La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les troubles anxieux Dr O.Sartre Cinquième secteur psychiatrie CHD G.Daumezon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les troubles anxieux Dr O.Sartre Cinquième secteur psychiatrie CHD G.Daumezon."— Transcription de la présentation:

1 Les troubles anxieux Dr O.Sartre Cinquième secteur psychiatrie CHD G.Daumezon

2 Les différents troubles Trouble panique avec ou sans agoraphobie Trouble panique avec ou sans agoraphobie Trouble anxieux généralisé Trouble anxieux généralisé Phobie sociale Phobie sociale Trouble obsessionnel compulsif Trouble obsessionnel compulsif Phobie simple ou spécifique Phobie simple ou spécifique Etat de stress post traumatique Etat de stress post traumatique

3 Quelques interrogations Quelles sont les différences entre peur et anxiété, entre anxiété et angoisse ? Quelles sont les différences entre peur et anxiété, entre anxiété et angoisse ? Est il utile davoir peur ? Est il utile davoir peur ? Comment distinguer le normal et le pathologique ? Comment distinguer le normal et le pathologique ?

4 quelques définitions

5 La PEUR Une émotion Une émotion Ressentie devant une situation précise et identifiable correspondant à un danger réel Ressentie devant une situation précise et identifiable correspondant à un danger réel Correspond à une interprétation de la situation comme dangereuse Correspond à une interprétation de la situation comme dangereuse Saccompagne dune activation de la réaction dalarme Saccompagne dune activation de la réaction dalarme

6 Une situation de catastrophe Vous êtes confronté à un individu qui vous menace avec un couteau Vous êtes confronté à un individu qui vous menace avec un couteau Activation de la réaction dalarme Activation de la réaction dalarme

7 La réaction dalarme Une émotion: la peur Une émotion: la peur Des modifications physiologiques: accélération du débit cardiaque, du rythme respiratoire, contraction musculaire, vasoconstriction périphérique, sueurs, dilatation pupillaire, inhibition processus digestifs, bouche sèche Des modifications physiologiques: accélération du débit cardiaque, du rythme respiratoire, contraction musculaire, vasoconstriction périphérique, sueurs, dilatation pupillaire, inhibition processus digestifs, bouche sèche

8 Des modifications cognitives: « je vais me faire tuer, je vais lui casser la figure, je ne vais pas résister… Des modifications cognitives: « je vais me faire tuer, je vais lui casser la figure, je ne vais pas résister… Des modifications comportementales: Des modifications comportementales:-fuir-combattre -se figer: la frayeur

9 LANXIETE Émotion provoquée par lappréhension dévènements pénibles Émotion provoquée par lappréhension dévènements pénibles La menace est plus diffuse, plus lointaine et plus vague que la peur La menace est plus diffuse, plus lointaine et plus vague que la peur Lanxiété oriente lattention vers une menace ou un danger, et active le système nerveux sympathique pour préparer lorganisme à agir ( fuite ou attaque) Lanxiété oriente lattention vers une menace ou un danger, et active le système nerveux sympathique pour préparer lorganisme à agir ( fuite ou attaque)

10 Anxieté= Angoisse

11 Peur et anxiété: des émotions utiles Psychologie évolutionniste: étude du psychisme de lhomme en fonction de la théorie de lévolution Psychologie évolutionniste: étude du psychisme de lhomme en fonction de la théorie de lévolution Les hommes préhistoriques qui éprouvaient de la peur et de lanxiété survivaient plus fréquemment que ceux qui ne les éprouvaient pas. Les hommes préhistoriques qui éprouvaient de la peur et de lanxiété survivaient plus fréquemment que ceux qui ne les éprouvaient pas.

12 Lanxiété devient parfois pathologique

13 Lanxiété devient pathologique quand: Elle est très fréquente Elle est très fréquente Elle est très intense Elle est très intense Elle survient à des moments inappropriés ( en voiture, dans la foule, sans raison, devant ses propres pensées) Elle survient à des moments inappropriés ( en voiture, dans la foule, sans raison, devant ses propres pensées) Et au moins une des deux caractéristiques suivantes: souffrance importante ressentie par la personne ou retentissement important au niveau social, professionnel ou affectif Et au moins une des deux caractéristiques suivantes: souffrance importante ressentie par la personne ou retentissement important au niveau social, professionnel ou affectif

14 Une grille danalyse pour la sémiologie de chaque trouble -la situation -les émotions ressenties, dont les modifications physiologiques -les cognitions ou pensées -les comportements consécutifs à ces pensées et émotions

15 Le trouble panique avec ou sans agoraphobie

16 DEFINITION: Lattaque de panique Période bien délimitée marquée par loccurrence soudaine dune appréhension intense, dune peur ou dune terreur souvent associées à des sensations de catastrophe imminente. Durant ces attaques de panique sont présents des symptômes tels que des sensations de souffle coupé, des palpitations, des douleurs ou des impressions détouffement et la peur de devenir fou ou de perdre le contrôle de soi.

