La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Imagerie post thérapeutique des tumeurs cérébrales Serge Bracard 2009 Service de Neuroradiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Nancy INSERM ERI 13.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Imagerie post thérapeutique des tumeurs cérébrales Serge Bracard 2009 Service de Neuroradiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Nancy INSERM ERI 13."— Transcription de la présentation:

1 Imagerie post thérapeutique des tumeurs cérébrales Serge Bracard 2009 Service de Neuroradiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Nancy INSERM ERI 13

2 Imagerie post thérapeutique des tumeurs cérébrales Demande importante en nombre Enjeux parfois mal expliqués Nécessite un protocole rigoureux et reproductible –3 séquences de base: Flair ou T2, T1 et T1 Gd: même plan, spin écho T1 Gd: 5 minutes au moins après linjection (Multihance ?) +/- 3d T1 Gd +/- perfusion +/- Spectro –3 plans de lespace

3 Gliomes de bas grade = grade II OMS = absence de prise de contraste Attitude thérapeutique –Suivi simple: imagerie semestrielle puis annuelle –Chirurgie: exérèse souvent sub totale + chimiothérapie

4 Gliomes de bas grade Evaluation post opératoire difficile –Absence de prise de contraste tumorale –Évaluation du résidu (examen > 1 mois) Suivi –Évolution du résidu Taille Transformation en grade plus élevé: intérêt de la perfusion

5

6

7

8 Gliomes de bas grade Période de chimiothérapie –Témozolomide IRM toutes les 6 cures soit tous les 6 mois –PCV IRM toutes les 2 cures soit tous les 3-4 mois Suivi –IRM tous les 6 mois

9 Gliomes de grade élevé Glioblastomes –Traitements Chirurgie ou biopsie Radiothérapie de première intention +/- Chimiothérapie Cas particulier : Gliadel

10 Gliomes de grade élevé Oligodendrogliomes et astrocytomes anaplasiques (grade III OMS) –Chirurgie –Radiothérapie –Chimiothérapie: PCV pour les OA = amélioration nette de la survie

11 Gliomes de grade élevé Évaluation post opératoire Évaluation post radiothérapie Évaluation pendant la chimiothérapie Suivi post thérapeutique

12 Evaluation post opératoire

13 COMPLICATION DU GESTE CHIRURGICAL ? Hématome post-opératoire Complication vasculaire – vasospasme Fuite de LCR – méningocèle – hypotension intracrânienne Complications infectieuses – abcès – méningite – empyème

14 EVALUATION POST-OPERATOIRE RESIDU TUMORAL OU NON ? = PRISE DE CONTRASTE OU NON ? = Imagerie précoce +++

15 IRM précoce Intérêt semble bien connu Pas toujours réalisée –Est ce intéressant didentifier et de mesurer un résidu tumoral post-opératoire? –LIRM est elle le meilleur outil dévaluation? –Quels sont les doutes et les difficultés ?

16 Intérêt de la mise en évidence dun résidu tumoral? Vidiri A et al J Exp Clin Cancer Research 2006, 25: –47 Tumeur gliales de grade élevé (42 GBM et 5 AA) –Evaluation de la chirurgie en exérèse totale (17), subtotale (19) et partielle (11) –Corrélation à la survie Exérèse totale: 16 mois Exérèse subtotale: 13 mois Exérèse partielle: 7 mois

17 Intérêt de la mise en évidence dun résidu tumoral? Lacroix M et al J Neurosurg 2001,95:190-8 –416 glioblastomes –5 facteurs prédictifs de la survie: age, état fonctionnel initial, le degré de nécrose et de prise de contraste pré-opératoire et lexistence dun résidu post-opératoire Résection > 98%: médiane de survie 13 mois (11,4-14,6) Résection < 98%: médiane de survie 8,8 mois (7,4-10,2)

18 Intérêt de la mise en évidence dun résidu tumoral? Bucci MK et al Cancer 2004,101, –39 gliomes malins de lenfant –« the extent of resection was the strongest prognostic factor for predicting outcomes » –Exérèse totale: médiane de survie 122,2 mois –Résidu tumoral: médiane de survie 14,1 mois

