La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

STAGE : CONTRACTUELS en allemand Les documents de référence : TEIL 1 : Le CECRL – Les niveaux-Les activités langagières- lapproche actionnelle – La notion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "STAGE : CONTRACTUELS en allemand Les documents de référence : TEIL 1 : Le CECRL – Les niveaux-Les activités langagières- lapproche actionnelle – La notion."— Transcription de la présentation:

1 STAGE : CONTRACTUELS en allemand Les documents de référence : TEIL 1 : Le CECRL – Les niveaux-Les activités langagières- lapproche actionnelle – La notion de tâche. TEIL 2 : Comment bâtir un cours ? TEIL 3: De lentraînement vers lévaluation les programmes (CDI / CRDP/ CDDP) -Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues = le CECRL Le Port Folio

2 Quelles méthodes dapprentissages avant le Cadre ?

3 Historique du CECRL : - Le résultat dannées de recherches de linguistes Une réflexion nouvelle sur les OBJECTIFS et méthodes denseignement des langues. Définit une base commune pour la conception de programmes, et de diplômes. Uniformise les niveaux des langues en EUROPE. Les BUTS du Cadre :

4 Pourquoi le Cadre est important ? Le CECRL Fixe NIVEAUX / PALIERS à atteindre Définit des ACTIVITES de COMMUNICATION langagière Compétence nouvelle: Interaction Orale (IO) Redéfinit les COMPOSANTES de Communication Définit APPROCHE ACTIONNELLE

5 Les niveaux de référence

6 Le cadre définit 6 niveaux de A1 à C2 qui sont répartis en activités langagières: Les niveaux de référence activités langagières COMPREHENSION orale : CO COMPREHENSION écrite : CE PRODUCTION orale : PO dont PRODUCTION orale en continu : POC et PRODUCTION orale en Interaction : POI PRODUCTION écrite : PE

7 Les niveaux de référence permettent de situer et de faire travailler les apprenants en fonction de leur degré de maîtrise de la langue (compétences) dans une activité langagière donnée. A quoi servent les niveaux de référence? - Pour chaque classe, un niveau de référence a été déterminé en fonction de compétences à atteindre : - En début de 6ème, lélève qui a fait de l allemand en primaire doit valider autour de 75% des items du niveau A1. - En fin de 6ème et afin de prendre en compte les progrès de lélève, il doit désormais valider autour de 25% des items du niveau A2. - En fin de 5 ème, lélève doit valider autour de 50% des items du niveau A2. -En fin de 4 ème, lélève doit valider entre 75 % des items du niveau A2 et 25% du niveau B1- - En fin de 3 ème,lélève doit valider autour de 50 % des items du niveau B1

8 Pour le collège Niveau du socle commun Début de 6 ème fin de 6 ème fin de 5 ème fin de 4 ème fin de 3 ème 75% 25%50%entre75%et 25%50%

9 Pour le lycée : La classe de SECONDE LV2 vise un niveau A2/ B1 La classe de PREMIERE est le première étape du cycle terminal dont lobjectif est le niveau B2 pour la LV1 et le niveau B1 consolidé pour la LV2 La classe de TERMINALE LV2 travaille en niveau B1 / B2. ( en terminale STG en revanche on attend le niveau B1 ) LES NOUVELLES METHODES pour le LYCEE : certaines permettent pour un même thème un double parcours dans les activités langagières : lun étant à dominante orale aboutit à une tâche finale dans une activité langagière orale, et lautre à dominante langagière écrite mène à une tâche finale dexpression écrite. ( Cf méthode Einblick ) De plus elles indiquent le niveau CECRL des entraînements, des exercices et des tâches finales ( ex : A2/ B1 ) Concernant les tâches finales, ce sont des niveaux visés, mais tant pour les tâches de réception que pour les tâches de production, il est possible de viser un niveau supérieur ou inférieur selon le niveau de la classe..