17 Critères DSM IV (1) Une période bien délimitée de crainte ou de malaise intense, dans laquelle au minimum quatre des symptômes suivants sont survenus de façon brutale et ont atteint leur acmé en moins de dix minutes : Une période bien délimitée de crainte ou de malaise intense, dans laquelle au minimum quatre des symptômes suivants sont survenus de façon brutale et ont atteint leur acmé en moins de dix minutes : (1) palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque (1) palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque (2) transpiration (2) transpiration (3) tremblements ou secousses musculaires (3) tremblements ou secousses musculaires (4) sensations de « souffle coupé » ou impression d'étouffement (4) sensations de « souffle coupé » ou impression d'étouffement (5) sensation d'étranglement (5) sensation d'étranglement

18 Critères DSM IV () (6) douleur ou gêne thoracique (6) douleur ou gêne thoracique (7) nausée ou gêne abdominale (7) nausée ou gêne abdominale (8) sensation de vertige, d'instabilité, de tête vide ou impression d'évanouissement (8) sensation de vertige, d'instabilité, de tête vide ou impression d'évanouissement (9) déréalisation (sentiments d'irréalité) ou dépersonnalisa­tion (être détaché de soi) (9) déréalisation (sentiments d'irréalité) ou dépersonnalisa­tion (être détaché de soi) (10) peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou (10) peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou (11) peur de mourir (11) peur de mourir (12) paresthésies (sensations d'engourdissement ou de picotements) (12) paresthésies (sensations d'engourdissement ou de picotements) (13) frissons ou bouffées de chaleur (13) frissons ou bouffées de chaleur

19 Une attaque de panique peut être isolée (15% de la population sur la vie entière) ou sintégrer dans le cadre dun trouble mental à préciser Une attaque de panique peut être isolée (15% de la population sur la vie entière) ou sintégrer dans le cadre dun trouble mental à préciser

20 Lagoraphobie Anxiété liée à des endroits ou des situations doù il serait difficile ou gênant de s échapper ou dans lesquels aucun secours ne serait disponible en cas dattaque de panique ou de symptômes à type de panique ( attaques de panique incomplètes) Anxiété liée à des endroits ou des situations doù il serait difficile ou gênant de s échapper ou dans lesquels aucun secours ne serait disponible en cas dattaque de panique ou de symptômes à type de panique ( attaques de panique incomplètes)

21 Critères DSM IV (1) A. Anxiété liée au fait de se retrouver dans des endroits ou des situations d'où il pourrait être difficile (ou gênant) de s'échapper ou dans lesquelles on pourrait ne pas trouver de secours en cas d'Attaque de panique soit inattendue soit facilitée par des situations spécifiques ou bien en cas de symptômes à type de panique. Les peurs agoraphobiques regroupent typiquement un ensemble de situations caractéristiques incluant le fait de se trouver seul en dehors de son domicile ; d'être dans une foule ou dans une file d'attente ; sur un pont ou dans un autobus, un train ou une voiture. A. Anxiété liée au fait de se retrouver dans des endroits ou des situations d'où il pourrait être difficile (ou gênant) de s'échapper ou dans lesquelles on pourrait ne pas trouver de secours en cas d'Attaque de panique soit inattendue soit facilitée par des situations spécifiques ou bien en cas de symptômes à type de panique. Les peurs agoraphobiques regroupent typiquement un ensemble de situations caractéristiques incluant le fait de se trouver seul en dehors de son domicile ; d'être dans une foule ou dans une file d'attente ; sur un pont ou dans un autobus, un train ou une voiture. NB. Envisager le diagnostic de Phobie spécifique si l'évitement est limité à une ou seulement quelques situations spécifiques, ou celui de Phobie sociale si l'évitement est limité aux situations sociales. NB. Envisager le diagnostic de Phobie spécifique si l'évitement est limité à une ou seulement quelques situations spécifiques, ou celui de Phobie sociale si l'évitement est limité aux situations sociales. B. Les situations sont soit évitées (p. ex. restriction des voyages) soit subies avec une souffrance intense ou bien avec la crainte d'avoir une Attaque de panique ou des symptômes à type de panique ou bien nécessitent la présence d'un accompagnant. B. Les situations sont soit évitées (p. ex. restriction des voyages) soit subies avec une souffrance intense ou bien avec la crainte d'avoir une Attaque de panique ou des symptômes à type de panique ou bien nécessitent la présence d'un accompagnant.

