La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire."— Transcription de la présentation:

1 La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

2 INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents autour de lenfant : Enseignants Accompagnement Humain à la vie Scolaire (AVS/EVS.) Médecin scolaire CAMSP CMPP/CMP SESSAD Professionnels de PMI Les services sociaux

3 La scolarisation tient une place importante dans la démarche de soins. elle prévient la tendance de la maladie mentale à se fixer sur un mode déficitaire elle augmente les possibilités et les moyens dexpression de lenfant avec des effets positifs sur la prise en charge elle offre à lenfant un champ dexpériences dans lequel il pourra réinvestir ce que les différentes prises en charge lui permettent de découvrir elle offre à lenfant un espace tiers contenant et structurant

4 La déficience intellectuelle a des retentissements sur : le langage le raisonnement, lanalyse des situations les contenants de pensée, lespace, le temps lattention, la concentration la mémoire le domaine du corps Les capacités de base pour traiter la réalité sont minorées mais elles existent.

5 1/ LES DIFFERENTES FONCTIONS SUSCEPTIBLES DETRE TROUBLÉES ET LES CONSÉQUENCES SUR LES APPRENTISSAGES

6 1.1 LA MÉMOIRE La mémoire peut se définir en trois temps : 1) lenregistrement : aptitude à acquérir les informations et les connaissances 2) la fixation : fixer les informations et les conserver 3) le rappel : restituer les informations et connaissances Elle se manifeste au travers de la mémoire sensorielle, de la mémoire à court terme et de la mémoire à long terme.

7 Limitation des capacités, des empans Ne peut traiter que peu dinformation à la fois. Mémoire de travail peu performante, vite saturée.

8 1.2 LA PERCEPTION Reconnaissance et interprétation des stimuli sensoriels Perceptions auditive, visuelle, olfactive, gustative, tactile : discrimination Perception visuo-spatiale : distinction par la vue et la position relative des objets dans lenvironnement ou par rapport à soi

9 1.3 LATTENTION Capacité de concentration sur un stimulus externe ou une expérience interne pour un temps donné Maintien de lattention Déplacement de lattention Partage de lattention Attention parasitée par autre chose (prendre en compte le contrôle émotionnel)

10 Difficulté à être attentif sur un temps demandé Difficulté à être attentif sur une tâche demandée (digression vers autre chose, autre personne, autre lieu) Incapacité à mobiliser lattention sur 2 choses à la fois

11 1.4 LES FONCTIONS EMOTIONNELLES Gamme des émotions Pertinence des émotions en regard dune situation Maîtrise des émotions : contrôle de lexpérience et de la démonstration de laffect

12 Beaucoup de bonne volonté, de curiosité, motivation et denvie de savoir Précipitation dans la réponse avec lenvie de vouloir faire plaisir Manque de confiance en soi chronique, mauvaise estime de soi Les prises de risque paraissent insurmontables Un vécu personnel ou familial douloureux Rapport aux autres peut se faire sur le mode de la moquerie, du sentiment de la différence, de lincompréhension Sentiment de solitude, dinfériorité

13 1.5 LE LANGAGE Les troubles de larticulation Les troubles du rythme de la parole Les retards de langage (retard vs trouble)

14 1.6 LES FONCTIONS DE LA PENSÉE Rythme de la pensée Forme de la pensée Contenu de la pensée Contrôle de la pensée

15 1.7 LES FONCTIONS COGNITIVES DITES DE NIVEAU SUPERIEUR Peu de capacités dabstraction, de généralisation Organisation et planification Gestion du temps Flexibilité cognitive Intuition Jugement Résolution de problème

16 1.8 LE DOMAINE DU CORPS La latéralisation Lacquisition du schéma corporel La difficulté à enchaîner différentes actions dans un ordre établi La prise de risques

17 1.9 LIMPULSIVITE Toute tâche scolaire nécessite: Une prise dinformation Une mobilisation des connaissances La production dinférence, cest à dire augmenter linformation disponible en produisant de nouvelles informations à partir des informations disponibles De lanticipation et de la planification La vérification et la récapitulation. Limpulsivité dans les réponses données ne permet pas de mettre en œuvre ces 5 étapes.

18 1.10 ET AUSSI … Les références scolaires, implicites chez les enfants ordinaires nayant pas de difficultés, sont difficiles à acquérir. Il na pas conscience de ses moyens de réussite, tout lui semble insurmontable.

