La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Système dinformation, risques et qualité Dr Paul GARASSUS Président du Conseil Scientifique - BAQIMEHP Bureau dAssurance Qualité et de lInformation Médico-Economique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Système dinformation, risques et qualité Dr Paul GARASSUS Président du Conseil Scientifique - BAQIMEHP Bureau dAssurance Qualité et de lInformation Médico-Economique."— Transcription de la présentation:

1 Système dinformation, risques et qualité Dr Paul GARASSUS Président du Conseil Scientifique - BAQIMEHP Bureau dAssurance Qualité et de lInformation Médico-Economique de lHospitalisation Privée 81 Rue de Monceau – PARIS

2 Le système dinformation en situation Il sagit dun outil Cet outil doit être au service des professionnels, dédié à leur fonction de soins Il doit combiner plusieurs contraintes : cahier des charges complexe Toute solution nest quun compromis Il est « contexte – dépendant »

3 Système dinformation : risques et principe de réalité Nous vivons une révolution des pratiques hospitalières: ne pas inventer seul une solution Inventaire des besoins (on ne crée pas un besoin) et analyse partagée des solutions entre les acteurs Nécessité de trouver des compétences rares dans le monde de la santé Les erreurs de perspectives : le patient au centre du dispositif (Conscience et Conscience « de »). Quel système à quel coût, pour quelle qualité ?

4 Le contexte : Tarification A lActivité « Rien » ne serait passé sans cette contrainte Le secteur privé est « lavenir » de la TAA sous le principe de convergence Un système dinformation ne dépend pas du statut juridique de létablissement Une contrainte majeure du Privé : la facturation Un danger extrême : la perte de confidentialité

5 Réseau Groupe

6 Afférences du système Dossier administratif IPP Règles de création, outils de vérification Interfaces logiciels Sécurité et qualité Quels degrés de préparation et de disponibilité ? Dossier médical et dossier administratif Délocalisation des postes : bloc, réa, radio, bio, salles de soins, cabinets médicaux, urgences, archives, etc… Les autres outils : « I googled… » Les transitions

7 Lorganisation dun établissement privé à la TAA Processus de prise en charge administrative Processus de facturation médicalisée Pré- adm EntréeSéjourSortieFactu- ration Dossier Patient PMSIArch. SAV Acte Pré- adm EntréeSéjourSortie Facturation médicalisée Arch. SAV Acte Modalités de fonctionnement du PMSI

8 ADMISSION Arrivée du patient Actes effectués dans létablissement CHAMBREBLOC INFORMATION ADMINISTRATIVE Assurance maladie + Assurance complémentaire FICHE DE SUIVI DU PATIENT Actes effectués en externe PLATEAUX TECHNIQUES Biologie Radiologie Imagerie AUTRES ETABLISSEMENTS DE SOINS AUTRES FOURNISSEURS CTS Fournisseur PTH SMUR Pharmacie FACTURATION Sortie du patient SECURITE SOCIALE = CPAM CABINET MEDICAL INSTALLE AU SEIN DE LETABLISSEMENT ASSUREURS COMPLEMENTAIRES Modalités SI fonctionnement du PMSI

9 BAQIMEHP FHP Représentants régionaux Clinique AGRAF Envoi trimestriels RSAc - RSFAc Diffusion annuelle Plate-forme e-pmsi Validation MAT2A DATim Ministère (ATIH) ARH Tutelle CONTROLES DATim

10 Secret médical et perte de confidentialité problèmes constitutionnels et fonctionnels Le secret médical simpose à tous les intervenants dans la chaîne du soin Anonymisation des séjours, mais facturation à CPAM et OC Lecture médicale du code GHS Depuis la TAA, risque dappropriation du système dinformation par le service financier dans les établissements de soins privés Objectif facturation au « fil de leau » pour loptimisation de la trésorerie