22 Critères DSM IV (2) C. L'anxiété ou l'évitement phobique n'est pas mieux expliqué par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (par ex. évitement limité aux situations sociales par peur d'être embarrassé), une Phobie spécifique (p. ex. évitement limité à une situation unique comme les ascenseurs), un Trouble obsessionnel compulsif (p. ex. évitement de la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post- traumatique (p. ex. évitement des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou un Trouble anxiété de séparation (évitement lié au départ du domicile ou à la séparation d'avec les membres de la famille). C. L'anxiété ou l'évitement phobique n'est pas mieux expliqué par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (par ex. évitement limité aux situations sociales par peur d'être embarrassé), une Phobie spécifique (p. ex. évitement limité à une situation unique comme les ascenseurs), un Trouble obsessionnel compulsif (p. ex. évitement de la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post- traumatique (p. ex. évitement des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou un Trouble anxiété de séparation (évitement lié au départ du domicile ou à la séparation d'avec les membres de la famille).

23 L agoraphobie nest pas un diagnostic de trouble mental L agoraphobie nest pas un diagnostic de trouble mental

24 Trouble panique sans agoraphobie Le trouble panique sans agoraphobie est caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues à propos desquelles il existe une inquiétude persistante Le trouble panique sans agoraphobie est caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues à propos desquelles il existe une inquiétude persistante

25 Le trouble panique sans agoraphobie: critères DSM IV A la fois (1) et (2) : A la fois (1) et (2) : -(1) attaques de panique récurrentes et inattendues (v. p. 199) -(2) au moins une des attaques s'est accompagnée pendant un mois (ou plus) de l'un (ou plus) des symptômes suivants : (a) crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique (a) crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique (b) préoccupations à propos des implications possibles de l'attaque ou bien de ses conséquences (par ex. perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, « devenir fou ») (b) préoccupations à propos des implications possibles de l'attaque ou bien de ses conséquences (par ex. perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, « devenir fou ») (c) changement de comportement important en relation avec les attaques (c) changement de comportement important en relation avec les attaques B. Absence d'Agoraphobie (v. p. 200) B. Absence d'Agoraphobie (v. p. 200) C Les Attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiologiques directs dune substance (p. ex. une substance donnant C Les Attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiologiques directs dune substance (p. ex. une substance donnant

26 lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale (p. ex. hyperthyroïdie). lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale (p. ex. hyperthyroïdie). D. Les Attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (p. ex. survenant lors de l'exposition aux situations sociales redoutées), une Phobie spécifique (p. ex. lors de l'exposition à une situation phobogène spécifique), un Trouble obsessionnel-compulsif (p. ex. lors de l'exposition à la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post-traumatique (p. ex. en réponse à des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou à un Trouble anxiété de séparation (p. ex. en réponse au fait d'être éloigné du domicile ou des proches). D. Les Attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (p. ex. survenant lors de l'exposition aux situations sociales redoutées), une Phobie spécifique (p. ex. lors de l'exposition à une situation phobogène spécifique), un Trouble obsessionnel-compulsif (p. ex. lors de l'exposition à la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post-traumatique (p. ex. en réponse à des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou à un Trouble anxiété de séparation (p. ex. en réponse au fait d'être éloigné du domicile ou des proches).

27 Trouble panique avec agoraphobie Le trouble panique avec agoraphobie est caractérisé à la fois par les attaques de panique récurrentes et inattendues et par une agoraphobie Le trouble panique avec agoraphobie est caractérisé à la fois par les attaques de panique récurrentes et inattendues et par une agoraphobie

