La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Attaque des protéases dans les inflammations allergiques (et non allergiques) par un homogénat dœuf de caille???

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Attaque des protéases dans les inflammations allergiques (et non allergiques) par un homogénat dœuf de caille???"— Transcription de la présentation:

1 Attaque des protéases dans les inflammations allergiques (et non allergiques) par un homogénat dœuf de caille???

2 En recherche dun mieux-être dans le domaine des réactions exagérées dites allergo - inflammatoires

3 Exposé effectué grace aux recherches récentes du laboratoire denzymologie du CHU de Grenoble

4 Il existe une multitude de publications récentes concernant les serine-protéases ( trypsine et ses homologues : les trypsine-like protéases) « Lovomucoïde du blanc dœuf de caille japonaise B Mina = puissant inhibiteur des sérine-protéases, « Lovomucoïde du blanc dœuf de caille japonaise B Mina = puissant inhibiteur des sérine-protéases, le seul ovomucoïde de tous les œufs aviaires capable dinhiber la trypsine humaine » le seul ovomucoïde de tous les œufs aviaires capable dinhiber la trypsine humaine » Originalité : Une fraction de blanc dœuf de caille souche B Mina est capable dinhiber une enzyme humaine et ses homologues.

5 Lovomucoïde du blanc dœuf de caille japonaise a 2 activités essentielles: - anti-inflammatoire non spécifique chez lhomme et lanimal - spécifique anti-inflammatoire + anti-allergique (30% de la population)

6 Activité anti-inflammatoire générale

7 En résumé Trypsine action sur les éosinophiles dégranulation des métabolites pro- inflammatoires Trypsine action sur les éosinophiles dégranulation des métabolites pro- inflammatoires Les ovomucoïdes, en inhibant laction de la trypsine sur les éosinophiles, que lon trouve partout (intestins, muqueuses bronchiques, nasales, conjonctives), bloquent la sécrétion des métabolites de linflammation et la formation dun cercle vicieux qui se crée par un feed back de mobilisation dautres éosinophiles Les ovomucoïdes, en inhibant laction de la trypsine sur les éosinophiles, que lon trouve partout (intestins, muqueuses bronchiques, nasales, conjonctives), bloquent la sécrétion des métabolites de linflammation et la formation dun cercle vicieux qui se crée par un feed back de mobilisation dautres éosinophiles

8 Activité anti-inflammatoire anti-allergique

9 Le conflit allergène-IgE-mastocyte (ou basophile) libère des granules pré-formés et induit la formation de nouvelles substances néo-formées. Avant la découverte des IgE, le seul marqueur de lallergie était léosinophilie, que lon cherchait dans le mucus nasal, lécoulement conjonctival, les crachats,… Ishizaka a démontré quen bloquant les récepteurs membranaires des mastocytes inhibition libération de lhistamine et des protéases qui sont libérées simultanément.

10 Dans le cas contraire, les protéases jouent un rôle inflammatoire et les substances néo-formées vont libérer un facteur dattraction des éosinophiles !!! Léosinophile est une plaque tournante dans linflammation générale et allergique inflammatoire, à côté des neutrophiles (élastase pulmonaire et cutanée,…) Les allergènes ne seraient pas des protéines inertes, mais seraient pour la plupart des serine- protéases.

11 A létat normal, chaque individu possède ses propres anti-protéases, ce qui contribue à léquilibre immunitaire et homéostasique A létat normal, chaque individu possède ses propres anti-protéases, ce qui contribue à léquilibre immunitaire et homéostasique. Ces inhibiteurs peuvent : Manquer (déficit en α-1-antitrypsine, par exemple), Manquer (déficit en α-1-antitrypsine, par exemple), être déficients (ex.: fumeur = apparition dune bronchite, puis dun emphysème sous leffet de lélastase neutrophile) être déficients (ex.: fumeur = apparition dune bronchite, puis dun emphysème sous leffet de lélastase neutrophile)

12 Widmer insiste sur un point capital: les allergènes inhalés ne sont pas neutralisés par lorganisme, ces allergènes(pollens, acariens, moisissures, etc…) développent leur activités inflammatoires et maintiennent par leur activité protéasique les malades dans le cercle vicieux que lovomucoïde va permettre de rompre. Cest sur linefficacité des inhibiteurs endogènes face à une agression allergénique, quil faut proposer une prévention avant le contact avec le ou les allergènes et la poursuite (maintien) par une supplémentation au long cours.

