La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Embolie pulmonaire: quelles stratégies diagnostiques ? DESC réanimation médicale Nice 2004 Pierre LE CAM.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Embolie pulmonaire: quelles stratégies diagnostiques ? DESC réanimation médicale Nice 2004 Pierre LE CAM."— Transcription de la présentation:

1 Embolie pulmonaire: quelles stratégies diagnostiques ? DESC réanimation médicale Nice 2004 Pierre LE CAM

2 Score clinique Les tests habituels ne peuvent ni confirmer ni écarter la possibilité dune EP, mais ils peuvent aider à prendre la décision de pousser plus loin les explorations. Basse probabilité clinique: prévalence EP = 10% Probabilité clinique intermédiaire= 30% Haute probabilité clinique= 70%

3 Wells. Clin Chest Med, 2003 Wells. Thromb Haemosth 2000 Wells. Ann Intern Med 1998

4 Hyers, Am J Respir Crit Care Med 1999

5 D. Dimères (1) Par méthode ELISA (Vidas), MDA: ambulatoire, probabilité clinique faible (Simpli RED) ou intermédiaire excellente sensibilité, faible spécificité, VPN très élevée. Bounameau. Lancet 1991 Brown. Ann Emerg Med 2002 Sensibilité =97%, VPN =99,6% Dunn. JACC 2002 LATEX intérêt: VPN de 94 à 100% Quinn Am J Crit Care Med 1999

6 D. Dimères (2) Ratio D. Dimères / Fibrinogène, si > 1000 est en faveur dune EP Kucher J Thromb Haemosth 2003 D. Dimères normaux et espace mort normal: élimine EP Rodger. Chest 2001 Kline. JAMA 2001 D. dimères normaux et pO2 > 80 mmHg: élimine EP Eggermayer. Thorax 1998

7 Gaz du sang Pas dutilité pour le diagnostic dEP Rodger Am J Crit Care Med 2000 Stein Chest 1996

8 ECG Pas dutilité dans lexploration dune EP. Manque de spécificité. (intérêt pronostic ?)

9 RP Pas dutilité dans lexploration dune EP. Trop faible sensibilité et spécificité. Utile au diagnostic différentiel score clinique. Pas dintérêt pronostic Elliott Chest 2000

10 Scintigraphie pulmonaire de perfusion (ventilation)(1) Détermine 4 états : normale, basse probabilité, probabilité intermédiaire, haute probabilité. Apporte le diagnostic si: -normale permet décarter le diagnostic (VPN = 95% ). PISA-PED Chest Haute probabilité permet la mise en route du traitement (VPP = 81%). PISA-PED Chest 1995 Indéterminée dans 60 à 73% des cas. PIOPED JAMA 1990

11 Scintigraphie pulmonaire de perfusion (ventilation)(2) Avantages: Cliché P/V normal écarte la présence dune EP La dose de rayonnement est faible Pas de substances de contraste à base dIode Inconvénients: La majorité des clichés nont pas de valeur diagnostique Les clichés ne permettent pas de diagnostiquer une autre maladie Coût très élevé Non disponible tout le temps Pas dimage directe et corrélation inter observateur pauvre (malgré nouveaux critères)

12 Échographie thoracique Reissig. Chest patients suspects dEP Sensibilité = 80% Spécificité pour détecter lésions pulmonaires = 92% VPP = 95% VPN = 72% 2 lésions rondes parenchymateuses, hypoéchogènes à base pleurale. Et vues sur le scanner.

13 AngioRM (1) Meaney N Engl J Med 1997 AngioRM (+gado) comparée à angiographie 30 patients suspects dEP 3 « reviewers » Sensibilité de 100, 87, 75% Spécificité de 95, 100, 95% Gupta Radiology patients Sensibilité de 85% Spécificité de 85% VPN de 92% VPP de 92% 6 emboles non vus (sous-segmentaires)

14 AngioRM (2) Haage Am J Respir Crit Care Med 2002 Étude animale EP expérimentale Compare TDM spiralé, angioRM, angioRM temps réel

15

16 AngioRM (3) Avantages -allergie Iode -Pas dirradiation -Très bonne visualisation possible Inconvénients: -Temps -Coût -Disponibilité -Discordance inter observateur

17 Angiographie pulmonaire Toujours « Gold Standard » Morbidité de 3,5 à 6% Mortalité de 0,2 à 0,5% Variation de la concordance inter observateur: 98% pour EP lobaire, 90% pour segmentaire, 66% pour sous segmentaire. PIOPED. JAMA 1990 Baile Am J Respir Crit Care Med 2000 sur étude animale autopsique: sensibilité = 87%, valeur prédictive positive = 88%. Disponibilité ?

