La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les nouvelles de la semaine  Retour sur la semaine dernière  Web-dépôt  Courriel  Cours 3 Cours 4.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les nouvelles de la semaine  Retour sur la semaine dernière  Web-dépôt  Courriel  Cours 3 Cours 4."— Transcription de la présentation:

1 Les nouvelles de la semaine  Retour sur la semaine dernière  Web-dépôt  Courriel  Cours 3 Cours 4

2 CRI 3341S – 13 septembre 2011 Rémi Boivin Cours 2 : Notions de base en toxicomanie/pharmacologie

3 Lien entre consommation de drogues et crime (Ben Amar, 2007)  Relation directe : certains psychotropes entraînent la commission de crimes de nature diverse  Relation indirecte : les personnes commettent un acte criminel pour se procurer l’argent ou la drogue, sans que la substance ait un effet criminogène intrinsèque

4 Qu’est-ce qu’une drogue? Neurones : transporteurs de l’influx nerveux Le système nerveux central = le centre de commandes Une drogue, c’est une substance qui est capable d’altérer une ou plusieurs fonctions neuronales ou de modifier la transmission interneuronale.

5 Définitions en vrac  Effet principal : effet attendu qui motive habituellement la consommation du produit  Effets secondaires : Autres effets susceptibles de se manifester (généralement non-désirés)  Effet placebo : Effet non directement attribuable au produit mais plutôt aux attentes de la personne qui le consomme

6 Définitions en vrac (2)  Effet de synergie : Lorsque l’effet combiné de deux psychotropes dépasse celui attendu de la somme algébrique de leurs effets (multiplication des effets)  Additivité : Addition des effets individuels des drogues qui agissent sur les mêmes récepteurs via des mécanismes identiques  Agonistes : Psychotropes qui provoquent une réponse identique à celle obtenue avec le neurotransmetteur ou le produit (ex : héroïne et méthadone)  Antagonistes : Réponse opposée (contraire de synergie)

7 Définitions en vrac (3)  Dose efficace 50 : dose nécessaire pour provoquer chez 50% des individus observés un effet spécifique  Dose létale 50 : Dose moyenne à laquelle 50% de la population utilisant le produit décède  (temps de) demi-vie : Temps nécessaire à l’organisme pour éliminer 50% d’une substance

8 Définitions en vrac (4)  Tolérance : Phénomène biologique par lequel des doses croissantes d’un psychotrope sont nécessaires dans une période de temps donnée pour produire un même effet.  Tolérance pharmacodynamique (fonctionnelle) : tolérance acquise qui se produit lorsque la réaction des tissus à la substance est atténuée, après modifications aux sites d’action des drogues  Tolérance métabolique : tolérance acquise consécutive aux modifications survenues dans les voies d’élimination de la drogue chez les usagers  Tolérance croisée : Tolérance à différentes drogues, qu’elles soient ou non du même type (ex : alcool et barbituriques)  Tolérance inversée : Lorsque la réponse à une même dose devient plus rapide ou plus intense à la suite d’un usage répété

9 Types de drogues 1. Les perturbateurs : modifient les sensations et les perceptions 2. Les stimulants : procurent une sensation d’énergie et de performance 3. Les dépresseurs : engourdissent le cerveau et ralentissent le fonctionnement du corps

10 Les types de drogues 1. Les perturbateurs

11 Les types de drogues 2. Les stimulants Source : Domremy Mauricie / Centre-du Québec

12 Les types de drogues 3. Les dépresseurs Source : Domremy Mauricie / Centre-du Québec

13 La détection  L’alcotest  Test d’urine  Analyse des cheveux Type de drogueTemps moyen de détection après l’absorption Cocaïne2-3 jours Cannabis (marijuana)3-27 jours Opiacés (héro, morphine)2 jours PCP8 jours Amphétamines2 jours

14 Les types de drogues Et l’alcool?  Techniquement, c’est un dépresseur.  L’effet biphasique : 1) À faible dose, augmente le désir et diminue les inhibitions 2) À forte dose, diminue la performance et le désir

