil lon sen tient à des études épidémiologiques récentes portant sur les événements de vie –Peut-être, dans certaines conditions et chez certaines personnes, si lon se réfère aux travaux expérimentaux et pré cliniques Une ligne de travaux concerne notamment la période du diagnostic et du traitement de départ du cancer Comment ? –Essentiellement (mais pas seulement), par une défaillance du système immunitaire, laquelle peut être liée au stress.

5 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités5 Rappel : stress et système immunitaire Deux entrées de stress : cognitifs et non cognitifs Quatre systèmes en interaction SNC, SNA, SNeuro-Endocrinien, SI Différents éléments du système immunitaire (SI) 1.Cellules spécifiques Lymphocytes T et B, 2.Cellules non-spécifiques Polynucléaires, macrophages, cellules NK, dendritiques 3.Médiateurs solubles Interleukines, facteurs de croissance, … 4.Récepteurs membranaires Immunité innée Système complémentaire, réaction inflammatoire, cellules NK Immunité acquise Lymphocytes T et B éduqués dans thymus, moelle, rate Glucocorticoïdes immunosuppresseurs et anti-inflammatoires Prolactine : inducteur immunitaire lymphocytes T CD4 Th& Pertinence de lhypothèse (1)

6 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités6 Mécanismes de défense et stress « Le » stress peut produire une réduction des mécanismes de défense à trois niveaux –Cellules NK (réduction de lactivité) Défense contre infections virales et surveillance des cellules tumorales <- cytokines –Défenses corporelles destruction dagents chimiques carcinogènes par enzymes identification et réparation de lADN destruction de lADN mutant par SI –Apoptose interruption prolifération et différentiation cellulaire, et éventuellement mort cellulaire cellules irréparables : (mélanome ?) La réduction de lélimination et de la réparation des cellules malades + risque accru de risques malins et infectieux peuvent se conjuguer Pertinence de lhypothèse (2)

7 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités7 Effets suivant type de stress Événements stressants aigus (quelques minutes, saut en parachute, exercice dialogue ou de mathématiques) sympathique Stimulent immunité naturelle, réduisent un peu immunité spécifique Stress courts (examens, …) sympathique + neuroendocrinien Suppriment immunité spécifique cellulaire (Th1) inflammatoire tout en préservant immunité spécifique humorale (Th2) anti-infl Deuil et traumatisme neuroendocrinien Cortisol (deuil) Cortisol (ESPT) Réduisent activité NK Libèrent réactions inflammatoires (ESPT) Stress les plus chroniques (ceux qui changent identités et rôles sociaux) neuroendocrinien Cortisol Réduisent globalement activité NK Inflammation Syst. sympathique et endocrinien immunitaire Plus le stress est long, plus le système immunitaire bascule de ladaptatif au délétère Affinement de lhypothèse (1)

8 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités8 et différences qualitatives individuelles Système nerveux central Amygdale Renforcement sensoriel de lencodage Hippocampe Mémoire narrative Appréhension réalité dépend de [Peur, émotion] Personnalité, Humeur, Angoisse, Fatigue, Nouveauté, Émotion … Attention réactive volontaire Expérience, capacité de «faire face» Mémoire, pulsions et fantasmes Inconscients Préfrontal [Humeur] Gyrus cingulaire Amygdale Remémoration, Anticipation Dautres facteurs psychosociaux interviennent (cf. suite), ainsi que lâge Affinement de lhypothèse (2) : suivant type de stress … Inscription réalité dépend de

9 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités9 Déficience immunitaire et cancer Études chez lanimal Différentes étapes de la recherche – : exposition à diverses agressions augmente vitesse croissance tumorale, diminue résistance de lhôte à agents infectieux fait chuter la production danticorps –1980 : réponses graduées en fonction de Intensité et qualité du stress Contrôle et prévision du sujet –Actuellement : implication des facteurs psychosociaux Preuves expérimentales (1)

