La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Histoire de léconomie De la préhistoire aux années 2000.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Histoire de léconomie De la préhistoire aux années 2000."— Transcription de la présentation:

1 Histoire de léconomie De la préhistoire aux années 2000

2 Le plan 5 DATES CLES LES FAITS DE SOCIETES HISTORIQUES, POLITIQUES ET ECONOMIQUES. LES HOMMES ET LES THEORIES LES PERIODES: La Préhistoire /-3500 La haute antiquité : -3500/-299 Lépoque romaine : -300 à 476 Lobscure Moyen-Âge : 477/1492 Les siècles lumineux : 1492/ 1788 Les siècles révolutionnaires : 1789/1917 La mondialisation : 1918/2006

3 Introduction Lhomme pour assurer au mieux sa survie, se perpétuer et sadapter à un environnement à lorigine hostile (la terre), a choisi une solution collective : la vie en société. Les sociétés humaines ainsi créées ont su maîtriser cet environnement, lexploiter selon des besoins sans cesse en expansion tout en se partageant des ressources naturelles et extra-naturelles pour la plupart rares et renouvelables. Via une organisation sociale, les hommes font des arbitrages dont le but est maintenir la coopération via un partage des ressources provenant de la nature ou produites par la société. Coopération, arbitrage-choix-décision et rareté sont au cœur de la science économique dont une définition répandue est : «une branche des sciences sociales qui étudie comment la société emploie des ressources rares à des fins de production, en réponse aux quelques besoins et aux nombreux désirs de chacun et comment elle redistribue cette production aux membres de la société ». La définition de léconomie par J. Stiglitz, prix Nobel déconomie 2001 : la science économique étudie comment les individus, les entreprises, les pouvoirs publics et dautres organisations sociales font des choix et comment ces choix déterminent la façon dont son utilisées les ressources de la société. Bien que la science économique soit récente et perfectible, à peine cinq siècles, lactivité économique qui consiste à produire, échanger et consommer est présente dans toutes les sociétés historiques: le panorama de ce cours dhistoire économique débute donc il y a quelques millénaires.

4 La Préhistoire /-3500 Période immense sans commune mesure dans le découpage historique. Tout événement ou datation peut être remis en cause par de nouvelles découvertes : règle fondamentale de la recherche scientifique. -3,5 millions dannées : apparition des australopithèques, espèce de chimpanzé se tenant debout. -1,5 millions dannées : lévolution de laustralopithèque mène à lhomo erectus qui se distingue par une boite craniène de 1000 centimètres cube ans : lhomo sapiens dune capacité crânienne de 1500cm cube maîtrise le feu ans : apparition de lhomme de type moderne qui développe le langage, les outils, les sépultures, les croyances, lart, lécriture.

5 La haute antiquité : -3500/ : invention de lécriture en Mésopotamie : Début de la construction des grandes pyramides d'Égypte. L'Égypte domine la Mésopotamie pendant 1000 ans : lécriture devient syllabique en Mésopotamie et gravure du plus ancien recueil darrêts sociaux, juridiques et économiques : le code babylonien dHammourabi : Avènement dune religion monothéiste suite à la transmission du culte dun dieu unique par les hébreux opprimés venus d'Égypte aux tribus restées en Palestine : la culture Olmèque en Amérique centrale produit des temples pyramidaux et des sculptures gigantesques. Les innovations : Culture du maïs au Mexique et celle du riz en Asie. Apparition du cheval en Mésopotamie en provenance de la plaine eurasiatique. Métallurgie du bronze et fusion du verre.

6 Les civilisations grecques et romaines : -800 à : écriture de lIliade et lOdyssée par Homère et début des jeux olympiques : création de la monnaie et abolition de la royauté à Athènes : le pouvoir politique est confié à des magistrats élus. -52 : la prise dAlésia par Jules César marque la conquête de la Gaule et permet la diffusion de la culture romaine dans une grande partie de lEurope. 29 : crucifixion à Jérusalem de jésus de Nazareth. 293 : Éclatement de lempire romain Les principales innovations : Thalès fonde la mathématique occidentale. Utilisation de la clepsydre : une horloge à eau qui mesure le temps de parole dans les tribunaux. Système dégouts à Rome et construction de routes militaires pavées. Apparition des premiers moulins à vent en Asie Mineure Les Chinois commencent à fabriquer de la pâte à papier.

