La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dyslexie et troubles associés : quelques données scientifiques potentiellement utiles au pédagogue Michel Habib.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dyslexie et troubles associés : quelques données scientifiques potentiellement utiles au pédagogue Michel Habib."— Transcription de la présentation:

1 Dyslexie et troubles associés : quelques données scientifiques potentiellement utiles au pédagogue Michel Habib

2 Troubles dapprentissage ("learning disabilities") Retard intellectuelFacteurs psycho- sociaux Troubles spécifiques Causes génétiques Causes inconnues Carences éducatives psychopathologie dyslexie dyscalculie Dyspraxie, dysgraphie dysphasie

3 Troubles spécifiques dapprentissage ("learning disorders") Trouble spécifique de la lecture et du langage Trouble spécifique de lécriture et de la coordination motrice Trouble spécifique du calcul Dyslexie dysphasie Dysgraphie, dyspraxie dyscalculie + trouble de l'attention (TDAH)

4 NEUROPSYCHOLOGIE : DEFINITION ET CADRE CONCEPTUEL Discipline clinique et scientifique qui étudie les liens entre le cerveau et les fonctions mentales Méthode anatomo- clinique Approche cognitiviste Imagerie fonctionnelle Relation structure fonctionArchitecture fonctionnelle Cerveau lésé Cerveau sain déficit Siège lésionnel Anatomuie fonctionnelle

5 Aires du langage Broca (production) Wernicke (décodage) Central (exécution) Pariétal (stockage) Temporal (perception)

6 Aires de la lecture Dyslexie profonde (phonologique) Dyslexie visuelle

7 Aires de l'espace et du geste Dyspraxie gestuelle Dyspraxie visuo-spatiale (+dyscalculie) Agraphie?

8 Cingulaire: Détecte tout changement et réalloue lattention Préfrontal : alloue lattention au stimulus et à ses représentations Trouble déficitaire d'attention avec hyperactivité

9 En résumé La neuropsychologie nous illustre l'organisation modulaire de l'outil cognitif humain Elle incite à se référer au cerveau adulte pour comprendre le cerveau de l'enfant L'analogie, souvent considérée comme excessive, entre les syndromes de l'adulte et ceux de l'enfant, est cependant un puissant outil de réflexion sur la nature des troubles d'apprentissage

10 Pourquoi l'enfant dyslexique ne peut apprendre à lire La conversion des graphies en sons : un processus simple en apparence La conscience phonologique : le fondement linguistique de la lecture L'identification des mots : une finalité = l'orthographe l'automatisation : un dénominateur commun

11 Conversion grapho-phonémique Une procédure en apparence si simple Chaque signe (graphème) représente un son (phonème), soit consonne, soit voyelle Chaque signe (graphème) représente un son (phonème), soit consonne, soit voyelle Mais il existe des exceptions à ce principe : Digraphes : cheval Digraphes : cheval Lettres silencieuses : trop Lettres silencieuses : trop …des inconsistances… rhum vs rhume(même lettre, son différent) rhum vs rhume(même lettre, son différent) sot, saut, sceau… (même son, lettres différentes ) sot, saut, sceau… (même son, lettres différentes ) …et des irrégularités et étrangetés femme, écho (un graphème se prononce de façon singulière) femme, écho (un graphème se prononce de façon singulière) yacht, football (des mots étrangers adoptant des règles de la langue) yacht, football (des mots étrangers adoptant des règles de la langue)

12 LECTURE DE PSEUDO-MOTS : ENFANTS ANGLAIS VS ALLEMANDS

13 Pourcentage de mots lus par les enfants de 14 pays européens après une année dapprentissage (daprès Seymour et al., 2003)

14

15 Semantic similarity judgment view,read pronounc /yue/ meaning look,view. /kan/, Homophone judgment pronouncmeaning /hua/draw /hua/ talk, words

16 Normal phonological system (at the phonemic level) Shallow orthography gkgk gkgk

17 g gu qu c Normal phonological system (at the phonemic level) Deep orthography gkgk

18 gkgk Impaired phonological system (at the phonemic level) gkkhgkkh Shallow orthography

19 g gu qu c Impaired phonological system (at the phonemic level) gkkhgkkh Deep orthography

20 Quelques épreuves de conscience phonologique Épreuves de segmentation Tapping, comptage, suppression, ajout, Rech d'intrus Spoonerism (acronymes auditifs) Épreuves de répétition Mots,non-mots, chiffres, (endroit, envers) Épreuves de lecture et dictée de non-mots Manipulation plus ou moins explicite du contenu sonore des mots, se développant des unités les plus larges (syllabes) aux plus petites (phonèmes)

