La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CARCINOGENÈSE ET SURVEILLANCE DE LA MUQUEUSE DE BARRETT Marlène NGUIMPI DJATSA CHU de STRASBOURG.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CARCINOGENÈSE ET SURVEILLANCE DE LA MUQUEUSE DE BARRETT Marlène NGUIMPI DJATSA CHU de STRASBOURG."— Transcription de la présentation:

1 CARCINOGENÈSE ET SURVEILLANCE DE LA MUQUEUSE DE BARRETT Marlène NGUIMPI DJATSA CHU de STRASBOURG

2 PLAN A-Définition et diagnostic B-Épidémiologie C-Mécanismes impliqués dans la carcinogenèse -De la métaplasie au cancer -Mécanismes moléculaires -Rôle de lenvironnement D-Surveillance

3 Définition Présence dune muqueuse dallure glandulaire quelle que soit son étendue au dessus de la jonction oesocardiale. - 3 types dEBO ( Sfed;2007 ) -EBO court: entre 5mm et 3cm de haut.peut être circulaire en manchon ou segmentaire en languettes. -EBO long : supérieur ou égal à 3cm -EBO ultra court <5mm(métaplasie intestinale sans lésion endoscopique visible),terme remis de plus en plus en cause.

4 DIAGNOSTIC ENDOSCOPIQUE Classification « CM » de Prague de LEBO ; C : hauteur de latteinte circonférentielle M : hauteur maximale déduction ainsi de la hauteur des languettes. Trois repères anatomiques essentiels: JOG; ligne Z et lempreinte correspondant à lorifice diaphragmatique IWGCO Prague 2004;sharma et al gastroenterology (2006) 131:

5 Exemple EBO classé C3M5

6 Exemple

7

8 Diagnostic histologique Remplacement de lépithélium malphigien œsophagien par un épithélium glandulaire comportant ou non une métaplasie intestinale. Muqueuse hétérogène avec 3 types dépithélium décrits de manière isolée ou diversement associés: -épithélium de type intestinal(proximal)ou spécialisé considéré comme pathognomonique -épithélium de type jonctionnel ou cardial -épithélium de type fundique (distal)

9 Épidémiologie Prévalence malades ayant une endoscopie toutes indications confondues : 1% Sujets ayant une endoscopie pour reflux : 5 à 15 % Facteurs de risques: RGO chronique+++++ Le sexe (H>F sex ratio entre 2 et 3,1) Lâge (plateau à partir de 60 ans) Origine caucasienne Obésité (qui favorise le RGO) tabac ; alcool Hépatogastro et oncologie digestive ;vol. 18 n° 1,janvier-février 2011

10 Épidémiologie Principale complication : transformation maligne en adénocarcinome; risque 30 à 125 fois plus élevé que celui de la population générale. Séquence : métaplasie intestinale dysplasie de bas grade dysplasie de haut grade cancer Fréquence de survenue dune DHG et dun cancer en cas de DBG sur EBO varie de 10 à 40 % S.J.,Chejfec G. et al. Gastroenterology 2001;120: Schnell T.G.,Sontang Skacel M.,Petras R.E.,Gramlich T.L et al. Am J Gastroenterol 2000;95:3383-7

11 Épidémiologie La présence dune dysplasie est un facteur très pathologiste dépendant. Concordance inter observateur médiocre:43% lorsquune classification en 4 grades était appliquée vs 66% si classification en 3 grades Nécessité de trouver dautres marqueurs dévolutivité de lEBO vers ladénocarcinome. Montgomery E, Bronner MP, Goldblum JR, et al. Hum Pathol 2001;32:368-78

12 CLASSIFICATION DE RIDELL Muqueuse non dysplasique Architecture normale Noyaux réguliers situés au pôle basal des cellules(des anomalies minimes peuvent être présentes en cas dinflammation) Lésions douteuses ou indéfinies pour la dysplasie Minimes anomalies architecturales Anomalies cytologiques au niveau des glandes, similaires à celle dune dysplasie mais absentes au niveau de lépithélium normal Dysplasie de bas grade Anomalies architecturales modérées Anomalies cytologiques modérées, sans stratification nucléaire.les anomalies sont identiques en surface et en profondeur. en cas dinflammation aiguë, la présence de ces lésions ne permet pas daffirmer la dysplasie mais doit faire rester au stade de lésion indéfinie pour la dysplasie Dysplasie de haut grade Anomalies architecturales marquées Anomalies cytologiques modérées ou sévères. en cas danomalies cytologiques sévères, les anomalies architecturales peuvent être moins intenses. Les anomalies sont identiques en surface et en profondeur, linflammation est en général minime.

