La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PSYCHOTROPES INTRODUCTION Médicaments qui ont une action sur le psychisme. Lessor thérapeutique des psychotropes date de 1952 avec la naissance du Largactil®.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PSYCHOTROPES INTRODUCTION Médicaments qui ont une action sur le psychisme. Lessor thérapeutique des psychotropes date de 1952 avec la naissance du Largactil®."— Transcription de la présentation:

1 PSYCHOTROPES INTRODUCTION Médicaments qui ont une action sur le psychisme. Lessor thérapeutique des psychotropes date de 1952 avec la naissance du Largactil®. En 1959 apparaissent en même temps les psychotropes à visée incisive et désinhibitice (Majeptil®, Tementil®) et dautre part, les antidépresseurs dont le Tofranil®. CLASSIFICATION La classification sur les bases des données pharmacologiques reste dactualité et permet une approche facile de cette classe de médicaments (classification de Lewin, Delay et Deniker).

2 ClassesExemples Psycholeptiques ou sédatifs -agissant sur la vigilance ou Nooleptiques Hypnotiques Benzodiazépines -agissant sur l'humeur ou Thymoleptiques Neuroleptiques Phénothiazines Butyrophénones Benzamides Anxiolytiques Benzodiazépines Thymorégulateurs ou normothymiques Sels de lithium Carbamazépine Psychoanaleptiques ou stimulants: - Stimulants de l'humeur ou Thymoanaleptiques: Antidépresseurs IRS et IRSNA Tri et quadricycliques - Stimulants de la vigilance NooanaleptiquesAmphétamine et dérivés - Autres stimulantsXanthines Acide ascorbique Psychodysleptiques ou perturbateurs: Hallucinogènes ou onirogènesLSD Mescaline

3 Médicaments psychotropes La classification de Delay, Denicker

4 HYPNOTIQUES En fonction des doses et des voies dadministration, ils provoquent: - sédation - sommeil - anesthésie générale Utilisés pour permettre lapparition dun sommeil réparateur, ils présentent trois caractéristiques qui peuvent varier dune substance à lautre: - le temps dendormissement - la durée du sommeil - lintensité et le type du sommeil induit Ce sont donc des médicaments qui ont pour but de sopposer à linsomnie. Ils sont utilisés dans un but symptomatique puisque leur prescription ne préjuge pas de lorigine des troubles. Les substances actuellement utilisables appartiennent essentiellement à la famille des benzodiazépines.

5 Caractéristiques et métabolique de lhypnotique idéal : être rapidement résorbé (10-15 minutes) être actif durant au moins 5 à 7 heures préserver larchitecture du sommeil sans diminution du sommeil profond et paradoxal ne pas provoquer de dépression respiratoire ni de trouble de la mémoire ne pas avoir dinteraction avec dautres médicaments ni avec lalcool ne pas provoquer dinsomnie rebond ni de dépendance ne pas entraîner de tolérance préserver une bonne vigilance diurne Cet hypnotique idéal nexiste pas, les substances actuellement disponibles sont :

6 A – Les BENZODIAZEPINES HYPNOTIQUES Propriétés Les BZD sont : anxiolytiques sédatives hypnogènes myorelaxantes anticonvulsivantes amnésiantes. Elles ne possèdent pas dactivité anticholinergique, adrénolytique ou antihistaminique. Leur mécanisme daction passe par une interaction avec les récepteurs au GABA (cf. anxiolytiques).

7

8 Pharmacocinétique Très variée, explique pour une large part la différence de leur activité clinique. -Résorption: très lipophiles et peu ionisées dans le plasma, rapidement résorbées. Après prise orale ou rectale le Tmax est le plus souvent de lordre de 1,5 h. -Distribution: la biodisponibilité est de 80 à 95 %, liaison aux protéines plasmatiques est > 80 %. Le passage au niveau du SNC est très rapide et la concentration dans le LCR est identique à la concentration de la fraction libre plasmatique. Les BZD passent la barrière fœto-placentaire et dans la lait. -Métabolisme: flunitrazépam, lormétazépam et témazepam subissent une N- déméthylation et donnent des métabolites actifs. L hydroxylation sur le carbone 3 est la voie majeure pour lélimination après glucuroconjugaison. Les molécules déjà hydroxylées subissent directement la glucuroconjugaison. Les dérivés imidazo et triazolo sont biotransformés sur le motif additionnel. La conjugaison est généralement nécessaire à linactivation des substances. -Excrétion: les métabolites oxydés, glucuroconjugués, aminés et acétylés sont essentiellement excrétés par voie rénale. En revanche, certains métabolites très polaires du loprazolam se retrouvent en grande quantité dans les fèces.