10 activités de communication langagière = les anciennes « compétences» :CO/CE/PO/PE Maintenant les compétences désignent des composantes générales: -la composante linguistique : lexique+syntaxe + phonologie etc.... -La composante socio-linguistique : la langue dans sa dimension sociale : registres de langues, règles de politesse, spécificités culturelles etc.. -la composante pragmatique : connaissance de codes ( pour répondre au téléphone ; écrire à un ami Nouvelle terminologie du Cadre Quelle est la perspective retenue ? en quoi consiste-t-elle ? Perspective actionnelle : Elle reprend des concepts de lapproche communicative et y ajoute la notion de TÂCHE à accomplir. Lélève : un acteur social qui parle pour FAIRE quelque chose. Il devra AGIR pour résoudre des tâches quotidiennes.

11 AVANT la tâche Il y aura eu un apprentissage linguistique/ culturel / pragmatique reposant sur des ACTIVITES diverses. Un exercice- une systématisation- une imitation = des ACTIVITES. Ces activités antérieures visent... Lappropriation ( dun fait de langue )puis sa fixation puis son automatisation Toutes ces activités sont nécessaires et incontournables mais il faut aller plus loin... Acheter un billet de train en Allemagne pour se rendre chez des amis allemands habitant un autre « Land « Lenseignant doit se demander Si la tâche est réalisable (se noter 5 idées possibles.) ? Quels PRE- REQUIS sont nécessaires aux élèves ? Quels entraînements intermédiaires mettre en place avant la tâche ? Quels supports utiliser ? Pour notre billet Il faudra : 1-Se rendre à la gare : 2- parler au guichetier 3- payer le billet 4- confirmer par téléphone son arrivée

12 Quest-ce quune tâche? Elle est une situation –problème à résoudre Elle est orienté vers un BUT à atteindre Elle répond à 3 CONDITIONS et 5 CRITERES Pour quil y ait une TACHE il faut 3 critères : 1-quelle soit réalisée en coopération 2- quelle incite à la communication entre apprenants 3- quelle débouche sur un résultat concret et connu des élèves La tâche répond aussi à 5 CRITERES : 1-Elle est un PLAN de travail SOUPLE 2- Elle est centrée sur le SENS et non sur la forme 3- Elle entraîne nimporte quelle compétence langagière, voire toutes. 4- Elle doit favoriser processus « cognitif » = (réflexion )dans le groupe 5- Elle aboutit à un produit final communicatif et concret.

13 Puisque le SENS de la tâche doit primer sur la FORME La grammaire Nest PAS Le Pivot

14 On ne part pas Du point de GRAMMAIRE Des contextes dans lesquels il va apparaître

15 La démarche sera au contraire Dans lequel ce point de grammaire sera incontournable.. De trouver un contexte GLOBAL

16 On va sentraîner Est- ce une TACHE ou une ACTIVITE ? Les 5 critères sont- ils respectés ? 1- Existe-t-il un plan de travail ? 2- Acte de communication et centré sur le SENS ? 3- Implication de processus réels de la langue ? 4- Recours à plusieurs compétences ? 5-Mise en place de processus de réflexion du groupe? NON Ce nest qu'une ACTIVITE : Nr 1 : Peu / pas initiative (s )des élèves. Nr2: Pas centrée sur le SENS : pratique de la langue en soi : révision des nombres Nr 3 : Aspect mécanique et artificiel de la langue. Nr 4: Une seule compétence : sinterroger mutuellement sur des questions toutes faites Nr 5 : Pas de réflexion : activité isolée et téléguidée

17 Mais alors Comment en faire une TÂCHE ? En lintégrant dans une séquence de travail ayant un objectif final clairement COMMUNICATIF !! Le PLAN de TRAVAIL pourrait être le suivant : 1ERE PARTIE : Chaque élève reçoit 3 fiches sur 3 pays germanophones 1 des fiches contient des renseignements Les 2 autres fiches sont VIDES. Les élèves devront chercher les personnes ayant les renseignements manquants. Ils devront décider à qui poser les questions Comment les poser ? Avec quelles structures linguistiques ? 2eme PARTIE - On divise la classe en groupes - Chaque groupe choisit 1 ou 2 pays germanophone(s) sur le(s)quel(s) il rédigera un texte à partir de renseignements obtenus (leçon / internet/guide voyage/ photos etc.. ) - Les groupes devront de mettre daccord pour ne point faire les mêmes pays plusieurs fois. 3eme PARTIE Le professeur apportera une carte murale Les élèves colleront dessous leurs productions respectives au fur et à mesure de leur présentation devant la classe.