13 MECANISMES DE LA CARCINOGNESE Bmj 2010;341:c4551

14 Carcinogenèse Hanahan et Weinberg: six changements majeurs pour une cellule avant de devenir maligne:-la cellule reçoit de signaux de croissance-ignore les signaux inhibiteurs de croissance-évite lapoptose-se réplique sans limite-maintient langiogenèse- envahit et prolifère. la plupart des mutations génétiques affectent les gènes impliqués dans la régulation du cycle. Nombre important de cellules dans la muqueuse métaplasique engagées en phase S surtout quand dysplasie présente Nombre de cellules en phase S et G2(adn tétraploïde) = facteur prédictif de dysplasie Jf flejou; Gut 2005

15 PROTEINE P53 Codée par le gène suppresseur de tumeur TP53 situé sur le bras court du chromosome 17 facteur de transcription majeur qui bloque le cycle cellulaire, répare ladn et induit lapoptose P53 activation de la transcription de la protéine CKI p21 contrôle du cycle cellulaire blocage du cycle avant la transition G1/S. régule la transition G2/M, rôle dans le point de contrôle mitotique sensible à la ségrégation des chromosomes juste répliqués lors de la transformation maligne, perte de fonction de p53 disparition du point de contrôle G1/S. mutations de p53 relativement précoce dans la carcinogenèse œsophagienne : pertes d'hétérozygotie au locus TP53 (17p) précèdent l'apparition de clones malins et aneuploïdes.

16 p53 Pertes dallèles au niveau du 17p habituellement avant celles au niveau du 5q (qui porte le locus APC) Fréquence des mutations ( perte dhétérozygotie) augmente drastiquement dans la DHG et ladk. Expression anormale de la protéine p53 (immunohistochimie) 5 à 9% des muqueuses spécialisées non dysplasiques 16 à 18 % des DBG 62 à 83 % des DHG(rétrospectivement) Plusieurs études prospectives ont montré que la sensibilité et la spécificité de limmunomarquage p53 étaient entre 75 et 100% et 93 et 97% respectivement. Kim R, Clarke MR; Melhem MF, et al. Dig Dis Sci 1997;42: Younes M, Ertan A,Lechago LV, et al. Dig Dis Sci 1997;42:

17 p16 Codée par le gène CDKN2 situé sur le bras court du chromosome 9(9p21) inhibitrice des CDK(CDK4;CDK6):forme un complexe avec les cdk inhibe phosphorylation de la prb (protéine du rétinoblastome)via les cdk empêche entrée des cellules en phase S Si mutée incapable dinactiver la phosphorylation de prb entrée massive des cellules en phase S Altérations fréquentes du gène CDKN2A : hyperméthylation de son promoteur perte dhétérozygotie du locus chromosomique9p21 et différentes mutations du gène lui-même qui peuvent être Mutations détectables dans les cellules diploïdes avant le développement de laneuploïdie donc apparition précoce au cours de la progression néoplasique corrélation positive et hautement significative avec la longueur du segment dEBO et la présence de lésions du gène p53.

18 apc - Gène suppresseur de tumeur situé au niveau du bras long du chromosome 5 locus 21. -mutations retrouvées dans 60 à 80 % des adk -Mais à la différence de p53 et de p16 mutations rarement retrouvées dans les tissus précancéreux indiquant une apparition tardive dans la progression néoplasique observée dans la muqueuse de Barrett

19 PCNA ET KI67 PCNA ( proliferative cell nuclear antigen) exprimé fortement par le cellules en phase S Marqueur de prolifération ou de différenciation cellulaire Contrôle le cycle cellulaire en se liant au cdkip21 KI67 exprimé uniquement par les cellules engagées dans le cycle cellulaire( phases G1, G2, S et M) et pas par les cellules quiescentes. Exposition séquentielle à lacide augmentation de la prolifération cellulaire par expression de facteurs nucléolaires pro-mitotiques (PCNA, MAP kinases) induction de la COX2 qui intervient dans l'augmentation de la prolifération. Augmentation de l'index de prolifération parallèle à l'intensité des phénomènes inflammatoires.

20 PLOIDIE En CMF : quantité anormale dADN dans les tissus tumoraux : ADN-aneuploïdes. Étude prospective Muqueuse non dysplasique ou en DBG: absence dadn aneuploïdie et pas daugmentation de la phase G2-M : pas de cancer après cinq ans de surveillance. 28 % dans le cas contraire. Augmentation de la phase G2-M, ADN aneuploïdie ou DHG : risque respectif de cancer à 5 ans de 56% 43% et 59% Mais problèmes de reproductibilité inter laboratoire importants Reid BJ, Levine DS, Longton G, et al.AM Gastroenterol 2000;95:

21 Cdx2 Gène homéotique Exprimé de façon normale dans lintestin grêle et le colon où il est suppresseur de tumeur et où sa mutation est en cause dans la carcinogenèse colique. Surexpression ectopique de cdx2 dans la muqueuse de Barett où il précède le début de la métaplasie La bile active le promoteur de cdx2 via la voie NF-kB et stimule la production de la protéine cdx2 par les kératinocytes œsophagiens avec production de mucine de type intestinal Muc2. Gut 2006; 55:16-25.doi :1136

