La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA DEMARCHE DE SOINS. INTRODUCTION Dans sa pratique quotidienne, l’infirmier(ère) doit se doter de méthodes et d’outils qui lui permettent de bien connaître.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA DEMARCHE DE SOINS. INTRODUCTION Dans sa pratique quotidienne, l’infirmier(ère) doit se doter de méthodes et d’outils qui lui permettent de bien connaître."— Transcription de la présentation:

1 LA DEMARCHE DE SOINS

2 INTRODUCTION Dans sa pratique quotidienne, l’infirmier(ère) doit se doter de méthodes et d’outils qui lui permettent de bien connaître la personne soignée et d’évaluer son état de santé. La démarche de soins a pour but d’identifier les besoins spécifiques d’une personne en tenant compte de ses ressources personnelles. Elle permet alors de dispenser des soins adaptés à cette personne. Pour l’élaboration de sa démarche de soins, l’infirmier inclut la participation de l’aide- soignant(e) qui travaille en collaboration avec lui et sous sa responsabilité.

3  Les compétences de l’infirmière et de l’aide- soignante sont sous-tendues par: - la connaissance et l’utilisation d’un modèle conceptuel - La connaissance et l’utilisation de la démarche de soins - Des connaissances spécifiques (scientifiques, relationnelles,conceptuelles, légales…) - Des habiletés techniques Posséder des connaissances ne suffit pas, encore faut-il les adapter au changement continu de l’état de santé de la personne, à ses besoins particuliers et prioritaires, à sa culture.

4 I.DEFINITION Une démarche selon l’encyclopédie Larousse est un « ensemble de moyens mis en œuvre pour atteindre un but ». La démarche de soins est une méthode organisée, centrée sur les réactions particulières d’une personne (ou d’un groupe), dans le but de produire un jugement clinique sur l’état de santé de la personne afin de prendre des décisions relatives aux soins à donner.

5 DEFINITION (suite) L’efficacité et la pertinence des soins dépendent en grande partie de la bonne connaissance de la personne soignée. La démarche de soins, ou processus de soins, est dynamique, composée d’étapes, qui s’étendent du recueil d’informations nécessaires à la connaissance de la personne et de son état de santé jusqu’à l’évaluation des soins prodigués.

6  La démarche de soins vise à établir une relation personnalisée avec le malade, à lui donner sa place au centre des soins et l’amener, sur la base de cette relation, à se voir comme acteur de sa propre situation.  Cette démarche commence dès la première rencontre du soigné et du soignant, se poursuit à chacune des rencontres et ne prend fin qu’avec la rupture définitive de cette relation.

7 Ses buts :  Établir une relation significative ou alliance thérapeutique permettant à la personne de se situer comme acteur dans sa propre situation  Maximiser les ressources de la personne  Procurer un cadre pour établir un plan de soins quotidien personnalisé qui répond aux attentes de la personne soignée et coordonner le travail de l’équipe soignante

8 II.LES DIFFERENTES ETAPES En pratique, le processus « démarche de soins » peut être décomposé en différentes étapes :  Le recueil de données  L’analyse et la synthèse de la situation  La résolution des problèmes de santé

9 1ère étape : Le recueil de données

10 C’est la 1 ère étape de la démarche de soins qui sert à recueillir toutes les informations nécessaires à la connaissance de la personne et à l’identification de ses problèmes de santé. C’est la recherche d’indices, de signes, de manifestations observables… Son but est de collecter un maximum d’informations caractérisant le patient aux niveaux physique, psychologique, social, professionnel, familial, culturel et religieux, en prenant en compte ses habitudes de vie, son état de santé et son degré d’autonomie. Le recueil de données répond à la question : « Quelles informations sont nécessaires pour mesurer l’état de santé d’une personne et comment s’y prendre pour recueillir ses informations ? ».

11 L’aide-soignant participe, en collaboration avec l’infirmier, au recueil de données nécessaire à la prise en charge du patient. Pour ce faire, il dispose de différents moyens et outils méthodologiques.

12  Selon le modèle conceptuel de Virginia Henderson, le recueil de données va tendre à repérer les besoins perturbés de la personne et les retentissements que ces perturbations engendrent sur l’indépendance de la personne. Un besoin perturbé identifié va ensuite nécessiter la recherche de la source de difficulté qui génère le phénomène (problème physique, manque de motivation ou manque de connaissance).

13 a.L’observation L’observation relève à la fois de l’activité de nos sens mais également de notre habileté à identifier chez la personne soignée une demande spécifique, une difficulté, un changement dans l’état de santé. L’observation constitue la compétence la plus importante que le soignant doive acquérir durant sa formation et maîtriser plus tard dans sa pratique quotidienne. L’observation présuppose de bonnes connaissances théoriques relatives aux données anatomophysiologiques, psycho comportementales et socioculturelles.

14 a.L’observation De plus, pour développer des compétences à l’observation, il est nécessaire de :  Adopter une attitude qui permette à la personne observée de s’exprimer et de ne pas se sentir jugée  Prendre note des signes verbaux et non verbaux  Faciliter le recueil d’observation grâce à un outil simple et exhaustif (ex : le géronte).