7 Le début dune pensée économique dans la Grèce antique Propriété commune et propriété privée Lors dun vaste essor politique, commercial et culturel, la Grèce passe dune économie naturelle, où la production et la répartition seffectuent au sein de clans et de petites communautés, à une économie marchande internationale où les producteurs sont davantage indépendants. Des inégalités se creusent, des grandes propriétés foncières se constituent et poussent les paysans à émigrer en ville à la recherche dun travail difficile à trouver car lesclavage fournit la main dœuvre Une opposition aux classes supérieures affaiblit Athènes qui sera vaincu par Sparte qui avait une organisation sociale plus puissante. Thalès spécule sur le climat et amasse une fortune. Il avait louer tous les pressoirs à huile dolives quelques mois avant une récolte abondante : il se retrouva en situation de monopole pour presser une grande quantité dolives. Xénophon (-426/-355) publie deux livres : léconomique et les Revenus. Le terme Économie signifie Administration de la maison et sapplique surtout à la gestion familiale de domaines agraires où principalement des esclaves travaillent à coté de paysans semi libres.

8 Platon versus son disciple Aristote : Propriété commune contre propriété privée. Platon estime que la vie dans la cité doit être organisée afin que lhomme y cultive le salut de son âme. Afin détablir la constitution dune cité idéale, harmonieuse et juste, il préconise des lois strictes visant à une communauté absolue des biens: A chaque famille monogame est attribué un lot de terre identique. Ladultère est puni et le divorce autorisé. Les enfants sont éduqués par létat de 7 à 20 ans. Il est interdit de détenir de lor et de largent et de prêter moyennant un taux élevé. Même les dépenses des fêtes de famille ne doivent pas dépasser une certaine somme : incitation à mener des vies identiques et frugales. Introduction dune fiscalité pour combattre les inégalités. Acceptation de lesclavage et recours à de la main dœuvre étrangère pour certains métiers. Le nombre de la population ne doit pas augmenter. Létat dirige la production, la répartition des produits entre les citoyens et la vente des surplus en échange de produits étrangers.

9 Platon versus son disciple Aristote : Propriété commune contre propriété privée. Aristote cherche dabord à établir le bonheur sur terre à contrario de Platon pour lequel limportant est le salut des âmes. Il soppose au nom de lefficacité au communautarisme et à légalitarisme de Platon car la propriété commune de la terre et des biens entraîne davantage de conflits et moins de plaisirs que la possession personnelle. Propriété privée, échanges marchands, utilisation de la monnaie et lesclavage sont à la base de lorganisation de la cité selon Aristote. Il découvre deux fonctions de la monnaie : elle exprime la valeur des marchandises et cela permet de favoriser léchange et la circulation des biens. Bien que favorable à léchange marchand, il soppose à la spéculation, au taux dintérêt et à la recherche première du profit : on peut vendre des marchandises pour obtenir de largent ou obtenir dautres marchandises mais il nest pas moral dinvestir de largent pour acquérir des marchandises et les revendre plus chers. Il estime que la recherche illimitée des richesses est un vice qui empêche lhomme datteindre le bonheur. Il soppose aussi à lachat/vente de la force de travail dans la mesure où la plupart des travaux sont réalisés par des esclaves. Il est considère dégradant pour un homme libre de vendre sa force de travail. Il est partisan dune réglementation de la reproduction, de la suppression des enfants difformes et au recours à lavortement légal.

10 Le déclin de lempire romain selon Max Weber: les causes économiques Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer la chute de lempire romain. Bien que partielles, certaines sont justes; dautres névoquent au mieux que des symptômes dune maladie profonde : Le despotisme, le luxe et lamoralité des élites auraient provoqué la ruine et une auto-dissolution. Lémancipation de la femme romaine et la fragilisation du mariage ont sapé les fondements de la société. Ce sont les grands propriétaires qui ont corrompu Rome. Une hypothèse darwiniste : le recrutement militaire des hommes les plus forts les aurait condamnés au célibat et entraîné ainsi la dégénérescence de la race.