21 Bruce (1964) : suppression de phonème Les enfants pré-lecteurs sont quasiment incapables de réaliser la tâche 100% Âge Proportion Correct /troi/ => /roi/ (début) /trou/ => tou (milieu) /tul/ => /tu/ (fin)

22 Liberman et al (1974) 100% Proportion Correct Syllabe Phonème Âge

23 3.Enfants dyslexiques Sil existe une relation causale, les enfants en difficulté de lecture ont-ils un déficit de la conscience phonologique ? Groupe Consciencephonologique Bradley & Bryant (1978), Difficulties in auditory organisation as a possible cause of reading backwardness, Nature Enfants de 10 ans en difficulté de lecture Enfants de 10 ans sans difficultés Enfants de 7 ans sans difficultés ayant le même niveau de lecture que les enfants en difficulté

24 Entraînement phonologique et dyslexie Hatcher et al., 1994 : enfants de 7 ans 5 mois en moyenne, âge de lecture 5;9. 3 groupes expérimentaux : – lecture seule –Phonologie seule –Lecture / phono Le groupe phono améliore significativement la phonologie Seul le groupe phono/lecture améliore significativement la lecture par rapport au témoin Wise, Ring & Olson, 2000 : 122 enfants 7 à 11 ans Entraînement phono (40 heures) selon 3 modalités : - classique manipulation des sons - focus d'attention sur mouvements articulatoires - combinaisons 1+2 Amélioration très significative des 3 groupes Pas d'avantage de conditions articulatoires

25 Lors de tâches phonologiques, les aires du langage ne peuvent s'activer correctement Lettres riment? G H Temple et al., P.N.A.S. (2003)

26 Enfant dyslexique G H Activation plus faible et plus antérieure de laire de Broca Absence dactivation postérieure Temple et al., P.N.A.S. (2003)

27 Enfant dyslexique après entraînement (Fastforword®) G H Réapparition des zones « éteintes » Mais aussi…

28 … apparition de zones non activées précédemment (et non activées chez le témoin) : mécanisme de compensation? réorganisation?

29 Niveau neurobiologique Niveau cognitif Niveau comportemental ENVIRONNEMENT F. Ramus, Current Opinion in Neurobiology, 2003

30 Conclusion n°1 Les processus phonologiques sont fortement liés à l'efficience de la lecture, de manière causale, au moins pour les aptitudes concernant les unités de taille moyenne Les aires du langage sont insuffisamment activées chez le dyslexique lors d'exercices phonologiques, ce qui est généralement considéré comme la cause de leur difficulté en lecture Un entraînement intensif de quelques semaines, focalisé sur le système déficient, non seulement réactive les zones affaiblies mais sollicite des zones "muettes" des deux hémisphères En tout état de cause, l'apprentissage des règles de conversion grapho-phonémiques est, comme chez le normo-lecteur, l'étape cruciale de l'apprentissage

31 ANALYSE VISUELLE (identité, position, etc...) "CHAPEAU" ANALYSE VISUELLE (identité, position, etc...) "CHAPEAU" lecture par adressage chapeau lecture par assemblage ch a p eau ///a//p//o/ production orale / a p o /

32 bol

33 confortablement

34 tambenefoneclor

35 ANALYSE VISUELLE (identité, position, etc...) "CHAPEAU" ANALYSE VISUELLE (identité, position, etc...) "CHAPEAU" lecture par adressage chapeau lecture par assemblage ch a p eau ///a//p//o/ production orale / a p o /

36 chrysanthème

37 ChrysanthèmeChrysanthème

38

39 VWFA : aire de la forme visuelle des mots Attribue un statut linguistique à une suite de lettres

40 Aire 37 : zone de plus forte différence entre dyslexiques et témoins

41 Différentes formes de dyslexie - Les dyslexies phonologiques - Les dyslexies de surface - Les dyslexies mixtes Difficultés dacquisition de la procédure analytique Difficultés dacquisition de la procédure lexicale Difficultés dacquisition des procédures analytiques et lexicales

42 . A V T S R Réponse Report Global Epreuve visuo-attentionnelle (S. Valdois)

43

44 Trouble Troublephonologique visuo-attentionnel Dyslexie Mixte Dyslexie phonologique Dyslexie de surface

45 Témoins non dys Dyslexiques "compensés" Dyslexiques "persistants" LEAT JETE Riment? Shaywitz et al., Biol. Psychiatry, 2003 <-- milieux moins favorisés