19 2/LES AMÉNAGEMENTS

20 MISE EN GARDE La ségrégation La stigmatisation La « pathologisation » Limpossibilité à être seul Les tâches répétitives Un excès de guidage et daccompagnement des tâches

21 « "Un cas lourd " ne peut que peser, " un élève en difficulté " ne peut que poser problème, un élève " en retard " ne peut quêtre en décalage, un élève "déficitaire " ne peut que manquer à tout et un élève troublé est toujours troublant et plutôt irritant.» J.M Wavelet

22 2.1 A PROPOS DU LANGAGE Attention aux moqueries, à limpatience et donc aux interruptions (de votre fait ou des pairs) Il ne doit pas venir sajouter une dévalorisation de ce qui est dit ( blocage, refus de sexprimer) Il vous faut organiser la parole de chacun, réguler et favoriser les échanges au sein dun groupe Aider à établir une communication réelle avec autrui Assortir toute situation vécue de verbalisation dans linstant (récréation, sport, sortie) puis différée, en classe, pour revenir sur ce qui a été vécu dans le cadre dun échange et donc favoriser le fonctionnement de la pensée

23 2.2 LE RAISONNEMENT, LANALYSE DES SITUATIONS Donner une consigne après lautre. Décomposer pour aller progressivement vers des consignes simultanées. Favoriser les manipulations en raison des difficultés à entrer dans labstraction, proposer des représentations graphiques dun énoncé. Valider précisément par des paroles toutes les actions innovantes de lenfant en sassurant de sa compréhension Contribuer à la prise de conscience de laction de la pensée, à limportance dune réflexion organisée, en étapes chronologiques et surtout compréhensibles par dautres personnes que lui même Aider à construire une démarche de réflexion au travers de dessins, schémas, prise de parole, analyse des difficultés et des moyens trouvés pour avancer

24 2.3 LESPACE, LE TEMPS Retravailler ces concepts dans la durée, de manière ritualisée, au travers de situation jouées, vécues corporellement, verbalisées, symbolisées Penser à lorganisation et au repérage au niveau du pupitre puis de la classe, de lécole Aider à lorganisation du pupitre, du matériel Mettre lélève en connivence avec lenseignant Dire, expliquer, prévenir, raconter, mettre des mots sur ce qui va arriver après (annoncer systématiquement chaque changement à lavance), sur ce qui sest passé avant et sur ce que lon fait maintenant Aider, guider lenfant dans le repérage possible sur les différents supports relatifs au temps (emploi du temps, calendrier, frise, horloge)

25 2.4 LATTENTION, LA CONCENTRATION Moduler les activités, alterner, inclure des pauses ("temps calmes") Laisser aux enfants le temps de simprégner des consignes Proposer des activités stimulantes qui donnent à lenfant lenvie de faire. Adapter lenvironnement en limitant les stimulations qui pourraient parasiter lécoute. Montrer à lélève en quoi les efforts fournis ont pu lamener à mener un travail à son terme (et cela quelque soit le résultat, juste ou faux)

26 2.5 LA MÉMOIRE Présenter linformation par plusieurs entrées : visuelle et auditive Analyser le matériel à mémoriser Documents aérés, pas trop surchargés Répéter souvent les choses Ré-expliquer Travailler sur les difficultés par le biais dactivités ludiques Importance des repères spatiaux et temporels dans le rappel des informations

27 2.6 LE CORPS La latéralisation Lacquisition du schéma corporel La difficulté à enchaîner différentes actions dans un ordre établi La prise de risques

28 2.7 LANTICIPATION: une stratégie « facilitante » Un apprentissage nouveau peut être préparé avec lélève avant le reste de la classe. Ce travail a lintérêt de ne pas le mettre en situation déchec dans la séance en classe. (Ex: lecture dun album de jeunesse pour familiariser lélève à lhistoire, aux personnages. Cela permet de lever les implicites, les difficultés de compréhension et donc une meilleure écoute lors du regroupement.) 2.8 LES TEMPS CALMES Ennui, agitation, fatigue possibilité de mettre en place des moments de "décompression« ( ranger son matériel, prendre conscience de sa respiration, étirements etc.…)

29 CONCLUSION Des "petits riens" tout au long de la journée UNE EFFICACITÉ REDOUTABLE


Télécharger ppt "La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire."

Présentations similaires


Annonces Google