11 Le déclin de lempire romain selon Max Weber: les causes économiques Max Weber étudie en profondeur la structure sociale et les modes de production de lempire romain pour expliquer son déclin à partir dun ensemble de causes économiques a son déclin : La civilisation romaine combine travail libre dans les villes et travail non libre dans les campagnes. Le progrès repose en partie sur la division du travail : celle-ci augmente et sétend géographiquement plus vite lorsque le travail est libre. Or une des conséquences des nombreuses guerres fut dapprovisionner énormément les marchés desclaves, ce qui rendit les hommes bons marchés. Cela figea lactivité libre en empêchant des entrepreneurs dutiliser du travail diversifié et libre afin de développer une concurrence. Seuls les propriétaires desclaves peuvent augmenter leur revenus en se procurant toujours plus desclaves jusquau tarissement du marché ce qui stoppa la croissance. La plupart des besoins sont satisfaits par la production interne des domaines agraires, les marchés de biens ne se développent pas et les échanges samenuisent. Le déclin des villes et du commerce ainsi que le retour à une économie naturelle réduisirent la levée des impôts en argent: ce qui affaiblit la superstructure politique et militaire. Le pouvoir se déplaça des villes côtières vers lintérieur des terres.

12 Conclusion Le monde occidental après avoir connut une forte croissance de léconomie marchande revint à une économie agraire qui préfigure le domaine féodal où règne un seigneur sur plusieurs serfs. En Europe, du cinquième siècle au dixième siècle, la chute de lempire romain et les invasions barbares produisent un net recul des échanges marchands. Les peuples sorganisent sur la base de petite communauté de villages puis sur la constitution de domaines féodaux favorable à lautarcie économique. L'Église chrétienne domine alors lespace culturel et politique. Selon Weber, la résurrection de la ville au Moyen Age permit Le développement de léconomie marchande ou économie des marchés, Une forte division du travail libre, Lémergence dune liberté bourgeoise La lutte contre les privilèges seigneuriaux.

13 Lobscure Moyen-Âge : 476/ : Baptême de Clovis à Reims qui permet au royaume des Francs de sétablir chez les gallo-romains. 622 : la fuite de Mahomet de la Mecque à Médine marque lavènement de la religion musulmane. 800 : le couronnement de Charlemagne restaure lEmpire romain dOccident au profit des rois francs. Cet empire fait concurrence à lempire Byzantin : La première croisade prêchée par le pape Urbain II annonce les rivalités entre religion chrétienne et musulmane. il y aura huit croisades vers la Palestine en trois siècles : Christophe Colomb quitte lEspagne pour découvrir larchipel des Bahamas le 12 octobre pensant atteindre les Indes et il nomme les habitants des îles découvertes les Indiens.

14 Les Faits historiques, économiques et technologiques. La sagesse et la science de lantiquité grecque sont transmises à loccident via lavènement de la civilisation musulmane. Naissance de lart roman issu de larchitecture orientale puis de lart gothique : les églises parsèment lEurope. Les créations duniversités se multiplient en Europe et le rapide essor de limprimerie prépare lessor culturel et social des siècles à venir. Les entités nationales saffirment partout en Europe contre les petits seigneurs : naissance des pouvoirs royaux. Les innovations technologiques : Le système des chiffres arabes se répand en Occident dont le zéro. Invention des lunettes, de la première arme à feu portative Gutenberg commence limpression de la Bible.

