La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réalisé par : Oualata abdelhak Université Hassan II – Mohammedia Faculté des Sciences Ben M'Sik Faculté des Sciences Ben M'Sik Casablanca Casablanca D.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réalisé par : Oualata abdelhak Université Hassan II – Mohammedia Faculté des Sciences Ben M'Sik Faculté des Sciences Ben M'Sik Casablanca Casablanca D."— Transcription de la présentation:

1 Réalisé par : Oualata abdelhak Université Hassan II – Mohammedia Faculté des Sciences Ben M'Sik Faculté des Sciences Ben M'Sik Casablanca Casablanca D é partement de Biologie

2 Plan Introduction Partie 1 : Diabète sucré *Historique *Généralités Partie 2 : Régime alimentaire des diabétique *Chez ladulte *Chez lenfant *Cas particuliers Conclusion Plan Introduction Partie 1 : Diabète sucré *Historique *Généralités Partie 2 : Régime alimentaire des diabétique *Chez ladulte *Chez lenfant *Cas particuliers Conclusion

3 INTRODUCTION En quelques décennies, une évolution profonde sest opérée dans le traitement du diabète et la prescription du régime.En quelques décennies, une évolution profonde sest opérée dans le traitement du diabète et la prescription du régime. Autrefois lalimentation du diabétique, faite dinterdits et de contraintes, difficiles à appliquer avec régularité mettait le malade en marge de sa famille et de sa vie professionnelle, sans pour autant apporter tous les résultats escomptés sur le plan de léquilibre alimentaire, du contrôle de la maladie, ni sur celui de la prévention déventuelles complications vasculaires.Autrefois lalimentation du diabétique, faite dinterdits et de contraintes, difficiles à appliquer avec régularité mettait le malade en marge de sa famille et de sa vie professionnelle, sans pour autant apporter tous les résultats escomptés sur le plan de léquilibre alimentaire, du contrôle de la maladie, ni sur celui de la prévention déventuelles complications vasculaires.

4 Partie 1 : Diabète sucré * Historique 1 er siècle avant Jésus-Christ: Cappadoce décrit le diabète. 1869: Paul langerhans décrit les ilots du pancréas endocrine. 1873: Bouchardât publie son régime. 1857: description des biguanides. 1979: linsuline est fabriquée par génie génétique : développement des insulines analogues.

5 *Généralités DEFINITION (DIABETE SUCRE) : Le diabète dit sucré est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie.Le diabète dit sucré est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie.maladieglycémiemaladieglycémie Cependant, les causes du diabète dans la grande majorité des cas n'ont pas encore d'explication logique.Cependant, les causes du diabète dans la grande majorité des cas n'ont pas encore d'explication logique.

6 En pratique on distingue 2 types de diabète sucrée : Les diabètes insulinodépendants(diabète de type1) et les diabètes de types non insulino dépendants (diabète de type 2)

7 DIABETE DE TYPE 1 - Cause : destruction des cellules du pancréas qui produisent l'insuline - Apparition : en général brutale, chez le sujet jeune - Symptômes : soif, urines abondantes, amaigrissement, fatigue - Traitement : injections d'insuline - Fréquence : environ 10% des diabètes - Cause : destruction des cellules du pancréas qui produisent l'insuline - Apparition : en général brutale, chez le sujet jeune - Symptômes : soif, urines abondantes, amaigrissement, fatigue - Traitement : injections d'insuline - Fréquence : environ 10% des diabètes

8

9

10 DIABTE DE TYPE2 - Cause : * cause génétique + surpoids et sédentarité. - Cause : * cause génétique + surpoids et sédentarité. * La production d'insuline est inadéquate par rapport aux besoins. * La production d'insuline est inadéquate par rapport aux besoins. * Les cellules résistent à la pénétration du glucose - Apparition : le plus souvent après 40 ans - Symptômes : très peu, voire aucun avant l'apparition des conséquences - Traitement : hygiène de vie avant tout. Eventuellement, médicaments. Plus rarement : insuline - Fréquence : le diabète le plus fréquent (environ 90% des cas) * Les cellules résistent à la pénétration du glucose - Apparition : le plus souvent après 40 ans - Symptômes : très peu, voire aucun avant l'apparition des conséquences - Traitement : hygiène de vie avant tout. Eventuellement, médicaments. Plus rarement : insuline - Fréquence : le diabète le plus fréquent (environ 90% des cas)

11 LORIGINE DU DIABETE LORIGINE DU DIABETE Représente un véritable fléau lié aux modifications du mode de vie et au vieillissement de la population.Représente un véritable fléau lié aux modifications du mode de vie et au vieillissement de la population. La survenue du diabète de type 2 est fortement liée à notre mode de vie.La survenue du diabète de type 2 est fortement liée à notre mode de vie. il se developpe progressivement avec l'âge et préférentiellement chez les personnes en surpoids ou obèses. il se developpe progressivement avec l'âge et préférentiellement chez les personnes en surpoids ou obèses. Une alimentation trop riche en sucres et en graisses, le manque d'exercice physique et un surpoids sont autant de facteurs prédisposant.Une alimentation trop riche en sucres et en graisses, le manque d'exercice physique et un surpoids sont autant de facteurs prédisposant.

