La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LINFIRMIER ET LE PATIENT POLYTRAUMATISE EN REANIMATION Aurélie ROYER, Cadre de Santé, Réanimation chirurgicale, Groupe hospitalier Bicetre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LINFIRMIER ET LE PATIENT POLYTRAUMATISE EN REANIMATION Aurélie ROYER, Cadre de Santé, Réanimation chirurgicale, Groupe hospitalier Bicetre."— Transcription de la présentation:

1 LINFIRMIER ET LE PATIENT POLYTRAUMATISE EN REANIMATION Aurélie ROYER, Cadre de Santé, Réanimation chirurgicale, Groupe hospitalier Bicetre

2 LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Connaître les spécificités des soins infirmiers donnés aux patients polytraumatisés Développer ses connaissances en réanimation chirurgicales Gérer son stress pour développer des compétences cliniques, professionnelles

3 Législation Article R Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage 12° Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap ; 12° Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap ; 15° Aspirations des sécrétions d'un patient qu'il soit ou non intubé ou trachéotomisé 15° Aspirations des sécrétions d'un patient qu'il soit ou non intubé ou trachéotomisé 19° Recueil des observations de toute nature susceptibles de concourir à la connaissance de l'état de santé de la personne et appréciation des principaux paramètres servant à sa surveillance : température, pulsations, pression artérielle, rythme respiratoire, volume de la diurèse, poids, mensurations, réflexes pupillaires, réflexes de défense cutanée, observations des manifestations de l'état de conscience, évaluation de la douleur ; 19° Recueil des observations de toute nature susceptibles de concourir à la connaissance de l'état de santé de la personne et appréciation des principaux paramètres servant à sa surveillance : température, pulsations, pression artérielle, rythme respiratoire, volume de la diurèse, poids, mensurations, réflexes pupillaires, réflexes de défense cutanée, observations des manifestations de l'état de conscience, évaluation de la douleur ;

4 LEGISLATION Article R L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin : 22° Soins et surveillance d'un patient intubé ou trachéotomisé, le premier changement de canule de trachéotomie étant effectué par un médecin ; 22° Soins et surveillance d'un patient intubé ou trachéotomisé, le premier changement de canule de trachéotomie étant effectué par un médecin ; 30° Vérification du fonctionnement des appareils de ventilation assistée ou du monitorage, contrôle des différents paramètres et surveillance des patients placés sous ces appareils ; 30° Vérification du fonctionnement des appareils de ventilation assistée ou du monitorage, contrôle des différents paramètres et surveillance des patients placés sous ces appareils ;

5 DEFINITION Patient présentant des lésions traumatiques mettant en jeu le pronostic vital, soit chacune par elle-même soit par leur association. Difficultés de prise en charge : pronostic vital engagé, lésions multiples, hiérarchiser la prise en charge

6 SANTE PUBLIQUE Quelques chiffres : Taux de mortalité : de 10 à 50 % Décès immédiats : lésions cérébrales majeures, traumatismes médullaires, atteintes du cœur et des gros vaisseaux, Décès précoces : hémorragie, hypoxie, Décès tardifs : infections et complications métaboliques.

7 QUELS PATIENTS AU DECHOCAGE? AVP (piéton, voiture, moto, vélo, scooter) AVP (piéton, voiture, moto, vélo, scooter) Majorité des patients Défénestration (volontaire ou pas ) Défénestration (volontaire ou pas ) Plaies par arme à feu etc… Plaies par arme à feu etc… Patients de grande garde de neurochirurgicaux Patients de grande garde de neurochirurgicaux Catastrophes naturelles (haiti) Catastrophes naturelles (haiti)

8 OU LES PATIENTS SONT-ILS ACCUEILLIS ? En SSPI : Zone de déchocage, aire daccueil du polytro, proximité dun bloc opératoire fondamentale et déquipes chirurgicales pluridisciplinaires En SSPI : Zone de déchocage, aire daccueil du polytro, proximité dun bloc opératoire fondamentale et déquipes chirurgicales pluridisciplinaires

9 QUEL MATERIEL SUR LE DECHOCAGE ? Ventilateur performant, scope, PSE, Echographe, striker, level one, aspiration douce et forte, prise dair, dO2 et de vide Ventilateur performant, scope, PSE, Echographe, striker, level one, aspiration douce et forte, prise dair, dO2 et de vide Chariot durgence : drogue durgence et matériel durgence ( intubation ect…) Chariot durgence : drogue durgence et matériel durgence ( intubation ect…) Vérification à chaque prise de poste par lIDE sera ce jour ou cette nuit la référente de laccueil : responsabilité professionnelle Vérification à chaque prise de poste par lIDE sera ce jour ou cette nuit la référente de laccueil : responsabilité professionnelle