15 La pensée économique chrétienne à lépoque médiévale : De Saint Augustin à Saint Thomas dAquin Saint Augustin en 426 écrit La cité de Dieu: Il y affirme que la nature de lhomme est corrompu depuis le péché originel. Il estime ainsi quil faut accepter le mal social dont linjustice comme une punition due aux péchés. Bien que les lois soient incapables de faire régner lordre et la justice, il est préférable dobéir à celles qui existent plutôt que perdre son énergie à en créer dautres qui seront toujours imparfaites. Lesclavage nest pas naturel mais puisquil résulte de la défaite de vaincu, il est vu comme une punition divine. les chrétiens doivent tourner leur regard et énergie vers le ciel et ne pas se préoccuper des choses terrestres corrompues afin de sauver leurs âmes. La cité de Dieu marque le désintéressement total de l'Église chrétienne officielle pour les affaires politiques et économiques jusquaux croisades du début du second millénaire.

16 La pensée économique chrétienne à lépoque médiévale : De Saint Augustin à Saint Thomas dAquin La réponse chrétienne de saint Thomas dAquin devant lessor du commerce marchand apparaît au 13ème siècle: Il légitime la propriété privée à condition que les propriétaires soient charitables envers ceux qui possèdent peu. Il réfute la propriété collective car elle suppose des hommes parfaits. Il légitime le commerce et le profit à condition que le commerçant ne recherche pas laccumulation illimitée mais souhaite subvenir aux besoins de sa famille et secourir les pauvres. Les marchandises doivent se vendre à un juste prix défini selon la morale. Il interdit toujours les prêts à intérêt et condamne lusure mais assouplit cette prohibition en stipulant quun préteur peut fixer une compensation sil a subi un préjudice en se privant de ce quil possède. Avec cette réponse, l'Église se réengage sur les questions terrestres tout en légitimant le commerce et lusure qui prendront au cours des siècles une importance considérable. A partir de cette époque la philosophie économique ne se développera plus à lintérieur du Christianisme mais en dehors de lui et souvent contre lui.

17 Les siècles lumineux : 1493/ : la banque Fugger avance florins au futur Charles Quint : le capitalisme commercial est stimulé par les besoins financiers des souverains : Lexcommunication de Luther marque la naissance de la religion protestante : la révocation de lédit de Nantes (1598 et qui attribuait la liberté de culte aux protestants) plonge la France dans la crise et enrichit les pays voisins où les protestants sétablissent : la faillite de la banque du financier Law déprécie les institutions de crédit et retarde la modernisation économique de la France : En signant le traité de Versailles, lAngleterre reconnaît lindépendance de ses anciennes colonies qui deviennent les États- Unis d'Amérique.

18 Les Faits historiques, économiques et technologiques. Naissance de lÉtat centralisé, puissant et unifiant différentes régions via le pouvoir absolu dun monarque. Constitution darmée permanente, dune administration étendue, dune justice royale et dune économie royale. Accroissement des échanges commerciaux, en particulier avec les Amériques: Importation de nouveaux produits: mais, tabac, la canne à sucre; Établissement du commerce triangulaire entre lEurope, lAfrique et lAmérique pour la traite des esclaves. Afflux considérable dor et dargent qui engendre une forte monétarisation des économies. Le contexte intellectuel est secoué par les idées de la Renaissance, de la Réforme protestante et des philosophes des lumières: Les hommes de science (Copernic, Galilée) défendent lidée que la raison, lexpérimentation scientifique et la liberté intellectuelle peuvent permettre de découvrir les lois physiques, biologiques qui régissent le monde. La Réforme Protestante conçoit la richesse comme une bénédiction de Dieu: le marchand peut désormais senrichir avec les appuis du pouvoir royal et de la nouvelle religion. La philosophie des lumières propage en Europe les idées dégalité, de justice, de liberté individuelle et liberté dassociation qui seront le socle de la révolution française.

19 Du mercantilisme au libéralisme La démarche mercantiliste vise à développer la puissance politique des États royaux en augmentant leur puissance économiques Les mercantilistes vont rechercher les conditions de la croissance pour développer les richesses et la puissance à lintérieur de la nation. Afin que lÉtat puisse prélever des impôts sans cesse croissants, ils appuient le développement de lindustrie et du commerce national et international. La naissance de lidée du profit: Laffaiblissement dune doctrine de la vie sur terre comme un simple préambule à la vie éternelle permit à lesprit du commerce et de lindustrie de sémanciper en énonçant une nouvelle loi capitale: Les hommes se doivent de lutter pour augmenter leur part de richesse et cette lutte sera le nouveau ciment social. Lhomme doit alors chercher à vendre le plus cher possible et à acheter le moins cher possible.