10 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités10 Déficience immunitaire et cancer Études chez lanimal : facteurs psychosociaux Hasegawa et Saiki (2002) : conditions de « logement » –Souris de même sexe regroupées avec espace normal (G), entassement (GE), isolement (I) –Après 3 semaines dacclimatation, injection suspension cancéreuse dans patte –Après 3 semaines, animaux sacrifiés et anapath. Atrophie thymus et augmentation tumeur : +++ chez souris GE, ++ souris I, + souris G (probablement stress de dominance) –Croissance tumeur et régression thymus supprimés par -bloquant non sélectif, propanolol (avlocardyl©) ; pas daction du cortisol. Effet adrénergique réversible Wu et al. (2001) : isolation sociale –Troubles comportementaux ( agressivité, activité psychomotrice, temps sommeil), + troubles physiologiques avec Cortisol, catécholamines et CRF –Stimulation angiogenèse et suppression immunité cellulaire -> croissance métastases Preuves expérimentales (2)

11 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités11 Déficience immunitaire et cancer Études chez lhumain : suivant type de stress et de cancer Événements de vie généraux : pas de résultats significatifs Événements particuliers : diagnostic et traitement du cancer –Andersen et al. (1998) : 116 patientes récemment traitées chirurgicalement pour cancer du sein invasif Niveaux de stress associés de façon significative à un effet négatif sur la lyse cellulaire NK, réponse à interféron, réponse des lymphocytes sanguins à PHA –Antoni (2003) : diagnostic et traitement du cancer Vulnérabilité psychologique accrue (renforçant stress) Réduction des fonctions immunitaires, rôle de la perturbation du système neuroendocrinien sur les hormones sexuelles ? –Yehuda (2003) : lévénement cancer peut-il donner lieu à ESPT ? Indirectement risque dhyperactivité sympathique -> vulnérabilité accrue (détresse et réponses mal adaptées) + stimulation adrénergique de la tumeur ? Spécificité des cancers viraux (action directe du stress sur expression virale + Indirecte par NK) Preuves expérimentales (3)

12 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités12 Déficience immunitaire et cancer Études chez lhumain : impact des facteurs individuels événements de viePas deffet significatif retrouvé soutien socialRésultats divergents. Étude de Maunsell et al. a montré que lexistence dun confident augmentait la survie de 40% dans une population de 224 femmes récemment diagnostiquées avec un cancer du sein. personnalité et contrôleLextraversion augmenterait la chance de survie (1 étude). Le sentiment de contrôle de la situation na eu un effet favorable que dans 1 étude sur 5. Globalement, les facteurs de personnalité ne semblent pas jouer un rôle important. Coping / adaptationStyle de réponse dabandon et dabsence despoir, ou de pessimisme, associé avec cours défavorable dans 6 études sur 9 états émotionnels négatifs/ symptômes psy Pas de corrélation avec la dépression classique, mais forte avec le sentiment dabandon diagnostics psychiatriques Une dépression longue, de plus de 6 ans prédit le développement ultérieur dun cancer Répression affectiveRôle de répression affective dans progression du cancer démontré dans 5 études sur 8. Daprès Garssen (2002) Preuves expérimentales (4)

13 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités13 Corrélation facteurs psychosociaux individuels Études de Levy et Herberman et al. –3 variables interviennent dans 51% de variance activité cellules NK chez femmes avec cancer du sein inadaptation de la patiente ; manque de soutien social ; symptômes de fatigue et de dépression (intervention sur 30% de la variance de lactivité cellulaire NK). –Parmi femmes cancer stade 1 ou 2 niveau plus haut dactivité des cellules NK associé à perception de soutien émotionnel de haute-qualité dun époux ou dune autre personne significative, du médecin Preuves expérimentales (5)

