La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Notion de physiologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Notion de physiologie."— Transcription de la présentation:

1 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Notion de physiologie pour lInitiateur Lappronfondissement et les explications complètes de ces notions seront du domaine de lEntraîneur F1 Typhaine RIOUX, Clément NORMANI & Frédérick CASTEL

2 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Quelques repères et définitions ADENOSINE TRIPHOSPHATE : (A.T.P.) c'est la seule source d'énergie directement utilisable dans l'organisme, c'est cette énergie, libérée lors de sa dégradation, qui est utilisée par le muscle pour se contracter. PUISSANCE : c'est la quantité MAXIMUM d'énergie utilisée par unité de temps. CAPACITE : c'est la quantité totale d'énergie dont dispose un système (Alactique ou Lactique ou Aérobie). PROCESSUS ENERGETIQUES : lorganisme doit sadapter pour reconstituer son stock dA.T.P. Cette reconstitution ne sera possible que si lorganisme est en mesure dapporter aux trois filières de réactions biochimiques de lénergie de resynthèse.

3 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Quelques définitions DETTE DOXYGENE : Au début dun exercice le volume dO² reste pendant plusieurs minutes inférieur à sa valeur mesurée à létat déquilibre. Il existe un déficit en O², pendant cette période le muscle dépense une quantité dénergie supérieure à celle fournie par le métabolisme aérobie. Ce déficit en O² résulte de linertie dadaptation du système déchanges gazeux au niveau musculaire. A larrêt de lexercice, le volume O² reste un certain temps supérieur à sa valeur de repos. Le retour au niveau initial de repos seffectue en trois phases : 1 - phase de décroissance rapide et brève. 2 - phase de décroissance lente pouvant durer 2 à 3 heures. 3 - phase décroissante au cours de laquelle le V O² décroît très lentement, restant supérieur au volume de repos pendant 12 à 24 heures. Cet excès de consommation doxygène pendant la période de récupération est appelée : dette doxygène. Elle varie, de quelques millilitres à plus de 10 litres, suivant lintensité et la durée de lexercice effectué. VOLUME D'EJECTION SYSTOLIQUE : ( Q.s. ou V.S.) C'est le volume de sang éjecté par le ventricule lors de chaque contraction, ou systole, dans l'aorte ou l'artère pulmonaire. En position allongée le V.S. est plus grand. DEBIT CARDIAQUE :Cest la quantité de sang qui passe à un endroit, par unité de temps. Au repos, la valeur est de 4 à 5 litres.min-1, elle peut être multipliée par 6 lors dun effort intense. Pour une consommation dO² donnée, le débit cardiaque est plus élevé de 1 à 2 l. min-1 en position couchée quen position debout.

4 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Quelques définitions VO² : consommation d'oxygène pour une puissance (ou vitesse) et une fréquence cardiaque donnée. La VO² représente la capacité conjuguée des systèmes respiratoires et circulatoires à se procurer et à fournir de l'oxygène aux muscles en activité. VO² Max : Consommation Maximale d'Oxygène d'un sujet qui s'exprime généralement en ml/mn/ par Kg de poids de corps. Valeur moyenne de 35 à 45 ml/mn/kg pour un sujet sédentaire et allant jusquà ml/mn/kg pour des sportifs de haut niveau. Cet indice de puissance indique aussi la capacité des muscles à capter et brûler cet oxygène. PUISSANCE MAXIMALE AEROBIE (ou P.M.A. ou P.A.M.) c'est la puissance d'effort constatée au moment ou la VO² MAX. est atteinte. La P.M.A. s'exprime en Watts sur la bicyclette ergométrique et, plus utilement, en VITESSE (m/s ou Km/heure) sur piste ou tapis roulant. Il faut de 6 à 20 deffort pour latteindre selon le type dexercices. La VO² max. exprime une consommation. La P.M.A. indique une puissance d'effort. VITESSE Maximale Aérobie (ou VMA ou VAM) c'est la PMA exprimée en VITESSE, c'est la vitesse maximale qu'on puisse maintenir grâce au seul mécanisme aérobie de production d'énergie.