46 Zones de corrélation entre le niveau de conscience phonologique et le statut socio-économique Noble et al., 2006

47 Conclusion n°2 La reconnaissance rapide des mots, finalité de la lecture, est sous la dépendance d'une aire spécialisée qui attribue un statut linguistique à une suite de lettres Cette aire est significativement moins activée chez le dyslexique, dont elle constitue une sorte de "signature", une marque durable qui persistera chez l'adulte, quelle que soit la qualité de la récupération A égalité de sévérité initiale, le milieu dans lequel évolue l'individu va déterminer au moins en partie non seulement sa capacité de récupération, mais également l'aptitude de son cerveau à recruter d'autres zones pour faciliter cette récupération

48 DYSGRAPHIE/ DYSPRAXIE Dysphasie Dyscalculie Syndrome hémisph. droit développemental DYSORTHOGRAPHIE DYSLEXIE Syndrome hyperkinétique/ Déficit attentionnel. Talents particuliers autisme Trouble des conduites

49 DYSLATÉRALITÉ (15) DYSORTHOGRAPHIE 55 cas DYSLEXIE 177 cas Précocité intellect. (21) Autisme (2) TRB. DES CONDUITES (11) Dysphasie (26) + tr. lang. oral (84) Dyscalculie (48 cas) DYSGRAPHIE/ (37) / DYSPRAXIE (19) TDAH/ Déficit attentionnel (32) dyschronie (45 cas) Inventaire des diagnostics posés chez 209 patients de 7 à 15 ans reçus successivement à une consultation spécialisée de troubles d'apprentissage

50 Distribution "normale" % 2.35% 0.3% Precocité : théorique 10%

51 M… Félix (13;2) Motif ; tr comportement à l'école, travaille peu, perturbe

52

53 Dyscalculie : définition Trois critères de diagnostic : 1)Les aptitudes arithmétiques, évaluées par des tests standardisés, sont nettement en dessous du niveau escompté compte tenu de lâge du sujet, de son développement intellectuel et dun enseignement approprié à son âge. 2)Le trouble interfère de manière significative avec la réussite scolaire de lenfant ou les activités de la vie courante 3)Les difficultés mathématiques ne sont pas liées à un déficit sensoriel.

54 manifestations Lenfant ne peut se libérer de matériel concret. Il compte sur ses doigts jusquà la deuxième ou la troisième année primaire. Il apprend par cœur le résultat dopérations arithmétiques mais ne les comprend pas. Répéter et sexercer napporte que peu damélioration

55 manifestations (suite) Lécolier éprouve de grandes difficultés à se représenter des formes géométriques, à lire lheure, à évaluer les distances ou des laps de temps et à reconnaître des suites numériques régulières. Les devoirs darithmétique à faire à la maison sont souvent un cauchemar et prennent un temps fou. Les échecs en mathématiques provoquent une aversion contre lécole en général.

56 Traitement analogique (IPS) : - appréciation des magnitudes - comparaisons de quantités - soustraction

57 Approximate calculation

58

59 Effet d'un entraînement de 4 semaines avec "la course aux nombres" (score global évaluation nationale CE1) entraînement

60 « Dyspraxie » Troubles gestuels, maladresse, lenteur Troubles graphiques Troubles perceptifs visuels Troubles visuo-constructifs Troubles oculomoteurs Combinaisons différentes de ces troubles

61 Dyspraxie visuo-spatiale La plus fréquente Signes précoces : –Désintérêt pour jeux de construction –Préférence pour jeux symboliques, imaginaire riche dans le langage –Retard graphique : dessin pauvre, peu ou mal structuré, qualifié à tort dimmature –Maladresse importante

62

63 dysgraphie

64 Conclusion Les diverses formes de troubles spécifiques d'apprentissage partagent probablement des mécanismes communs encore peu connus L'élucidation de ces mécanismes pourrait avoir d'importantes conséquences sur le diagnostic, le suivi et le traitement de ces troubles Leur impact pédagogique est un domaine encore totalement inexploré qui devra se développer dans les années à venir L'avancée rapide des connaissances impose un lien étroit et permanent entre les différents partenaires qui oeuvrent autour de l'enfant et les équipes de recherche

65 DYSGRAPHIE/ DYSPRAXIE Dysphasie Dyscalculie Syndrome hémisph. droit développemental DYSORTHOGRAPHIE DYSLEXIE Syndrome hyperkinétique/ Déficit attentionnel. Talents particuliers autisme Trouble des conduites


Télécharger ppt "Dyslexie et troubles associés : quelques données scientifiques potentiellement utiles au pédagogue Michel Habib."

Présentations similaires


Annonces Google