10 EN PRATIQUE : comment se passe laccueil dun polytraumaisé ? Le MAR reçoit 1 appel du SAMU Le MAR reçoit 1 appel du SAMU Il accepte le polytrau en fonction de la gravité des lésions et de la disponibilité des équipes chirurgicales. Il accepte le polytrau en fonction de la gravité des lésions et de la disponibilité des équipes chirurgicales. Il prévient linfirmière réferente ce jour là de laccueil Il prévient linfirmière réferente ce jour là de laccueil

11 UNE REGLE Le polytraumatisé est hypovolémique et porteur dune lésion du rachis jusquà preuve du contraire Le polytraumatisé est hypovolémique et porteur dune lésion du rachis jusquà preuve du contraire

12 QUEL ROLE DE LINFIRMIER ? Deux mots : organisation et rapidité Deux mots : organisation et rapidité Détermine qui sera son second au niveau infirmier, quel aide soignant sera aussi disponible Détermine qui sera son second au niveau infirmier, quel aide soignant sera aussi disponible Vérifie une dernière fois la zone daccueil durgence, Vérifie une dernière fois la zone daccueil durgence, Appel la banque du sang, la radio Appel la banque du sang, la radio Prépare le bilan sang standard, le bilan radio, les drogues standards, sort les kits de pose de KTC, KTA, drain thoracique, Prépare le bilan sang standard, le bilan radio, les drogues standards, sort les kits de pose de KTC, KTA, drain thoracique,

13 ARRIVEE DU MALADE Présence de lIDE référente, de la seconde, du MAR ( si le médecin nest pas là : le prévenir), de linterne, de laide-soignant, Présence de lIDE référente, de la seconde, du MAR ( si le médecin nest pas là : le prévenir), de linterne, de laide-soignant, Début dune course contre la montre, chacun doit savoir ce quil a à faire, Début dune course contre la montre, chacun doit savoir ce quil a à faire, Les autres malades de lIDE référente doivent être surveillés par une autre collègue, Les autres malades de lIDE référente doivent être surveillés par une autre collègue, De même pour les autres patients de la SSPI De même pour les autres patients de la SSPI

14 COMMENT ARRIVE LE PATIENT ? 2 VVP de gros calibre : 14 G, 2 VVP de gros calibre : 14 G, Perfusé avec du serum phy à 9 %, Perfusé avec du serum phy à 9 %, IOT : en fonction de la gravité du polytraumatisme, IOT : en fonction de la gravité du polytraumatisme, Sonde Orogastrique, Sonde Orogastrique, Minerve rigide, Minerve rigide, Immobilisation des foyers de fractures Immobilisation des foyers de fractures Mobilisation en monobloc strict : respecte absolu de laxe tête cou bassin Mobilisation en monobloc strict : respecte absolu de laxe tête cou bassin

15 A SON ARRIVEE Interne pose : KTA et KTC en fémoral ( pas de contrôle radio, accès artériel silultané, possible même si trouble de lhémostase) Interne pose : KTA et KTC en fémoral ( pas de contrôle radio, accès artériel silultané, possible même si trouble de lhémostase) En fonction intubation ou pas En fonction intubation ou pas MAR fait écho abdo, des champs pulmonaires, péricardique, doppler transcrânien MAR fait écho abdo, des champs pulmonaires, péricardique, doppler transcrânien IDE sert interne, la 2 ième prépare les drogues si besoin, fait les bilans, commande les CG et transfuse en cas de besoin IDE sert interne, la 2 ième prépare les drogues si besoin, fait les bilans, commande les CG et transfuse en cas de besoin

16 LE BILAN BIOLOGIQUE NFS, Iono, GDS, NFS, Iono, GDS, Toxiques sanguins et urinaires, Toxiques sanguins et urinaires, BHCG (toute femme en âge de procréer = enceinte), BHCG (toute femme en âge de procréer = enceinte), Groupe sanguin et RAI Groupe sanguin et RAI Hémostase, Hémostase, ECG, ECG,

17 BILAN RADIO A COMPLETER En fonction de stabibilite hémodynamique du patient En fonction de stabibilite hémodynamique du patient

18 LE PATIENT EST STABLE BODYSCAN COMPLET : crâne, thorax, foie, rate, reins, BODYSCAN COMPLET : crâne, thorax, foie, rate, reins, Radio corps entier : Rachis cervical, Fractures de côtes, bassin, des membres sup, des membres in ( fémur) Radio corps entier : Rachis cervical, Fractures de côtes, bassin, des membres sup, des membres in ( fémur)