20 Du mercantilisme au libéralisme Le système mercantiliste: Ils défendent lidée que labondance monétaire permet de baisser le coût de largent et ainsi de stimuler les investissements. Laccroissement de la quantité de monnaie peut aussi créer une hausse des prix (inflation) lorsque il y a trop de monnaie pour peu de biens. La hausse des prix provoquent aussi une hausse des profits qui est aussi bénéfique aux investissements. Afin de se procurer de large quantité dargent et dor, il suffit davoir une balance commerciale excédentaire. LÉtat doit intervenir sous quatre directions pour bénéficier de rentrées dargent: 1. Créer des manufactures et subventionner les entrepreneurs privés. 2. Restreindre les exportations de matières premières pour les réserver aux manufactures. 3. Limiter les importations de produits manufacturés pour protéger les industries nationales. 4. Favoriser le développement des exportations en accroissant les débouchés quitte à faire la guerre.

21 Les critiques du mercantilisme le communisme et le libéralisme LUtopie de Thomas More (1516): ce philosophe critique vivement la société capitaliste en formation en Angleterre et propose létablissement dun système communiste. Ses critiques portent sur: La propriété privée. La politique anglaise de remplacer lagriculture par lélevage de mouton afin de favoriser lindustrie lainière. Cette politique a chassé des dizaines de milliers de paysans en les transformant en mendiants, voleurs et vagabonds. Lexploitation des classes pauvres par les classes dominantes qui senrichissent fortement du travail des pauvres tout en les laissant dépérir lorsque eux ci ne sont plus en état de travailler. La domination de lÉtat qui ne défend pas lintérêt général mais lintérêt des plus riches.

22 Lutopisme de Thomas More Il propose un système qui inspirera la pensée socialiste du 19ème siècle: La propriété est commune. Les maisons changent dhabitants par tirage au sort tous les 10 ans. Les portes nont pas de serrures. Tout le monde travaille 6 heures par jour. Hommes et femmes doivent apprendre à travailler la terre ainsi quun métier en ville. Le rôle du gouvernement: diriger la production et répartir les biens. Les biens étant disponibles en abondance, ils sont distribués gratuitement et la répartition seffectue selon le principe A chacun selon ses besoins. More estime que personne ne va trop demander car tout étant abondant, personne ne deviendra avide en ayant peur de manquer.

23 Le libéralisme économique à la sauce physiocrate Cette école estime que léconomie comme le monde physique est régi par des mécanismes naturels et que tout obstacle à ces mécanismes empêchent léconomie de bien fonctionner. La physiocratie (gouvernement de la nature) soppose ainsi au mercantilisme car celui exige des réglementations étatiques qui freinent linitiative de la jeune bourgeoisie. Leur conception de lordre naturel les amène à ériger deux grands principes: 1. Le droit de propriété est naturel et concourt à lefficacité de la production. 2. La liberté économique permet à chacun de rechercher son plus grand avantage; ce qui est le moyen de réaliser lintérêt général. Ce point est toujours la base de lultra-libéralisme économique actuel: la libre recherche des intérêts individuels sans intervention étatique comme source de lintérêt général.

24 Adam Smith au pays des merveilles Né 1723 en Écosse, il devint professeur de Logique et de Morale à luniversité. Il y refusa dy faire ses cours en latin, chose rare à lépoque. Il écrivit plusieurs livres dont le plus fameux La Richesse des Nations date Ce livre est le fruit de ses visites et rencontres dans toute lEurope: il fut fortement influencé par les physiocrates français. Il aborde un vaste panorama de thèmes de la division du travail dans une manufacture daiguilles à lavenir radieux des colonies américaines en passant par une description vivante de lAngleterre au 17ème siècle. Linfluence de ce livre consacrera Smith comme le Père des Économistes classiques. Smith pense que léconomie politique a deux objectifs conciliables: 1. Procurer au peuple un revenu et des moyens de subsistance abondants, en le mettant en état de se procurer lui-même ce revenu 2. Fournir à lÉtat ou à la communauté un revenu suffisant pour offrir des services publics de qualité que léconomie marchande ne pourrait développer.