28 Trouble panique avec agoraphobie critères DSM IV A. A la fois (l)et(2): A. A la fois (l)et(2): (1) Attaques de panique récurrentes et inattendues (1) Attaques de panique récurrentes et inattendues (2) au moins une des attaques s'est accompagnée pendant un mois (ou plus) de l'un (ou plus) des symptômes suivants : (2) au moins une des attaques s'est accompagnée pendant un mois (ou plus) de l'un (ou plus) des symptômes suivants : (a) crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique (a) crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique (b) préoccupations à propos des implications possibles de l'attaque ou bien de ses conséquences (par ex. perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, « devenir fou ») (b) préoccupations à propos des implications possibles de l'attaque ou bien de ses conséquences (par ex. perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, « devenir fou ») (c) changement de comportement important en relation avec les attaques (c) changement de comportement important en relation avec les attaques B. Présence d'Agoraphobie (voir p. 200). B. Présence d'Agoraphobie (voir p. 200). C. Les Attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiolo­giques directs d'une substance (p. ex. une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale géné­rale (p. ex. hyperthyroïdie). C. Les Attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiolo­giques directs d'une substance (p. ex. une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale géné­rale (p. ex. hyperthyroïdie). D. Les Attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (p. ex. survenant lors de l'exposition aux situations sociales redoutées), une Phobie spécifique (p. ex. lors de l'exposition à une situation pho-bogène spécifique), un Trouble obsessionnel-compulsif (p. ex. lors de l'exposition à la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post-traumatique (p. ex. en réponse à des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou à un Trouble anxiété de séparation (p. ex. en réponse au fait d'être éloigné du domicile ou des proches). D. Les Attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une Phobie sociale (p. ex. survenant lors de l'exposition aux situations sociales redoutées), une Phobie spécifique (p. ex. lors de l'exposition à une situation pho-bogène spécifique), un Trouble obsessionnel-compulsif (p. ex. lors de l'exposition à la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un État de stress post-traumatique (p. ex. en réponse à des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou à un Trouble anxiété de séparation (p. ex. en réponse au fait d'être éloigné du domicile ou des proches).

29 Lagoraphobie sans antécédents de trouble panique Présence dune agoraphobie et de symptômes de type panique sans antécédents dattaque de panique inattendues Présence dune agoraphobie et de symptômes de type panique sans antécédents dattaque de panique inattendues

30 Critères DSM IV A. Présence d'Agoraphobie liée à la peur de développer des symptômes de type panique (p. ex. vertiges ou diarrhée). A. Présence d'Agoraphobie liée à la peur de développer des symptômes de type panique (p. ex. vertiges ou diarrhée). B. N'a jamais satisfait aux critères du Trouble panique B. N'a jamais satisfait aux critères du Trouble panique C.La perturbation n'est pas due aux effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale (p. ex. hyerthyroïdie). C.La perturbation n'est pas due aux effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale (p. ex. hyerthyroïdie). D. Si une affection médicale générale associée est présente, la peur décrite dans le critère A est manifestement excessive par rapport à celle habituellement associée à cette affection. D. Si une affection médicale générale associée est présente, la peur décrite dans le critère A est manifestement excessive par rapport à celle habituellement associée à cette affection.

31 Données épidémiologiques AP: prévalence à vie de 15% AP: prévalence à vie de 15% Trouble panique: 3,5% Trouble panique: 3,5% Début moyen à 29 an Début moyen à 29 an TP: prévalence égale chez hommes et femmes mais TPA 2.5 fois plus fréquents chez femme TP: prévalence égale chez hommes et femmes mais TPA 2.5 fois plus fréquents chez femme Délai de prise en charge : 7 ans avec une multiplication des prises en charge somatique. Les paniqueurs fréquentent deux fois plus les urgences que la population générale Délai de prise en charge : 7 ans avec une multiplication des prises en charge somatique. Les paniqueurs fréquentent deux fois plus les urgences que la population générale

32 Comorbidité On parle de comorbidité lorsque les critères diagnostics de plus dun trouble sont réunis. On parle de comorbidité lorsque les critères diagnostics de plus dun trouble sont réunis. Comorbidités très fréquentes :70% des cas des personnes atteintes de TP Comorbidités très fréquentes :70% des cas des personnes atteintes de TP Dépression (2/3 des cas dépression après ou en même temps que TP) Dépression (2/3 des cas dépression après ou en même temps que TP) Autre trouble anieux Autre trouble anieux Usage nocif ou dépendance à des produits psycho actifs: alcool, cannabis Usage nocif ou dépendance à des produits psycho actifs: alcool, cannabis

33 Facteurs prédisposants et de maintien Vulnérabilité biologique Vulnérabilité biologique Facteurs environnementaux: style déducation, facteurs de stress… Facteurs environnementaux: style déducation, facteurs de stress… Facteurs de maintien: Facteurs de maintien: -conditionnement interoceptif -mauvaise interprétation cognitive de stimuli corporels. Par exemple: mon cœur vite donc je fais un infarctus -évitements multiples, de situations et de sensations