19 LE PATIENT EST INSTABLE SCAN CRANE, ARTERIOGRAPHIE voire BLOC DIRECTE SCAN CRANE, ARTERIOGRAPHIE voire BLOC DIRECTE Maintien en vie et geste dhémostase sans tarder Maintien en vie et geste dhémostase sans tarder Durant toutes les phases du transport, le patient est monitorré, les PSE suivent ainsi que le ventilateur si le patient est intubé. Durant toutes les phases du transport, le patient est monitorré, les PSE suivent ainsi que le ventilateur si le patient est intubé. Le transport du patient seffectue en présence dun interne, dune IDE et plus si besoin Le transport du patient seffectue en présence dun interne, dune IDE et plus si besoin

20 LA DETRESSE RESPIRATOIRE Elle peut intervenir à tous moment de la prise en charge Elle peut intervenir à tous moment de la prise en charge Signes cliniques Signes cliniques Traitement : IOT (FIO2 100%) Traitement : IOT (FIO2 100%) Etiologie pleurale : si drainage inefficace Etiologie pleurale : si drainage inefficace Etiologie pulmonaire ( inhalation, contusion, OAP…) : IOT Etiologie pulmonaire ( inhalation, contusion, OAP…) : IOT

21 QUELLE PATHOLOGIES ? Hémothorax compressif, Hémothorax compressif, Le pnemothorax suffocant Le pnemothorax suffocant Rôle IDE : surveillance dune drain thoracique, du niveau de sang collecté dans le réservoir du drain Rôle IDE : surveillance dune drain thoracique, du niveau de sang collecté dans le réservoir du drain

22 DETRESSE VASCULAIRE Lésion dun gros tronc vasculaire (aorte par ex ), Contusion myocardique etc… Lésion dun gros tronc vasculaire (aorte par ex ), Contusion myocardique etc… Intervention dune équipe de cardio chir, de vasculaire Intervention dune équipe de cardio chir, de vasculaire Si garrot avec horaire Si garrot avec horaire

23 DETRESSE HEMODYNAMIQUE Bradycardie du traumatisé : urgence absolue Bradycardie du traumatisé : urgence absolue 2 causes : lhypovolémie, lesion médullaire haute 2 causes : lhypovolémie, lesion médullaire haute Bradycardie avec hypertension : engagement cérébrale Bradycardie avec hypertension : engagement cérébrale

24 Suite Etat de choc : hypotension, tachycardie, sueurs, nausée, pâleurs, agitation, torpeur, Etat de choc : hypotension, tachycardie, sueurs, nausée, pâleurs, agitation, torpeur, Traitement : IOT, FIO2 100%, remplissage, catécholamines, SSH, Traitement : IOT, FIO2 100%, remplissage, catécholamines, SSH, Chercher létiologie Chercher létiologie

25 DETRESSE NEUROLOGIQUE Score de glasgow, pupilles, déficit moteurs, Score de glasgow, pupilles, déficit moteurs, Traitement : IOT si glasgow inf à 8, osmothérapie, optmimisation de la PAM, bloc pour evacution dun HSD, HED. Traitement : IOT si glasgow inf à 8, osmothérapie, optmimisation de la PAM, bloc pour evacution dun HSD, HED.

26 LES OBJECTIFS A MAINTENIR Prévention de lhypotension : PAS inf à 90 Prévention de lhypotension : PAS inf à 90 PAM min 90mmhg Prévenir les ACSOS: mortalité 2 fois plus élévée Prévenir les ACSOS: mortalité 2 fois plus élévée Correction de lhypovolémie, Correction de lhypovolémie, Introduction des catécho Introduction des catécho

27 SOINS INFIRMIERS PENDANT LACCUEIL Etre précis, rigoureux, rapide et organisé Etre précis, rigoureux, rapide et organisé RESTER CALME ET CONCENTRER RESTER CALME ET CONCENTRER Ecouter le MAR Ecouter le MAR Surveillance Clinique étroite du patient Surveillance Clinique étroite du patient Servir le médecin dans les différents gestes invasifs ( vous devez avoir tout le matériel sous la main ) Servir le médecin dans les différents gestes invasifs ( vous devez avoir tout le matériel sous la main ) Déleguer à votre collègue IDE la préparation des traitement Déleguer à votre collègue IDE la préparation des traitement AS va chercher les GC etc… AS va chercher les GC etc…

28 LES SOINS INFIMIERS INSTALLATION / Surveillances horaires INSTALLATION / Surveillances horaires Décubitus dorsal strict en fonction de lesion du rachis et ou bassin Décubitus dorsal strict en fonction de lesion du rachis et ou bassin Ventilation efficace Ventilation efficace Protection de la peau Protection de la peau - câbles et aux tuyaux - Matelas anti-escarres - Matelas anti-escarres - Drainages des œdèmes surélever mains et jambes - Installations tête corps dans même laxe

