La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Thérapie comportementale et cognitive appliquée à la migraine Rémy Amouroux, Psychologue clinicien Hôpital denfant Armand Trousseau Unité Fonctionnelle.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Thérapie comportementale et cognitive appliquée à la migraine Rémy Amouroux, Psychologue clinicien Hôpital denfant Armand Trousseau Unité Fonctionnelle."— Transcription de la présentation:

1 Thérapie comportementale et cognitive appliquée à la migraine Rémy Amouroux, Psychologue clinicien Hôpital denfant Armand Trousseau Unité Fonctionnelle dAnalgésie Pédiatrique Centre de la Migraine de lEnfant

2 La migraine de lenfant et de ladolescent Migraine et troubles psychopathologiques Les thérapeutiques psychologiques Les groupes TCC migraine à lhôpital Trousseau Cas clinique Quentin, migraine et CDT Cas clinique Samuel, migraine, vomissement cyclique et trouble anxieux

3 La migraine de lenfant et de ladolescent

4 Prévalence: 5 – 10 % (Abu-Arefeh and Russell 1994) Forte agrégation familiale Certaines formes génétiques identifiées (migraine hémiplégique familiale)

5 Migraine sans aura A) Au moins cinq crises répondant aux critères B,C et D B) Crise dune durée de une à 48 heures C) Au moins deux des caractéristiques suivantes : uni ou bilatérale (chez lenfant), pulsatile, modérée à sévère, aggravée par lactivité physique D) Associée à au moins une des caractéristiques suivantes : nausée ou vomissement, photo ou phonophobie E) Symptômes non attribués à une autre affection

6 Dessin dune migraine

7

8 Migraine avec aura A) Au moins deux crises répondant aux critères B,C et D des migraines avec aura B) Au moins un des symptômes suivant à lexclusion dun déficit moteur : troubles visuels bilatéraux, homonymes et totalement réversibles paresthésie ou engourdissement unilatéraux totalement réversibles aphasie ou difficultés de langage inclassable C) Au moins deux des caractères suivants : troubles visuels homonymes et/ou symptômes sensitifs unilatéraux laura se développe progressivement en cinq minutes ou plus la durée de chaque symptôme est de cinq à 60 minutes D) Céphalée accompagnant laura répondant aux critères B,C et D des migraines sans aura

9 Migraine avec aura

10

11 Critères IHS céphalée de tension Au moins 10 épisodes dune durée variant entre 30 minutes et 7 jours Au moins 10 épisodes dune durée variant entre 30 minutes et 7 jours Au moins deux des critères suivants Au moins deux des critères suivants localisation bilatérale localisation bilatérale sensation de pression (non pulsatile) sensation de pression (non pulsatile) Intensité légère ou modérée Intensité légère ou modérée aucune aggravation par l' activité physique aucune aggravation par l' activité physique Absence des 2 caractéristiques suivantes Absence des 2 caractéristiques suivantes Nausée ou vomissement Nausée ou vomissement Photophobie et phonophobie Photophobie et phonophobie

12

13 Migraine EVA 7-10 temps Céphalée de tension Profil des céphalées

14 céphalée chronique quotidienne Il repose sur la présence dune céphalée plus de 15 jours par mois évoluant depuis plus de 3 mois dune durée quotidienne supérieure à 4 heures en labsence de traitement sans cause lésionnelle. Les céphalées peuvent être de 3 types elles ont les caractéristiques sémiologiques de la migraine elles ont les caractéristiques sémiologiques des céphalées de tension sur un fond céphalalgique permanent sajoutent des crises dallure migraineuse

15 Les équivalents migraineux Certains syndromes récurrents de lenfance sont considérés par lInternational Headache Society comme des précurseurs ou des équivalents de crise migraineuse : le vertige paroxystique la « migraine abdominale » les vomissements cycliques

16 Migraine et troubles psychopathologiques

17 Migraine anxiété et dépression chez ladulte Comorbidité entre migraine et troubles anxieux (TAG, troubles panique, TOC) (Radat et al. 2005;Silberstein et al. 1995) Comorbidité entre migraine et dépression majeure (Radat et al. 2005;Silberstein et al. 1995)

18 Migraine anxiété et dépression chez lenfant et ladolescent Chez lenfant et ladolescent céphalalgique (Powers et al. 2006) ? Chez lenfant et ladolescent migraineux ? (Karwautz et al. 1999;Martin et al. 1995) Littérature décevante Critères I.H.S. ? Outils dévaluations validés ? On nest jamais mieux servi que par soi même …

19 Migraine anxiété et dépression chez lenfant et ladolescent Étude épidémiologique en cours à Trousseau + RDL : 11 articles entre 1980 et janvier 2007 Ils se réfèrent aux critères I.H.S Ils utilisent des tests validés pour lanxiété et la dépression

20 Migraine anxiété et dépression chez lenfant et ladolescent La majorité des 8 études en population clinique trouvent des scores moyens de dépression et danxiété légèrement supérieurs pour Gpe Mig /Gpe Cont (Mazzone et al., 2006; Just et al., 2003 ; Lanzi et al., 2001) Aucune des 3 études menées en population générale ne trouve de différences (Laurell et al., 2005; Antilla et al., 2004 ; Kowal et al., 1990).