11 GHS et secret médical sur S3404 GHS V10.10 GHM V10.10 Libellé du GHM V10.10 bornes basses bornes hautes tarif privé 2006 EXH priv M02E Infarctus aigu du myocarde avec décès ,49 108, C03W Hystérectomies, âge supérieur à 69 ans et/ou CMA ,62 174, Z04Z Éthylisme avec dépendance ,38 86, M02B Maladies dues au VIH, avec une seule complication infectieuse ,15 186,19

12 TAA les limites du tout statistique GHSGHMLibellésectTARIF 2005 bas se haut e MONTAN T des EXH Points d'inversion 3 01C03V Craniotomies pour traumatisme, âge supérieur à 17 ans sans CMA public 5 781, , , C03W Craniotomies pour traumatisme, âge supérieur à 17 ans avec CMA public , ,97 seuil 48 jours 3 01C03V Craniotomies pour traumatisme, âge supérieur à 17 ans sans CMA privé 1 647, , , C03W Craniotomies pour traumatisme, âge supérieur à 17 ans avec CMA privé 4 495, ,73 seuil 46 jours

13 Gestion et système dinformation Lobjectif implicite de la TAA est la délégation de gestion au niveau de létablissement de soins Jusquoù un médecin DIM peut-il aller trop loin avec son Directeur détablissement ? (journées EMOIS 1998) Analyse du positionnement en comparaison nationale et application du coefficient correcteur de létablissement. Prévision budgétaire et repérage stratégique des points forts / points faibles économiques de létablissement

14 Décomposition Niveau danalyse : Comparaison GHM par GHM aux prix moyens nationaux 1 Ecar t CA 2 Héberg ement Bloc 3 Observations des effets Durée de séjourTechnicité 4 Par spécialité Par GHM Analyse de ses données PMSI Produits sanguins Prothèses Utilisation du PMSI enjeux Établissement

15 De lÜbermensch à Superman (U. ECO) SI nœud stratégique, stratégie médico- économique avec le PMSI : oui ! Sans le DIM vous perdez. Et avec ? La gestion au case-mix : le tout économique est-il pertinent ? Que deviennent les out- liers? Quelle liberté dadapation : évolution des techniques, des pratiques, des contrats? La gestion économique est-elle une régulation des activités médicales? Le système dinformation est-il un outil de gestion ou damélioration de la qualité des soins ? Les deux ?

16 Les risques de « linformation » Les non qualités inhérentes au système : réformes majeures et outils informatiques « imparfaits » ou « immatures » à J0 Un réseau tombe en panne. La qualité des hommes, acteurs impliqués ET la sécurité du système Lutilisation des données : secret médical, logiques financières dans la médicalisation de la gestion hospitalière La pertinence danalyse tient compte du financement : en amont de la TAA nécessité daméliorer la signalétique des séjours via une classification adaptée

17 Michel DUBOIS, Séminaire ENC Quimper 2005 Un écart se définit comme la différence entre deux valeurs dont lune constitue la norme. Justifié sentend comme étant légitime. - Qui définit la norme ? Selon quelles méthodes ? - Pour quelles finalités ? Légitime pour quels acteurs ? - Norme pour le facteur capital ? - Norme pour le facteur travail ? - Norme pour le facteur organisationnel ? SI daujourdhui et de demain. Convergence et ENC, enjeux méthodologiques

18 Cedant arma togae Conflit Éthique / Économique : largent naime pas la déontologie ? Le partage de linformation est une responsabilité qui ne peut être banalisée Linteractivité nécessite le bornage des compétences et des spécificités, mais le système dinformation est une fenêtre ouverte La seule perspective est celle du service au patient, dans un cadre légal strict mais en tenant compte des nécessaires outils de performance médico-économique


Télécharger ppt "Système dinformation, risques et qualité Dr Paul GARASSUS Président du Conseil Scientifique - BAQIMEHP Bureau dAssurance Qualité et de lInformation Médico-Economique."

Présentations similaires


Annonces Google