13 Trypsine Eosinophiles métabolites IgE-mastocytes Attraction des de l Allergènes éosinophiles inflammation Histamine protéases OBCJ

14 Plan de lexposé - linflammation - les acteurs des phénomènes allergo- inflammatoires inflammatoires - les serine-protéases - lœuf de caille

15 Linflammation

16 La réaction inflammatoire = un des moyens de défense naturel de l'organisme humain face aux agressions qui peuvent être multiples et variées: - micro-organismes, - Anti-gènes divers, - traumatismes… afflux cellules immuno-compétentes sur le site de l'inflammation pour tenter de la neutraliser. Si échec Si échec réaction locale réaction générale de l'organisme apparition de symptômes cliniques:

17 - type allergique, IgE - dépendant, s'il existe un terrain atopique, - type allergique, IgE - dépendant, s'il existe un terrain atopique, - type non allergique, induit par une réaction multicellulaire. - type non allergique, induit par une réaction multicellulaire. Dans les deux cas, - processus inflammatoire est potentialisé - par des enzymes protéolytiques = protéases - dont les actions néfastes peuvent être inhibées par l' ovomucoïde de l'homogénat d'œufs de caille de souche B. Mina. d'œufs de caille de souche B. Mina.

18 Les acteurs des phénomènes - allergiques - inflammatoires allergo-inflammatoires

19 Inflammation allergique

20 Le pontage allergène- lgE va provoquer 1.dégranulation cellule cible : -mastocyte -mastocyte -basophile -basophile 2. libération médiateurs inflammatoires 2a. préformés et 2b. néoformés courant sanguin:

21 MastocyteMuqueuxConjonctif localisémuqueusepeau, sous-muqueuses Thymopdépen dance +_ Granulespeu nombreuxnombreux histamine (en pg/cellule) 0,5 à 23 à 15 Protéases neutres tryptase tryptase, chymase, cathepsine G, carboxypeptidase SécrétionsPGD2 LTC4PGD2 PAF Effet du cromoglycate nonoui protéoglycanes héparine et chondroïtine sulfate

22 Inflammation allergique - médiateurs préformés contenus dans granules intra- cytoplasmiques du mastocyte par exemple, et lors de leur excrétion, ils libèrent

23 Inflammation allergique histamine histamine facteurs d'attraction facteurs d'attraction neutrophiles neutrophiles éosinophiles éosinophiles protéases protéases héparine héparine simultanément…

24 Inflammation allergique

25 mastocyte

26 - Médiateurs néoformés synthétisés à partir des phospholipides membranaires : - Médiateurs néoformés synthétisés à partir des phospholipides membranaires : Leucotriènes, Leucotriènes, P.A.F. (facteur d'attraction plaquettaire) P.A.F. (facteur d'attraction plaquettaire) Prostaglandines Prostaglandines Thromboxanes Thromboxanes

27 Inflammation allergique

28 Ces médiateurs inflammatoires sont chimiotactiques pour neutrophiles et éosinophiles: Les neutrophiles attirés sur le lieu de l'inflamma- tion, vont libérer à leur tour des protéases Cfr Cfr

29 Inflammation allergique neutrophile

30 - les éosinophiles libèrent des facteurs cytotoxiques; l'éosinophile joue un rôle majeur dans l'inflammation allergique : c'est la cellule la plus typique, qu'elle soit cutanée, nasale ou bronchique. Sa cytotoxicité provoque des lésions cellulaires surtout sur les muqueuses

31

32

33 Inflammation Inflammation allergique allergique éosinophile

34 éosinophile

35 L'éosinophile est un bras armé du système immunitaire. L'éosinophile est un bras armé du système immunitaire. Capable de libérer un grand nombre de médiateurs inflammatoires, l'éosinophile est potentiellement cytotoxique pour l'environnement tissulaire. Capable de libérer un grand nombre de médiateurs inflammatoires, l'éosinophile est potentiellement cytotoxique pour l'environnement tissulaire.