15 a.L’observation Le contexte dans lequel se situe l’observation prend en compte :  Le lieu : l’observation d’une personne dans son milieu de vie habituel n’est pas de même nature que celle réalisée à l’hôpital, en particulier s’il s’agit d’une personne âgée.  La distance interpersonnelle : si l’observateur est situé à 5 mètres de l’observé, il risque de ne pas voir les mêmes choses qu’en étant situé à 1 mètre de celui-ci. L’éclairage sera suffisant. Il est important d’observer la personne au repos et en mouvement.  Les contraintes de temps : lorsque le pronostic vital du patient est mis en jeu, il convient de réaliser rapidement des transmissions précises aux personnes compétentes.

16 b.L’entretien L’entretien doit être considéré comme une situation de communication spécifique au cours de laquelle il y a interaction entre 2 personnes qui s’adressent mutuellement et volontairement la parole et qui ont un intérêt ou un objectif commun. L’entretien a pour objectif :  D’entrer en relation avec la personne soignée  De connaître la personne  D’identifier les besoins de la personne en matière de santé.  Donner des informations, éduquer

17 b.L’entretien Principes à respecter lors d’un entretien :  Toujours s’assurer que la personne comprend les termes utilisés et adapter son expression orale au niveau de compréhension de son interlocuteur  Ne poser qu’une question à la fois, respecter un temps de réponse nécessaire à la réflexion, ne jamais couper la parole  Il faut être vigilant à ce que l’entretien ne devienne pas un interrogatoire.  Limiter les parasitages externes  Faire preuve de tact pour aborder les sujets personnels ou sensibles  Adopter une attitude d’écoute active 

18 b.L’entretien Principes à respecter lors d’un entretien (suite):  Ne pas manifester d’impatience  Éviter les jugements personnels  Être attentif aux signes non verbaux  Utiliser des questions ouvertes  Éviter de prendre des notes de manière ostentatoire durant l’entretien  Retranscrire la teneur rapidement après la fin de celui-ci  Utiliser les citations du patient  La durée de l’entretien d’accueil ne doit pas excéder 20 minutes en soins aigus.

19 b.L’entretien Les données à regrouper peuvent être recherchées selon 3 modalités :  L’examen des documents existants (dossier de soins, fiche de liaison, fiche de transfert, etc.…)  L’ensemble des données recueillies par l’infirmier ou l’aide-soignant lors de l’entretien d’accueil  L’ensemble des données recueillies par l’infirmier ou l’aide-soignant lors de l’examen clinique.

20 Quelles sont les informations à recueillir au cours de l’entretien ?  Informations administratives  Motif d’hospitalisation ou de consultation  Circonstances de survenue du problème de santé actuel  Les antécédents médicaux, chirurgicaux, obstétricaux  Le traitement actuel  Les habitudes de vie  Degré d’autonomie dans les activités de la vie quotidienne  Informations psychosociales : entourage, le réseau de soutien, satisfaction quant à sa vie sociale, professionnelle, personnelle,structure du domicile, agents stresseurs, histoire de vie et épreuves traversées, perception du problème de santé…

21 A quoi sert cet entretien ? A réaliser une évaluation. EVALUATION DES FONCTIONS SUPERIEURES : Les points suivants doivent être repérés :  Niveau de conscience  Apparence générale (hygiène, posture, gestes…)  Contact visuel  Orientation temporo-spatiale  Expression verbale  Langage utilisé  Affects  Mémoire  écriture

22 EVALUATION DE L’ETAT FONCTIONNEL : Il s’agit de repérer si la personne a un comportement adapté à son niveau de développement si elle est autonome ou dans le cas contraire si elle trouve l’aide dont elle a besoin. On s’attache à repérer son degré d’autonomie dans les activités de sa vie quotidienne :  Alimentation  Soins d’hygiène  Élimination  Mobilisation

23 EVALUATION DES GRANDS SYSTEMES :  Téguments  Tête  Yeux  Oreilles, nez, gorge  Cou  Thorax, respiration  Abdomen  Squelette, muscles  Appareil génital et urinaire  Système nerveux : tremblements, hypotonie

24 QUE FAIRE DE CES INFORMATIONS ? Le recueil est un document légal inclus au dossier de soins. Toutes ces informations doivent être consignées pour garantir la continuité des soins. La méthode de documentation de l’institution doit être respectée. La confidentialité devra être respectée. Il conviendra de :  Porter des descriptions objectives sans interprétation  Être descriptif et éviter les généralisations  Identifier les éléments anormaux  Documenter le plus rapidement possible

25 2ème étape : L’analyse et la synthèse de la situation

26 Il convient d’analyser le plus objectivement possible les données recueillies et de savoir déterminer lorsqu’une situation pose un problème. Il faut donc se poser la question suivante : « Mon intervention est-elle nécessaire pour régler tout ou partie du problème du patient? » Dans la pratique, l’infirmier, en collaboration avec l’aide-soignant, relie les paramètres qui présentent des caractères complémentaires, compare les informations recueillies et constate la présence ou pas d’un problème de santé.