34 Prise en charge : lattaque de panique La prise en charge de lattaque de panique en urgence nécessite après avoir éliminé déventuels diagnostics différentiels somatiques par linterrogatoire, lexamen clinique voire quelques examens paracliniques simples ( ECG, Glycémie) à rassurer le patient en lui expliquant ce qui lui arrive et en insistant sur labsence de problème somatique: début de psychoéducation La prise en charge de lattaque de panique en urgence nécessite après avoir éliminé déventuels diagnostics différentiels somatiques par linterrogatoire, lexamen clinique voire quelques examens paracliniques simples ( ECG, Glycémie) à rassurer le patient en lui expliquant ce qui lui arrive et en insistant sur labsence de problème somatique: début de psychoéducation Les thérapeutiques médicamenteuses sont à réserver à léchec de cette réassurance, en donnant per os une benzodiazépine daction rapide type ½ lexomil. Les voies intra veineuse ou intra musculaire sont déconseillées car il existe un risque de surmédicalisation ( factur de maintien des biais cognitifs), et le délai daction nest pas plus rapide en intra musculaire comparé à la voie orale. Les thérapeutiques médicamenteuses sont à réserver à léchec de cette réassurance, en donnant per os une benzodiazépine daction rapide type ½ lexomil. Les voies intra veineuse ou intra musculaire sont déconseillées car il existe un risque de surmédicalisation ( factur de maintien des biais cognitifs), et le délai daction nest pas plus rapide en intra musculaire comparé à la voie orale.

35 Prise en chargedu trouble panique Thérapeutiques médicamenteuses: Thérapeutiques médicamenteuses: -antidepresseurs type inhibiteurs de la recapture de la sérotonine : deroxat, seropram, zoloft…. -antidepresseurs type inhibiteurs de la recapture de la sérotonine : deroxat, seropram, zoloft…. -Les benzodiazépines ne sont pas un traitement au long cours du TP/A -Les benzodiazépines ne sont pas un traitement au long cours du TP/A Thérapie cognitive et comportementales Thérapie cognitive et comportementales -restructuration cognitive, exposition aux stimuli intéroceptifs et aux situations évitées : efficacité équivalente à moyen terme mais meilleure sur le long terme. -restructuration cognitive, exposition aux stimuli intéroceptifs et aux situations évitées : efficacité équivalente à moyen terme mais meilleure sur le long terme.

36 La phobie sociale,ou trouble anxiété sociale La phobie sociale est caractérisée par une anxiété cliniquement significative provoquée par lexposition à un certain nombre de situations sociales ou de situations de performance, conduisant souvent à un comportement dévitement La phobie sociale est caractérisée par une anxiété cliniquement significative provoquée par lexposition à un certain nombre de situations sociales ou de situations de performance, conduisant souvent à un comportement dévitement

37 Critères DSM IV A. Une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l'éventuelle observation attentive d'autrui. Le sujet craint d'agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante. NB. Chez les enfants, on doit retrouver des éléments montrant la capacité d'avoir des relations sociales avec des gens familiers en rapport avec l'âge et l'anxiété doit survenir en présence d'autres enfants et pas uniquement dans les relations avec les adultes. A. Une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l'éventuelle observation attentive d'autrui. Le sujet craint d'agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante. NB. Chez les enfants, on doit retrouver des éléments montrant la capacité d'avoir des relations sociales avec des gens familiers en rapport avec l'âge et l'anxiété doit survenir en présence d'autres enfants et pas uniquement dans les relations avec les adultes. B. L'exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d'une Attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation. NB. Chez les enfants, l'anxiété peut s'exprimer par des pleurs, des accès de colère, des réactions de figement ou de retrait dans les situations sociales impliquant des gens non familiers. B. L'exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d'une Attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation. NB. Chez les enfants, l'anxiété peut s'exprimer par des pleurs, des accès de colère, des réactions de figement ou de retrait dans les situations sociales impliquant des gens non familiers.

38 C. Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur. NB. Chez l'enfant, ce caractère peut être absent. C. Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur. NB. Chez l'enfant, ce caractère peut être absent. D. Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses. D. Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses. E. L'évitement, l'anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situation (s) redoutée (s) sociale (s) ou de performance perturbent, de façon importante, les habitudes de l'individu, ses activités professionnelles (scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d'avoir cette phobie s'accompagne d'un sentiment de souffrance important. E. L'évitement, l'anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situation (s) redoutée (s) sociale (s) ou de performance perturbent, de façon importante, les habitudes de l'individu, ses activités professionnelles (scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d'avoir cette phobie s'accompagne d'un sentiment de souffrance important. F. Chez les individus de moins de 18 ans, la durée est d'au moins 6 mois. F. Chez les individus de moins de 18 ans, la durée est d'au moins 6 mois.