25 Le concept de la Main Invisible Selon Smith, les intérêts individuels guident la société vers lintérêt général: Nous nattendons pas notre dîner de la bienveillance du boucher ni du boulanger mais bien de leur propre intérêt. Nous nous adressons pas à leur humanisme mais à leur égoïsme. Lintérêt personnel mène les hommes à agir. Ce principe pousse des individus motivés de façon identique à entrer en concurrence. Or cette concurrence permet de réguler lavidité et légoïsme de lhomme tout en produisant les biens que désire la société, dans la quantité quelle souhaite et au prix quelle est disposée à payer: Quun individu se laisse emporter par lappétit du profit et il verra surgir des concurrents pour lui prendre son métier, quun homme fasse payer ses marchandises trop cher ou quil refuse de payer ses ouvriers aussi bien que les autres, et il se retrouvera sans clients ou sans salariés Ainsi, des motifs égoïstes de lhomme mènent le jeu de linteraction sociale au plus inattendu des résultats: lharmonie sociale. Cette harmonie est stable dans le temps car les lois du marchés et de la main invisible sont autorégulatrices.

26 Les lois de la croissance Outre la main invisible, Smith découvre trois autres lois permettant à léconomie de croître: laccumulation, la loi du peuplement et le rôle essentiel de lépargne: 1. Laccumulation du capital est bénéfique à la société: Investi en machines, le capital engendre la division du travail qui multiplie la productivité humaine. Le besoin de main d'œuvre augmentant les salaires augmentent. Cette augmentation des salaires peut bloquer le mécanisme daccumulation mais la deuxième loi sur le peuplement intervient. 2. Cette loi stipule que cette hausse des revenus ouvriers réduit la mortalité et surtout linfantile. Cela fait augmenter loffre de travail: la concurrence entre les travailleurs fait baisser les salaires. 3. Lépargne provient de la classe capitaliste quelle tire en partie du travail des ouvriers lesquels nont pas un salaire suffisant pour épargner. Lépargne conditionne donc la croissance car Smith pense quelle est totalement dépensée ou investie. Cette loi est fausse : il est en effet possible que la somme épargnée du revenu soit bien supérieure par rapport à la somme dépensée. Dans ce cas, il peut y avoir une baisse de la demande de biens de consommation qui engendre à son tour une baisse de linvestissement des entreprises pour produire ces biens. Lépargne thésaurisée et non investie peut ainsi créer des crises dinsuffisance de la demande ou de débouchés ce qui nétaient pas courant à lépoque mais qui allaient le devenir. Ce système théorisé par Smith est fascinant car le facteur qui semble mener le système à sa fin engendre en fait les conditions de sa bonne santé ultérieure.

27 Lhéritage dilapidé de Smith Les capitalistes trouvèrent dans ce livre la justification théorique de leur opposition à lintervention de lEtat et à la réglementation des manufactures: il faut laisser jouer les marchés. Cette attitude trahit la pensée de Smith pour lequel la rapacité mesquine et lesprit de monopole des marchands et manufacturiers ne pouvaient diriger le monde. Smith pense en effet que moins le gouvernement gouverne et meilleur il est car il est dépensier, irresponsable et improductif. Il est contre les restrictions à limportation et les subventions à lexportation. Mais il est favorable à des actions gouvernementales promouvant le bien-être et garantissant les lois de la concurrence telles: Linstruction publique afin de faire du citoyen autre chose quun simple rouage de la vaste machine. La lutte contre toute forme de monopole car tout monopole nuit à la concurrence. Ainsi, certaines personnes évoquèrent Smith pour décrier des lois humanitaires imposées par les gouvernements comme celle interdisant le travail des enfants.


Télécharger ppt "Histoire de léconomie De la préhistoire aux années 2000."

Présentations similaires


Annonces Google