18 Au final : les CONDITIONS dune tâche sont remplies : 1- Un plan de travail souple. 2- Un centrage sur le sens. 3- Un processus de langue réel/pragmatique. 4-Un usage de différentes compétences en langue. 5-Un produit final: le panneau mural.

19 COMMENT BÂTIR UN COURS ? Quelques grands principes : 1- Choisir des textes/ thèmes et supports qui nous « parlent »et parlent aussi aux élèves. 2 – Accepter au départ un canevas de préparation qui va cadrer les séquences des cours. 3- Adapter les leçons/ séquences des manuels au niveau réel de nos élèves en se donnant des repères dans le TEMPS. 4- noter pour soi pourquoi telle partie du cours na pas fonctionné bilan autocritique

20 Comment élaborer une séquence denseignement ? Une séquence denseignement est formée de plusieurs séances : 1- Définir en premier lieu lobjectif de la séquence : par ex: exposer son opinion et argumenter. 2- Etablir une évaluation finale adaptée à des points entraînés en cours. 3- Créer la tâche finale qui doit être la plus authentique possible. 4- Définir les activités langagières qui seront travaillées : CE/ PE etc.. 5- Définir les compétences linguistiques ( lexicales, grammaticales )nécessaires pour la réalisation de la tâche finale et qui seront-elles aussi entrainées. Quel lexique ? Quel(s) point(s) de grammaire ? A partir de quels pré-requis ? 6- Définir les compétences pragmatiques ( construction du discours, interaction ) et la compétence sociolinguistique ( EX : registre de langue adapté à la situation de communication ) 7- Découper la séquence en séances cohérentes. : chaque séance devant avoir son propre objectif et mobiliser une ou plusieurs activités langagières. Les séances peuvent comprendre des micro-tâches préparant la tâche finale de la séquence.

21

22

23 De lentraînement vers lévaluation Les deux sont liés: Lévaluation est inséparable du processus dapprentissage 1- Côté ENSEIGNANT : elle permet un bilan sur lefficacité de lenseignement / travail. 2- Côté ELEVE: elle permet de se situer par rapport à un niveau donné

24 De lévaluation vers la réussite.. Quelques conditions : 1-Ne pas tester une capacité alors que le temps dapprentissage a été trop court. 2- On ne juge ( et entraîne ) quUNE difficulté à la fois. 3- Il doit y avoir adéquation entre objectifs dapprentissage et procédures dévaluation. L es 4 types dévaluation : LEVALUATION ne doit pas être confondue avec des contrôles PONCTUELS de lexique ou grammaire. 1- Evaluation diagnostique: réalisée surtout en début dannée / Primaire 6eme et / ou à dautres moments : en début dannée pour constituer des groupes de compétences … 2- Evaluation sommative : fait la SOMME des connaissances. Intervient au terme dun apprentissage - (séquence /entraînement etc..) Fera lobjet d une note chiffrée.. Evaluation formative : permet de se situer par rapport à sa propre progression. Peut saccompagner de lautoévaluation. Ne fait pas obligatoirement lobjet dune note chiffrée. Peut se définir en termes dACQUIS – NON ACQUIS – EN VOIE DACQUISITION. 4- Autoévaluation : préconisée très largement par le CECRL car elle favorise lautonomie de lélève en lui faisant constater par lui-même ses progrès. Le Port Folio est un excellent outil dautoévaluation.


Télécharger ppt "STAGE : CONTRACTUELS en allemand Les documents de référence : TEIL 1 : Le CECRL – Les niveaux-Les activités langagières- lapproche actionnelle – La notion."

Présentations similaires


Annonces Google