La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Poumons. TECHNIQUES TECHNIQUES I. La radioscopie Conventionelle II. LA RADIOGRAPHIE STANDARD CONVENTIONNELLE III. LA RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE IV.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Poumons. TECHNIQUES TECHNIQUES I. La radioscopie Conventionelle II. LA RADIOGRAPHIE STANDARD CONVENTIONNELLE III. LA RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE IV."— Transcription de la présentation:

1 Poumons

2 TECHNIQUES TECHNIQUES I. La radioscopie Conventionelle II. LA RADIOGRAPHIE STANDARD CONVENTIONNELLE III. LA RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE IV. LA TOMOGRAPHIE CONVENTIONNELLE V. LA TOMODENSITOMETRIE VI. L’IRM VII. LA SCINTIGRAPHIE VIII. L’ANGIOGRAPHIE IX. LA BRONCHOGRAPHIE

3 METODE RADIO-IMAGISTICE La radioscopie Conventionelle -Sons emploi dans le depistange systematique est abandonne. Elle presente en effet de nombreux inconvenints : irradiation excessive, presicion insuffisante - Actuellement, l’amplificateur de brillance permet, d’une part, de reduire l’irradiation et, d’autre part, l’observation en plein jour de l’image televisee.

4 METODE RADIO-IMAGISTICE LA RADIOGRAPHIE STANDARD CONVENTIONNELLE C’est l’examen radiologique de base. C’est l’examen radiologique de base.  Le cliche de face est realise en incidence postero-anterieure, c’est-a-dire le patient ayant la face anterieure du thorax appuyee contre la cassette contenant le film radiographique. Elle est faite en inspiration forcee.  Le cliche de profil - Il est souvent pratique en complement du cliche de face. Le cliche de profil gauche est preferable pour diminuer l’agrandissement du cœur.  Le incidences complementaires: - Le cliche en expiration – est utile pour etudier la mobilite du diaphgrame. Il donne des renseignements interessants dans la recherche des petits pneumothorax, dans l’emphyseme et les troubles de ventilation. -Le cliche en decubitus lateral avec rayon horizontal sont utiles pour recherche la mobilite d’une image, en particulier d’un epanchement pleural. -L’incidence des sommets ou incidence en lordose chasse les clavicules vers le haut, au-dessus des cotes. Cette incidence est egalement utile pour etudier les opacites du lobe moyen et le pied de la grande scissure.

5 METODE RADIO-IMAGISTICE  LA RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE Elle est en plein essor du fait de ses nombreux avantages : Elle est en plein essor du fait de ses nombreux avantages : -qualite d’image reproductible ; -suppression de la rigidite du support ; -manipulation seccondaires de l’image ; -transmission des images par des systemes de reseaux ; -stokage sur disque optique ; -utilisation de par le radiologique si besoin. Differentes techniques sont a notre disposition : Differentes techniques sont a notre disposition :  Les plaques phospholuminescentes a memoire  Les detecteurs au Selenium

6  LA TOMOGRAPHIE CONVENTIONNELLE - Elle découpe > la région explorée de face ou de profil. Elle n’est plus pratiquée depuis l’avènement de la tomodensitométrie.

7  LA TOMODENSITOMETRIE - La tomodensitométrie est actuellement une technique essentielle dans le bilan de nombreuses pathologies pulmonaires. La technique varie selon la pathologie recherchée. L’épaisseur de coupe doit être adaptée à la taille des lésions étudiées. Elle est variable, de 1-2 mm (coupes ñnes) à 8-10 mm (coupes épaisses). - Les fenêtres les plus communément utilisées sont une fenêtre large ( UH) avec un centre d’envìron UH destinée à l’étude du parenchyme pulmonaire et une plus étroite ( UH) avec un centre d’environ 0-50 UH pour l’étude du médiastin.

8  L’IRM - Ces indications en pathologie pulmonaire sont limitées du fait de l’impossibilité d’étudier le parenchyme pulmonaire de façon satisfaisante. En revanche, l’anatomie du médiastin et en particulier du cœur est bien mise en évidence. L’étude anatomique simple est obtenue par des séquences en écho de spin synchrones aux battements cardiaques.

9  LA SCINTIGRAPHIE - Il existe deux types de scintigraphies pulmonaires : * La scintigraphíe de ventilation dans laquelle l’isotope radioactif est administré par inhalation et étudie donc la ventilation pulmonaire. La scintigraphie de ventilation est réalisée avec du Xénon 133. On étudie la distribution du gaz dans les différentes régions du poumon île la première inspiration. On étudie également le lavage ä l’air libre. La persistance d’une Zone de radio-activité indique Vexistence d’un piégeage. * La scìnligraphie de perfusion, où l’on étudie la répartition dans les vaisseaux pulmonaires, d’un isotope injecté par voie veineuse. La scintigraphie de perfusion se fait en injectant du Technétium 99 m dont la demi-vie est de et 6 heures et donne une représentation de la vascularisation pulmonaire régionale.

10  L’ANGIOGRAPHIE * L’angiographie pulmonaire. Elle reste l’examen de référence pour le diagnostic d’embolie pulmonaire même si d’autres techniques comme la scintigraphie ou la tomodensitométrie spiralée ont fait diminuer le nombre d’examen réalisés. - L’angiographie numérisée a remplacé petit à petit l’angiographie conventionnelle. - L’angiographie numérisée a remplacé petit à petit l’angiographie conventionnelle. * L’arteriographie bronchique. - Elle est pratiquée essentiellement dans le bilan d’hémoptysies récidivantes, après la tomodensitométrie et permet également un geste thérapeutique par embolisation. Le cathétérisme des artères bronchiques se fait par voie femorale rétrograde.