19 DEGRE DEXERESE Albert FK et al, Neurosurgery 1994, 34:45-61

20 EXERESE ET SURVIE Albert FK et al, Neurosurgery 1994, 34:45-61

21 Albert F.K - Neurosurgery, 1994 Imagerie post-opératoire précoce

22 Résidu tumoral et IRM précoce Keles GE et al J Neurosurgery Juillet 2006; 105: –102 astrocytomes anaplasiques –Mesures des volumes hypersignal T2 pré et post opératoire Prise de contraste pré et post-opératoire –Corrélation au TTP (time to progression) et à la survie –Résultats Volumes pré-opératoires… aucune corrélation Volume T2 post-opératoire et TTP p<0.001 Volume prise de contraste et survie p=0.003 Analyse multivariée: age et volumes post opératoires

23 ? Doutes diagnostiques (hémorragies) Difficultés de séparer cicatrisation normale et résidu tumoral Quand réaliser cet examen: J1,

24 Cicatrisation normale Processus linéaire sur plus de 6 semaines 3 grandes phases –Avant 3 jours –3 à 30 jours –> 30 jours

25 IRM per-opératoire Knauth et al AJNR 1999, 20: –4 prises de contraste per-opératoires Méningée: 100% persiste voire augmente en post- opératoire Plexus choroïdes: 13,7% diminue en général Prise de contraste marginale 80% (+/- diffusion du Gd dans la cavité) Prises de contraste pseudo-tumorales du parenchyme (10%) = ruptures transitoires de la BHE

26 Phase initiale Traumatisme chirurgical, rétraction cérébrale, dévascularisation…: Œdème : –augmentation du signal en T2 et FLAIR –Diffusion variable: zones daugmentation et des zones de diminution de lADC (intérêt : seraient corrélées aux zones de prise de contraste tardives) Smith JS J Neurosurg : Cha S AJNR 2006, 27:

27 Phase initiale Vasoconstriction puis vasodilatation Rupture de la BHE Néovascularisation –Prise de contraste linéaire de la tranche de section Animal: prise de contraste –constante à 24 h –augmente progressivement jusquà J5, stable ensuite –Rupture de la BHE pendant les 3 premiers jours –Néovascularisation cicatricielle ensuite Ren A et al Chin Med J 2002,115:247-53

28 Pathologie non tumorale Prises de contraste –Méningée constante, durale, piale ou les deux –Section: < 24h: 7/11 + doute 3/11(sang) Henegar < J5: constante, ligne fine 16/18 Sato J6-J30: irrégulière pseudo-tumorale 11/18 Henegar MM J Neurosurg 1996, 84:174-9 Sato N et al Radiology :839-46

29 Ekinci et al. Eur J Radiol 2003,45: RécidiveabsenceTotal Linéaire épaisse/nodulaire909 Linéaire fin11516 Total Sensibilité 0,9; Spécificité 1, VPN 0.9

30 Phase subaigue 3-30j Œdème vasogénique maximum vers J10- J14 disparaît vers J21-28 Cicatrisation par bourgeonnement granulomateux –Hypersignal T2 et FLAIR –rehaussements irréguliers en mottes de la tranche de section et issue de contraste dans les zones oedématiées

31 J13 J3 1an

32 J4 J30 6 mois

33 J5

34 3 mois

35 Problème de lhémorragie Hématomes intra parenchymateux: classiquement transformation Meth Hb à J3-J4 = iso T1 pendant 3 jours Cavité opératoire : hypersignal beaucoup plus précoce J1- J2 –Transformation plus précoce –Matériel dhémostase utilisé (Surgicel) Prise de contraste difficile à mettre en évidence dans certains cas Perfusion?

36

37 Hématome post-opératoire Pas de PdC résiduelle Exérèse complète ??? IRM à 48 h glioblastome

38 J1

39

40 Intérêt de la perfusion Renseignement différent de la rupture de BHE rCBV non augmenté en zone cicatricielle J3

41 Résidu tumoral hyperperfusé (x 3)

42 COMPLETE INCOMPLETE RESIDU SANS PC 72H APRES EXERESE

43 Spectroscopie? Pirzkall A et al. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2004,59:126:37 –30 tumeurs dans les 4 semaines post opératoires –Comparaison Index Choline/N-acetyl-aspartate et T2, T1 gado –8 sur les 10 patients sans pdc résiduelle présentaient des anomalies métaboliques avec lapparition de prises de contraste sur les IRM de contrôle

44 Imagerie post opératoire IRM dans les 72 heures Séquence T1 spin écho avant et après gadolinium Séquence T2 ou FLAIR Perfusion Diffusion? Spectro IRM?