36 Inflammation allergique Les acteurs Rappel !!!!!

37 Une meilleure connaissance de ces facteurs de recrutement cellulaire libérés lors d'un conflit allergène-IgE, et la libération de facteurs pro-inflammatoires bouleverse la notion d'allergie immédiate au profit de la notion d'inflammation allergique

38 En effet, la persistance de cette activité cytotoxique, avec l'intervention des protéases comme facteur co-inducteur de l'inflammation, en dehors d'une phase clinique aiguë, explique le caractère irréversible de l'inflammation allergique. En effet, la persistance de cette activité cytotoxique, avec l'intervention des protéases comme facteur co-inducteur de l'inflammation, en dehors d'une phase clinique aiguë, explique le caractère irréversible de l'inflammation allergique. Cette phase inter-critique est caractérisée par un silence symptomatique (quelle que soit la maladie allergique en cause), pendant laquelle l'inflammation cellulaire initiale aiguë se transforme en une inflammation évolutive subaiguë et chronique.

39 Ces nouvelles notions doivent être appliquées au traitement qui devra tenir compte: - phase aiguë symptomatique, - phase intercritique évolutive mais symptomatique, - phase préventive dans certaines situations particulières.

40 1- manifestations allergiques classiques: Actuellement à une véritable «explosion épidémique mondiale» des maladies allergiques. En 1995, l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) considérait que l'allergie était le 6ème fléau sanitaire mondial. En 2000, l'O.M.S. est alarmiste et classe l'allergie comme 2ème fléau sanitaire mondial, tout de suite après l'hypertension artérielle et les maladies cardio-vasculaires.

41 En effet, les maladies allergiques - touchent aujourd'hui >20% population pays les plus industrialisés - inexorable de 25% / 10 ans.

42 Inflammation allergique Cliniquement, manifestations les plus fréquentes: les plus fréquentes: - pollinose, devenue perannuelle - asthme - rhinites - conjonctivites - urticaire - œdème de Quincke - eczéma atopique - choc anaphylactique.

43 Inflammation allergique

44 Cette «explosion épidémique» de l'allergie ne trouve pas d'explication rationnelle : on incrimine les - modifications climatiques, en particulier le réchauffement de la planète - présence atmosphérique perannuelle des pollens modification notion de saisonnalité - transmission héréditaire de l'atopie, - modifications de l'environnement + forte de la pollution

45 Inflammation allergique 2- allergènes majeurs: Les manifestations cliniques de l'allergie sont provoquées dans le monde entier par les mêmes allergènes perannuels ; leur fréquence est schématiquement la suivante: - pollens (55%)

46 - acariens (17%),

47 - poils d'animaux (12,5%) - blattes (2%) - moisissures (2,5%) - insectes piqueurs (5%)

48 - Aliments (3,5% - Aliments (3,5% ) sulfite crustacés arachideoeuf protéines du lait poissons fruits à coque graine de sésame soja gluten

49 Inflammation allergique

50 - médicaments (2,5%)

51 Autres allergènes

52 Colonne Toutes allergies Allergies alimentaires Allergies latentes (sensibilisation) 20 % (12 millions) 3 % (1,8 millions) 2 à 3% des adultes Allergie déclarée 5 %1 %

53

54 Les allergies alimentaires les plus fréquentes en Europe : On constate que parmi les allergènes majeurs chez lenfant, seulement un est présent chez ceux de ladulte. Ces résultats attestent de la disparition de certaines allergies avec lâge et lapparition de nouvelles à lâge adulte. Au total, on dénombre plus de 100 allergènes alimentaires. Adultes (plus de 15 ans)Enfants 15 %ROSACEES (fraises, pêches, cerises...) 34 %BLANC D'OEUF 15 %AVOCATS, KIWIS23 %ARACHIDE 11 %OMBELLIFERES (celeri, persil, carottes...) 8 %LAIT DE VACHE 7 %FRUITS SECS6 %MOUTARDE 5 %BLANC D'OEUF5 %POISSON 5 %LEGUMINEUSES

