La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ATELIER 4 Infections virales respiratoires - fréquence des agents étiologiques syndrome grippal rhino-pharyngite laryngite bronchite bronchiolite pneumopathie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ATELIER 4 Infections virales respiratoires - fréquence des agents étiologiques syndrome grippal rhino-pharyngite laryngite bronchite bronchiolite pneumopathie."— Transcription de la présentation:

1 ATELIER 4 Infections virales respiratoires - fréquence des agents étiologiques syndrome grippal rhino-pharyngite laryngite bronchite bronchiolite pneumopathie Influenza A - B Para- Influenza + ++ VRS (nourrisson) ++ Adenovirus Autres + Rhinovirus Coronavirus Coronavirus Rhinovirus Parapneumovirus Rougeole CMV HSV VZV

2 virus VRS Adenovirus type 7 Influenza virus CMV VZV HSV Rougeole terrains favorisants nourrisson jeune enfant insuffisant cardiaque insuffisant respiratoire sujet âgé grossesse immunodéprimé adulte nouveau-né immunodéprimé réanimation explorations respiratoires invasives immunodéprimé sujet dénutri Les pneumopathies virales graves

3 Prélèvements : Aspiration nasopharyngée +++ Ecouvillonnage pharyngé LBA (sujets en réanimation) Diagnostic rapide : EIA: Grippe A ou VRS IF sur lame :Grippe A, Grippe B Parainfluenza 1, 2, 3 VRS, Adenovirus Diagnostic direct : Cultures sur MDCK (grippes) sur Hela (VRS) Identifications – Ac Mc - IF PCR grippe A, B, A(H1N1)v, rhino … PCR multiplex : grippe, parainfluenza, VRS, adenovirus, metapneumovirus, rhinovirus Diagnostic indirect INFECTIONS VIRALES RESPIRATOIRES

4

5 •HEMAGGLUTININE –fixation à l’acide sialique (récepteur de surface des cellules) –pénétration du virus dans le cytoplasme de la cellule hôte (fusion de la vésicule d’endocytose avec la membrane de l’endosome) –induit la synthèse d’anticorps neutralisants •NEURAMINIDASE –lors de la libération du virion après sa réplication, clive la liaison  -cétosique entre l’acide sialique et le D-galactose ou D-galactosamine –déterminant antigénique majeur

6 Les Variations Antigéniques des Virus Influenza Humains GlissementsCassures TypesTypes A et BType A MécanismesMutations ponctuelles Dérives antigéniques progressives (0.5-1%/an) Réassortiment de gènes (virus animaux) Changements majeurs des gènes de NA et HA Modifications antigéniquesMineuresMajeures Conséquences TaxonomiquesApparition de nouveaux variants Apparition de nouveaux sous-types A ImmunitairesImmunité croisée entre deux variants consécutifs Pas ou peu d’immunité croisée entre deux sous- types A ÉpidémiologiquesÉpidémies annuellesPandémies 6/10/096

7 Les Quatre Grandes Pandémies Grippales du XX ème Siècle PandémieDate Décès (millions) Virus impliqué Index de sévérité Grippe espagnole à 100A(H1N1)5 Grippe asiatique à 1,5A(H2N2)2 Grippe de Hong Kong ,75 à 1A(H3N2)2 Grippe A(H1N1)v 2009?A(H1N1)? 6/10/097

8 H5N1

9 Le Virus Grippal A(H1N1)v Hancok C, et al, New Engl J Med 2009 sept • Réassortant virus porcin, humain et aviaire • Pas d’immunité antérieure sauf pour les sujets nés avant /10/099

10 DIAGNOSTIC Prélèvements Aspiration nasale Ecouvillonnage pharyngé… Diagnostic rapide EIA - Grippe A et B IF - Grippes A et B Identifications Cultures sur MDCK Typage de l ’hémagglutinine PCR (technique validée A(H1N1)v) Sérologies ELISA IgM (FC - IHA)

11 •Choix des souches revu annuellement (OMS) •Trois types ou sous types dans le mélange vaccinal :  1 souche A (H1N1)  1 souche A (H3N2)  1 souche B Vaccin saisonnier

12 Vaccin saisonnier Vaccin A(H1N1)v Souche analogue à A/California/7/ Souche analogue à A/Brisbane/59/2007 (H1N1) (inchangée) - Souche analogue à A/Brisbane/10/2007 (H3N2) (inchangée) - Souche analogue à B/Brisbane/60/2008 (nouvelle) Vaccin saisonnier Souche analogue à A/California/7/2009 (H1N1) (inchangée) - Souche analogue à A/Perth/16/2009 (H3N2) (nouvelle) - Souche analogue à B/Brisbane/60/2008 (inchangée)

13 Cas clinique 1 Mme P., 43 ans, présente en décembre, une fièvre élevée (39,8 °) d’apparition brutale associée à des myalgies, des courbatures lombaires et des céphalées rétro-orbitaires. La patiente se plaint également d’une douleur pharyngo- laryngée avec dysphagie. Vous retrouvez à l’inspection une injection conjonctivale avec catarrhe des voies aériennes et une toux. L’examen clinique est pauvre : quelques râles sous-crépitants à l’auscultation, et rougeur diffuse du pharynx. 1 - Quel agent viral suspectez-vous ? 2 - Comment confirmez-vous votre diagnostic ?

14 Cas Clinique 2 Monsieur L., 35 ans, présente un syndrome grippal caractéristique. Monsieur Achille L. n’était pas vacciné contre la grippe et n’a jamais été vacciné. Il est surpris car avait eu l’année précédente grippe typique et pensait être protégé. 1 - S’il s’agit bien d’une grippe, comment pouvez-vous expliquer cette nouvelle pathologie ? 2- S’il ne s’agit pas d’une grippe, quels sont les autres virus à suspecter ? 3 - Quels examens demandez-vous ?