39 G. La peur ou le comportement d'évitement n'est pas lié aux effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. une substance don­nant lieu à abus, un médicament) ni à une affection médicale générale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble men­tal (p. ex. Trouble panique avec ou sans agoraphobie, Trouble anxiété de séparation, Peur d'une dysmorphie corporelle, Trouble envahissant du développement ou Personnalité schizoïde). G. La peur ou le comportement d'évitement n'est pas lié aux effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. une substance don­nant lieu à abus, un médicament) ni à une affection médicale générale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble men­tal (p. ex. Trouble panique avec ou sans agoraphobie, Trouble anxiété de séparation, Peur d'une dysmorphie corporelle, Trouble envahissant du développement ou Personnalité schizoïde). H. Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en A est indépendante de ces troubles ; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, de trembler dans le cas d'une maladie de Parkinson ou de révéler un comportement alimentaire anormal dans l'Anorexie mentale (Anorexia nervosa) ou la Boulimie (Bulimia nervosa). H. Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en A est indépendante de ces troubles ; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, de trembler dans le cas d'une maladie de Parkinson ou de révéler un comportement alimentaire anormal dans l'Anorexie mentale (Anorexia nervosa) ou la Boulimie (Bulimia nervosa). Spécifier si : Spécifier si : NB. Type généralisé si les peurs concernent la plupart des situa­tions sociales (p. ex. démarrer ou soutenir des conversations, participer à de petits groupes, avoir des rendez-vous, parler à des figures d'autorité, se rendre à des soirées). NB. Envisager également un diagnostic additionnel de Personnalité évitante NB. Type généralisé si les peurs concernent la plupart des situa­tions sociales (p. ex. démarrer ou soutenir des conversations, participer à de petits groupes, avoir des rendez-vous, parler à des figures d'autorité, se rendre à des soirées). NB. Envisager également un diagnostic additionnel de Personnalité évitante

40 Quelles sont les différences avec la timidité ou lanxiété sociale normales ? Intensité de la souffrance émotionnelle Intensité de la souffrance émotionnelle Importance des évitements Importance des évitements Répercussion sur la qualité de vie : isolement affectif et social, difficultés à trouver et garder un emploi, faible épanouissement Répercussion sur la qualité de vie : isolement affectif et social, difficultés à trouver et garder un emploi, faible épanouissement

41 Les situations déclenchantes Les situations de performance: passer une MSP… Les situations de performance: passer une MSP… Les situations dobservation: manger ou écrire en présence des autres, marcher dans la rue… Les situations dobservation: manger ou écrire en présence des autres, marcher dans la rue… Les situations daffirmation de soi: refuser, faire ou recevoir un compliment… Les situations daffirmation de soi: refuser, faire ou recevoir un compliment… Les situations de révélation de soi: nouer un lien amical ou sentimental Les situations de révélation de soi: nouer un lien amical ou sentimental Les situations dinteraction superficielles : échange de banalités… Les situations dinteraction superficielles : échange de banalités…

42 Les émotions La peur : hyper vigilance envers lenvironnement dans lattente de la survenue dun danger, comme une agression verbale à type de reproches ou de moqueries La peur : hyper vigilance envers lenvironnement dans lattente de la survenue dun danger, comme une agression verbale à type de reproches ou de moqueries La honte : conviction de navoir pu se conformer auxrègles et certitude de sen trouver de ce fait dévalorisé et diminué La honte : conviction de navoir pu se conformer auxrègles et certitude de sen trouver de ce fait dévalorisé et diminué

43 Les cognitions Dans toute circonstance sociale, le phobique est convaincu que lon va: Dans toute circonstance sociale, le phobique est convaincu que lon va: Lobserver attentivement Lobserver attentivement Le juger négativement Le juger négativement Le rejeter ou se moquer de lui Le rejeter ou se moquer de lui

44 Les comportements Évitements situationnels: le patient évite les situaions sociales Évitements situationnels: le patient évite les situaions sociales Évitements subtils: confrontation partielle, comme ne pas regarder les gens, aller à une soirée mais ne pas parler… Évitements subtils: confrontation partielle, comme ne pas regarder les gens, aller à une soirée mais ne pas parler…

45 comorbidités États dépressifs et autres troubles anxieux États dépressifs et autres troubles anxieux « auto thérapie » par consommation dalcool ou de cannabis avant de se confronter aux situations « auto thérapie » par consommation dalcool ou de cannabis avant de se confronter aux situations