9 L'administration quotidienne des BZD peut entraîner leur accumulation ou celle de leurs métabolites et provoquer une concentration plasmatique d'équilibre assez élevée pour entraîner des effets sédatifs prolongés. La clairance d'élimination de la BZD est le facteur déterminant de cet effet d'accumulation. La pharmacocinétique des BZD est modifiée par trois facteurs essentiels : lâge : la t1/2 sallonge de manière progressive avec lâge. Il faut donc réduire la posologie chez la personne âgée. Linsuffisance hépatique et rénale : qui nécessitent une réduction des doses ou de la fréquence des prises. La grossesse : le fœtus est exposé à laccumulation des BZD dans le sang maternel est à la naissance le NN peut présenter une hypotonie musculaire et une dépression respiratoire.

10 1- BENZODIAZEPINES (cible hypnotique) Liste I TriazolamHalcion® c. 0,125 mgOrale 2,7h LoprazolamHavlane® c. 1 mgOrale 8h NitrazépamMogadon®c. 5mgOrale23h TémazépamNormison®c. 10mgOrale8h NormétazépamNoctamide®c. 1 et 2mgOrale10h EstazolamNuctalon®c. 2mgOrale24h FlunitrazépamRohypnol®c. 1mgOrale20-30h 2- NON BENZODIAZEPINIQUES Liste I ZolpidemStilnox®c. 10mgOrale2,4h ZopicloneImovane®c. 7,5mgOrale4h 3- ASSOCIATIONS Liste I Noctran® 10c.Orale Mépronizine®c.Orale 4- ANTIHISTAMINIQUES PHENOTHIAZINIQUES Liste I AlimémazineThéralène®c. 5mgOrale4h NiaprazineNopron®sirop 0,3%Orale4,5h Sirop enfant

11 DCI Nom dépose Dosage/présentationPosologie au coucher EstazolamNuctalon®2 mg: cp sécA: 1 mg (jusqu'à 2 mg) Flunitrazépam Noriel®1 mg: cp sécA: 0,5 à 1 mg (jusqu'à 2 mg) Rohypnol®1 mg-2 mg: cp sécA: 0,5 à 1 mg (jusqu'à 2 mg) LoprazolamHavlane®1 mg cp séc sécA: 0,5 à 1 mg LormétazépamNoctamide® 1 mg- 2 mg cp sécA :0,5 à 1 mg (jusqu'à 2 mg) NitrazépamMogadon®5 mg cp sécA :2,5 a 5 mg (jusqu'à 10 mg) Témazepam Normison® 10mg-20 mg: capsulesA: 10 mg (jusquà 20 mg) TriazolamHalcion®0,125 mg: cp sécA: 0,125 mg (jusquà 0,250 mg)

12 Effets indésirables Variables en fonction de la posologie, la sensibilité individuelle et la T1/2: somnolence diurne, difficulté de concentration, sensation ébrieuse; phénomène de tolérance : après 2 à 3 mois d'utilisation; syndrome de sevrage et effet rebond à l'arrêt brutal du traitement à doses élevées : somnolence et quelquefois coma à doses toxiques avec dépression respiratoire; troubles de la mémoire (amnésie antérogrades) et troubles confusionnels (attention chez les sujets âgés) le triazolam (Halcion®) a un effet désinhibiteur, majoré par l'alcool, pouvant conduire à de graves troubles du comportement dont le sujet ne se souvient pas (soumission chimique). Réduction du dosage 0,125 mg et conditions de prescription particulières : limitation aux troubles sévères du sommeil, conditionnement à sept comprimés.

13 Surdosage Le plus à craindre est la dépression respiratoire. Il existe un antidote aux BZD, le flumazénil (Anexate®). Antagoniste des benzodiazépines, il bloque spécifiquement par inhibition compétitive les effets sur le SNC exercés par les substances agissant au niveau des récepteurs aux BZD. La t1/2 courte du flumazénil, inférieure à celle de la plupart des BZD impose un traitement dentretien et ne dispense pas dune surveillance intensive en raison des risques de réendormissement secondaires et de convulsions notamment en cas de prise associée avec dautres toxiques ( alcool, ADTC). Si lintoxication fait suite à un traitement chronique aux BZD, le flumazénil peut conduire à un syndrome de sevrage. On administre alors de faibles doses de BZD.

