La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Protocole de coopération entre professionnels de santé au sein du Service d’Accueil des Urgences de Dijon Mathieu Bruneau, Amira Majbri, Laurence Goncalves,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Protocole de coopération entre professionnels de santé au sein du Service d’Accueil des Urgences de Dijon Mathieu Bruneau, Amira Majbri, Laurence Goncalves,"— Transcription de la présentation:

1 Protocole de coopération entre professionnels de santé au sein du Service d’Accueil des Urgences de Dijon Mathieu Bruneau, Amira Majbri, Laurence Goncalves, Anabelle Passoni, Marc Freysz, Didier Honnart Département de Médecine d’Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de DIJON

2 Sommaire Contexte Français Contexte actuel à Dijon –L’organisation générale du SRAU Accueil/circuit court/circuit long/SAUV Le circuit court en détail –Les délais d’attente Le temps moyen d’attente –L’opinion publique Evaluation des pratiques professionnelles –Etat actuel de la situation, personnel soignant et patient –Amélioration de service médical rendu –Nouvelle organisation du circuit court –Coopération entre professionnels de santé Le protocole HAS de coopération entre professionnel de santé –Actes dérogatoires entre professionnels de santé Médecin/Aides-soignants Infirmières/Aides-soignants –Formation théorico-pratique préalable Formateur/validation –En clair, tableau descriptif –Les risques éventuels –Evaluation du protocole Satisfaction patient / personnel Optimisation du temps d’attente au SRAU Amélioration des compétences

3 Contexte Français Patrick Pelloux : «L'attente est le principal facteur de violence aux urgences» 27/08/2013 LE FIGARO. - Comment expliquez-vous la vague d'agressions que connaissent les urgences?urgences Dr. Patrick PELLOUX. - Les agressions aux urgences ne sont pas nouvelles. La violence fait partie du métier, où nous sommes régulièrement confrontés à des personnes alcoolisées ou des cas psychiatriques. Mais le phénomène a pris de l'ampleur au cours des dernières années. […] Comment remédier à l'augmentation de la violence? L'attente est le principal facteur de violence. Ce que l'on souhaite, c'est une attente zéro. Je sais, ça peut paraître démagogique. Mais, regardez à Marseille et plus récemment à Bourgoin-Jallieu, où une infirmière a été agressée au couteau dimanche. Dans les deux cas, les agresseurs n'ont pas supporté d'attendre et s'en sont pris aux soignants. François Hollande s'est engagé à ce qu'aucun Français ne se trouve à plus de 30 minutes de soins d'urgence. Il faudrait que cette mesure s'applique aussi à l'attente une fois arrivé à l'hôpital.à Marseille

4 Contexte Dijonnais Organisation du SRAU (Service Régional d’Accueil des Urgences) –Accueil / Circuit court / Circuit long /SAUV Circuit Long Circuit Court SAUV Accueil administratif Accueil infirmier Carte Vitale, renseignements administratifs Motif de consultation, constantes, orientation adéquate Examen clinique, biologie, médecine Examen clinique, biologie, motifs chirurgicaux et soins ambulatoires (sutures, entorses) Salle d’Accueil des Urgences Vitales (SCA, AVC, choc septique, traumatisés graves…)

5 Contexte Dijonnais Organisation du SRAU (Service Régional d’Accueil des Urgences) –Le circuit court en détail Représente 45% de l’activité totale du SRAU box d’examen dont 2 box d’isolement pour patient psychologiquement fragile Equipe médicale 1 médecin 1 interne 1 externe 1 infirmière 1 aide-soignant(e) (partagé(e) avec les autres secteurs (Accueil/SAUV)

6 Contexte Dijonnais Délais d’attente –Actuellement le délai moyen de prise en charge est de 2h pour un patient consultant pour un motif dit chirurgical (plaie, entorse, fracture) –Retrouvé grâce au logiciel « RésUrgences® » Délai de prise en charge = délai entre le premier contact avec l’IOA (Infirmier(e) Organisateur de l’Accueil) et l’installation en box –Les conséquences de délais d’attente trop long Conséquence sur la tension en salle d’attente Incivilités récurrentes envers le personnel soignant Image publique des urgences de Dijon Opinion publique et fait divers (source Bien Public) Santé. Le CHU de Dijon devrait accueillir prochainement des « gestionnaires de lits » Urgences : un service à désengorger (04/05/2013 ) Côte-d'Or - Santé Dijon : urgence aux urgences du CHU (01/03/2013 )

7 Evaluation des pratiques professionnelles (EPP) Etat actuel de la situation –Temps d’attente avant une prise en charge médicale trop long –Risque de mauvaise prise en charge (notamment de plaies [suture obligatoire dans les 6 heures]) –Augmentation croissante des actes d’incivilités –Ambiance de travail pesante pour les différents professionnels de santé Amélioration du service médical rendu –Réflexion pour une nouvelle organisation du circuit court Afin de diminuer le temps d’attente avant l’installation en box De manière générale, diminuer également le temps de passage global au SRAU –Par ce biais, améliorer la qualité des soins dispensés Donc diminuer les gestes d’incivilité Optimiser l’environnement de travail avec l’ambiance générale

8 Evaluation des pratiques professionnelles (EPP) Réorganisation du circuit court Toujours 8 box mais répartis différemment 3 box pour les « soins ambulatoires rapides » (sutures, entorse, luxation, corps étranger dans l’œil, …), ne nécessitant pas de biologie 3 box pour les motifs chirurgicaux plus longs (fracture du col fémoral, douleur abdominale) Equipe médical 1 médecin 1interne 2 externes 1 infirmier(ère) 1 aide-soignant(e) dédié(e) au circuit court

