La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les agents infectieux -2- Unité denseignement UE 2.10 Infectiologie & hygiène IFSI - Octobre 2010 Dr Sarah KHATIBI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les agents infectieux -2- Unité denseignement UE 2.10 Infectiologie & hygiène IFSI - Octobre 2010 Dr Sarah KHATIBI."— Transcription de la présentation:

1 Les agents infectieux -2- Unité denseignement UE 2.10 Infectiologie & hygiène IFSI - Octobre 2010 Dr Sarah KHATIBI

2 Plan Généralités Ecologie microbienne Pathogénicité des agents infectieux Cibles des anti-infectieux

3 Plan Généralités Ecologie microbienne Pathogénicité des agents infectieux Cibles des anti-infectieux

4 Généralités Infections Définition : Rapports de force entre un agent pathogène (virus, bactérie, parasite, champignon, prion) et lhôte Rupture de léquilibre 2 étapes qui précèdent : Contamination : phénomène physique de transfert (contamination dune plaie) Colonisation : phénomène microbiologique de multiplication et adhésion (colonisation dune sonde)

5 Généralités Infections Les 4 phases de linfection Incubation Invasion Etat : signes à leur maximum Terminaison : guérison ou mort Les types dinfection Aigüe Chronique : persistance, latence Toxinogène

6 Généralités Transmission Mode de transmission Direct Indirect Voies de transmission Aéroportée : infections respiratoires, grippe… Gouttelettes de salive, méningite, grippe… Manuportée : infections entériques, BMR en milieux hospitaliers… Sexuelle : IST : syphilis, VHB, VIH… Sanguine : transfusion, blessures profondes

7 Généralités Transmission Produits biologiques Sang Selles, urines, salive, sueur, lait Sperme, sécrétions vaginales prélèvements biologiques, pièce opératoire liquides de ponction

8 Généralités Infections nosocomiales Acquises à lhôpital (contraires de communautaires) Absentes à ladmission Non en incubation à lentrée

9 Plan Généralités Ecologie microbienne Pathogénicité des agents infectieux Cibles des anti-infectieux

10 Ecologie microbienne Définition : Ecologie microbienne : distribution de microorganismes dans les milieux et en interactions avec les autres êtres vivants. Flore : ensemble des micro-organismes présents en un site donné. Pas de virus, essentiellement des bactéries et champignons.

11 Ecologie microbienne Définition : Distinction selon leur habitat : Micro-organismes commensaux : (latin mensa : table) résidents habituels de la peau et des muqueuses des animaux et des êtres humains = flore humaine. Micro-organismes saprophytes : (grec sapros : fumier) résidents habituels de lenvironnement (terre, eau) se nourrissent de la matière organique en décomposition = flore environnementale.

12 Ecologie microbienne Définition : Distinction selon la pathogènicité : Bactéries pathogène spécifiques : à lorigine dune maladie infectieuse bien déterminée (ex : bacille de koch = tuberculose). Bactéries pathogène opportunistes : (= non pathogènes), normalenent présentes dans la flore humaine mais qui lors dune immunodépression deviennent pathogènes.

13 Ecologie microbienne Définition : Notion de pathogénie pour lhomme : Niveau dagressivité du micro-organisme. Fragilité du patient (immunodéprimé). Pénétration par la bonne porte dentrée (ex : le virus de la grippe = porte dentrée aérienne, si on mange le virus on ne craint rien).

14 Ecologie microbienne FLORES COMMENSALES OU HUMAINES Flore résidente : ensemble des espèces présentes de façon permanente. Contribue aux défenses vis-à-vis des micro-organismes pathogènes spécifiques. Flore transitoire : ensemble despèces sétablissant de façon temporaire (en transit) et provenant de lenvironnement et des autres individus. 1. flore cutanée Répartition hétérogène sur la peau : Bactéries aérobies : couches superficielles. Genres staphylococcus, corynebacterium. Bactéries anaérobies : follicules pileux, glandes sébacées. Propionibactérium acnés. La partie superficielle de cette flore va se retrouver dans lenvironnement du fait de la desquamation (essentiellement staphylococcus). Répartition hétérogène dans la population Présence de certaines espèces chez une partie de la population générale. Staphylococcus aureus : 19 à 40% de la population. Streptocoques des groupes A, C, G : rares, peu abondantes.