29 Surveillance infirmière du patient polytraumatisé fréquence cardiaque tension artérielle température corporelle capnie (mesure lu CO² expiré) saturation périphérique en O² du sang artériel

30 SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS EN DETRESSE RESPIRATOIRES Soins infirmiers patients intubés ventilés Soins infirmiers aux patients porteurs de drains thoraciques

31 LES SIGNES DENCOMBREMENT VENTILATE UR VOLUME INSPIRATOIRE > PRESSSION DE CRETE >PRESSION RESPIRATOIRE ALARMES SCOPE > Fréquence respiratoire Désaturation Modification de la fréquence cardiaque PATIENT Toux Râles, bruits sur le thorax, « glouglou » Remonté des sécrétions dans le tube

32 DETRESSE VASCULAIRE Lésion vasculaire : Surveillance infirmière dun patient vasculaire Surveillance des redons etc…

33 SURVEILLANCE D UN PATIENT EN DETRESSE HEMODYNAMIQUE Connaître objectif de PAM : prescription claire et précise et sy tenir Calcul des entrées sorties Prévenir médecin si déficit

34 SURVEILLANCE DUNE DETRESSE NEUROLOGIQUE Objectifs de PPC Connaître les limites de la pic Connaître si mobilisation ou pas du patient Surveillance dune DVE Prévenir MAR en cas daggravation où si limites de PIC dépassé pendant trop de temps.

35 Surveillance IDE: neurologique Score de Ramsay NiveauRéponse 1 Malade anxieux, agité 2 Malade coopérant, orienté et calme 3 Malade répondant aux ordres 4 Malade endormi mais avec une réponse nette à la stimulation de la glabelle ou à un bruit intense 5 Malade endormi répondant faiblement aux stimulations ci- dessus 6 Pas de réponse aux stimulations nociceptives

36 Surveillance IDE:DOULEUR

37 Surveillance IDE: état cutané Soulever le drap Les plaies, les saignements Les plaies, les saignements Lemphysème sous cutané Lemphysème sous cutané Œdème Œdème Couleur: cyanose marbrure nécroses, hématomes Couleur: cyanose marbrure nécroses, hématomes Ictère, érythème, éruptions, escarres, rougeur Ictère, érythème, éruptions, escarres, rougeur Sueur Sueur Température Température

38 Transit intestinal Ventre gonflé Diminution de lamplitude respiratoire Désaturation

39 Les soins dhygiène Soins de yeux Soins de yeux Soins de bouche Soins de bouche Soins de confort Soins de confort

40 Soins de confort Attention Bruit Bruit froid froid lumière lumièredouleur

41 Optimiser le confort Couvrir le patient Couvrir le patient Régler le niveau sonore des alarmes trop bruyantes autant que possible Régler le niveau sonore des alarmes trop bruyantes autant que possible Adopter un ton calme et rassurant, inviter la famille à faire de même Adopter un ton calme et rassurant, inviter la famille à faire de même Éteindre les lumières dirigées vers le visage Éteindre les lumières dirigées vers le visage

42 Optimiser le confort du patient Effectuer des manipulations douces en expliquant les gestes Effectuer des manipulations douces en expliquant les gestes Surveiller les signes dinconfort et faire prescrire les antalgiques Surveiller les signes dinconfort et faire prescrire les antalgiques

43 ACCUEIL DE LA FAMILLE Situation durgence, de crise, Possibilité en début de vie professionnellle de se sentir débordée, Demander le référent, lui expliquer comment le service fonctionne, à cette personne linformé très succintement Doit être vue par le MAR dès que possible

44 ACCUEIL DE LA FAMILLE Une fois la famille vue par le MAR, IDE accompagne la famille auprès de son proche, pendant le trajet explication succinte du matériel et de laspect physique du patient, Savoir que la famille sera sous le choc… prévoir : chaises, eau, bien comprendre que les pleurs et les cris seront « normaux », éviter de dire ça va aller …

45 CONCLUSION Accueil et soins infirmiers du polytro : professionnellemnt très riche denseignement Accueil et soins infirmiers du polytro : professionnellemnt très riche denseignement Matériaux complexes très performants et moyens invasifs, Matériaux complexes très performants et moyens invasifs, Soins relationnels très forts : écoute, empathie Soins relationnels très forts : écoute, empathie Rôle fondamentale de linfirmier (développement des DU et de laide – soignant Rôle fondamentale de linfirmier (développement des DU et de laide – soignant


Télécharger ppt "LINFIRMIER ET LE PATIENT POLYTRAUMATISE EN REANIMATION Aurélie ROYER, Cadre de Santé, Réanimation chirurgicale, Groupe hospitalier Bicetre."

Présentations similaires


Annonces Google