12 LES CONSEQUENCES DU DIABETE SUCRE effet toxique sur les artères des :effet toxique sur les artères des : *des yeux : c'est la rétinopathie, qui se manifeste par des troubles visuels et peut rendre définitivement aveugle. *des reins : c'est l'insuffisance rénale chronique qui survient tardivement et nécessite à terme la dialyse, voire la transplantation.

13 grosses artères, avec la formation de plaques d'athérome au niveau:grosses artères, avec la formation de plaques d'athérome au niveau: * Cœur (artères coronaires) : la crise cardiaque (infarctus du myocarde). * Cerveau (artères carotidiennes) : l'attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral ou AVC). * des jambes : l'artérite (artériopathie oblitérant des membres inférieurs). Sur les nerfs :Sur les nerfs : c'est la neuropathie diabétique, responsable de douleurs dans les jambes, difficiles à soulager. Associée aux atteintes des petits vaisseaux, elle peut entraîner des plaies du pied pouvant conduire à l'amputation. c'est la neuropathie diabétique, responsable de douleurs dans les jambes, difficiles à soulager. Associée aux atteintes des petits vaisseaux, elle peut entraîner des plaies du pied pouvant conduire à l'amputation.

14

15 QUAND DEPISTER UN DIABETE

16 Partie 2 : Régime alimentaire des diabétiques. *Chez ladulte Vise à : combler les besoins nutritionnels combler les besoins nutritionnels contrôler le glucose sanguin contrôler le glucose sanguin Prévenir lhypoglycémie Prévenir lhypoglycémie Réduire loxydation Réduire loxydation atteindre un poids et des taux de lipides sanguins adéquats atteindre un poids et des taux de lipides sanguins adéquats Prévenir les MCV Prévenir les MCV prévenir les complications de la maladie. prévenir les complications de la maladie.

17 Contrôle de la glycémie En contrôlant les apports glucidiques. Les glucides sont présents soit naturellement (fruits, produits laitiers..) ou sont ajoutés aux aliments (sucre, glucose, miel..) Les glucides sont présents soit naturellement (fruits, produits laitiers..) ou sont ajoutés aux aliments (sucre, glucose, miel..) Privilégier les aliments contenant des glucides présents naturellement. Privilégier les aliments contenant des glucides présents naturellement. Ne pas consommer plus de 10 % de ses calories totales sous forme de glucides ajoutés. Ne pas consommer plus de 10 % de ses calories totales sous forme de glucides ajoutés.

18 Comment déterminer les apports glucidiques? Les glucides totaux doivent représenter environ 55 % des calories de la journée. Par exemple, une femme diabétique avec un besoin calorique quotidien de calories a besoin denviron 248 g de glucides par jour ((1800 calories X 0,55)/4=248). Les glucides totaux doivent représenter environ 55 % des calories de la journée. Par exemple, une femme diabétique avec un besoin calorique quotidien de calories a besoin denviron 248 g de glucides par jour ((1800 calories X 0,55)/4=248). Notion déquivalent : Notion déquivalent : 1 équivalent de glucides vaut environ 5 g de glucides. Ex.: ½ banane contient 3éq = 15g de glucides.

19 Pour un besoin de 248 g de glucides par jour : - 5 portions de fruits : 15 équivalents (75 g de glucides) - 7 portions de féculents (riche en fibres alimentaires idéalement) : 21 équivalents (105 g de glucides) - 6 portions de produits laitiers : 6 équivalents (30 g de glucides) - 2 portions de légumes riches en glucides : 4 équivalents (20 g de glucides) + 3 équivalents maximum de sucres ajoutés ou concentrés (15 g de glucides) NB : Répartir les différents groupes daliments assez également dans la journée.