15 Ecologie microbienne Facteurs de variation : Age, sexe, caractère héréditaires, profession, hospitalisation... Au niveau qualitatif et quantitatif. Notion quantitative : Zones sèches : 10 à 10puissance3 unités formant calories (ufc)/cm2 de peau. Zones humides : 10puissance3 à 10puissance6 ufc/cm2 de peau. Couches dair au contact de la peau, 2 à 4 fois plus de micro- organismes que lair environnant

16 Ecologie microbienne FLORES COMMENSALES OU HUMAINES flore nasale entrée des fosses nasales : flore cutanée (zone humide), si portage (S.aureus). en aval : micro-organismes saprophytes inhalés, S.epidermidis, streptococcus dont S.pneumoniae, haemophilus (anaérobie), entérobactéries. flore buccale flore particulière : liée à la présence de dents, genèse des caries, des pulpites. Densité : 10puissance8 ufc/ml de salive. flore du tube digestif estomac : acidité +++ (pH=2), peu de germes. Intestin : présence ++ à partir de liléon terminal, environ 400 espèces différentes, variation liée à lalimentation. Bactéries aéro-anaérobie facultatives et anaérobies strictes. Gram + et Gram -. Entérobactéries +++. Anaérobies strictes ++ cocci et bacilles. Levures (candida albicans).

17 Ecologie microbienne Flores saprophytes ou environnementales flore hydrique Espèces bactériennes : nombreuses et variables en fonction du type deau. Bacilles à Gram -. o Pseudomonias dont P.aeruginosa (bacille pyocyanique). o Lagionella (selon la température, grande multiplication à + de 37°). Notions quantitatives : Eau du réseau (eau dadduction) potabilité : o Micro-organismes aérobies (22°C, 72H) < 100 ufc/ml. o Micro-organismes aérobies (37°C, 24H) <10 ufc/ml.

18 Ecologie microbienne Flores saprophytes ou environnementales flore aérienne Contamination particulière : particule : élément en suspension dans lair de taille inférieure à 100micron (invisible à lœil nu). Particules inertes (minéraux, fibres textiles) et particules viables porteuses de bactéries ou moisissures. Homme au repos : 10puissance4 particules/min. Homme en activité : 10puissance6 particules/min doù 10puissance3 bactéries/min. Aspects qualitatifs : Flore saprophyte ou environnementale : o Bacillus, micrococcus o Aspergillus, penicillium Flore humaine ou commensale : o Staphylococcus Remarque : lair est surtout un vecteur de micro-organismes et pas un réservoir (ne se multiplie pas).

19 Plan Généralités Ecologie microbienne Pathogénicité des agents infectieux Cibles des anti-infectieux

20 Pathogénicité des agents infectieux Pouvoir pathogène des bactéries – Adhésion : adhésines bactériennes et récepteurs cellulaires – Invasion – Sécrétion de toxines: exotoxine et endotoxine – Synthèse denzymes – Multiplication bactérienne Multiplication intracellulaire facultative Multiplication intracellulaire obligatoire – Réaction dhypersensibilité

21 Pathogénicité des agents infectieux Pouvoir pathogène des virus – Effet cytopathogène aboutissant à linactivation de la fonction des cellules ou à leur destruction : Epithélium bronchique : Myxovirus influenzae Corps du neurone du SNC: virus de la rage Lymphocyte T CD4: VIH – Etat latent (herpes virus) – Intégration dans le génome humain (VIH)

22 Pathogénicité des agents infectieux Pouvoir pathogène des parasites – Multiplication intracellulaire pour les protozoaires : macrophages (Leishmania), hématies (Plasmodium) – Métazoaires: migration et fixation vers formes adultes

23 Pathogénicité des agents infectieux Pouvoir pathogène des champignons – Pénétration tissulaire et multiplication sous forme filamenteuse => destruction tissulaire et réaction inflammatoire

24 Moyens de défense de lorganisme Moyens anatomiques et biologiques Peau et muqueuses Écoulement de liquides biologiques: drainage et élimination dagents infectieux Substances chimiques biologiques: lysozymes et ph acide : limitation multiplication agents infectieux La rate : opsonisation des bactéries circulantes Intégrité du système immunitaire

25 Moyens de défense de lorganisme Réaction inflammatoire Afflux de cellules sanguines Vasodilatation Apport facteurs humoraux => circonscrire le foyer infectieux et apporte les éléments cellulaires et humoraux de défense