55 POURCENTAGE DES CHOCS ANAPHYLACTIQUES SELON LÂGE Comme le montre ce tableau, plus une personne allergique avance en âge et plus elle a de risque, sil y a contact avec lallergène, de faire un choc anaphylactique (symptôme le plus dangereux ) pouvant entraîner la mort. ÂgeAllergies alimentaires 6-15 ans14 % ans20 % ans25 % ans36 % + 60 ans50 %

56 Inflammation allergique 3- traitements allopathiques actuels: - tous symptomatiques… aucun n'agit sur le «terrain atopique», c'est-à-dire sur la prédisposition héréditaire à produire des IgE en excès. - désensibilisation spécifique … au bout de 4 à 5 ans, symptômes maladie et modifie taux des IgE spécifiques au bout de 4 à 5 ans, symptômes maladie et modifie taux des IgE spécifiques sans garantir reprise éventuelle symptômes, quelques mois après l'arrêt du traitement. sans garantir reprise éventuelle symptômes, quelques mois après l'arrêt du traitement.

57

58 Inflammation allergique 4- alternatives à l'allopathie: nombreuses: - Homéopathie et phytothérapie - Acupuncture (MTC) - Nutrithérapie complément alimentaire à base d'homogénat d'œufs de caille japonaise de la souche B. Mina, résultats assez spectaculaires complément alimentaire à base d'homogénat d'œufs de caille japonaise de la souche B. Mina, résultats assez spectaculaires Ω 3,… Ω 3,…

59 Inflammation allergique Résultats obtenus avec cet homogénat montrent: - efficacité symptomatique immédiate - action préventive - action sur le «terrain allergique» par stabilisation puis synthèse des IgE Fait remarquable, il n'est pas obligatoirement nécessaire de faire l'éviction de tous les allergènes responsables.

60 Inflammation non allergique

61 L'organisme humain menacé dans son intégrité, répond par une réaction inflammatoire qui met en jeu le système immunitaire. Cette réaction va mobiliser: - d'une part, des défenses non spécifiques, par l'intermédiaire des polynucléaires neutrophiles et des macrophages, capables de des macrophages, capables de phagocyter des produits étrangers et de phagocyter des produits étrangers et de participer à la restauration d'une participer à la restauration d'une lésion traumatique lésion traumatique

62 macrophage Inflammation non allergique

63

64 - d'autre part, des défenses immunitaires spécifiques représentées essentiellement par le couple lymphocytes-macrophages. Ces deux systèmes fonctionnent en synergie avec les leucocytes du sang circulant et des tissus. Ces deux systèmes fonctionnent en synergie avec les leucocytes du sang circulant et des tissus. - cette coordination est assurée par des messagers solubles, les cytokines, qui harmonisent la mise en place de tous les systèmes cellulaires ainsi que l'activation du complément et le système, kallicréine-kinine mise en place de tous les systèmes cellulaires ainsi que l'activation du complément et le système, kallicréine-kinine - les protéases sont impliquées en tant qu'enzymes pro-inflammatoires. dont éosinophiles

65 Inflammation non allergique 1- manifestations cliniques: - infections respiratoires: - infections respiratoires: infections touchant particulièrement la sphère ORL infections touchant particulièrement la sphère ORL germes responsables : germes responsables : le plus souvent des virus … le plus souvent des virus … mais rôle des autres microbes pas négligeable ! mais rôle des autres microbes pas négligeable !

66 Inflammation non allergique infection des voies aériennes supérieures retentit fréquemment ) sur les voies respiratoires inférieures, ce qui est habituel au cours de la grippe, rhinite et autres viroses respiratoires; infection des voies aériennes supérieures retentit fréquemment ) sur les voies respiratoires inférieures, ce qui est habituel au cours de la grippe, rhinite et autres viroses respiratoires; souvent toux spasmodiques et bronchites souvent toux spasmodiques et bronchites et ces infections peuvent avoir un caractère récidivant chez l'enfant et chez l'adulte. et ces infections peuvent avoir un caractère récidivant chez l'enfant et chez l'adulte.

67 Inflammation non allergique - infections cutanées: lésions cutanées inflammatoires sont nombreuses et variées: - urticaire - prurigo - piqûres d'insectes - plaques d'urticaire isolées et éparses - irritation due aux cosmétiques - psoriasis - prurit d'origine inconnue.