46 épidémiologie Timidité ( inhibition lors des premières fois) : 40 à 60 % de la population générale Timidité ( inhibition lors des premières fois) : 40 à 60 % de la population générale Trac( anxiété de perforamce simple) : 30% des gens Trac( anxiété de perforamce simple) : 30% des gens Phobie sociale: 4,7% Phobie sociale: 4,7%

47 Facteurs étiologiques: le modèle bio psycho social Des prédispositions tempéramentales dorigine génétique ou précocement acquises provoquent une réactivité émotionnelle plus violente face aux personnes non familières par exemple Des prédispositions tempéramentales dorigine génétique ou précocement acquises provoquent une réactivité émotionnelle plus violente face aux personnes non familières par exemple Prédispositions aggravées ou allégées par des influences environnementales comme les modèles parentaux, les recommandations éducatives et les évènements de vie Prédispositions aggravées ou allégées par des influences environnementales comme les modèles parentaux, les recommandations éducatives et les évènements de vie Les facteurs sociaux révèlent le trouble, comme le chômage par exemple Les facteurs sociaux révèlent le trouble, comme le chômage par exemple

48 Prise en charge Thérapies cognitives et comportementales +++ avec principalement un travail progressif dexposition aux situations redoutées accompagné dune restructuration cognitive, de manière optimale en groupe. Thérapies cognitives et comportementales +++ avec principalement un travail progressif dexposition aux situations redoutées accompagné dune restructuration cognitive, de manière optimale en groupe. Antidépresseurs de type inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, en association au moins avec un travail de psychoéducation visant à favoriser les expositions Antidépresseurs de type inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, en association au moins avec un travail de psychoéducation visant à favoriser les expositions

49 Trouble obsessionnel compulsif Le TOC est caractérisé par des obsessions (entraînant une anxiété ou une souffrance marquées) et/ou par des compulsions ( qui servent à neutraliser lanxiété. Le TOC est caractérisé par des obsessions (entraînant une anxiété ou une souffrance marquées) et/ou par des compulsions ( qui servent à neutraliser lanxiété.

50 Critères DSM IV A. Existence soit d'obsessions soit de compulsions : A. Existence soit d'obsessions soit de compulsions : Obsessions définies par (1), (2), (3) et (4) : Obsessions définies par (1), (2), (3) et (4) : (1) pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes qui, à certains moments de l'affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante. (1) pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes qui, à certains moments de l'affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante. (2) les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle (2) les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle (3) le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, impulsions ou représentations ou pour neutraliser celles-ci par d'autres pensées ou actions (3) le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, impulsions ou représentations ou pour neutraliser celles-ci par d'autres pensées ou actions (4) Le sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale (elles ne sont pas imposées de l'extérieur comme dans le cas des pensées imposées) (4) Le sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale (elles ne sont pas imposées de l'extérieur comme dans le cas des pensées imposées)

51 Critères DSM IV (suite) Compulsions définies par (1) et (2) : Compulsions définies par (1) et (2) : (1) comportements répétitifs (p. ex. lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p. ex. prier, compter, répéter des mots silencieusement) que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible (1) comportements répétitifs (p. ex. lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p. ex. prier, compter, répéter des mots silencieusement) que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible (2) les comportements ou les actes mentaux sont destinés à neutraliser ou à diminuer le sentiment de détresse ou à empêcher un événement ou une situation redoutés ; cependant, ces comportements ou ces actes mentaux sont soit sans relation réaliste avec ce qu'ils se proposent de neutraliser ou de prévenir, soit manifestement excessifs (2) les comportements ou les actes mentaux sont destinés à neutraliser ou à diminuer le sentiment de détresse ou à empêcher un événement ou une situation redoutés ; cependant, ces comportements ou ces actes mentaux sont soit sans relation réaliste avec ce qu'ils se proposent de neutraliser ou de prévenir, soit manifestement excessifs

52 Critères DSM IV (suite) B. A un moment durant l'évolution du trouble, le sujet a reconnu que les obsessions ou les compulsions étaient excessives ou irraisonnées. NB. Ceci ne s'applique pas aux enfants. B. A un moment durant l'évolution du trouble, le sujet a reconnu que les obsessions ou les compulsions étaient excessives ou irraisonnées. NB. Ceci ne s'applique pas aux enfants. C. Les obsessions ou compulsions sont à l'origine de sentiments marqués de détresse, d'une perte de temps considérable (prenant plus d'une heure par jour) ou interfèrent de façon significative avec les activités habituelles du sujet, son fonctionnement professionnel (ou scolaire) ou ses activités ou relations sociales habituelles. C. Les obsessions ou compulsions sont à l'origine de sentiments marqués de détresse, d'une perte de temps considérable (prenant plus d'une heure par jour) ou interfèrent de façon significative avec les activités habituelles du sujet, son fonctionnement professionnel (ou scolaire) ou ses activités ou relations sociales habituelles.