18 Échographie cardiaque (transthoracique) Études parfois contradictoires Miniati Am J Med 2001, étude prospective, écho normale ou échec pour identifier 50% des EP prouvées à langioG Non recommandé comme examen de dépistage pour le diagnostic dEP. Goldhaber Ann Intern Med 2002 « Statement » Am J Respir Crit Care Med 1999 Meilleur signe: ratio volume télé diastolique VD/VG. Mansencal Am J Cardiol 2003 Utilité dans EP avec retentissement hémodynamique ? Intérêt pronostic ?

19 Échographie cardiaque (transthoracique)

20 Échographie cardiaque (trans-œsophagienne) Permet de visualiser directement les thrombi Pour EP aiguë avec retentissement hémodynamique. Sensibilité = 76%, Spécificité = 100%. Pruszyck Heart 2001 ETO vs TDM spiralé (mais EP aiguës et chroniques) Pruszyck Chest 1997

21 Scanner spiralé (1) Il existe trois types de clichés de TDM hélicoïdale : 1. Absence dEP et établissement dun autre diagnostic diagnostic. Des investigations plus poussées visant à déceler une thromboembolie veineuse submassive cliniquement ne sont plus nécessaires chez ces patients. 2. Une EP patente est décelée dans une artère pulmonaire segmentaire ou une artère plus grosse. 3. Les clichés de TDM hélicoïdale qui sont inadéquats sur le plan technique et ceux qui révèlent une « EP sous-segmentaire » sont tous considérés comme des clichés nayant aucune valeur diagnostique. Il est alors nécessaire deffectuer des tests additionnels dans ce cas. La TDM hélicoïdale est en voie de remplacer rapidement la scintigraphie pulmonaire. Stein Am J Cardiol Trowbridge Am J Med 2004

22 Scanner spiralé (2) Sensibilité TDM spiralé > Scintigraphie Mayo Radiology 1997 Permet dexclure le diagnostic dEP avec sécurité. Goodman Radiology 2000… Moins précis pour patients de réa. Velmahos J trauma 2004

23 Schoepf Circulation 2004

24 State of the art. Am J Respir Crit Care Med 1999

25 Scanner spiralé (3) Diagnostic des EP sous-segmentaires: scanner spiralé multibarrettes = angiographie. Baile Am J Respir Crit Care Med 2000 (animale) Schoepf Radiology 2002 Intérêt du scanner spiralé multibarrettes : temps, précision

26

27

28 Scanner spiralé (4) avantages : 1. Possibilité de visualiser directement les emboles 2. Précision élevée en présence demboles de grande taille (segmentaires ou plus étendues) 3. En labsence dune EP, possibilité de poser un diagnostic différentiel désavantages : 1. Les images lacunaires des petits vaisseaux nont pas de valeur diagnostique. 2. Il faut avoir recours à un produit de contraste (problèmes en cas dinsuffisance rénale ou dantécédents dallergie). 3. Des résultats normaux ne permettent pas décarter le diagnostic dEP de petite taille. 4. Le patient est exposé à un taux de rayonnement important ( 500 radiographies pulmonaires ).

29 Schoepf Circulation 2004

30 Études coût-efficacité Perrier Am J Respir Crit Care Med 2003 Stratégie associant D Dimères, Doppler, scanner spiralé, quelque soit la probabilité clinique est la meilleur au niveau coût efficacité Paterson Chest stratégies a peu près équivalentes: 1.Scinti doppler scanner spiralé 2.Scinti doppler angiographie 3.Scanner spiralé doppler (coût + élevé mais survie espérée )

31 Perrier Am J Respir Crit Care Med 2003

32 Cas particuliers Insuffisance rénale Allergie Grossesse BPCO: même capacité diagnostique que population normale avec évaluation clinique, D Dimères et TDM spiralé ou angioG EP grave Ieneke Am J Respir Crit Care Med 2000

33 Cas particuliers EP grave -échographie cardiaque Goldhaber N Engl J Med 1998 Riedel Heart (ETT ou ETO) pour rechercher dysfonction VD (dilatation, hypokinésie, ratio volumétrique). Éliminer diagnostics différentiels. Détermination de critères de thrombolyse ? -Intérêt des biomarqueurs (pronostic avec troponine et BNP)?

