La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le BNP, un bon ami dont il faut parfois se méfier Dr Patrick Jourdain CH René Dubos, Pontoise CHU Georges Pompidou, Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le BNP, un bon ami dont il faut parfois se méfier Dr Patrick Jourdain CH René Dubos, Pontoise CHU Georges Pompidou, Paris."— Transcription de la présentation:

1 Le BNP, un bon ami dont il faut parfois se méfier Dr Patrick Jourdain CH René Dubos, Pontoise CHU Georges Pompidou, Paris

2 Une nuit de garde… Mme Eulalie R., 69 ans, se présente aux urgences avec des céphalées en casque intenses Premier bilan : PA = 160/95, FC = 92 bpm, patiente installée dans un box de consultation Antécédents : césarienne, allergie à liode et vague notion dhypertension (HTN) négligée Examen clinique : normal en dehors des céphalées, aucun signe méningé, la patiente est apyrétique ECG de repos : HVG systolique

3 Tout va bien quand brutalement… La patiente présente une céphalée encore plus intense avec dyspnée, PA = 220/120, pouls = 110 bpm Examen : crépitants bilatéraux, saturation descendant à 90 % en air ambiant Après traitement durgence : TA à 180/110, patient dyspnéique avec toux sanglante Radiographie de thorax : syndrome interstitiel diffus

4 Vous rediscutez le cas avec linterne des urgences… Le dosage du BNP lors de la crise de dyspnée peut-il confirmer la poussée dinsuffisance cardiaque (IC) lors de la poussée hypertensive ? Linterne vous informe que la patiente présente une obésité très importante (BMI > 35). Cela modifie t-il votre perception du résultat de BNP ?

5 Lors du staff vous entendez les affirmations suivantes. Quen pensez vous ? « De toute façon, le BNP augmentant avec lâge, il na aucune valeur chez la personne âgée. » « Il peut sélever en cas dembolie pulmonaire grave mais de façon modérée en règle générale. » « Sil est < 100 pg/mL chez un patient dyspnéique depuis plusieurs heures, il rend lIC très improbable. » « Sil est normal chez un patient non dyspnéique, il rend lexistence dune dysfonction systolique très improbable. »

6 Variations du BNP Circonstances augmentant le BNP HTA compliquée dhypertrophie myocardique BNP corrélé à la masse VG insuffisance rénale BNP augmenté en cas daltération du remplissage VG, dischémie myocardique et dhypertrophie VG cœurs pulmonaires chroniques ou aigus augmentation des contraintes appliquées au VD et au septum interventriculaire) cas décole : cirrhose, AVC, sepsis grave, chirurgie cardiaque… Circonstances diminuant le BNP obésité faible délai entre la poussée dIC et le prélèvement

7 Dyspnée aiguë Ex clinique, ECG, Rx + BNP si le diagnostic reste douteux… BNP > 400pg/mL IC probable (90 %) BNP < 80pg/mL IC peu probable (< 2%) BNP pg/ml ? Echo Doppler

8 Task Force. Eur Heart J. 2001;22:1527

9 Vous animez le staff : les questions se font pressantes sur le BNP et le pronostic dans lIC… « Le BNP dosé à la sortie dans les suites dune décompensation cardiaque permet didentifier les patients à haut risque de récidive ou de décès… » « Toutes les thérapeutiques recommandées dans lIC chronique diminuent le BNP chez les patients répondeurs… » « Un taux de BNP bas permet-il de diminuer les doses thérapeutiques dans lIC chronique ? » « La mesure de la VO 2 a-t-elle un intérêt par rapport au dosage du BNP ? »

10 R. Isnard. Am Heart J 2003 Pronostic : BNP et/ou VO 2

11 BNP en fin d'hospitalisation < 350 ng/L n=111, évènements= 18 BNP en fin d'hospitalisation ng/L n=50, évènements= 30 BNP en fin d'hospitalisation > 700 ng/L n=41, événements = Suivi (jours) p < Décés ou réadmission (%) Évaluation du risque dans le 2e et 3e intervalles de BNP vs 1er intervalle Logeart D, Tabut A, Jourdain P, JACC 2004 BNP de sortie et pronostic

12 Conclusion Un bon clinicien doit savoir se faire aider par le BNP. Son utilisation est recommandée pour laide au diagnostic et son utilité pronostique est évoquée. Son dosage dans les suites dune décompensation apporte des informations pronostiques majeures. Comme tout marqueur, son taux nécessite dêtre interprété en fonction des données cliniques. Loptimisation thérapeutique doit être permanente et faite en équipe.


Télécharger ppt "Le BNP, un bon ami dont il faut parfois se méfier Dr Patrick Jourdain CH René Dubos, Pontoise CHU Georges Pompidou, Paris."

Présentations similaires


Annonces Google