26 Moyens de défense de lorganisme Eléménts du système immunitaire Système immunitaire cellulaire Les polynucléaires neutrophiles Les polynucléaires éosinophiles Les monocytes Les macrophages Les cellules tueuses naturelles Les lymphocytes T Système immunitaire humoral Le complément Les immunoglobulines Les cytokines

27 Conséquences pathologiques de linfection Fièvre : état infectieux Bactériémie, virémie, fungémie...

28 Conséquences pathologiques de linfection Syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS) Sepsis Sepsis grave Choc septique Syndrome de défaillance multiviscérale

29 Conséquences pathologiques de linfection Syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS) : – Association de plusieurs signes peu spécifiques, conséquences de différentes agressions cliniques graves Température corporelle FC FR Leucocytes

30 Conséquences pathologiques de linfection Sepsis : – Associe le SRIS avec une infection définie T°, FC, FR, TA Signes de gravité : – Pulmonaires, intra-abdominales, signes dinfections sévères – Thrombopénie, natrénie, bilirubinémie Score de gravité : Si 3/10 : RR de gravité : 15 à 20 % Si 4/10 : 20 à 30% Si >5 : > 30%

31 Conséquences pathologiques de linfection Sepsis grave – Sepsis et altération fonctions vitales – fonction cardio-vasculaire – fonction respiratoire – fonction rénale – fonctions supérieures – coagulation – Fonction hépatique

32 Conséquences pathologiques de linfection Choc septique Persistance dune hypotension ou de signes dhypo perfusion malgré la réanimation et le remplissage

33 Conséquences pathologiques de linfection Syndrome de défaillance multiviscérale – Présence de plusieurs dysfonctions dorganes ne permettant plus de maintenir lhoméostasie sans intervention

34 Plan Généralités Ecologie microbienne Pathogénicité des agents infectieux Cibles des anti-infectieux

35 Anti bactériens Rappels : structure des bactéries Cibles des anti bactériens Anti viraux Rappels : structure des virus Cibles des anti viraux Anti parasitaires Rappels : structure des parasites Cibles des anti parasitaires Anti fungiques Rappels : structure des levures Cibles des anti fungiques

36 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens Rappels : structure des bactéries Cibles des anti bactériens Anti viraux Rappels : structure des virus Cibles des anti viraux Anti parasitaires Rappels : structure des parasites Cibles des anti parasitaires Anti fungiques Rappels : structure des levures Cibles des anti fungiques

37 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens : rappels structure des bactéries De 0,3 à 200 microns Structures constantes Chromosome : ADN circulaire Cytoplasme contenant les ribosomes, vacuoles... Membrane cytoplasmique Paroi externe rigide, donnant la forme : cocci, bacille, spiralée Structures facultatives Flagelles Pili Plasmides Capsule Spores

38 38 Structures constantes – Chromosome : ADN circulaire – Cytoplasme contenant les ribosomes, vacuoles... – Membrane cytoplasmique – Paroi externe rigide, donnant la forme : cocci, bacille, spiralée Structures facultatives – Flagelles – Pili – Plasmides – Capsule – Spores Structure des bactéries

39 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens : cibles des anti bactériens La paroi bactérienne : bétalactamines, glycopeptides,... La synthèse protéïque : groupe MLS, tétracycline, aminosides, Le métabolisme des acides nucléïques : quinolones, sulfamidés, Inhibitions des voies métaboliques action anti-anaérobie : nitro-imidazolés

40 Cibles des anti-bactériens La paroi bactérienne : bétalactamines, glycopeptides,... La synthèse protéïque : groupe MLS, tétracycline, aminosides, Le métabolisme des acides nucléïques : quinolones, sulfamidés, Inhibitions des voies métaboliques action anti-anaérobie : nitro- imidazolés

41 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens Rappels : structure des bactéries Cibles des anti bactériens Anti viraux Rappels : structure des virus Cibles des anti viraux Anti parasitaires Rappels : structure des parasites Cibles des anti parasitaires Anti fungiques Rappels : structure des levures Cibles des anti fungiques

42 Cibles des anti-infectieux Anti viraux : rappels : structure des virus Génome Acide nucléïque viral : ARN ou ADN Capside Enveloppe

43 43

44 Multiplication virale - Adsorption - Pénétration - Décapsidation - Réplication du génome viral - Synthèse de protéines virales - Assemblage et encapsidation - Libération des virions

45 Cibles des anti-infectieux Anti viraux Vaccins +++ Molécules : virostatiques Inhibition de ladhésion Inhibition de la décapsidation Inhibition de la réplication virale Inhibition de la protéase virale Inhibition de la neuraminidase Inhibition de lintégrase Interféron

46 Cibles des anti-infectieux Interféron L'interférence (1935) (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à) Dès 1935, on avait constaté que l'infection expérimentale d'un animal par un virus pouvait empêcher l'infection par un autre virus inoculé 48 heures plus tard (l'intervention de l'immunité spécifique était donc exclue). interférence En 1943, on décrit l'interférence entre un virus grippal "tué" et un virus grippal "vivant" dans la cavité allantoïdienne de l'œuf incubé.