9 Evaluation des pratiques professionnelles (EPP) Coopération entre professionnels de santé –Cette nouvelle organisation permettra d’avoir 2 équipes au sein du circuit court D’un coté : { 1 interne, 1 infirmier (ère ), 1 externe } s’occupant des motifs chirurgicaux, avec biologie nécessaire, perfusions, pansements complexes De l’autre coté : { 1 médecin, 1 externe, 1 aide-soignant(e) } s’occupant des soins ambulatoires ne nécessitant aucune biologie ou seulement des pansement simples (suture, immobilisation d’entorse, attelles plâtrées postérieures) –Le tout est sous la responsabilité directe du médecin sénior du circuit court –Pour cela, il y a nécessité d’une formation pour les aides-soignant(e)s à de nouvelles compétences Apprentissage de gestes techniques (attelles plâtrées postérieures, pansements simples, aide pour la préparation d’un kit de suture) Nécessité d’une délégation d’acte entre infirmiers (ère)s et aides-soignant(e)s Intérêt de faire un protocole de coopération entre professionnels de santé

10 Le protocole Has de coopération entre professionnels de santé « Pose d’une attelle plâtrée et/ou d ’une bande Biflex® par un(e) ASDE en lieu et place d’un médecin au service des urgences de Dijon et réalisation de pansement par un(e) ASDE en lieu et place d’un(e) IDE » Actes dérogatoire médecin / ASDE Actes dérogatoire IDE/ ASDE

11 Le protocole Has de coopération entre professionnels de santé Formation théorico pratique préalable –Aide(s)-soignant(e)s concerné(e)s Aides-soignant(e)s Diplômé(e)s d’Etat travaillant au SRAU Volontariat –Formateurs Médecin référent du circuit court (Docteur Amira Majbri) IDE référente (Laurence Goncalves) –Formation Session en petit groupe (2 séances de 4h chacune) Formation théorique des gestes, des effets indésirables et secondaires des actes Entrainement pratique en séances avec notation par formateurs Courbes de progression et d’apprentissage (par barème de notation) –Validation Validation par les formateurs de la compétence lors de la réalisation successives d’actes correctement faits

12 Le protocole Has de coopération entre professionnels de santé La formation de l’aide-soignant(e) aux soins permet : –de dégager du temps paramédical à l’IDE plus disponible pour prélever des bilans, poser des perfusions, des SNG, des sondes urinaires. –de dégager du temps médical le médecin peut passer au patient suivant pendant que l’AS pose une attelle plâtrée –D’accélérer la gestion des flux et de diminuer les délais d’attente –Une valorisation du métier d’AS aux urgences avec un réel sentiment d’implication à la prise en charge des patients et à la vie de service

13 Le protocole Has de coopération entre professionnels de santé Les risques de ce protocole et les moyens mis en place –Organisationnel Manque de participants (volontariat des ASDE)  actuellement 100% effectifs formés (valorisation du métier) Mauvaise orientation des patients dans les box  fiche explicative remise à l’IAO pour assurer ne orientation adéquate Manque de communication entre professionnels de santé au sujet des actes à faire au patient  se référer au logiciel « RésUrgences® »pour les prescriptions en plus du dialogue entre professionnels de santé Traçabilité des actes effectués et des intervenants  traçabilité informatique avec le nom de la personne ayant effectué les actes et la validation par le médecin sénior du circuit court –Pour le patient Manque d’information sur QUI va réaliser l’acte  mise en place de feuille d’information dans les box, ainsi qu’une obligation par le personnel soignant d’informer le patient de sa prise en charge Refus du patient d’être pris en charge par ASDE  prise en charge par le médecin référent Acte dérogatoire mal exécuté  vu et refait par le médecin sénior du circuit court CAR tous les actes dérogatoires faits par ASDE doivent être validés par le médecin sénior –Nécessité de session de formation supplémentaire –Étude du cas et auto critique de l’équipe Au total : peu, voire aucun risque, du fait de la présence H24 d’un médecin référent

14 Le protocole Has de coopération entre professionnels de santé En clair pour les patients IAOIDEASDEMEDECIN Déclaration du motif de venue Orientation adaptée dans un box du CC (selon liste pré-établie) Installation du patient en box Information orale et écrite du patient (affiche) Examen clinique patient Orientation vers éventuels examens complémentaires Retour en box de CC Diagnostic posé Information du diagnostic au patient et à l'équipe soignante Prescription informatique des actes à réaliser et confirmation orale à l'équipe soignante Actes dérogatoires médecin / ASDE (attelle) Actes dérogatoires IDE / ASDE (pansement) Préparation du matériel nécessaire, confection de l'attelle, déballage nécessaire au pansement Pose du matériel (attelle, pansement) Vérification et validation de l'acte Réfection de l'acte sous contrôle médical si non validation Information sur la conduite à tenir ensuite faite au patient Conseils nécessaires à suivre (par écrit et oral) Questionnaire de satisfaction (à déposer dans une boîte spécifique) remis avec dossier médical

15 Annexes


Télécharger ppt "Protocole de coopération entre professionnels de santé au sein du Service d’Accueil des Urgences de Dijon Mathieu Bruneau, Amira Majbri, Laurence Goncalves,"

Présentations similaires


Annonces Google