14 Précautions d'emploi - prudence chez les conducteurs de machines, chez les sujets âgés, les éthyliques; - chez l'enfant la prescription doit être ponctuelle et de courte durée - ne pas associer à l'alcool; - éviter en cas de grossesse ou d'allaitement; - en cas de traitement prolongé ou d'utilisation à doses élevées, prescrire de faibles doses pendant 10 semaines au maximum et arrêter de façon progressive sur 2 semaines; - insuffisance rénale et/ou hépatique: il peut être nécessaire d'adapter la posologie; - en cas d'insuffisance respiratoire modérée ou de myasthénie, la posologie doit être diminuée et l'administration nécessite une surveillance étroite.

15 Sevrage aux benzodiazépines L'arrêt du traitement peut entraîner un phénomène de sevrage. Le patient en sera averti. Larrêt sera donc progressif avec décroissance posologique sur plusieurs semaines, d'autant plus que l'utilisation a été prolongée, où que l'on suspecte une pharmacodépendance. Contre-indications Insuffisances respiratoires sévères, allergie aux BZD. Limitation de la durée de prescription L'arrêté du 7 octobre 1991 a réduit la durée de prescription des médicaments contenant des substances de la liste I à propriétés hypnotiques et/ou anxiolytiques respectivement à 4 semaines pour les hypnotiques et 12 semaines pour les anxiolytiques. Le triazolam (Halcion®) a une durée de prescription limitée à 2 semaines.

16 B - Hypnotiques avec le même mode daction que les benzodiazépines 1- La zopiclone (Imovane®) Produit très proche des BZD avec le même profil pharmacologique. Pharmacocinétique Résorption: rapide, concentrations maximales atteintes en 1 h 30 à 2 h. La résorption n'est pas modifiée selon le sexe, par l'heure de prise ou par la répartition des doses. Distribution: très rapide. La fixation aux protéines plasmatiques est faible (45% environ) et non saturable, passage dans le lait. Demi-vie d'élimination: 5 h. Après administrations répétées, il n'y a pas d'accumulation.

17

18 Métabolisme: hépatique. Chez le sujet âgé, malgré une légère diminution du métabolisme et un allongement de la demi-vie d'élimination, environ 7 h, il n'a pas été mis en évidence d'accumulation. En cas d'insuffisance rénale, aucune accumulation de la zopiclone ou de ses métabolites n'a été observée. La zopiclone est dialysable. Chez les patients cirrhotiques, la clairance plasmatique est nettement diminuée par ralentissement de la déméthylation : la posologie devra donc être adaptée. Excrétion : urinaire (80% environs et fèces 16% environ).

19 2- Le zolpidem (Stilnox®) Hypnotique rapide, myorelaxant et anticonvulsivant. Pharmacocinétique résorption: après prise orale, la biodisponibilité est de 70% et le Tmax de 0,5 à 3 heures. Distribution: la pharmacocinétique est linéaire, la fixation au protéines plasmatiques est proche de 90%. Demi-vie délimination: proche de 2,5 heures. Métabolisme: hépatique avec production de métabolites inactifs. En cas dinsuffisance hépatique la biodisponibilité est augmentée. Chez le sujet âgés une diminution de la clairance est observée. Excrétion: 55% dans les urines et 37% dans les selles.

20

21 Formes et posologies:( liste 1) DCINom déposéDosage / présentationPosologie au coucher ButobarbitalButobarbital dipharma® 200 mg suppositoireA: 200 a 400 mg C - Les barbituriques Hypnotiques et sédatifs, ils ne sont presque plus prescrits car ils engendrent une mauvaise qualité du sommeil et du réveil, de plus ils sont dangereux!