68 Inflammation non allergique Inflammations diverses : - penser essentiellement à lintestin - mais aussi au pancréas - …

69 Les sérine protéases Trypsine et homologues (trypsin-like proteases)

70 Notion de protéases définitions : - protéases endogènes - protéases exogènes

71 Définition

72 enzymes protéolytiques et pro-inflammatoires intervenant dans diverses circonstances physiologiques et pathologiques. Ces enzymes sont ubiquitaires dans l'organisme. A l'état physiologique, il existe un équilibre entre les protéases et leurs inhibiteurs naturels. La rupture de cet équilibre peut être secondaire à un déficit congénital de ces inhibiteurs ou à une altération chimique.

73 protéases On peut distinguer schématiquement deux grandes catégories de protéases : - endogènes - exogènes.

74 Protéases endogènes

75 Les protéases endogènes sont extra ou intra- cellulaires: - les protéases extracellulaires sont représentées par la trypsine pancréatique ; - les protéases intracellulaires sont situées, pour l'essentiel, dans les cellules immuno-compétentes et en particulier dans les mastocytes tissulaires et les neutrophiles sanguins.

76 - Les cellules exocrines du pancréas : La trypsine est secrétée par les cellules exocrines du pancréas et elle est physiologiquement inhibée par l' -1 - antitrypsine. Un déficit en inhibiteur entraîne une action protéolytique sur l'élastine des alvéoles pulmonaires ce qui se traduit par de l'emphysème.

77 Les mastocytes tissulaires sont des cellules immuno-compétentes disséminées dans les muqueuses et sous muqueuses gastrique, intestinale, respiratoire, nasale et dans le derme. Les mastocytes sont classés en deux types selon la variété des protéases inclus dans leurs granules: Les mastocytes muqueux (MC) localisés dans les muqueuses gastrique, intestinale, nasale, l'épithélium bronchique et une partie des alvéoles pulmonaires. Les mastocytes muqueux (MC) localisés dans les muqueuses gastrique, intestinale, nasale, l'épithélium bronchique et une partie des alvéoles pulmonaires. - la tryptase est un excellent marqueur de l'allergie IgE-dépendante et du choc anaphylactique. - la tryptase est un excellent marqueur de l'allergie IgE-dépendante et du choc anaphylactique. T

78 Les mastocytes du tissu conjonctif : Les mastocytes du tissu conjonctif : Ils sécrètent : tryptase, chymase, carboxypeptidase A et cathepsine G Ils sécrètent : tryptase, chymase, carboxypeptidase A et cathepsine G On les trouve surtout dans la peau et dans la portion sous épithéliale des bronches, du nez et de la muqueuse gastro-intestinale. Ce type de mastocyte secrète de 1'interleukine 4 ou IL4 qui induit la synthèse des IgE. Cette cytokine est préformée et stockée dans les granules intra-cytoplasmiques, elle est libérée avec les autres médiateurs chimiques

79 Lors de la dégranulation, ce type de mastocyte a une fonction sélective dans : Lors de la dégranulation, ce type de mastocyte a une fonction sélective dans : - la synthèse des IgE, - la genèse des maladies allergiques, - le recrutement des éosinophiles - et leur évolution vers la chronicité.

80 MastocyteMuqueuxConjonctif localisémuqueusepeau, sous-muqueuses Thymopdépendance+_ Granulespeu nombreuxnombreux histamine (en pg/cellule) 0,5 à 23 à 15 Protéases neutres tryptase tryptase, chymase, cathepsine G, carboxypeptidase SécrétionsPGD2 LTC4PGD2 PAF Effet du cromoglycate nonoui protéoglycanes héparine et chondroïtine sulfate

81 Les protéases mastocytaires interviennent donc: - dans le processus de dégranulation mastocytaire, - dans la production de l'interleukine 4 qui induit la synthèse des IgE, - dans le recrutement des cellules inflammatoires.

82 - Les neutrophiles sanguins : Le rôle des neutrophiles dans l'inflammation suit deux voies: - celle des radicaux oxygénés intermédiaires - celle des protéases. Les neutrophiles contiennent 3 types de vecteurs des protéases : - des granules azurophiles, vecteurs de :. élastase. cathepsine G. protéinase 3

83 . azurocidine. myeloperoxydase - des granules spécifiques:. collagénase. gelatinase - des granules tertaires :. gelatinase

84 protéases endogènes neutrophile et ses granules ?