45 SUIVI EVALUATION DES REPONSES –Détermination des volumes Comparaison à lexamen pré-thérapeutique ! Quand réaliser ces examens? RECHERCHE DES DISSÉMINATIONS RECHERCHE DES COMPLICATIONS –Radiothérapie et/ou chimiothérapie

46 EVALUATION DES REPONSES Réponse totale > 90% Réponse partielle > 50 % « réduction > 50% de la composante tumorale réhaussée en TDM ou IRM » ! 2 examens à 4 semaines dintervalle et corticothérapie non modifiée et état neurologique stable ou amélioré

47 Mesure du volume tumoral Toujours la même méthode !!!!

48 Décembre 1990 Janvier 1992

49

50

51 Oligodendrogliome anaplasique….

52 03/2004

53 13/04/ /02/2005

54 01/07/2005

55 14/09/05

56 Gliomes de grade élevé Évaluation post radiothérapie –Pas avant 2 mois: fausses aggravations Évaluation pendant la chimiothérapie –BCNU, Temozolomide, platines : toutes les 2 cures soit tous les 2 à 3 mois! Suivi post thérapeutique –Tous les 3 mois la première année –Tous les 4 mois la seconde année –Tous les 6 mois

57 COMPLICATIONS DE LA RADIOTHÉRAPIE Précoces et transitoires –Hypersignal T2 transitoire Semi retardées trompeuses – Pb: aggravation des images Tardives plus sévères –Radionécrose –Leucoencéphalopathie –Atrophie

58

59 RADIONECROSE Syndrome de masse avec rehaussement annulaire et œdème périlésionnel Diagnostic différentiel – récidive tumorale +++ => perfusion, PET ou SPECT – abcès => diffusion – métastase – réaction granulomateuse sur CE (éponge gélatine, …)

60

61 Hypoperfusion Lactates élevés Choline normale = radionécrose

62 Mai 96Avril 98

63

64

65 Lésion de la substance blanche – le tissu glial (oligodendrocytes) est beaucoup plus sensible que les neurones – de lœdème vasogénique à la nécrose – vulnérabilité de la SB périventriculaire +++ – leucoencéphalopathie : atteinte diffuse, symétrique de la SB épargnant les fibres en U

66 DEMYELINISATION Focale ou diffuse Aigüe : exacerbation des symptomes, somnolence, troubles intellectuels, … – mise sous corticoïdes A distance : tableau de démence

67 MICROANGIOPATHIE MINERALISANTE Calcifications des NGC Calcifications gyriformes sous-corticales => nécrose fibrinoïde et dépôt hyalin dans les petites artères, prolifération endothéliale artériolaire et dépôts calciques – > 2 ans après la RT –RT et CT associées ++

68 Complications de la chimiothérapie Thromboses veineuses (L asparaginase) Infections : LEMP…. Leucoencéphalopathie

69 L.E.M.P. (fludarabine)

70 LMC chimiothérapie greffe de moelle

71 COMPLICATIONS DE LA CHIMIOTHERAPIE Leuco-encéphalopathie postérieure réversible (LEPR ou PRES) –Troubles visuels, céphalées, crises épileptiques…. –Lésions confluentes, symétriques de la SB sous corticale ± cortex dans les régions postérieures (pariéto-occipitale, temporale postérieure et cervelet) –Cyclosporine, tacrolimus, cisplatine, L- asparaginase…

72 10/11/00 16/05/01 L.E.P.R.

73 LMC Greffe de moelle GVH pulmonaire… signes biologiques de microangiopathie thrombotique 24/12/99 23/05/00

74 LAL Greffe de moelle (03/2000) Convulsions 0 signe biologique de microangiopathie thrombotique IRM 21/07/00

75 = toxicité de la Cyclosporine 07/08/0021/12/00

76 Complications de l association radio-chimiothérapie Délétère en particulier chez le petit enfant et le vieillard leucoencéphalopathie (MTX+RT) Nécrose (BCNU+RT) Microangiopathie thrombotique

77

78

79

80 Problèmes Atrophie : RT, RT+chimio, corticoïdes+++ Tumeur ou radio-nécrose: intérêt de l étude de la perfusion Leucoencéphalopathie postérieure réversible

81


Télécharger ppt "Imagerie post thérapeutique des tumeurs cérébrales Serge Bracard 2009 Service de Neuroradiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Nancy INSERM ERI 13."

Présentations similaires


Annonces Google