21 Migraine anxiété et dépression chez lenfant et ladolescent Troubles psychopathologiques ou niveaux danxiété ou de dépression supérieurs à la norme ? (validité clinique ?) Lassociation entre migraine et psychopathologie nest pas aussi forte chez lenfant que chez ladulte

22 Qualité De Vie (QDV) Powers et al., Pediatrics, enfants (5-18 ans) 4 groupes : Migraine Arthrite rhumatoïde juvénile Cancer Contrôle

23 Qualité De Vie La QDV des enfants migraineux était inférieure a celle des enfants du groupe contrôle La QDV des enfants migraineux était comparable à celle des enfants du groupe cancer et du groupe arthrite rhumatoïde juvénile.

24 Les thérapeutiques psychologiques

25 Les recommandations ANAES (HAS) de 2002 Traitement non médicamenteux La relaxation, le rétrocontrôle (biofeedback) et les thérapies cognitives et comportementales de gestion du stress peuvent être recommandés (grade B) Ces traitements sont plus efficaces que les bêta- bloquants (grade B). Il est recommandé de faire appel au traitement médicamenteux de fond après échec des traitements non pharmacologiques (accord professionnel).

26 Revue de la littérature 3 Méta-analyses sur les traitements psychologiques de la migraine et des cdt : Trautmann et al., Cephalalgia, 2006 Eccleston et al., Pain, 2002 Hermann et al., Pain, 1995 La Relaxation, le BFB et les TCC sont trois traitements efficaces et durables.

27 Les groupes TCC migraine à lhôpital Trousseau

28 Les groupes 8 enfants et adolescents migraineux (6 à 18 ans) regroupés par âge 10 séances hebdomadaires dune heure Une dizaine de groupes par an 2 psychologues et une stagiaire psychologue

29 Objectifs 1 - Devenir acteur dans la gestion de la crise céphalalgique 2 - Développer de nouvelles stratégies pour faire face à lévénement douloureux

30 Programme des groupes Séances 1-2 : évaluation en groupe (questionnaires, dessins) « dynamique de groupe » (+++) éducation à la santé (différence entre la migraine et la céphalée de tension, les facteurs déclenchants etc …) Séance 3 : première séance de biofeedback en groupe

31 Programme des groupes Séances 4-7 : Dialogue tonique relaxation hypnose Séance 8-9 : les émotions et les pensées Séance 10 : Deuxième séance biofeedback bilan évaluation finale

32 Les moyens thérapeutiques Les techniques daffirmation de soi La gestion des émotions Le biofeedback La relaxation et lhypnose La restructuration cognitive La prescription de tâches

33 Les techniques daffirmation de soi Pourquoi lADS dans la migraine ? Beaucoup des enfants que nous voyons sont, à divers degrés, des anxieux sociaux Pour les plus jeunes il est nécessaire de définir ce que lon peut faire ou ne pas faire avec les autres membres du groupe (= cmpt assertif)

34 Les techniques daffirmation de soi Généralement on utilise ces aspects de lADS: Apprendre à différencier les émotions chez les autres Apprendre à se présenter et à parler de soi

35 La gestion des émotions Les émotions constituent un des facteurs déclenchants les plus communs dans la migraine Avant dapprendre les techniques de gestion des émotions (relaxation et hypnose) il est nécessaire didentifier leur rôle

36 La gestion des émotions Travail en groupe sur les émotions : Quest-ce quune émotion ? Quelles sont les émotions de base ? Est-ce que je suis capable de mimer ces émotions? Quelle est limpact de mes émotions sur mes migraines ? (+++)

37 La colère, la tristesse et la joie

38 La tristesse

39

40 Le biofeedback Le biofeedback permet une prise de conscience rapide et ludique des liens entre les pensées, les émotions et le corps Ce lien est loin dêtre évident et/ou accepté par tous (migraineux ou pas!)