15 Alcoolémie Quantité absorbéeEffets 0 à 50 mgEffets légers 80 mgLimite légale pour conduire 100 mgLégère ivresse, désinhibition, jugement altéré, bouffées de chaleur, rougeurs 150 mgÉtat d’ébriété, capacité d’attention affaiblie, difficulté d’élocution, réflexes plus lents, problèmes de coordination, perte de mémoire mgÉtat d’ivresse avancé, somnolence, sautes d’humeur 350 mgTrès grave intoxication, stupeur, peu de mouvements, transpiration, hypothermie, incontinence urinaire 400 mgDépression respiratoire marquée, coma Plus de 500 mgDécès probable

16 Alcoolémie  La quantité d’alcool dans le sang dépend du nombre de consommation, du sexe et du poids de l’individu.  Exemples :  Femme de 100 lbs (45 kg) = 50 mg/consommation/heure  Femme de 125lbs (57 kg) = 40 mg/consommation/heure  Homme de 175lbs (80 kg) = 25 mg/consommation/heure  Homme de 250 lbs (113 kg) = 17 mg/consommation/heure  L’humain élimine environ 15mg/heure.

17 Les types de drogues Références  Gouvernement du Québec :  Gendarmerie du Canada : affiche/index-fra.htm  Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec :  Léonard, L. & Ben Amar, M. (2002). Les psychotropes : Pharmacologie et toxicomanie. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

18 Pause!

19 Le travail de session

20  30% de la note finale.  À remettre (copie papier) le 13 décembre 2011 à 8h30.  Réalité ou fiction? La drogue dans les films.  8 à 10 pages, Times New Roman, taille 12, interligne 1,5  Équipes de 2 ou 3.  Évaluation :  Français (10%)  Page titre (5%)  Présentation de la drogue (25%)  Le film est-il réaliste? (60%)

21 Travail de session : Page titre (5%)  Noms et codes permanents  Titre du film  Résumé de l’histoire (100 mots)  Thématique principale (titre du cours)  Commentaires sur le film (appréciation générale)

22 Travail de session : Partie 1 (25%)  Identification de la drogue principale  Présentation de la substance :  Production  Modes de consommation (en général et dans le film)  Effets / type  Lois  2 à 4 pages

23 Travail de session : Partie 2 (60%)  Le film offre-t-il un portrait réaliste du thème abordé?  Opinion appuyée sur les connaissances élaborées en classe  Faire référence à 5 ou + articles ou livres scientifiques  Illustrer les arguments avec des scènes du film  5 à 7 pages

24 Travail de session : Films suggérés  Blow (Cartel)  Brokedown Palace  Cocaine cowboys  Drugstore cowboy  Requiem for a dream (Retour à Brooklyn)  The basketball diaries  Traffic (Trafic)  Trainspotting (Ferrovipathes)  Autre : valider avant le 8 novembre 2011

25 Prévalence de consommation (à vie) % de réponses positivesCRI 3341 S Canada 2009 (15 ans et plus) Taille de l’échantillon Tabac75,8%44,0% Boisson alcoolique98,4%88,6% Cannabis71,0%42,4% Cocaïne10,5%6,9% Stimulants de type amphétamine22,6%3,7% Méthamphétamine0,0%0,9% Ectasy27,4%3,9% Hallucinogènes15,3%11,8% Héroïne0,0%0,4%

26 Prévalence de consommation (dernière année) % de réponses positivesCRI 3341 S Canada 2009 (15 ans et plus) Québec 2008 (étudiants du secondaire) Taille de l’échantillon Tabac57,7%23,0%7,3% Boisson alcoolique96,8%76,5%59,7% Cannabis53,2%10,6%27,2% Cocaïne5,7%1,2%3,4% Stimulants de type amphétamine7,3%0,4%7,3% Méthamphétamine0,0%0,1%- Ecstasy9,7%0,9%5,7% Solvants0,0%-0,8% Hallucinogènes4,0%0,7%7,6% Héroïne0,0% 0,9%

