La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TUMEURS DU REVETEMENT OVARIEN Primitives: bénignes ou malignes Secondaires: tumeurs de Krukenberg Diagnostic différentiel = kyste fonctionnel (corps jaune.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TUMEURS DU REVETEMENT OVARIEN Primitives: bénignes ou malignes Secondaires: tumeurs de Krukenberg Diagnostic différentiel = kyste fonctionnel (corps jaune."— Transcription de la présentation:

1 TUMEURS DU REVETEMENT OVARIEN Primitives: bénignes ou malignes Secondaires: tumeurs de Krukenberg Diagnostic différentiel = kyste fonctionnel (corps jaune ou follicule devenu kystique), disparition après les règles. Tumeurs primitives: épithéliales (+++), germinales, du stroma gonadique ou des cordons sexuels

2 TUMEURS EPITHELIALES DU REVETEMENT OVARIEN P OINT DE D EPART Invagination de l'épithélium coelomique à l'intérieur du cortex ovarien E VOLUTIVITE cystadénomes : tumeurs bénignes (cyst)adénocarcinomes : tumeurs malignes (cyst)adénocarcinome à faible potentiel de malignité: tumeurs border-line.

3 A NATOMIE P ATHOLOGIQUE G ENERALE - Prolifération épithélio-conjonctive harmonieuse : cystadénomes dysharmonieuse : cystadénocarcinomes - Prolifération épithéliale dominante : adénocarcinomes T YPOLOGIE - Nature de l'épithélium pathologique tumeurs séreuses bénignes et malignes tumeurs mucineuses bénignes et malignes tumeurs endométriales, tumeurs à cellules claires et autres types : tumeurs malignes

4 LES ADENOCARCINOMES OVARIENS E PIDEMIOLOGIE Fréquence : incidence variable (France = 1 femme sur 80), surtout pays développés cas par an en France Age : surtout de 50 à 80 ans, mais il existe des formes de ladolescente

5 Facteurs de risque : - prédisposition héréditaire : 5 à 10 % des cas risque x 3 si un parent de 1er degré mutation gène BRCA1 (seins ovaires) dans plus de 50 % des formes familiales, plus accessoirement HNPCC, BRCA2, Syndrome de Li-Fraumeni… - ovulations incessantes effet protecteur de la grossesse et de la pilule oestroprogestative effet facilitateur des inducteurs de l'ovulation (?)

6 A NATOMIE P ATHOLOGIQUE Cystadénocarcinomes à malignité limitée ( 20 % des cancers) pluristratification, atypies cellulaires réaction desmoplasique et/ou inflammatoire du stroma Adénocarcinomes formes kystiques ou mi-kystiques mi-solides cystadénocarcinomes séreux et muqueux grade 1 et 2 formes solides adénocarcinomes séreux et mucineux grade 3, adénocarcinomes endométrioïdes, adénocarcinomes à cellules claires

7 E VOLUTION A NATOMIQUE DES A DENOCARCINOMES OVARIENS Point de départ : bilatéral dans 15 à 20 % des cas Modalités : essaimage des végétations exo-kystiques Topographie des greffes - péritoine pelvien - gouttières para-coliques (caecum, sigmoïde) - épiploon (transverse, grande courbure) - région supra-colique (petit épiploon, capsule de Glisson, rate, coupoles diaphragmatiques) - ascite d'accompagnement Autres modalités : canalaire, sanguine et surtout lymphatique (ganglions pelviens et lombo-aortiques)

8

9

10 S YMPTOMES ET E VOLUTION DES A DENOCARCINOMES O VARIENS : développement insidieux Signes d'alarme : 2 présentations 1) comme cystadénomes 2) apparition rapide d'une voussure abdominale et d'une altération de l'état général avec signes d'accompagnement divers qui peuvent prendre le premier plan : douleurs de types divers, nausées, vomissements, subocclusion Signes d'examen : 2 tableaux 1) tumeur pelvienne ou pelvi-abdominale 2) ascite néoplasique

11 Examens paracliniques 1) cytologie de ponction (ascite) 2) marqueurs (CA 125, CA 19-9, bHCG, alphafoetoprot) : élevés 9 fois / 10, mais faux positifs fréquents 3) imagerie (écho, tomodensitométrie, IRM, RP, TEPscan) tumeurs pelviennes ou pelvi-abdominales : image mi- solide mi-kystique avec score élevé ascite : signaux irréguliers en plages correspondant à la lésion et aux greffes à distance (analyse facile au niveau du diaphragme, difficile ailleurs : intérêt du scanner spiralé ou de l'IRM avec acquisition rapide ou du TEPscan) 4) laparoscopie-laparotomie : conclusion obligatoire

12 En doppler couleur : présence d une vascularisation * Végétation

13 Kyste à septa épais et végétation pariétale : Cystadénocarcinome séreux

14

15 I NDICATIONS I AI B Femmes Autres casToutes formes jeunes T Border-line ou TM grade I Annexectomie hystérectomie totale unilatérale + omentectomie totale + biopsies+ lymphadénectomie + omentectomie pelvienne et aortique = S TOP

16 I II III IV Debulking optimal Debulking optimal possible impossible + lympha Debulking optimal Chimiothérapie d'induction Chimiothérapie adjuvante Second look Second look ? Réponse Pas de réponse Lésion pas de lésion Debulking Chimio résiduelle résiduelle optimal 2e ligne Chimio 2e ligne S TOP Reprise chimio Hyst,omentectomie

17 TRAITEMENTS Plus de ¾ des TO sont découvertes à un stade III Importance dune bonne stadification (cytologie péritonéale, lympha, biopsies péritonéales…) Importance dun geste chirurgical complet Chimio de 1ère intention = Carboplatil + Taxol Chimios de 2ème ou 3 ème ligne = Hycamtin, Gemzar, Caelix, Cisplatil, Oxaliplatine, Xéloda, Endoxan…

18 SUIVI Rechutes surtout dans les 3 à 5 premières années Surveillance = examen clinique + marqueur biologique tous les 4 mois Survie à 5 ans = % si stade I Survie à 5 ans = % si stade III Pas de dépistage (sauf formes héréditaires) Cas particulier = T. Border-line. Séreuse ou mucineuse. Chirurgie dexèrése complète sans lymphadenectomie. Pas de chimio. Survie excellente


Télécharger ppt "TUMEURS DU REVETEMENT OVARIEN Primitives: bénignes ou malignes Secondaires: tumeurs de Krukenberg Diagnostic différentiel = kyste fonctionnel (corps jaune."

Présentations similaires


Annonces Google