5 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Quelques définitions SEUIL AEROBIE : (S.A.) repère utilisé par les physiologistes pour situer l'intensité/vitesse où les lactates vont commencer à s'élever de façon significative (KINDERMANN le situe à 2 mmol). Ce seuil ne présente guère d'intérêt pratique, son intensité/vitesse est trop élevée pour faire de la récupération et trop faible pour développer la VO² Max Il exprime le point au-delà duquel le processus anaérobique prend une part de plus en plus importante. SEUIL ANAEROBIE :(S. AN.) c'est la vitesse à laquelle létat stable est rompu entre production et épongement de l'Acide Lactique et où celui-ci va commencer à s'accumuler de plus en plus, si l'effort continue à cette même intensité. Au alentour de 4 mmol (MADER), mais actuellement cette notion est encore discutée, c'est la vitesse "d'endurance". LACTATES : Communément c'est l'ACIDE LACTIQUE. Au repos, le taux de lactates est d'environ 0,6 à 1,8 mmol. Selon sa spécialité et l'intensité de l'effort un sportif sera capable de produire plus ou moins de lactates. Ainsi, au VO² Max-PMA, un spécialiste de course de fond produira 6 à 8 mmol de lactates alors que la majorité des sportifs de haut niveau produiront de 8 à 14 mmol. et même plus pour des efforts à forte prédominance anaérobie lactique. FREQUENCE CARDIAQUE MAXIMUM (F.C.M.) : A ne pas confondre avec la Fréquence Cardiaque Théorique Maximum. Cette fréquence cardiaque théorique se calcule par la formule : F.C.T.M. = Age Elle est inexacte avec des sportifs entraînés, la F.C. Max. réelle est atteinte avec la VO² Max. En effet, VO², vitesse et F.C. croissent de façon linéaire jusqu'à la VO² Max. Celle-ci atteinte, la VO² Max. et la F.C. plafonnent mais la vitesse peut encore augmenter grâce au système Anaérobie Lactique. Il nest pas surprenant de constater des Fréquences cardiaques Max. pendant leffort, dans leau, au alentour de 190/195 puls./mn.

6 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Quelques définitions FREQUENCE CARDIAQUE PENDANT L'EFFORT :Un nageur immergé avec la face dans l'eau aura un rythme cardiaque de 10 à 12 pulsations/minute plus bas que pendant le même type d'effort au sol à lair libre. En nage avec palmes des fréquences de 175/ 180 puls./mn. lors dun effort long sont courantes. DEPENSE ENERGETIQUE : 1 l d'O² = 5 K. cal. dont les 4/5 en chaleur Lors dun exercice maximal, la dépense énergétique de base peut-être multipliée par 15 à 20 grâce à lactivité renforcée des muscles striés. La dépense énergétique varie avec laugmentation de lintensité de travail, mais ceci dune façon non linéaire. Pourcentage de lintensité maximale Augmentation de la dépense énergétique% Energie totale 70 à 75 %+ 5 % 80 à 85 %+ 9 % 60 % 90 à 95 %+ 12 % 90 % 95 à 100 %+ 20 % 100 %

7 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques contraction musculaire CO² + chaleur +eau ATP ADP + Pi + ENERGIE Anaérobie Alactique Phosphocréatine (dans le muscle faible quantité de phosphagène) Création du Mouvement Anaérobie Lactique Glycogène stocké au niveau du foie et du muscle Sans 0², lacide lactique saccumule, le travail des enzymes bloque la chaîne de dégradation du glucose. Aérobie Dégradation complète du glucose Si exercice prolongé, dégradation complète des acides gras Si lintensité esr moyenne l0² brûle en priorité les lipides Si lintensité est forte, l0² brûle en priorité les glucides Au delà de 1 h 30, les réserves de glucides sont épuisées et seul les lipides assurent lénergie nécessaire. LA ROUE DE lATP La vie est ATP dépendante LA ROUE DE lATP La vie est ATP dépendante Travail biologique 1 Influx nerveux 2 Dépolarisation membrane fibre musculaire 3 Activation du catabolisme du Glycogène Resynthèse de lATP

8 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques

9 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques

10 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Remboursement post-exercice de la dette doxygène

11 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Récupération cardiaque après leffort

12 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques

13 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Variations de la FC, la VO² et les lactates sanguins selon leffort