14 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités14 Implications thérapeutiques Situations les plus dangereuses pour des personnes vulnérables : – stress chroniques à forte implication sympathique, cest-à-dire se présentant comme des situations de danger et durgence et non régulées correctement par axe neuroendocrinien. –Dépression chronique, situations durables perte despoir et désarroi –Auxquelles sajoutent les éléments propres au diagnostic de certains cancers (sein, mélanomes, carcinome du col) recherche situation de vulnérabilité particulière (stress chronique, insécurité de base, expériences traumatiques précoces) Certains cancers (sein, mélanomes, carcinome du col)

15 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités15 Implications Attitudes thérapeutiques –éviter isolement, soutenir recherche soutien social, réduire niveau de stress, rechercher et traiter une dépression, Prescription de B-bloquants ? Relaxation ? Attention à période pré opératoire. –Thérapies de groupe (Spiegel, Fawzy), soutien, expression émotionnelle –Psychothérapies individuelles quand psychopathologie personnalité associée Développer recherche –Suivi dindicateurs biologiques et rôle des interventions annonce du diagnostic, pré-opératoire, interventions psychosociales suivi

16 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités16 Conclusions Les approches simplistes sont dépassées Il devient possible dassocier des configurations (stress psychosocial long, vulnérabilité profonde au stress, vécus dabandon et dimpuissance, isolement et peur, dépression durable) potentiellement corrélés à des fonctionnements physiologiques à risque. Des attitudes correctrices, soutien, pharmacothérapie, attention particulière à la vulnérabilité psychobiologique supplémentaire liée à diagnostic et intervention sont nécessaires. Dans des situations de détresse associée à une psychopathologie lourde une psychothérapie individuelle peut être indiquée

17 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités17 Références bibliographiques 1. Cancerbacup : 2. BMJ. Breast cancer and stress (Website of the week). BMJ 2002;324: Graham J, Ramirez, Love S, Richards M, Burgess C. Stressful life experiences and risk of relapse of breast cancer: observational cohort study. BMJ 2002;324; Garssen B. Psycho-onclogy and cancer : linking psychosocial factors with cancer development. European Society for Medical oncology Antoni M.H. Psychoneuroendocrinolgy and psychoneuroimmunology of cancer : plausible mechanisms worth pursuing ? Brain, Behavior, and Immunity 2003 ; 17 : S84-S01. 6.Thurin JM, Baumann N. Stress, pathologies et immunité. Paris Flammarion Médecine-Sciences 2003, 288p. 7. Kiecolt-Glaser JK, Glaser R. Psychoneuroimmunology and cancer : fact of fiction ? European J of cancer 1999 ; 35(11) : Kiecolt-Glaser JK, Stephens R, Lipitz P, Speicher CE, Glaser R. Distress and DNA repair in human lymphocytes. J Behav Med 1985 ; 8 : Tomei LD, Kiecolt-Glaser JK, Kennedy S, Glaser R. Psychological stress and phorbol ester inhibition of radiation-induced apoptosis in human PBLs. Psychiatr Res 1990 ; 33 : Ben-Eliyahu S. The promotion of tumor metastasis by surgery and stress : immunological basis and implications for psychoneuroimmunology. Brain, Behavior and Immunity 2003 ; 17 : S27-S Nielsen N.R, Zhang Z-F, Kristensen T.S, Netterstrøm B, Schnohr P, GrønbækSelf M reported stress and risk of breast cancer: prospective cohort study. BMJ, doi: /bmj (published 15 August 2005) 12. Kiecolt-Glaser JK, McGuire L, Robles TF, Glaser R. Psychoneuroimmunology and psychosomatic médicine : back to the future. Psychosomatic medicine 2002 ; 64 : 15-28