11 LA BRONCHOGRAPHIE - La bronchographie consiste à opaciñer l’arbre bronchique à l’aide de produits radio-opaques introduits après anesthésie locale. Actuellement, le produit utilisé n’est plus huileux (lipiodol) : il s’agit d’une suspension aqueuse (hytrast).

12 Imagerie par rayons X Imagerie par rayons X A. Standard et la radiographie numérique B. Fluoroscopie (ou x-ray) C. Tomographie à plat - pratiquement abandonné la méthode D. Computed Tomography – CT

13 Imagerie par rayons X Imagerie par rayons X A. La radiographie thoracique

14 La radiographie standard A. Indication évaluation initiale de la pathologie pulmonaireévaluation initiale de la pathologie pulmonaire B. Equipement et des incidentsSe realizeaza in apnee post-inspir profund distance film focus de 1,5 à 2 mdistance film focus de 1,5 à 2 m Incidents habituels PA et sur le terrain (debout).Incidents habituels PA et sur le terrain (debout). Autres incidents: AP / couchéAutres incidents: AP / couché -chez les patients avec malaise, maux de portée latérale horizontale de fluide épanchements pleuraux; -expirez radiographie -- utile pour diagnostiquer un pneumothorax périphériques, -pulmonaire pics hiperlordoză radiographique. C. Critères de qualité

15 radiographie AP  Critères de qualité schelet toracic nerotat: schelet toracic nerotat: dacă apofiza spinoasă a vertebrei T3 este la mijlocul distanţei dintre cele două articulaţii sterno- claviculare; dacă apofiza spinoasă a vertebrei T3 este la mijlocul distanţei dintre cele două articulaţii sterno- claviculare; marginile interne ale omoplaţilor cel mult tangente la peretele toracic. marginile interne ale omoplaţilor cel mult tangente la peretele toracic. torace radiografiat în întregime - dacă este vizibil laringele şi cele două sinusuri costofrenice; torace radiografiat în întregime - dacă este vizibil laringele şi cele două sinusuri costofrenice; gradul inspirului este corect dacă domul diafragmului se proiectează caudal de arcul posterior C9. gradul inspirului este corect dacă domul diafragmului se proiectează caudal de arcul posterior C9. timp de expunere optim - contur clar - cord, hiluri, diafragm; timp de expunere optim - contur clar - cord, hiluri, diafragm; desen vascular care poate fi recunoscut până în periferia plămânului - exclude supraexpunerea; desen vascular care poate fi recunoscut până în periferia plămânului - exclude supraexpunerea; vertebre toracale vizibile prin opacitatea cardiacă - exclude subexpunerea. vertebre toracale vizibile prin opacitatea cardiacă - exclude subexpunerea.

16 Les critères de qualité - souffle insuffisante Film à expiration Film du inspiration

17 Critères de qualité - une mauvaise exposition Film subexpus Film supraexpus

18 Critères de qualité - classification erronée

19 ? vs ? De ce PA si nu AP ? Aprecierea corecta a dimensiunii cordului, butonului aortei Aprecierea corecta a dimensiunii cordului, butonului aortei Omoplatii nu se mai suprapun peste plamani Omoplatii nu se mai suprapun peste plamani Hilurile pulmonare se vizualizeaza mai bine Hilurile pulmonare se vizualizeaza mai bine PA vs AP

20 ANATOMIE DU THORAX

21 ÉLÉMENTS ANATOMIQUES Thorax de la paroi thoracique du médiastin cœur poumons

22 Anatomie thoracique radiographie normale et les caractéristiques radiologiques

23 structures osseuses - nervures A. Pe radiografia PA se evidentiaza arcurile costale postorioare si anterioare B. Reconstructie CT – arcurile posterioare C. Reconstructie CT – arcurile anterioare

24 structures osseuses - nervures Pe radiografia PROFIL se evidentiaza arcurile costale laterale

25 structures osseuses - sternum A. Pe radiografia de fata putem distinge doar o parte din manubriu sternal (liniile negre) B. Reconstructie CT

26 structures osseuses - sternum A. Radiografia de profil – sternul se vizualizeaza mai bine B. Reconstructie CT

27 structures osseuses - sternum A. Pe radiografia de fata coloana dorsala se suprapune peste umbra cardiaca. C.Pe profil corpii vertebrali se vad mult mai bine

28 structures osseuses - omoplate

29 Anatomie radiologique du médiastin Marginea stanga: Butonul aortic,trunchiul arterei pulmonare, ventriculul stang

30 Anatomie radiologique du médiastin Marginea dreapta: vena cava superioara, atriul drept

31 Anatomie radiologique du médiastin Aorta descendenta

32 Anatomie radiologique du médiastin Aorta descendenta

33 La trachée et les bronches principales

34

35 Membranes

36 Membranes Sindromul Chilaiditi

37 Artefacts  muşchi pectorali în regiunea axilară  repliuri cutanate şi vestimentare  tumori piele, sân, perete

38 Artefacts

39 fissure Veine azygos

40

41 Radiographie mal positionné ou totale situs inversus?


Télécharger ppt "Poumons. TECHNIQUES TECHNIQUES I. La radioscopie Conventionelle II. LA RADIOGRAPHIE STANDARD CONVENTIONNELLE III. LA RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE IV."

Présentations similaires


Annonces Google