85 Les protéases - peuvent coopérer avec d'autres molécules immuno-modulatrices telles que les cytokines et les molécules d'adhésion, - intervenir dans la communication inter-cellulaire, - contrôler la fonction phagocytaire et moduler la totalité du processus inflammatoire. L 'homogénat d'œuf de caille japonaise est un puissant inhibiteur des protéases.

86 Protéases exogènes

87 L'apport des protéases exogènes est très varié il comprend des protéases alimentaires, des protéases médicamenteuses, microbiennes, virales, fongiques, les protéases des acariens et des insectes piqueurs. il comprend des protéases alimentaires, des protéases médicamenteuses, microbiennes, virales, fongiques, les protéases des acariens et des insectes piqueurs. - Les protéases alimentaires : De nombreuses plantes et fruits exotiques contiennent des protéases comme la bromélaïne de la pomme de pin, la papaïne du papaye, la ficine de la figue, l'actinidine du kiwi. Par ailleurs, les allergènes majeurs des acariens, qui sont des protéases, ont une réactivité croisée avec la papaïne, la bromélaïne et la ficine.

88 Le syndrome d'allergie alimentaire brutal dénommé «acarien-escargot», pourrait être dû à une protéase commune libérée rapidement dans le sang après l'ingestion d'un escargot par un sujet présentant une hypersensibilité aux acariens. - Les protéases médicamenteuses: Certains médicaments contiennent de la papaïne et/ou de la bromelaïne or il existe une réactivité croisée avec les aliments ou les fruits exotiques cités auparavant !

89 - Les protéases des acariens: Les allergènes des acariens sont essentiellement retrouvés dans leurs déjections. On en distingue quatre groupes: - les allergies du groupe I et du groupe II sont des protéases : Der pI est une cystine protéase et Der pII un lyzozyme (Dermatophagoides Pteronyssinus), - les allergènes des groupes III et IV sont des serine- protéases pour Der pIII et Der f III (Dermatophagoïdes farinae) et une amylase pour Der pIV.

90 Au contact d'une muqueuse humide, ces allergènes sont relargués en moins de 30 secondes. Ces protéases ont une homologie avec des serine- protéases comme la trypsine et la chymotrypsine. Ces protéases mettent en jeu le système kallicréine- kinine qui est impliqué dans de nombreuses réactions allergiques.

91 - Les protéases des insectes - Les protéases des insectes Une piqûre de guêpe (Vespa crabo) libère dans la peau une protéase qui est une chymotrypsine, il s'ensuit une stimulation du système kallicréine- kinine qui induit une vascularisation puissante avec hyperperméabilité vasculaire identique à celle que déclenche l'histamine, mais en l'absence de réflexe d'axone, la zone érythémateuse est minime et le prurit est Une piqûre de guêpe (Vespa crabo) libère dans la peau une protéase qui est une chymotrypsine, il s'ensuit une stimulation du système kallicréine- kinine qui induit une vascularisation puissante avec hyperperméabilité vasculaire identique à celle que déclenche l'histamine, mais en l'absence de réflexe d'axone, la zone érythémateuse est minime et le prurit est remplacé par une sensation douloureuse et une impression de brûlure. remplacé par une sensation douloureuse et une impression de brûlure. C'est ce que l'on observe après une injection intradermique de bradykinine.

92 - Les protéases des agents pathogènes : Certaines bactéries peuvent libérer la cathepsine G et l'azurocidine, homologues de l'élastase, en particulier des bactéries gram-négatif. Molla a pu mettre en évidence 11 protéases microbiennes (des protéinases) pour les germes suivants: Serratia marcescens, Pseudomonas aeruginosa, Vibrio vulnificus, Bacillus subtilis, Bacillus stearothermophilus, Streptomyces caepitosus et Staphylococcus aureus. Molla a pu mettre en évidence 11 protéases microbiennes (des protéinases) pour les germes suivants: Serratia marcescens, Pseudomonas aeruginosa, Vibrio vulnificus, Bacillus subtilis, Bacillus stearothermophilus, Streptomyces caepitosus et Staphylococcus aureus.