18 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités18 1.Segerstrom SC, Miller GE. Psychological stress and the human immune system: a meta-analytic study of 30 years of inquiry.Psychol Bull Jul;130(4): Herbert B, Cohen S.Stress and immunity in humans : a meta-analytic review. Psychosomatic Medicine, 1993(55) : Dantzer R. La psychoneuroimmunologie ou létude des interactions entre le système nerveux et le système immunitaire. Document de cours. D.U. Stress, traumatisme et pathologies (Paris VI) 4. Levenson JL, Bemis C. The role of psychological factors in cancer onset and progression. Psychosomatics. 1991;32(2): Thurin JM. Facteurs psychologiques dans la survenue et lévolution dun cancer. In Traité de gynécologie- obstétrique psychosomatique (S Mimoun Ed.). Paris, Flammarion Médecine-Sciences 1999, pp Hasegawa H, Saiki I. Psychosocial Stress Augments Tumor Development through β-Adrenergic Activation in Mice. Jpn. J. Cancer Res ; 93:729–735 7.WU W, Jun Murata J, Hayashi K, Yamaura T, Mitani N, Saiki I. Social Isolation Stress Impairs the Resistance of Mice to Experimental Liver Metastasis of Murine Colon 26-L5 Carcinoma Cells Biol. Pharm. Bull ; 24(7) Andersen BL, Farrar WB, Golden-Kreutz D, Kutz LA, MacCallum R, Courtney ME, Glaser R. Stress and immune responses after surgical treatment for regional breast cancer. J Natl Cancer Inst ;90(1): Yehuda R. Hypothalamic-pituitary-adrenal alterations in PTSD: are they relevant to understanding cortisol alterations in cancer? Brain Behav Immun ; 17(Suppl 1) : S Butler LD, Koopman C, Classen C, Spiegel D. Traumatic stress, life events, and emotional support in woemen withe metastatic or recurrent breast cancer : cancer-related traumatic stress symptoms associated with past and current stressors. Health Psychol ; 18 : Holsboer F. The corticosteroid receptor hypothesis of depression. Neuropsychopharmacology 2000 ; 23 : Zorrilla E.P, Luborsky L, McKay J.R, Rosenthal R, Houldin A, Tax A, McCorkle R, Seligman D.A, Schmidt K. The Relationship of Depression and Stressors to Immunological Assays: A Meta-Analytic Review. Brain, Behavior, and Immunity 2001 ; 15 : 199–226

19 Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités19 1.Brown K.W, Levy A.R, Rosberger Z, Edgar L. Psychological distress and cancer survival : a follow-up study 10 years after diagnosis. Psychosomatic Medicine 2003 ;65 : Derogatis LR, Morrow GR, Fetting J, Penman D, Piasetsky S, Schmale AM, Henrichs M, Carnicke CL Jr. The prevalence of psychiatric disorders among cancer patients. JAMA 1983 ; 249(6): Maunsell E, Brisson J, Deschenes L. Social support and survival among women with breast cancer. Cancer 1995 ; 76 : Van Loon AJM, Tijhuis M, Surtees PG, Ormel J. Lifestyle risk factors for cancer : the relationship with psychosocial work environment. International Journal of Epidemiology 2000 ; 29 : Spiegel D., Bloom JR, Kraemer HC, et al. Effect of psychosocial treatment on survival of patients with metastatic breast canceer. Lancet 1: , Fawzy IF, Fawzy NW, Hyun CS et al. Malignant melanoma. Effects of an early structured psychiatric intervention, coping, and affective state on recurrence and survival 6 years later. Archives of General Psychiatry 50, , Spiegel D, Giese-Davis J. Reduced emotional control as a mediator of decreasing distress among breast cancer patients in group therapy. International Congress series 2002 ; 1241 : Mc Ewen B., Seeman T. Protective and damaging effets of mediators of stress. Elaborating and testing the concepts of allostasis and allostatic load. Ann NY Acad. Sciences 1999, 896 :30-47


Télécharger ppt "Lille 1 décembre 2005Cancers, Croyances & Spiritualités1 Stress, immunité, cancer … un enchaînement si simple ? Dr Jean-Michel THURIN Psychiatre, psychanalyste."

Présentations similaires


Annonces Google