27  Les informations collectées doivent être triées et répertoriées en fonction des 14 besoins fondamentaux de la personne identifiés par Virginia Henderson.  La synthèse reprend de façon ordonnée l’évolution de la situation clinique de la personne pour chacun de ces besoins depuis son admission dans l’unité jusqu’à ce jour. Elle n’est en aucun cas un calendrier.

28 Face à cela, il élabore un projet de soins infirmiers. Pour ce faire, il inclut la participation de l’aide- soignant, qui travaille en collaboration avec lui et sous sa responsabilité, pour réaliser des actions de soins qui relèvent de son rôle propre.

29 3ème étape : La résolution des problèmes de santé

30 Elle comporte 3 étapes :  L’identification des besoins perturbés  La mise en œuvre des actions de soins  L’évaluation des actions menées et leur réajustement. Cela constitue l’élaboration du projet de soins infirmiers. Il a pour objectif d’apporter des solutions satisfaisantes qui permettent à la personne de vivre en parfaite harmonie avec son environnement, ses croyances, ses valeurs et son état de santé.

31 a.L’identification des besoins perturbés Elle se fait à partir de la liste des 14 besoins fondamentaux déterminés par Virginia Henderson. Pour chaque besoin, et grâce à son recueil de données réalisé en collaboration avec l’infirmière, l’aide-soignant recense les manifestations :  D’indépendance (capacité de l’être humain à effectuer seul des actes de la vie quotidienne)  De dépendance (incapacité de l’être humain à effectuer seul des actes de la vie quotidienne)

32 L’identification des besoins perturbés (suite) Pour chaque manifestation de dépendance, l’aide-soignant doit rechercher s’il existe une aide technique (ou suppléance) qui permettrait au patient de retrouver son indépendance. Exemple : un patient paraplégique est incapable de marcher mais peut être indépendant dès lors qu’il est installé dans son fauteuil roulant.

33  Après avoir exploré les 14 besoins, examiné les ressources du patient et précisé son état de dépendance, il convient de classer les besoins par ordre prioritaire : du plus perturbé au moins perturbé.  Pour effectuer ce classement, il faut déterminer : - ce qui gêne le plus le patient - Le risque majeur pouvant mettre en danger le patient - Le besoin présentant le plus de manifestations de dépendance. Une fois que le besoin prioritaire est identifié, l’aide- soignante examine les 13 autres besoins restants, de façon à repérer le plus perturbé et ainsi de suite jusqu’au dernier.

34 b.La détermination des objectifs de soins Elle est réalisée par l’infirmier mais il est important que l’aide-soignant connaisse l’objectif afin de donner du sens aux actions qu’il va mener. Un objectif est un but à atteindre, un résultat escompté. Un objectif de soins exprime les changements attendus dans l’état de santé.

35 c.Le choix des actions de soins et leur évaluation L’infirmier choisit des actions de soins en vertu des textes législatifs qui l’y habilitent : Articles R à R du code de la santé publique. Pour les actions du rôle propre, l’aide-soignant est parfois amené à collaborer avec lui.

36 c.Le choix des actions de soins et leur évaluation L’évaluation des actions de soins permet de vérifier si celles-ci étaient appropriées au problème de santé et si elles tiennent compte de l’évolution de l’état de la personne.

37 c.Le choix des actions de soins et leur évaluation Il se peut que l’état de la personne ait changé, ou encore, que l’infirmier n’ait pas pu réaliser, le jour dit, les actions de soins prévues (urgences …). Il conviendra alors de réviser le projet de soins, mettre en œuvre des actions plus appropriées et pratiquer une nouvelle évaluation.

38 CONCLUSION La démarche de soins est une méthode de travail qui permet de dispenser des soins adaptés et individualisés à la personne soignée. Elle constitue une démarche logique pour organiser les soins. C’est un processus en constante évolution.

39 Recapitulatif:  Recueil de données  Histoire de la maladie  Synthèse de l’hospitalisation  Projet de soins actualisé et personnalisé  Devenir du patient

40 Besoins perturbés Manifestations observables actionsévaluation éliminer-Fuites urinaires -brulures mictionnelles -petite toilette Urogénitale -protections changées -BU -mise régulière aux WC (autonomie) -hydratation++ … -BU positive -a bu 4 verres d’eau ce matin -a uriné 300ml respirer-dyspnéique -cyanose au niveau des doigts -position ½ assise -surv sat -transmissions ide … Sat 91% Va mieux depuis 30 min Se mouvoir-alitement prolongé -difficulté à la marche …


Télécharger ppt "LA DEMARCHE DE SOINS. INTRODUCTION Dans sa pratique quotidienne, l’infirmier(ère) doit se doter de méthodes et d’outils qui lui permettent de bien connaître."

Présentations similaires


Annonces Google