20 Repas du matin - 2 portions de féculents : 1 rôtie de pain de grain entier 2/3 tasse de céréale de son davoine - 1 portion de fruit : 1 orange - 1 portion de produit laitier : ¾ tasse de yogourt nature - 30 g de protéine : 1 c. à table de beurre darachide naturel Collation du matin : 1 petite pomme et 8 amandes

21 Repas du midi - 2 portions de féculents : 2/3 tasse dorge cuite - (90 g) de protéine : de poulet sans la peau - 1 portion de légumes riches en glucides : ½ tasse de carottes cuites - 1 portion de produit laitier : 1 tasse de lait écrémé Collation daprès-midi : ½ pamplemousse

22 Repas du soir - 2 portions de féculents 1 petite pomme de terre 1 tranche de pain de grain entier - 90 g de protéines 90 g de veau haché - 1 portion de légumes riches en glucides ½ tasse de pois verts Collation du soir : - 1 portion de substituts au produit laitier 1 tasse de boisson de soya nature (faible en sucre) - 1 portion de féculent ½ muffin au son davoine

23 NB : Augmenter les fibres alimentaires solubles. Les fibres solubles permettent de réduire le taux de glucose en ralentissant labsorption des glucides. * Meilleures sources de fibres solubles Avoine, son davoine, gruau Sarrasin Orge Légumineuses Graines de lin Pomme, poire NB : Augmenter les fibres alimentaires solubles. Les fibres solubles permettent de réduire le taux de glucose en ralentissant labsorption des glucides. * Meilleures sources de fibres solubles Avoine, son davoine, gruau Sarrasin Orge Légumineuses Graines de lin Pomme, poire

24 Prévenir les maladies cardiovasculaires - Réduire l'apport en lipides et privilégier les bons gras. - Augmenter l'apport en oméga-3 d'origine marine. *Sources de bons gras : Huile dolive extra vierge Huile dolive extra vierge Huile de sésame Huile de sésame Huile de noisette Huile de noisette

25 Teneur en oméga-3 de quelques poissons : g Maquereau bleu : mg g Saumon de l'Atlantique (élevage) : mg g Truite grise : mg g Sardines en conserve (dans l'huile) : 980 mg g Crevettes :717 mg Teneur en oméga-3 de quelques poissons : g Maquereau bleu : mg g Saumon de l'Atlantique (élevage) : mg g Truite grise : mg g Sardines en conserve (dans l'huile) : 980 mg g Crevettes :717 mg

26 NB : les fibres alimentaires solubles diminuent le taux du LDL-C

27 Réduire loxydation : En augmentant lapport en antioxydants, quon trouve principalement dans les fruits et les légumes.

28 Prévenir lhypoglycémie Peut être causée par : la prise dinsuline ou dune trop forte dose de médicament favorisant la production dinsuline;la prise dinsuline ou dune trop forte dose de médicament favorisant la production dinsuline; le retard d'un repas ou d'une collation;le retard d'un repas ou d'une collation; une quantité insuffisante de nourriture au repas ou à la collation;une quantité insuffisante de nourriture au repas ou à la collation; une activité physique imprévue.une activité physique imprévue.

29 Que faire en cas dhypoglycémie? ½ tasse (125 ml) de jus de fruits non sucré ou de boisson gazeuse sucrée½ tasse (125 ml) de jus de fruits non sucré ou de boisson gazeuse sucréeou 5 pastilles de dextrosol5 pastilles de dextrosolou 3 sachets de sucre3 sachets de sucre

30 *Chez lenfant Le diabète sucré est une maladie métabolique chronique souvent insulinoprive touchant une tranche dâge de 0 à 15 ans. Le diabète sucré est une maladie métabolique chronique souvent insulinoprive touchant une tranche dâge de 0 à 15 ans.

31 REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE PRINCIPE DU REGIME: PRINCIPE DU REGIME: 1.Doit permettre une croissance staturo- pondérale normale: ENERGIE (AGE): ENERGIE (AGE): 1 à 3 ans 1360 kcal 4 à 6 ans 1830 kcal 7 à 9 ans 2190 kcal 10 à 12 ans 2600 kcal 2600 kcal 2350 kcal 2350 kcal

32 REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE LES PROTIDES: LES PROTIDES: oPrésentent 15% de lapport énergétique total /j. o50% sous forme de protides animaux(viande, poisson, œufs,produits laitiers). o50% sous forme de protides végétaux. LES LIPIDES: LES LIPIDES: o représentent 30 à 35 % de lapport énergétique /j. oPrédominance des graisses poly insaturées.