22 Pharmacocinétique Les barbituriques sont des acides faibles liposolubles Absorption: voies orale et rectale, résorption rapide Distribution: liaisons aux protéines plasmatiques (albumine). Une compétition avec d'autres acides faibles telles que la warfarine ou l'aspirine peut s'observer. Les barbituriques franchissent facilement la barrière foeto-placentaire et sont retrouvés dans le lait en faible concentrations Élimination hépatique: après biotransformations hépatiques qui aboutiront à des métabolites hydrosolubles facilement excrétables par le rein, les voies biliaires et les fèces. Métabolisme:des oxydations suivies de glucuroconjugaisons constituent les voies métaboliques essentielles. Les barbituriques sont de puissants inducteurs enzymatiques. Penser aux interactions possibles entre barbituriques et d'autres médicaments ou substances endogènes comme les hormones stéroidiennes, les sels biliaires, le cholestérol, la vitamine K, etc.

23 Précautions d'emploi - à utiliser avec prudence chez les conducteurs de machines, chez les personnes âgées ou insuffisantes respiratoires; - éviter tout emploi prolongé (réévaluation après 14 jours de traitement) et tout arrêt brutal; - ne pas associer aux contraceptifs oraux (annulation de l'effet contraceptif); - éviter pendant la grossesse (premier trimestre) et l'allaitement. En cas de surdosage, perfuser une solution osmotique alcalinisante. Contre-indications Porphyries, insuffisance respiratoire sévère, antécédents d'hypersensibilité aux barbituriques.

24 D - Phénothiazines hypnotiques et associations Structures chimiques

25 Formes et posologies:( liste 1) DCIDosage/ présentation Nom déposéPosologie au coucher Acéprométazine7,5 mgNoctran 10®A : 1 à 2 cp au coucher + acépromazine0,75 mg; cp séc + chlorazépate 10 mg Acéprométazine10 mg; cp sécMépronizine®A : 1 à 2 cp au coucher + méprobamate400 mg

26 Alimémazine 5 mg cp sécThéralène®A: 5 à 20 mg 1 mg/gtte solution buvable 2,5 mg/5 ml, sirop E: 0,25 à 0,50 mg/kg/j Doxylamine 15 mg cp sécDonormyl®1/2 à 1 cp, 2 si besion, 15 à 20 minutes avant le coucher Niaprazine 3 mg/ml siropNopron®E < 12 mois, 1 mg/kg/j 15 mg/5 ml

27 Pharmacocinétique résorption : au niveau de l'intestin grêle, les molécules les plus liposolubles sont les plus rapidement résorbées; distribution : le pic sérique est atteint rapidement en 2 à 4 heures. La fixation tissulaire est très stable, ceci se traduisant par un stockage prolongé du médicament. Passage transplacentaire et dans le lait maternel (en faible quantité), après un traitement prolongé de la mère, deux tableaux cliniques peuvent être observés chez le nouveau- né, correspondant soit à un syndrome d'imprégnation, soit à un syndrome de sevrage. demi-vie d'élimination: entre 10 et 35 heures; métabolisme : hépatique, nombreux métabolites élimination : urinaire sous forme de métabolites conjugués inactifs, élimination lente et prolongée.

28 Indications Hypnotiques sédatifs,quelquefois associés à un anxiolytique (méprobamate). Effets indésirables Effets extrapyramidaux, somnolence et même coma avec dépression respiratoire et cardiovasculaire en cas de surdosage. Précautions demploi - ne pas associer aux boissons alcoolisées et aux dépresseurs du SNC; - à utiliser avec prudence chez les conducteurs de machine; - surveillance renforcée chez les épileptiques, les parkinsoniens, les sujets âgés, en cas d'affection cardiovasculaire grave, d'insuffisance rénale ou hépatique; - éviter en fin de grossesse, pendant l'allaitement. - suspendre le traitement en cas d'hyperthermie : risque de syndrome malin des neuroleptiques. En cas de surdosage, on observe un coma avec syndrome parkinsonien sévère. Contre-indications Glaucome par fermeture de l'angle, troubles vésicoprostatiques.

29 Triazolam Autres BZD Apparentés BZD Antihistaminiques/ phénothiazines barbituriques Efficacité Effet indésirable au pic (mémoire, trouble du comportement) ++ +(+)++++ Effets résiduels ++ Dépendance+++(+)0+++ Toxicité +++ Bénéfice/risque+++++(+)+


Télécharger ppt "PSYCHOTROPES INTRODUCTION Médicaments qui ont une action sur le psychisme. Lessor thérapeutique des psychotropes date de 1952 avec la naissance du Largactil®."

Présentations similaires


Annonces Google