93 Des protéases sont également incriminées dans le SIDA, l'hépatite virale et les viroses respiratoires. On a en effet montré qu'au cours des viroses, il y avait toujours l'intervention d'une protéase comme élément protéolytique.

94 La compréhension de l'importance des protéases dans le SIDA, comme exemple de virose, a rapidement conduit à envisager une stratégie thérapeutique orientée vers l'inhibition de ces enzymes à l'aide d'inhibiteurs des protéases comme le RO et le XM 323 …

95 Au cours des parasitoses comme la malaria par exemple, on a montré l'intervention des protéases (endopeptidases et aminopeptidases), ceci a été démontré pour le plasmodium falciparum, berghei et chabondi. Des protéases sont secrétées par certains actynomycètes du type aspergillus orizae: il s'agit d'une protéinase. Certaines bactéries, virus, parasites et actynomycètes libèrent des protéases. Ces protéases pourraient être inhibées par l'ovomucoïde de l'œuf de caille japonaise.

96 Par ailleurs tous ces agents pathogènes induisent la synthèse d'IgE spécifiques. L'inhibition de cette synthèse est secondaire à l'action de l'ovomucoïde, inhibiteur des protéases et de l'IL4. L'ovomucoïde de l'homogénat d'œuf de caille peut donc être proposé en prévention des affections virales et en particulier pour la grippe.

97 équilibre protéases- antiprotéases

98 L'équilibre physiologique des protéases est maintenu par la balance sérine protéases-antiprotéases. Cet équilibre peut être rompu dans différentes situations: - Action chimique - Tabagisme - Anomalies génétiques - Malades allergiques - Maladies cutanées

99 - action chimique Plusieurs circonstances lors de l'inflammation contribuent à favoriser l'action des protéases vis à vis de leurs inhibiteurs et en particulier les mécanismes d'oxydation. L'inhibiteur une fois oxydé, perd une grande partie de son activité.

100 - tabagisme L'inhalation de la fumée de cigarette provoque une affluence des neutrophiles dans les poumons ce qui induit une inflammation permanente avec un excès d'élastase : l' -1-anti- trypsine, qui est l'inhibiteur physiologique de l'élastase, devient inactif et l'élastase va pouvoir exercer son action protéolytique sur l'élastine du tissu pulmonaire ce qui entraîne, à la longue l'emphysème pulmonaire.

101 anomalies génétiques - anomalies génétiques L'anomalie porte sur l'inefficacité ou l'absence de l'inhibiteur physiologique ce qui libère l'action des protéases : on a déjà cité la Mucoviscidose et ses complications digestives, et lEmphysème pulmonaire héréditaire.

102 - maladies allergiques - maladies allergiques Dans les maladies allergiques les sérine-protéases mises en jeu sont surtout des protéases mastocytaires. On sait que l'allergie héréditaire, ou atopie, est définie par la prédisposition à synthétiser en excès des IgE : pour devenir active, ces IgE doivent se fixer sur la membrane des mastocytes et des basophiles.

103 En cas de conflit allergène-IgE spécifiques, les cellules vont dégranuler et libérer brutalement dans le sang et de manière excessive: - histamine - histamine - protéases - protéases - interleukine 4 (IL4). - interleukine 4 (IL4). L'organisme de l'atopique est envahi par des médiateurs chimiques en quantité énorme de sorte que la balance protéases-antiprotéases est rompue. L'interleukine 4 libérée en même temps que l'histamine et les protéases, va contribuer à l'augmentation des IgE ce qui aggrave le processus allergique.

104 - maladies cutanées - maladies cutanées Le psoriasis est le meilleur exemple, car on trouve de fortes quantités d'élastase sur la peau des psoriasiques et les biopsies cutanées confirment la présence d'une réaction inflammatoire comportant un afflux de lymphocytes et de polynucléaires neutrophiles sécréteurs d'élastase. Cfr Cfr


Télécharger ppt "Attaque des protéases dans les inflammations allergiques (et non allergiques) par un homogénat dœuf de caille???"

Présentations similaires


Annonces Google