14 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques - Age chronologique et âge biologique : La vitesse de croissance n'est pas uniforme chez les enfants. Il existe une différence entre l'âge chronologique et l'âge réel biologique qui peut aller jusqu'à 7 ans (Weineck ). La masse corporelle de l'enfant est d'autant plus grande que le développement est précoce. L'âge osseux influence nettement la taille, un enfant précoce sera plus grand, plus tôt, qu'un enfant ayant un développement plus lent. - Qualités de vitesse : Les bases biologiques de la vitesse se fixent tôt. Entre 5 et 7 ans il y a un accroissement considérable de la vitesse de course dû à une augmentation des possibilités de coordination = à 3 ans 30 % - 5 ans 70 à 75 % et à 6 ans 90 %. Le temps de latence diminue avec lâge de 0,5 sec. vers 7 ou 8 ans, il passe à 0,25 à 0,4 sec. vers 10 ans. La fréquence gestuelle maximale se définit vers 13 à 15 ans. - Qualités de force : La musculature ne peut être surchargée du fait du manque de contrôle optimal de la fatigue par le système nerveux central. Chez l'enfant la charge de son poids corporel est suffisante. La force maximale est obtenue entre 20 et 30 ans. On considère, pour l'enfant et l'adolescent, que les os sont plus souples que chez l'adulte mais la résistance à la flexion est moindre qu'à l'âge adulte. Les tissus tendineux et ligamentaires ne sont pas encore suffisamment résistants à la traction. Les cartilages de croissance ne sont pas ossifiés et ils ne supportent pas les cisaillements. - Qualités de mobilité : De 0 à 6 ans la mobilité naturelle de lenfant ne nécessite pas dexercices particuliers. De 7 à 9 ans la mobilité de certains secteurs est très performante ( colonne vertébrale ) tandis que pour les épaules et la coxo-fémorale il faut introduire des exercices sollicitant ces secteurs. Lapogée de la mobilité se situe vers 10 ans, par la suite la plasticité du système diminue. - Qualités de coordination : De 6 à 9 ans la plasticité du cortex cérébral permet des progrès très sensibles. De 10 à 13 ans lachèvement de la maturité de laire corticale motrice, les capacités de perception et de traitement de linformation dune part, et les rapports force-levier dautre part, sont favorables à lacquisition de nouvelles habilités motrices. Pendant ladolescence il sagira de maintenir une phase de stabilisation générale. - Effort à prédominance Anaérobie Alactique : Le bagage enzymatique de l'enfant est proche de celui de l'adulte. Les valeurs de Créatine PhosphoKinase (CPK) atteignent leur maximum entre 11 et 15 ans. Les jeunes peuvent donc faire des efforts brefs et intenses mais limités en quantité du fait de leur faible Capacité Alactique. - Effort à prédominance Anaérobie Lactique : Le système enzymatique dans ce domaine est peu performant, les valeurs de la PhosphoGlycérate Kinase (3 PGK) atteignent celles de l'adulte que vers 13 ans. La PhosphoFructo Kinase (PFK) qui est en corrélation étroite avec la production de lactates l'est également avec les indices de maturation sexuelle de la puberté. De ce fait les efforts lactiques, chez les jeunes non matures sexuellement, sont non rentables et nuisibles. - Effort à prédominance Aérobie : Dans ce domaine l'enfant est aussi performant que l'adulte. Chez les enfants de 5-9 ans et ans la part du lactate oxydé est plus grande par rapport à l'adulte d'où une meilleure capacité à travailler la filière utilisant les glucides ou les lipides. Facteurs de la performance et âge

15 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Qualités à développer selon les âges

16 INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Les différents processus de fourniture dénergie PuissanceCapacitéPuissanceCapacitéPuissanceCapacité PrincipeUtilisation des stocks A.T.P. et Phosphocréatine Glycolyse (fermentation glycogène) Oxydation des substrats (glucide, lipides, protides) Mise en jeuimmédiate 10 à 20 secondes 1'30" à 3 minutes Durée4 à 7 secondes7 à 20 secondes30 s à 1 minute 1 à 3 minutes3 à 8 minutes6 min. à + heures IntensitéMaximumMaximale ou intramaximale Proche du maximum Intramaximale mais P.M.A. (surcritique) 90 à 100 % de P.M.A. 60 à 90 % de P.M.A. Anaérobie Alactique Anaérobie lactique Aérobie


Télécharger ppt "INITIATEUR NAP – U.E.C. 2 Créée en 1948, la FFESSM est membre fondateur de la confédération mondiale des activités subaquatiques Notion de physiologie."

Présentations similaires


Annonces Google