La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Risque infectieux et hygiène chez le sujet polytraumatisé Laurence Cauchy Karine Faure Service de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances Unité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Risque infectieux et hygiène chez le sujet polytraumatisé Laurence Cauchy Karine Faure Service de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances Unité"— Transcription de la présentation:

1 Risque infectieux et hygiène chez le sujet polytraumatisé Laurence Cauchy Karine Faure Service de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances Unité des Maladies Infectieuses CHRU Lille

2 Introduction Polytraumatisme: 1 ère cause de mortalité chez les sujets jeunes Polytraumatisme: facteur de risque indépendant de survenue d1 infection Infection: cause majeure de mortalité tardive (2 ème rang après les lésions neurologiques)

3 Pourquoi le sujet polytraumatisé a une sensibilité accrue aux infections? Est-ce que la prise en charge du risque infectieux est une urgence ? (au même titre que la défaillance hémodynamique, respiratoire ou neurologique)

4 Physiopathologie Contamination des blessures Invasivité des soins Dysfonction de limmunité innée et acquise Difficultés diagnostiques: nature infectieuse du syndrome inflammatoire? Qualité des soins médicochirurgicaux + Maitrise de lantibiothérapie = Contrôle des complications infectieuses

5 Terrain Traumatisme Effraction des barrières Choc hémorragique Ischémie Radicaux libres, … Contamination des tissus Translocation Réponse inflammatoire (SIRS) Paralysie immunitaire Complications infectieuses Invasivité des soins

6 Dysfonction immunitaire Stimulation du système adrénergique –Conséquence de lhypovolémie –Conséquence de la douleur Stimulation du système immunitaire = défense anti-infectieuse –Lutter contre linvasion microbienne –Favoriser la réparation tissulaire Stimulation de laxe hypothalamo-hypophyso- surrénalien –Homéostasie cardio-vasculaire –Limitation de la réaction inflammatoire

7 Dépression immunitaire Concerne limmunité innée et acquise Conséquence directe de la sévérité des lésions et de lischémie-reperfusion en cas de défaillance circulatoire aiguë

8 Dépression immunitaire Rupture des barrières cutanées et/ou muqueuses Libération de médiateurs pro- inflammatoire, exacerbation de la réponse inflammatoire Fonctions phagocytaires altérées Diminution de la production des anticorps

9 Diagnostic de linfection difficile Multiplicité des causes de fièvre non infectieuses Paramètres biologiques habituels non utilisables Prévention des infections +++ –Réanimation des blessés –Respect des précautions standards et/ou spécifiques –Nettoyage et antiseptie des plaies

10 Plaies pénétrantes et blessures Plaie –13 % des admissions au service des urgences –Effraction de la barrière cutanée (± muqueuse) par un agent vulnérant survenant par coupure / écrasement / abrasion –Contamination endogène ou exogène déjà en place

11 Pas dantibiothérapie systématique Facteurs de risque dévolution vers linfection Délai prolongé de prise en charge Présence de souillures (terre et débris organiques, corps étranger) avec parage non satisfaisant Mécanisme de la plaie: écrasement ou lacération avec présence de tissus dévitalisés Ischémie locale Fractures ouvertes, exposition articulaire ou tendineuse Lésions abdominales avec plaies digestives Plaies pénétrantes du thorax Plaies craniocérébrales Immunodépression, diabète, sujet âgé, dénutrition, …

12 Complications infectieuses des plaies Fasciite nécrosante (Streptococcus pyogenes) Gangrène gazeuse (Clostridium perfringens) Ostéite et ostéomyélite Arthrite infectieuse Péritonite Médiastinite Empyème, abcès Méningite

13 Prévention du tétanos Pas de consensus sur le caractère tétanogène dune plaie 29 cas en France en 2000 dont 11 cas mortels, fréquence en hausse avec la suppression du service militaire

14 Difficulté de cerner le profil vaccinal du patient Utilisation systématique du test rapide de détection des anticorps (Tétanos Quick Stick®) = test de détection immunochromatographique Sensibilité = 98 %, Spécificité = 70 à 83 % Conditions demploi: formation adéquate du personnel, suivi et contrôle qualité de lutilisation, procédures écrites et consensuelles de son utilisation, séniorisation des prises de décision


Télécharger ppt "Risque infectieux et hygiène chez le sujet polytraumatisé Laurence Cauchy Karine Faure Service de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances Unité"

Présentations similaires


Annonces Google