La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MEN - Séminaire Le rôle des présidents de CHSCT en faveur du climat scolaire Travail, subjectivité et RPS 4 mars 2014 Olivier Blandin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MEN - Séminaire Le rôle des présidents de CHSCT en faveur du climat scolaire Travail, subjectivité et RPS 4 mars 2014 Olivier Blandin."— Transcription de la présentation:

1 MEN - Séminaire Le rôle des présidents de CHSCT en faveur du climat scolaire Travail, subjectivité et RPS 4 mars 2014 Olivier Blandin

2 2 ATEMIS Travail et santé mentale Les RPS  risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental » (collège d’expertise sur le suivi des RPS) La question  quels liens entre travail et santé mentale ? ≠ approche par le Stress : résultat d’un déséquilibre entre les capacités de réponses efficaces fournies par un individu face à des situations provenant de l’environnement (affectif et professionnel)  Adaptation individuelle  Modèles qui insistent sur les dimensions d’autonomie ou sur les exigences relatives à la situation de travail (par ex. Karasek & Theorell)  « modèle sans travail »

3 3 3 Travail et subjectivité (1/4) Tout travail (activité) engage la subjectivité  Le travail nous met à l’épreuve du réel / capacité à faire  Le travail nous met sous le regard des autres (le chef, le collègue, l’usager, …)  Le travail nous met à l’épreuve de nous même, il participe de notre construction - équilibre psychique Toute activité de travail (s’)engage (dans) des relations inter-subjectives  c’est un rapport aux autres ATEMIS

4 Travail et subjectivité (2/4) ATEMIS 4 Ecart prévu / réel Expérience de ce qui résiste (souffrance) Destin ? Plaisir Pathogène Confiance Sentiment d’utilité Compétences … Ennui Non reconnaissance Doute / peur Mise en tension de l’équilibre psychique Entame de l’estime de soi … Reconnaissance Couple effort /effet Sens /utilité Statut des difficultés de travail Jugements de beauté et d’utilité Le travail avec les autres La coopération Mécanismes de défense psychique individuels / collectifs

5 5 ATEMIS Travail et subjectivité (3/4) Travailler, c’est prendre en charge l’écart entre d’un côté le prévu / prescrit et de l’autre le réel / les situations à gérer / des évènements imprévus  Travailler, c’est arbitrer  c’est mettre en œuvre l’intelligence au travail, ce que l’on met de nous-mêmes pour que ça marche et ça tienne  c’est l’épreuve de ce qui résiste  d’abord une souffrance

6 6 ATEMIS Travail et subjectivité (4/4) Ce qui est en jeu, c’est le destin de la souffrance  Dépassement, sublimation => transformation en plaisir (le travail nous fait du bien)  contribution à la construction de notre équilibre psychique / construction du moi (sujet)  Destin pathogène  ennui, monotonie…, doute, peur…, maladie mentale (paranoïa, dépression), suicide => atteinte à notre équilibre psychique, à l’estime de soi

7 7 ATEMIS Destin de la souffrance Dépendant de la reconnaissance  Adéquation de la reconnaissance émanant de soi-même / des autres (collègues / du chef / de l’usager) Couple effort / effet Sens / valeurs / utilité  Mes difficultés de travail, sont nos difficultés de travail. Si j’ai des difficultés dans mon travail, ce n’est pas « moi » qui ai des difficultés, mais nous dans le travail  renvoie à la notion de collectif de travail  Reconnaissance matérielle mais surtout symbolique  « Jugement de beauté » (pairs) et « jugement d’utilité » (hiérarchie et élèves, Parents)

8 8 ATEMIS Destin de la souffrance Construction de stratégies de défense (psychiques)  Ce qui nous fait tenir quant ça ne tient pas  Individuelles Déni – rigidité (n’être plus à l’écoute), Désengagement, Auto- accélération (hyper-engagement), Agressivité,…  Collectives  La souffrance psychique n’est pas accessible comme ça  Ce que l’on voit, ce sont des signes  Des « décrochages »  « crises », « plaintes », isolement, retrait..  Des tensions entre personnes

9 Les RPS Pathologie de l’engagement  atteinte à la construction de la santé quand :  « l’obligation de faire » entre en conflit avec « le pouvoir d’agir »  les « éléments de reconnaissance » générés à l’occasion du travail (sentiment du travail bien fait, retours des collègues, de la hiérarchie, des usagers, des outils de gestion) entament l’estime de soi  faire son travail conduit à une perte de sens / conflit de sens  finalités du travail  Les difficultés de travail  n’ont plus d’écoute  solitude  sont niées et renvoyées à des problèmes de la personne / comportement…  négation de la dimension travail  ne peuvent être résolues par la personne  impasse professionnel ATEMIS 9

10 La santé comme ressource Les conditions /modalités d’engagement de la subjectivité  un enjeu de santé (de soi, des autres)  un enjeu de « performance » ATEMIS 10

11 11 ATEMIS Le changement de paradigme de la prévention Approche classique de la prévention  le risque existe en soi  modèle dose/effet (exposition) = protection / réduction des doses ….  Réponse vise à restituer/préserver un état préexistant Approche adaptée aux pathologies de l’engagement  La charge psychosociale est la condition même de l’engagement dans le travail, s’en protéger n’a pas de sens  Approche par le travail  enjeu de la compréhension du travail réel et des conditions / modalités d’engagement de la subjectivité  Pas de réponses expertes préexistantes  Co-construire le « problème »  Faire en sorte que le collectif se « charge » de la question  De ce fait, les risques psycho-sociaux ≠ quatrième risque, à côté des risques physiques, chimiques et biologiques

12 Quelques points d’appui … Des éléments à risque  L’isolement des personnels, un « rapport à l’âge » singulier…  La difficulté pour les enseignants à mettre en débat leur « métier »  Enjeux du développement de la coopération  Suppose une réflexion de métier axé sur le « travail », d’admettre de parler de son travail, de se mettre à distance de son travail  Suppose des « espace » institués (activité déontique)  pose la question de la notion de collectif de travail  Suppose une écoute Porte à la fois l’enjeu de santé et de soutien à la professionnalisation Les limites des approches individuelles  Soutien psychique (type cellule d’écoute), traitement individuel de la situation  Risque de « spychologiser » (médicaliser), de mettre de côté la dimension « travail »  Nécessité  de développer des dispositifs de remontée des « signaux faibles », d’être à l’écoute des plaintes, des signaux faibles, d’être attentifs aux moments de rupture, aux projets  de développer des dispositifs permettant d’instruire le lien entre situation de travail / difficultés ressenties ATEMIS 12

13 Quelques points d’appui … La parole n’exprime pas forcément ce qui fait problème dans le travail  La parole « spontanée » libère la plainte plutôt que la souffrance / les « défenses » s’expriment pour taire  apprendre à écouter au-delà de "ce qui se dit"…  Attention au passage situation / solution sans passer par une « clinique du travail »  Nécessité de développer une approche compréhensive du rapport travail / subjectivité Quels dispositifs existent ? Que mettre en place ? ATEMIS 13


Télécharger ppt "MEN - Séminaire Le rôle des présidents de CHSCT en faveur du climat scolaire Travail, subjectivité et RPS 4 mars 2014 Olivier Blandin."

Présentations similaires


Annonces Google