27 Peut-on se fier aux sondages de consommation?  L’échantillon est-il réellement représentatif? Certaines populations sont difficiles à rejoindre :  Toxicomanes en traitement  Personnes itinérantes  Prisonniers  Les répondants sont-ils honnêtes? Tester les répondants… Population généralePrévenus Tabac80%nd Cannabis61%82% Cocaïne21%56% Source : Kilmer & Pacula, 2009

28 Intoxication/Abus/Dépendance (définitions tirées du DSM-IV)  Sevrage : Développement d’un syndrome spécifique dû à l’arrêt (ou à la réduction) de l’utilisation prolongée et massive de cette substance. Le syndrome cause une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social ou professionnel.  Intoxication : Développement d’un syndrome réversible, spécifique d’une substance, dû à l’ingestion récente de cette substance. Accompagné de changements comportementaux ou psychologiques qui se développent pendant ou peu après l’utilisation de la substance.

29 Intoxication/Abus/Dépendance (définitions tirées du DSM-IV)  Abus : Mode d’utilisation inadéquat d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou à une souffrance cliniquement significative, caractérisé par la présence d’au moins une des manifestations suivantes au cours d’une période de 12 mois : 1. Utilisation répétée d’une substance conduisant à l’incapacité de remplir des obligations majeures, au travail, à l’école ou à la maison 2. Utilisation répétée d’une substance dans des situations où cela peut être physiquement dangereux (ex : conduite d’une voiture) 3. Problèmes judiciaires répétés liés à l’utilisation d’une substance 4. Utilisation d’une substance malgré des problèmes interpersonnels ou sociaux, persistants ou récurrents, causés ou exacerbés par les effets de la substance (ex : VC)

30 Intoxication/Abus/Dépendance (définitions tirées du DSM-IV)  Dépendance : Mode d’utilisation inadapté d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou une souffrance, cliniquement significative, caractérisé par la présence de trois (ou plus) des manifestations suivantes, à un moment quelconque d’une période continue de 12 mois : 1. Tolérance 2. Sevrage 3. La substance est souvent prise en quantité plus importante ou pendant une période plus prolongée que prévu 4. Désir persistant ou efforts infructueux pour diminuer ou contrôler l’utilisation de la substance

31 Intoxication/Abus/Dépendance (définitions tirées du DSM-IV) 5. Beaucoup de temps est passé à des activités nécessaires pour obtenir la substance, à utiliser le produit, ou à récupérer des ses effets 6. Des activités sociales, professionnelles ou de loisir importantes sont abandonnées ou réduites à cause de l’utilisation de la substance 7. L’utilisation de la substance est poursuivie bien que la personne sache avoir un problème psychologique ou physique persistant ou récurrent susceptible d’avoir été causé ou exacerbé par la substance

32 La dépendance aux psychotropes Dépendance Dépendance physique (physiologique) Dépendance psychologique Adaptation de l’organisme à la substance Syndrome de sevrage Dépendance subjective à l’expérience Besoin irrésistible, état de manque, « craving »

33 La loi de l’effet : E = SIC Substance Individu Contexte

34 La loi de l’effet : la substance  Caractéristiques pharmacodynamiques :  Type de drogue  Interactions entre les drogues  Qualité du produit  Voie d’administration  Dosage-réaction  Quantité  Force  Temps-réaction + modalités  Intervalle des prises  Durée de l’usage

35 Voie d’administration Injecter Sniffer/fumer Avaler Mode d’administration Rapidité et intensité de l’effet Durée de l’effet

36 La loi de l’effet : l’individu  Condition biologique  Hérédité  Sexe  Condition physique  Âge  Santé  Poids et taille  Condition psychologique  État d’esprit  Dispositions antérieures  Vision du monde

37 La loi de l’effet : le contexte  Environnement immédiat  Lieu  Ambiance  Rituel  Présences  Contexte socio-historique  Époque  Pays

38 Le cycle de l’assuétude (dépendance) Stanley Peele, 1981


Télécharger ppt "Les nouvelles de la semaine  Retour sur la semaine dernière  Web-dépôt  Courriel  Cours 3 Cours 4."

Présentations similaires


Annonces Google