41 Le biofeedback Lenfant place deux capteurs de la conductance cutanée sur deux doigts La diminution de la conductance conditionne la progression dans un labyrinthe sur un écran Utiliser la relaxation pour arriver « au bout du labyrinthe » Labyrinthe comme métaphore des situations stressantes Lobjectif nest pas la « détente à tout prix » mais de mettre en évidence le lien entre les émotions et le corps

42 Le Biofeedback

43 La pratique de la relaxation Les objectifs de la relaxation et de lhypnose : Apprentissage dune méthode de gestion des émotions Apprentissage dune méthode de gestion des crises céphalalgiques Autres …

44 La pratique de la relaxation On aborde différentes méthodes (Jacobson, wintrebert, hypnose ou « relaxation avec visualisation », Schultz etc …) Lobjectif est que chaque participant élaborent au cours du training « sa propre pratique » de relaxation et dhypnose On débute par des exercices de dialogue tonique (contracter un bras, puis lautre etc), puis Jacobson, puis la visualisation.

45 La pratique de la relaxation En début de séance on revient systématiquement sur la pratique à la maison (difficultés, conseils au groupes, questions …) On peut aussi renforcer lusage de la relaxation en demandant aux enfant de décrire leur pratique (dessin ou texte)

46 Le monde des bonbons

47 Le lieu refuge

48 La restructuration cognitive Identifier certaines façons de penser, qui se répètent et qui ont un impact négatif Favoriser des modes de penser et dagir alternatifs et adaptés au problème

49 La restructuration cognitive Par exemple : Les croyances liées à la migraine (« pendant la crise, ma tête risque dexploser », « on peut mourir de la migraine » etc…) Le catastrophisme (« Quand ma crise commence, je ne peux plus rien faire », « rien ne peut maider quand jai la migraine » etc…)

50 La restructuration cognitive Une partie des séances est consacrée à léducation à la santé (cest quoi la migraine, la CDT, les auras, etc) En groupe on travaille sur les croyances des enfants en réfléchissant ensemble sur les moyens de faire face à telle ou telle situation (« résolution de problème en groupe » pour modifier les croyances de certains des participants)

51 Croyances sur la migraine

52

53

54 Labsence de pensée alternative : migraine ou travail

55 La restructuration cognitive On utilise aussi des bandes dessinés avec des situations liées à la migraine Les bulles sont vides et on demande aux enfants de les remplir Lobjectif est davoir accès à certaines cognitions

56 A lécole

57 A la maison

58 La prescription de tâches La pratique de la relaxation (question ouverte +++) Lidentification des pensées et des émotions qui peuvent poser problème (les colonnes de Beck) La tenue de lagenda migraine

59 Quentin: migraine et CDT

60 Quentin Quentin a 11 ans, 2 frères + âgés, père médecin, mère informaticienne 6ième, collège bon collège, très bon niveau scolaire (et très bonne pression!) Tennis, piano, nbx copains Adressé au CME par médecin généraliste en octobre 2006

61 Les céphalées Céphalées dintensité modérée et peu fréquentes depuis lâge de 8 ans Depuis 1 an aggravation de la symptomatologie (fréquence et intensité) Depuis la rentrée scolaire 2006: 3 mig/mois (ENS = 8/10 ; durée = 3-6 heures) 6-7 CDT/semaine (ENS = 3-4; durée 1 heure)

62 A lécole 2 ½ jours dabsentéisme scolaire pour céphalée depuis la rentrée Résultats scolaires très mauvais par rapport à lannée dernière Disputes avec le père au sujet des devoirs

63 La situation familiale Depuis septembre 2006, la mère de Quentin a quitté le domicile familiale: Dépression maternelle et de problème de couple (dixit le père) Prendre de la distance et réfléchir à lavenir (dixit la mère) Quentin est triste et inquiet quant à un éventuel divorce (père lui a promis que non …) Minimisation de limpact de la situation familiale sur les migraines

64 Cognitions: « je suis seul, abandonné » Situation déclenchante : rentre de lécole et personne nest là pour « laccueillir » Émotions: Tristesse et peur (divorce) Comportements: Narrive pas à faire ses devoirs Conséquences : Disputes avec son père lorsquil rentre (tard) + céphalées Analyse fonctionnelle (grille du cercle vicieux de Cungi)

65 Prise en charge thérapeutique Participation aux groupes TCC (10 séances) apprentissage de la relaxation identifier les facteurs déclenchants de la migraine et des CDT Entretiens individuels et « familiaux » (4 séances) Identifier le cercle vicieux (+auto-observation) Résolution de problème