15 Femme de 29 ans enceinte du 2 e trimestre présente en janvier une fièvre à 39.5°, céphalées, myalgies, rhinorrhée. Malgré la prise d’oseltamivir (Tamiflu), apparaissent le lendemain une toux sèche non productive et des dyspnées. Hospitalisée avec toux, fièvre, difficultés respiratoire et cyanose (SaO2 = 90%) intubation et ventilation mécanique. Cas Clinique Quel agent viral suspectez-vous ? Comment confirmez- vous votre diagnostic ? 2 – Autres sujets à risque pour cette pathologie ?

16 Cas clinique 4 L’enfant J., âgé de 3 mois, se présente en février dans votre cabinet médical pour un bronchospasme associé à une dyspnée aiguë et un encombrement pulmonaire modéré. L’examen confirme la présence d’une bronchiolite avec des signes de laryngite associés. 1 - Quel agent viral suspectez-vous ? 2 - Comment confirmez-vous votre diagnostic ?

17 Cas clinique 5 L’enfant R., 5 ans, présente au mois de mai une conjonctivite bilatérale avec des signes hémorragiques, associée à une pharyngite et à une fièvre modérée. L’examen retrouve des adénopathies cervicales, mais pas d’éruption cutanée ou muqueuse. 1 - Quel agent viral suspectez-vous ? 2 - Comment confirmez-vous votre diagnostic ? 3 – Autre pathologie liée à cette famille de virus ?

18 Cas Clinique 6 Daniel, 11 mois, est hospitalisé pour bronchiolite sévère. Son état s’améliore rapidement. Trois jours après son admission, 9 cas de bronchiolite apparaissent chez des enfants hospitalisés dans le même secteur d’hospitalisation. Vous pensez à une infection nosocomiale. 1 - Quel agent viral suspectez-vous en priorité ? 2 - Comment confirmez-vous votre diagnostic ? 3 - Quelles mesures préventives adopterez-vous ? 4 - Quelles sont les conditions de transmission du virus suspecté ?

19 Cas Clinique 7 M. Y. 40 ans revient d’un voyage au Vietnam où il a visité les marchés aux oiseaux. Quelques jours plus tard, il présente une fièvre à 39°C, des douleurs rétro-orbitaires, un important catarrhe oculo-nasal, de la toux. 1 - Quel agent viral suspectez-vous en priorité ? 2 - Comment confirmez-vous votre diagnostic ? 3 - Quelles mesures préventives adopterez-vous ?

20

21 Comment se protéger ? •« Isolement respiratoire » du patient –Masque chirurgical –Chambre seule •Pour examiner le patient et effectuer un prélèvement naso pharyngé : –Masque FFP2 –Lunettes, gants plastiques jetables, blouse •Après l’examen : –Solution hydro-alcoolique pour les mains ou alcoolisées pour le matériel –Sac poubelle plastique se fermant hermétiquement

22 Cas suspect SMIT ou Réanimation A l’hôpitalA domicile Validation par InVS Signalement à la DDASS Si hospitalisation : SMIT Allo Centre 15 Conduite à tenir en cas d’alerte au virus H5N1 Identification Isolement

23 Laboratoire de sécurité P3

24

25

26

27 1er agent viral de gastro Virus à ARN nus Responsable de plus de 1/3 des gastro dans le monde décès par an dans le monde Vaccin Rotavirus

28 Adenoviridae Virus à ADN double brin Nus 51 sérotypes : Sérotype 40 et 41 impliqués dans les gastro-entérites infantiles Responsables d’infections oculaires, des voies aériennes supérieures, et digestives (2-6%)

29 Virus Rotavirus et Pararotavirus Adenovirus (types ) Calicivirus (Norovirus type Norwalk …) Astrovirus Coronavirus Enterovirus Diagnostic Prélèvements : selles Diagnostic direct rapide : EIA Rota EIA Adeno EIA Norovirus Diagnostic direct : cultures : Enterovirus PCR : Calicivirus Astrovirus Coronavirus ATELIER 4 GASTRO-ENTERITES VIRALES

30 Rotavirus Inconnu Bactérie Adénovirus Calicivirus Astrovirus Agents responsables de gastroentérites dans les pays industrialisés

31 Rotavirus Inconnu Bactéries autres Adénovirus Calicivirus Astrovirus Parasites E.Coli entéropathogène Agents responsables de gastroentérites dans les pays en développement

32 CAS CLINIQUE 8 D. 8 mois, est hospitalisé pour une gastroentérite fébrile sévère avec déshydratation. Plusieurs enfants de sa crèche ont également des troubles digestifs mais moins sévères. Son état clinique s’améliore rapidement. 4 jours après son admission, 9 cas de gastroentérite apparaissent dans le service chez des enfants hospitalisés ainsi qu’un cas parmi le personnel hospitalier. 1/ Quel agent viral suspectez-vous en priorité ? 2/ Quels examens biologiques prescrivez-vous pour faire un diagnostic étiologique ? 3/ Quelles mesures préventives adopter ? 4/ Quelle est l’évolution habituelle de ces gastroentérites virales ?

33 CAS CLINIQUE 9 L’enfant A. 2 ans vient aux urgences, il présente une diarrhée sans fièvre. 1/ Quels agents viraux suspectez-vous ? 2/ Quels examens biologiques prescrivez-vous pour faire un diagnostic étiologique ?


Télécharger ppt "ATELIER 4 Infections virales respiratoires - fréquence des agents étiologiques syndrome grippal rhino-pharyngite laryngite bronchite bronchiolite pneumopathie."

Présentations similaires


Annonces Google