34 Quelle stratégie diagnostique ? Étude PIOPED en Guidelines ATS Am J respir Crit Care Med 1999 Guidelines BTS Thorax 2003 Dernièrement 4 études: 1.Musset Lancet Van Strijen Ann Intern Med 2003 groupe « ANTELOPE » 3.Fedullo N Engl J Med Perrier Am J Med 2004

35 State of the art. Am J Respir Crit Care Med 1999

36 Thorax 2003

37

38 Musset Lancet 2002 Prospective, multicentrique (France), 1041 p Combinaison: proba clinique, scanner spiralé, doppler VMI. But: estimer la sécurité de larrêt des anticoagulants chez proba basse et intermédiaire et scanner spiralé et doppler négatifs. évaluée par la fréquence des évènements thromboemboliques dans les 3 mois.

39

40 Musset Lancet 2002 Résultats convainquants pour ambulatoires: 0,8% dépisode TE + élevés chez patients hospitalisés Pour « haute proba » avec doppler et scanner <0, faux- = 5,3% besoin de tests additionnels Nécessité de coupler TDM spiralé au doppler

41 Van Strijen Ann Intern Med 2003 Prospective, multicentrique, 510 patients Si scanner spiralé normal ou non concluant (pas dautre diagnostic) doppler VMI Pas de décoagulation si TDM normal ou autre diagnostic Évènements thromboemboliques (TDM normal) = 0,4%. Autre diagnostic = 1,5% Conclusion: scanner spiralé utilisé comme 1er test diagnostique avec sécurité. Peu de valeur additionnelle du doppler

42 Van Strijen Ann Intern Med 2003

43 Perrier Am J Med 2004 Étude prospective, multicentrique, 965 p Proba clinique, D Dimères, doppler VMI, scanner spiralé EP éliminée si doppler et TDM <0 et probabilité clinique basse ou intermédiaire. Suivi à 3 mois: événements thromboemboliques = 1%

44 Figure. Flow chart summarizing the diagnostic process in the study. Several patients who were categorized as not having pulmonary embolism by the study criteria were anticoagulated during follow-up for reasons other than venous thromboembolism. The number of patients who were not anticoagulated at any time during follow-up is indicated in the Figure under the caption no Rx. Those numbers were used to calculate the 3-month thromboembolic risk. Ranges in square brackets indicate 95% confidence intervals. CT computed tomography; DVTdeep vein thrombosis; ELISAenzyme- linked immunosorbent assay; PE pulmonary embolism; Rx treatment. Perrier Am J Med 2004

45 Figure 1. Diagnostic Approach to a Patient with a High Clinical Probability of Embolism, Using Helical CT Scanning or Ventilation–Perfusion Scanning as the Initial Diagnostic Study. Fedullo N Engl J Med 2003

46 Figure 3. Diagnostic Approach to a Patient with a Low Clinical Probability of Embolism, Using Helical CT Scanning or Ventilation–Perfusion Scanning as the Initial Diagnostic Study. Fedullo N Engl J Med 2003

47 Figure 4. Diagnostic Approach to a Patient with an Intermediate Clinical Probability of Embolism, Using Helical CT Scanning or Ventilation–Perfusion Scanning as the Initial Diagnostic Study. Fedullo N Engl J Med 2003

48 Goldhaber Lancet 2004

49 Conclusion Nombreux guidelines. Fedullo +++ NEJM 2003 Goldhaber Lancet 2004 Nouvelle place du scanner spiralé = examen n°1 Intérêt du scanner multibarrettes Importance de lévaluation clinique Écho cœur et hémodynamique instable Avenir: angioRM ? Étude PIOPED 2 ?


Télécharger ppt "Embolie pulmonaire: quelles stratégies diagnostiques ? DESC réanimation médicale Nice 2004 Pierre LE CAM."

Présentations similaires


Annonces Google