33 LES GLUCIDES: LES GLUCIDES: oReprésentent 50 à 55 % de lapport énergétique / j. REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE

34 2.Doit prévenir les incidents hypoglycémiques et hyper glycémiques: oLalimentation doit être fractionnée et à heures régulières. 3Principaux repas + goûter et collation à 10 h. oRépartition de lalimentation liaison avec linsulinothérapie (type dinsuline et lheure dinjection). REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE

35 3.Lenfant ne doit pas sauter de repas et ne doit pas grignoter entre les repas: oEn cas de refus alimentaire après une injection dinsuline alimentation mixée ou liquides riches en glucides. oLe grignotage entre les repas déséquilibre métabolique. REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE 4. Prévenir les complications athéromateuses: oÉviter les graisses dorigine animale au profit des PI dorigines végétales.(viandes poissons huiles végétales).

36 5.Diminuer les sucres simples à absorption rapide sucre complexes: Sucres simples: sucreries, bonbons, confiserie, miel, confiture, pâtisseries.Sucres simples: sucreries, bonbons, confiserie, miel, confiture, pâtisseries. Sucres complexes: féculents, amidon, pain pomme de terre, riz, pâtes.Sucres complexes: féculents, amidon, pain pomme de terre, riz, pâtes. REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE

37 REGIME CHEZ LENFANT DIABETIQUE Des systèmes de parts glucidiques interchangeables comportant des rations de glucides permet de varier le régime.

38 REGIME DE LA FEMME ENCEINTE DIABETIQUE Existe 2 types: Existe 2 types: Le diabète est connu avant la grossesse normalisation de la glycémie. Le diabète est connu avant la grossesse normalisation de la glycémie. Diabète gestationnel :la découverte dun trouble de la glycorégulation jusquà présent méconnu au cours dune grossesse. Celui-ci apparaît généralement à la fin du deuxième trimestre vers le 7e mois Diabète gestationnel :la découverte dun trouble de la glycorégulation jusquà présent méconnu au cours dune grossesse. Celui-ci apparaît généralement à la fin du deuxième trimestre vers le 7e mois

39 REGIME DE LA FEMME ENCEINTE DIABETIQUE Diagnostic après 1 h de la prise de 50g de glucose la glycémie >1.40 g/l. Diagnostic après 1 h de la prise de 50g de glucose la glycémie >1.40 g/l. La diététique : La diététique : Lapport calorique Lapport calorique Poids normal : lapport énergétique est celui habituel avec une de 100 à 150 cal/j.Poids normal : lapport énergétique est celui habituel avec une de 100 à 150 cal/j. Lapport calorique normal est de 30 à 32 kcal/kg.Lapport calorique normal est de 30 à 32 kcal/kg. Surpoids : correction des apports nutritive.Surpoids : correction des apports nutritive.

40 REGIME DE LA FEMME ENCEINTE DIABETIQUE La ration glucidique au sein de lapport : La ration glucidique au sein de lapport : o 40 à 50 % de lapport énergétique. o 2000cal/j o3 repas + 2 collations(7h, 12h, 19h, collation 10h; 16h). - Hyperglycémie post prondiale du petit déjeuner. - Hyperglycémie post prondiale du petit déjeuner. - Hypoglycémie suite aux vomissements. - Hypoglycémie suite aux vomissements.

41 REGIME DE LA FEMME ENCEINTE DIABETIQUE Les autres nutriments lipido-protidiques: Les autres nutriments lipido-protidiques: oSont des compléments de la ration calorique. oApport excessif en lipides source dinsulino résistance. oCarence en protéines diabète de type II. Thérapie: oInsulino thérapie. oHypoglycémiants oraux.

42 Sujets âgés diabétiques Régime alimentaire ressemblant à celui dune personne adulte. Régime alimentaire ressemblant à celui dune personne adulte. Tient compte: Tient compte: oDifficultés de oDifficultés de mastication dues à lappareil dentaire. o oHabitudes alimentaires, souvent + mauvaise que bonne. oModicité des ressources

43 Sujets âgés diabétiques Recommandations: Recommandations: oApport de la viande maigre hachée ou filet de poisson. oApport des protides par les œufs( moins chers). oProduits laitiers (apportent du calcium). oLes fruits en cas de mauvaise dentition, sont remplacés par des compotes.

44 conclusion Le diabète est une maladie chronique qui peut être à lorigine de plusieurs complications, rendant la vie moins confortable. Le diabète est une maladie chronique qui peut être à lorigine de plusieurs complications, rendant la vie moins confortable. Un régime alimentaire adéquat est le pélier du traitement de cette maladie. Un régime alimentaire adéquat est le pélier du traitement de cette maladie.

45 MERCI POUR VOTRE ATTENTION ATTENTION


Télécharger ppt "Réalisé par : Oualata abdelhak Université Hassan II – Mohammedia Faculté des Sciences Ben M'Sik Faculté des Sciences Ben M'Sik Casablanca Casablanca D."

Présentations similaires


Annonces Google