47 Cibles des anti-infectieux Interféron : (1957) À Londres, Isaacs et Lindenmann, reprenant le travail décrit vont expliquer l'interférence : 1.à une culture de membrane chorio-allantoïdienne (mca) on ajoute une suspension de virus grippal "tué" par la chaleur. On porte à 37° C pendant 24 heures et on recueille le surnageant. 2. à une culture de membrane chorio-allantoïdienne fraîche on ajoute le surnageant et on laisse en contact 24 heures. 3.on ajoute alors une suspension de virus grippal vivant : il ne se multiplie pas. 4. Le surnageant contient une substance sécrétée par les cellules mises en contact avec le virus "tué". Fixée par des cellules saines, cette substance les protège de l'infection. Responsable de l'interférence, les chercheurs l'appellent interféron (IFN)

48 Cibles des anti-infectieux Interféron IFN : Glycoprotéines fabriquées par des cellules infectées par un virus Spécifique dune espèce animale mais pas dune espèce virale 3 types : IFN alpha, IFN béta, IFN gamma Etat réfractaire à la réplication virale Rôle important dans la guérison spontanée de certaines infections virales

49 49 Grippe VHB VHC VIH Herpes virus

50 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens Rappels : structure des bactéries Cibles des anti bactériens Anti viraux Rappels : structure des virus Cibles des anti viraux Anti parasitaires Rappels : structure des parasites Cibles des anti parasitaires Anti fungiques Rappels : structure des levures Cibles des anti fungiques

51 Cibles des anti-infectieux Anti parasitaires Définitions Parasitisme = association de 2 espèces différentes, obligatoire et bénéfique pour le parasite Ectoparasites : en surface : arthropodes Endoparasites extra cellulaires : dans les cavités naturelles : trypanosome, schistosome intra cellulaires : plasmodium Mode de parasitisme accidentel : toxoplasme facultatif : amibes, obligatoire temporaire, périodique, permanent : ténia

52 Cibles des anti-infectieux Anti parasitaires Classification : Helminthiases » cestodes : ténia » Trématodes : douve » Nématodes : oxyure, ascaris Protozooses » Amibes, » giardia, » trichomonas, » toxoplasme, » plasmodium, » pneumocystis,... Arthropodes » Gâle » Poux

53 53

54 54

55 Cibles des anti-infectieux Anti parasitaires : cibles des anti parasitaires - Action sur la cuticule et les membranes - Action intra-cellulaire polymérisation de la tubuline phosphorylation oxydative métabolisme des glucides synthèse des protéines synthèse des acides nucléiques - Action sur le SN

56 Cibles des anti-infectieux Anti bactériens Rappels : structure des bactéries Cibles des anti bactériens Anti viraux Rappels : structure des virus Cibles des anti viraux Anti parasitaires Rappels : structure des parasites Cibles des anti parasitaires Anti fungiques Rappels : structure des levures Cibles des anti fungiques

57 Cibles des anti-infectieux Anti fungiques Rappels : structure des levures Candida : unicellulaire, ronde et bourgeonnante Aspergillus : ubiquitaire, champignon filamenteux type moisissure Cryptococcus Histoplasme

58 Cibles des anti-infectieux Anti fungiques Cibles des anti fungiques Membrane cellulaire fungique : ergostérol » Azolés : fluconazole, voriconazole, posaconazole… » Polyènes : Amphotéricine B Paroi fungique : le béta D glucane » Echinocandines Synthèses des protéïnes » 5 FC : inhibiteurs de la biosynthèse des acides nucléiques

59 59 Merci de votre attention...


Télécharger ppt "Les agents infectieux -2- Unité denseignement UE 2.10 Infectiologie & hygiène IFSI - Octobre 2010 Dr Sarah KHATIBI."

Présentations similaires


Annonces Google