53 Critères DSM IV (suite) D. Si un autre Trouble de l'Axe I est aussi présent, le thème des obsessions ou des compulsions n'est pas limité à ce dernier (p. ex. préoccupation liée à la nourriture quand il s'agit d'un Trouble des conduites alimentaires ; au fait de s'arracher les cheveux en cas de Trichotillomanie ; inquiétude concernant l'apparence en cas de Peur d'une dysmorphie corporelle ; préoccupation à propos de drogues quand il s'agit d'un Trouble lié à l'utilisation d'une substance ; crainte d'avoir une maladie sévère en cas d'Hypocondrie ; préoccupation à propos de besoins sexuels impulsifs ou de fantasmes en cas de Paraphilie ; ou ruminations de culpabilité quand il s'agit d'un Trouble dépressif majeur. D. Si un autre Trouble de l'Axe I est aussi présent, le thème des obsessions ou des compulsions n'est pas limité à ce dernier (p. ex. préoccupation liée à la nourriture quand il s'agit d'un Trouble des conduites alimentaires ; au fait de s'arracher les cheveux en cas de Trichotillomanie ; inquiétude concernant l'apparence en cas de Peur d'une dysmorphie corporelle ; préoccupation à propos de drogues quand il s'agit d'un Trouble lié à l'utilisation d'une substance ; crainte d'avoir une maladie sévère en cas d'Hypocondrie ; préoccupation à propos de besoins sexuels impulsifs ou de fantasmes en cas de Paraphilie ; ou ruminations de culpabilité quand il s'agit d'un Trouble dépressif majeur. E. La perturbation ne résulte pas des effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. : une substance donnant lieu à abus, un médicament) ni d'une affection médicale générale. E. La perturbation ne résulte pas des effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. : une substance donnant lieu à abus, un médicament) ni d'une affection médicale générale. Spécifier si : Spécifier si : Avec peu de prise de conscience : si, la plupart du temps durant l'épisode actuel, le sujet ne reconnaît pas que les obsessions et les compulsions sont excessives ou irraisonnées. Avec peu de prise de conscience : si, la plupart du temps durant l'épisode actuel, le sujet ne reconnaît pas que les obsessions et les compulsions sont excessives ou irraisonnées.

54 Quelques types de compulsions Les sujets laveurs : Les sujets laveurs : -obsessions :peur de la contamination, ou des microbes ou de la saleté. -compulsions: Évitement de situations, lavage des mains, douche, changements de vêtements. Les vérificateurs : Les vérificateurs : -obsessions: peur de faire une errreur, de créer un préjudice à quelquun ( jai peut être déplacé une bouche dégout et quel quun va tomber dedans) -obsessions: peur de faire une errreur, de créer un préjudice à quelquun ( jai peut être déplacé une bouche dégout et quel quun va tomber dedans) -compulsions: multiples vérifications Les ruminateurs Les ruminateurs -obsessions: pensées ou images obsédantes ( pensées blasphématoires, obscènes ou insensées : enlever ses habits en public, poignarder son voisin de table, images de violence sexuelle ou de nature répugnante, comme poignarder son bébé Compulsion: rituels mentaux pour annuler les mauvaises pensées

55 épidémiologie Prévalence vie entière: 2 à 3 % Prévalence vie entière: 2 à 3 % Homme= femme Homme= femme

56 comorbidité Association très fréquente à la dépression (57%) Association très fréquente à la dépression (57%)

57 Modèles explicatifs Cognitifs: schéma de responsabilité excessive face aux pensées intrusives (les sujets pensent que leur pensée intrusive peut se réaliser ) Cognitifs: schéma de responsabilité excessive face aux pensées intrusives (les sujets pensent que leur pensée intrusive peut se réaliser ) Biologiques :implication des noyaux gris centraux et de la sérotonine Biologiques :implication des noyaux gris centraux et de la sérotonine

58 Prise en charge Thérapies cognitives et comportementales, avec lexposition avec prévention de la réponse aux stimuli anxiogènes et restructuration cognitive Thérapies cognitives et comportementales, avec lexposition avec prévention de la réponse aux stimuli anxiogènes et restructuration cognitive IRS à forte dose IRS à forte dose


Télécharger ppt "Les troubles anxieux Dr O.Sartre Cinquième secteur psychiatrie CHD G.Daumezon."

Présentations similaires


Annonces Google