La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université de Genève Faculté de Psychologie et des Science de lEducation TECFA (TEChnologie de la Formation et de lApprentissage) Linfluence de linteractivité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université de Genève Faculté de Psychologie et des Science de lEducation TECFA (TEChnologie de la Formation et de lApprentissage) Linfluence de linteractivité."— Transcription de la présentation:

1 Université de Genève Faculté de Psychologie et des Science de lEducation TECFA (TEChnologie de la Formation et de lApprentissage) Linfluence de linteractivité sur le niveau defficacité cognitive de lanimation dans le site © ebiomed.ch Analyse de lefficacité cognitive et pédagogique des animations dans un projet campus virtuel Sara Tassini

2 Motivation et sujet du mémoire Dans le cadre de mon travail au CENTEF, Centre des Technologie pour l Enseignement et la Formation, nous nous sommes trouvé face à lexigence de tester lefficacité pédagogique des animations du projet eBioMED.ch (Biomedical sciences learning modules ) en phase de réalisation. eBioMED.ch ( est un projet qui vise principalement à introduire à large échelle lapprentissage par problème (APP) dans la formation en science de la vie :http://www.centef.ch/ebiomed -neurophysiologie -la biologie cellulaire, -limmunologie pré-clinique

3 Objectif et matériel Objectif : Donner les étapes de la production dun potentiel daction Potentiel daction : Signale électrique qui se propage le long de la membrane dun neurone ou dun fibre (cellulaire) musculaire ; changement rapide du potentiel de membrane qui fait intervenir une dépolarisation suivie dune repolarisation. Matériel : 3 animations sur le potentiel daction 1. non interactive = pas de contrôle = NI 2. partiellement interactive = pause = PI 3. Interactive =contrôle totale = I

4 Potentiel daction: animations

5 Matériel Pre-test : pour tester le niveau de connaissance sur la matière. 4 questions QCM 3 questions VF Test dévaluation cognitive: 5 questions explicite 2 questions dinférences fermées, 3 questions dinferences ouverte. Post-Test différé (1 semaine) = Test dévaluation Test de motivation : 4 questions dévaluation subjective

6 Question de recherche: Existe-t-il une corrélation entre lutilisation de lanimation interactive, le niveau de performance atteint et le niveau de motivation ? Sous-questions : Lutilisation dune animation interactive pour expliquer un phénomène de biologie cellulaire améliore-t-elle lacquisition du contenu? Hypothèse générale : Lanimation interactive, en comparaison avec lanimation non interactive, favorise lapprentissage de lapprenant. Sous hypothèses : Les élèves sont plus motivés à travailler avec des animations interactives quavec des animations non interactives ; Les animations interactives permettent datteindre de plus grandes compétences que les animations non interactives ;

7 METHODE DE RECHERCHE : Le public cible : Une classe de 30/40 élèves du Gymnase Auguste Piccard, chemin de Bellerive 16 Lausanne, Ouchy. Caractéristiques : âge (16-17 ans), sexe (garçon, fille % ?), niveau dexpertise dans lutilisation de loutil informatique ( ?), connaissances de la matière proposée ( ?). Procédure : Je propose un Pre-Test à tous les élèves pour tester leur niveau de connaissance sur la matière.Puis je partage les élèves en trois groupes de 10/12 élèves. 1. Le premier groupe se trouvera devant une animation non interactive. 2. Le deuxième groupe se trouvera devant une animation partiellement interactive 3. Le troisième groupe devant une animation totalement Interactive. Apres avoir vu les animations les utilisateurs doivent répondre à des questions les mêmes pour le trois groupes. (Test dévaluation cognitive et test de motivation). Enfin après une semaine je propose le même Test dévaluation cognitive et le solutions aux test.

8 Le logiciel sera développé avec Authorware 6. Le test sert à évaluer la performance comparée des trois animations : deux variables sont mesurées (le temps mis pour répondre aux questions et la justesse du choix). A la fin de lexpérience, le logiciel livre un fichier texte nominal qui enregistre les données suivantes (heure dentrée dans la question, heure de réponse, nombre de fois où lélève sest balader dans lanimation dans le cas de lanimation interactive.) A travers lexpérimentation, je tente de contrôler limpact de lanimation sur un variable : la performance. (et la motivation???) la performance : mesurée en terme d « efficacité ». Chaque réponse de lélève fera lobjet de deux constats : premièrement la précision de la réponse et seconde le temps mis par lélève pour confirmer la réponse (indépendamment de la qualité de cette dernière). Ainsi, les types de variables à analyser et les mesures considérées sont les suivantes : VARIABLE (indépendante) : Mode de présentation Animation interactive Animation non interactive Animation partiellement interactive.

9 VARIABLE (dépendante) : Niveau de performance VARIABLE (dépendante) : Niveau de motivation????? Mesure 1 : Score (réponse juste, réponses suffisantes, réponses insuffisantes, pas de réponses). Mesure 2 : Temps (temps passé sur lanimation, temps moyen utilisé pour répondre au test). Hypothèses opérationnelles : les élèves qui travaillent avec lanimation interactive apprécient davantage le matériel que ceux qui travaillent avec les lanimation non interactive et partiellement interactive ; les élèves qui travaillent avec les animation interactive estimeront moins difficile le contenu de lanimation ; les élèves qui travaillent avec les animation interactive seront plus motivés pour approfondir leurs connaissances sur le sujet présenté ; les élèves des trois groupes testés vont préférer travailler avec des animation interactive; les élèves qui travaillent avec les animation interactive obtiendront un score plus élevé que ceux qui manipulent des non interactive et partiellement interactive ; les élèves qui travaillent avec les animation interactive prendront plus de temps pour accomplir la tâche que les élèves manipulant des animations non interactive et partiellement interactive ;

10 Bibliographie BÉTRANCOURT, M., BAUER-MORRISON, J. & TVERSKY, B. (2001). Les animations sont-elles vraiment plus efficaces ? Revue dintelligence artificielle, 14 (1-2), BÉTRANCOURT, M. & TVERSKY, B. (2000). Effect of computer animation on usersperformance: a review. Le travail Humain, 63(4), LELOUCHE Ruddy (2002). Educational systems need appropriate animations and simulations. TICE 2002 Proceedings aof the Symposium, Hegarty M., Quilici J., Narayanan N.H., Holmquist S. Moreno R. (1999) Multimedia Instruction :Lessons from evaluetion of a Theory-based Design., Journal of Educational Multimedia and hypermedia, Vol.2, no 8, p Richard E.Mayer,Paul Chandler: When Learning is Just a Click Away:Does Simple User Interaction Foster Deeper Understanding of Multimedia Messages? Schwan, S, Riemp, R, The cognitive benefits of interactive videos: Learning to tie nautical knots.

11 Conclusion Vue que les animations sont efficaces seulement in certain conteste comme lingénierie la physique, lastronomie, la biologie cellulaire, dans cette domaine elles doivent être un aide à la compréhension, à la mémorisation et à la motivation. Le but de ma recherche sest de pouvoir analyser les résultats des tests et pouvoir tirer des conclusions qui me permettent de comprendre comment pouvoir présenter une animation affin que elle soit efficace du point de vue pédagogique.


Télécharger ppt "Université de Genève Faculté de Psychologie et des Science de lEducation TECFA (TEChnologie de la Formation et de lApprentissage) Linfluence de linteractivité."

Présentations similaires


Annonces Google