66 Conclusion / épilogue Après deux mois ½, « disparitions » des CDT mais migraines inchangées (bien que mieux gérées) Thérapie de couple entreprise par les parents depuis janvier 2007 Depuis février la mère de Quentin à réintégré le domicile familiale Appel en mars : 1 seule crise de migraine en février …

67 Cas clinique: Samuel : entre migraine, vomissement cyclique et trouble anxieux

68 Anamnèse Samuel a 9 ans ½, est fils unique, est en CM1 Sa mère est comptable son père est routier Céphalées depuis lâge de 18 mois. Crises violentes et cycliques (1/mois) avec vomissements et vertiges. bilans (sanguin, IRM, EEG etc.) négatifs Pas de traitement efficace (abus médicamenteux ?) Diag :Migraine avec Aura +/- vomissements cycliques

69 Sa mère est très inquiète car les crises sont de plus en plus handicapantes et il a beaucoup manqué lécole Récemment il a été à plusieurs reprises aux urgences -> RDV Trousseau Motifs de la consultation au CME

70 la mère décrit son fils comme un enfant calme, mais « parfois nerveux ». Son comportement changerait avant et pendant les crises. Il deviendrait alors particulièrement anxieux Le reste du temps Samuel est dynamique et sportif (foot, console vidéo,vélo …) Les comportements bizarres

71 Au moment des crises, avant même quelle naient débutées, il « sinterdit » de nombreuses choses. Il préfère alors rester à la maison et devient anxieux lorsquon lui propose de sortir. Pendant les crises, il maintient sa tête bloquée et ralentie sa vitesse de marche. Depuis peu, il a peur daller à lécole lorsquil « sent venir » une crise Les comportements bizarres

72 Anticipation Situation Émotion Signification personnelle Répercutions sur lentourage Il ne veut pas aller à lécole car peur dy déclencher une migraine. Sa mère doit alors le garder Cognition Imagerie « Quoi que je fasse si je commence à avoir mal à la tête je ferai une crise » Je ressens une douleur de faible intensité (E.N.S. = 1 à 3/10) Peur que la crise se déclenche Il semble quà partir du moment où il a mal à la tête, quelque soit le niveau de douleur, il met sa vie « entre parenthèse ». « Elle revient, elle veut me faire du mal », « Je ne dois pas la provoquer», « Peur de mourir » Samuel se voit avoir mal à la tête, vomir et tomber sans que personne ne laide Comportement ouvert Empêcher la crise darriver en : -marchant « bizarre » -restant chez soi

73 Objectifs thérapeutiques surinterprétation anxieuse des conséquences de la douleur. le développement du sentiment defficacité personnelle / la douleur la rationalisation de la prise du traitement anti-migraineux...

74 Principales techniques thérapeutiques utilisées La relaxation / hypnose donner à Samuel un moyen de gérer son anxiété et en particulier la peur de la douleur. la restructuration cognitive identifier les pensées automatiques associées à la douleur. faire des liens entre certaines situations, certains comportements, pensées ou émotion et la douleur. la résolution de problème réévaluer positivement sa capacité à faire face à ses crises de migraine. Lancienneté et lintensité de ses crises ont en effet fortement diminué son sentiment defficacité personnelle à ce sujet et lamène actuellement à développer des conduites dévitement par anticipation, en dehors de crises migraineuses.

75 La restructuration cognitive Exercices dauto observation en préalable à la restructuration cognitive Colonnes de Beck Dessins Nombreuses situations anxiogènes Croyances centrées sur le risque à être seul pendant une crise douloureuse.

76 La restructuration cognitive On a discuté ensemble ces croyances au cours de plusieurs séances : Questionnement socratique … Identification des distorsions cognitives (surinterprétation des conséquences des crises de migraine) Samuel est convaincu que sil est hors de chez lui lors dune crise de migraine: Il va tomber par terre et perdre connaissance Il sera perdu, abandonné

77 La résolution de problème Une fois certaines distorsions cognitives identifiées, on a travaillé ensemble à partir de situations concrètes qui lui faisait très peur: Aller au cinéma alors quil pense quune crise pourrait arriver Aller au Macdo alors quil pense quune crise pourrait arriver Aller au musée alors quil pense quune crise pourrait arriver

78 Conclusion et épilogue Toujours une crise par mois Diminution des « comportements bizarres » qui précédaient les crises Diminution notable de lanxiété danticipation de Samuel La prochaine étape de la thérapie devait être lanxiété de séparation mère-enfant Déménagement en province …

79


Télécharger ppt "Thérapie comportementale et cognitive appliquée à la migraine Rémy Amouroux, Psychologue clinicien Hôpital denfant Armand Trousseau Unité Fonctionnelle."

Présentations similaires


Annonces Google