22 Egfr Surexprimé durant la progression histologique de lœsophage de Barrett Protéine membranaire exprimé au pole luminal de la muqueuse oesophagienne; pourrait constituer une clé pour le guidage des biopsies pendant lendoscopie (endomicroscopie confocale )

23 Cox 2 Augmentation de lexpression de Cox 2 au sein de la muqueuse dysplasique et de ladénocarcinome. Les inhibiteurs de Cox 2 inhibent la synthèse de PGE2 entraînent lapoptose et inhibent la prolifération des cellules cancéreuses. Rôle de Cox 2 dans l évolution de lOB vers ladk en cours détude dans plusieurs modèles expérimentaux.

24 Facteurs environnementaux Agression de lépithélium par lacide et la bile mutations génétiques apparition des lésions dysplasiques Exposition séquentielle à lacide augmentation de la prolifération cellulaire par expression de facteurs nucléolaires pro mitotiques(PCNA;MAP Kinases) expression de cox2 qui interviendrait dans laugmentation de la prolifération Le reflux biliaire: métaplasie glandulaire métaplasie intestinale La présence de bile dans le liquide de reflux retrouvée chez plus de 2/3 des patients ayant un ebo. Une partie des cellules qui tapissent lebo sont probablement issues des glandes sous muqueuses de lœsophage Présence dune métaplasie sur la muqueuse glandulaire indépendante de linfection par H.pylori (facteur plutôt protecteur)

25 Récapitulatif évènementsTypes de chgtsUtilité diagnostique gènes suppresseurs de tumeur p53 APC Rb Cell adhesion E-cadherin b catenin Mutations fréquentes DHG et cancer Perte de lhétérozygotie précoce et méthylation du promoteur Implication directe rare Diminution de lexpression dans le cancer Diminution dexpression et les chgts nucléaires ++ _ +/_

26 Récapitulatif évènementsTypes de changementsUtilité diagnostique COX-2Augmentation de lexpression, résulats dans aug de langiogenèse et la baisse de lapoptose ? TelomeraseAug de lexpression // à la dysplasie _ DNA ploïdie adn aneuploïde précoce+ Bcl2/baxRupture déquilibre? instabilité de microsatellitesTrès rare dans les cancers_

27 Surveillance Pourquoi : à léchelon individuel : diagnostic précoce de ladénocarcinome. Pas dintérêt à léchelon de la population générale car : Défaut dobservance du protocole de surveillance Fréquence élevée des EBO asymptomatiques Qui: Les EBO longs et courts Patients potentiellement curables Age physiologique avancé : que si les 1ères biopsies sont dysplasiques

28 Surveillance Protocole biopsique : EBO long circulaire : 4 biopsies(une par cadran) tous les deux centimètres à partir de la jonction oesocardiale. toutes les anomalies de relief ou de couleur répertoriées et biopsiées. EBO court < 3cm ou en languette : 4 biopsies (une par cadran) par cm.

29 Surveillance Résultats des biopsiesRecommandations EBO non dysplasiqueEBO court<3cm: endoscopie +biopsies tous les 5 ans EBO long>3cm,<6cm: endoscopie+biopsies tous les 3ans EBO long> 6cm: endoscopie+biopsies tous les 2ans Dysplasie de bas grade douteuse ou probable IPP double dose pendant 2 à 3 mois avant nouvelle endoscopie+biopsies Dysplasie de bas grade certaineEndoscopie+biopsies tous les 6 mois(double lecture anatomopathologique) la première année puis tous les ans SNFGE 2009

30 Surveillance Résultats des biopsiesrecommandations Dysplasie de haut gradeIPP double dose pendant 1 à 2 mois avant nouvelle endoscopie+protocole planimétrique Dysplasie de haut grade confirmée(double lecture anatomopathologique) Bilan pré thérapeutique sous anesthésie(endoscopie grossissante+acide acétique ou bleu de méthylène et /ou NBI ou FICE) Protocole planimétrique+biopsies ciblées Echoendoscopie si adénocarcinome associé. SNFGE 2009

31 Conclusion Pathologie relativement peu fréquente. Risque principal : adénocarcinome. Le diagnostic de dysplasie est déterminant mais peu reproductible. Carcinogenèse pas complètement élucidée Marqueurs moléculaires en cours dévaluation afin de mieux prédire le risque dévolution vers ladénocarcinome.


Télécharger ppt "CARCINOGENÈSE ET SURVEILLANCE DE LA MUQUEUSE DE BARRETT Marlène NGUIMPI DJATSA CHU de STRASBOURG."

Présentations similaires


Annonces Google