La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Avant de commencer…. Les constats de lIGEN en 2006 En termes de notions : La compréhension de la notion de problème Linsuffisance de pratique du calcul.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Avant de commencer…. Les constats de lIGEN en 2006 En termes de notions : La compréhension de la notion de problème Linsuffisance de pratique du calcul."— Transcription de la présentation:

1 Avant de commencer…

2 Les constats de lIGEN en 2006 En termes de notions : La compréhension de la notion de problème Linsuffisance de pratique du calcul En termes de pratiques pédagogiques: Les connaissances des élèves ne sont pas suffisamment prises en compte Lerreur est permise mais pas exploitée La synthèse finale et le résumé sont trop souvent négligés

3 Des résultats en calcul trop faibles (évaluations 6 ème 2007) Calcul mental: 6X8 69,8% ; 60:4 41% Dans 56 combien de fois 8? 55,3% Calcul posé: 876X34 45,2% 27,5X23 28,5% 81:6 48,2% 408:12 52,1% Proportionnalité: (règle de trois) 6 objets identiques coûtent 150. Combien coûtent 9 de ces objets ? 34,9% 10 objets coûtent 22. Combien coûtent 15 de ces objets ? 30,7%

4 Nombre et calcul I La construction du nombre

5 I-1 Un peu dhistoire… Il y a ans, les premières traces du « autant » Il y a ans, les premières traces du « combien? » Il y a ans les premières traces écrites du « combien? » Il y a ans: -la numération égyptienne (base dix mais pas de position) -En Mésopotamie, numération de position en base soixante 300 ans avant JC, les Babyloniens ont une numération de position avec le concept du « 0 » en tant que chiffre 5 ème siècle après JC, en Inde apparition de dix chiffres 628 après JC, concept du « 0 » en tant que nombre

6 … pour retenir que: « Autant » précède « combien? » Le passage par lécrit est un passage décisif pour le développement de « combien? » Il y a des numérations « poussives », et des numérations « performantes » qui favorisent le calcul Le symbolisme est une autre étape décisive Le « 0 » en tant que nombre est apparu bien après le « 0 » en tant que chiffre

7 I-2 Et les sciences cognitives ? Il y a deux zones différentes dans le cerveau humain, lune pour le calcul exact et lautre pour le calcul approché: - Chez les bébés, discrimination des petits nombres, reconnaissance des grands nombres. -Chez ladulte, calcul exact de , est il plus proche de 40 ou de 50? (sens des nombres) La finesse de ce sens des nombres est prédictive de la réussite en mathématiques. Il est possible de travailler cet aspect (ex: dyscalculie) et le langage nest pas indispensable pour construire le sens des nombres. (S Dehaene)

8 I-3 Un peu de didactique… -Aspects cardinal et ordinal -Groupement; échange; algorithme -Dénombrement: adéquation unique; ordre stable; cardinal repéré; abstraction (objets disparates); ordre de comptage quelconque. -Recomptage, décomptage; surcomptage -Désignation orale

9 I-4 Des questions… Ecrire ce quon entend ? Ecrire ce quon voit ? Soixante-trois 57 Et les doigts ? Les manipulations et le chemin vers labstraction? Se questionner, se représenter, anticiper, expérimenter, valider, conclure

10 Propositions pour la maternelle La connaissance des premiers nombres Un premier répertoire de calcul (somme égale à 5, différence dont le plus grand terme est 5) Les problèmes sur les quantités 3 TROIS

11 Analyse dexercices GS Le chapeau qui cache état initial état de recherche Aller chercher le nombre de jetons cachés

12 Analyse dexercices GS Numération Problème Autant et combien? Cardinal

13 II Connaissance des nombres Entiers naturels: lire et écrire; position des chiffres; comparaison; placement sur une droite graduée; relations arithmétiques. Nombres visualisables (reconnaissance globale du dé); nombres familiers (jusquà 20); nombres fréquentés (30, 40, etc.); grands nombres (domaine de la numération écrite) Au fur et à mesure des apprentissages les nombres apparaissent sous de nouveaux costumes.

14 Résolution de problèmes sans technique opératoire Connaissance des nombres, décomposition, représentation Compétences de résolution de problème Mais une explicitation des apprentissages visés est indispensable car lactivité elle-même nest quun moyen, pas une fin en soi

15 Analyse dexercices CP Groupements, autre exemple, erreurGroupementsautre exempleerreur Echange Suite numérique Ordinal ou cardinal ? Décomposition additive

16 III Le calcul Le calcul posé (contact direct avec les chiffres, entretient des automatismes, résultat exact) Le calcul mental et réfléchi (mémoire, connaissance des nombres et des relations quils entretiennent, propriété des opérations, évaluation et contrôle des résultats, automatismes) Calcul instrumenté (allègement temporaire de la charge cognitive, exploration vaste et rapide, contrôle de résultat)

17 IV Quatre points clés des programmes Les problèmes : il faut apprendre à les résoudre. Catégories, classes, structures… Le calcul : réhabiliter les diverses formes de calcul : mental, posé, instrumenté. Il y a une intelligence dans le calcul La mémoire : outil indispensable pour « faire des mathématiques » ; mémoire des faits mathématiques, mémoire des méthodes. La notion de « vie courante »

18 V La résolution de problèmes… Les problèmes peuvent être envisagés selon trois points de vue : - situations-problèmes utilisées pour l'approche et la construction de nouveaux outils mathématiques, - situations-problèmes permettant aux enfants de réinvestir des acquis antérieurs, d'en percevoir les limites d'utilisation (situation contre-exemple) et au maître d'en contrôler le degré de maîtrise, - situations-problèmes plus complexes, plus globales dans lesquelles l'enfant devrait pouvoir mettre en œuvre son pouvoir créatif et affiner la rigueur et la sûreté de son raisonnement.

19 …Pour faire des maths… « Faire des mathématiques, c'est selon moi "pour apprendre comment résoudre des problèmes" (par avance, donc on étudie des classes de problèmes afin de savoir) et non pas "pour que les problèmes soient résolus" (un à un, donc on étudie les problèmes qui se présentent et on les résout comme on peut). (…). On comprend alors que le slogan de la "résolution de problèmes" permet de nier l'importance des conditions didactiques et de proposer, sous le prétexte qu'il a plus de sens, un enseignement qui ne s'adresse plus qu'aux rares élèves capables de tirer profit par eux-mêmes de leurs rencontres aléatoires » Alain MERCIER questions/ruthven/reponse-d-alain-mercier-inrp-france

20 … et apprendre COMMENT on résout un problème La question qu'il faut poser à propos d'un problème pour l'enseignement est donc double : 1) Quels sont les problèmes voisins de ce problème ? Quel est son genre ? 2) Qu'est-ce que sa résolution permet d'apprendre ? Quel est son avenir ? Alain Mercier, PNP, 13 nov 2007

21 Analyse de problèmes En partant à lécole, jai 3 billes dans ma poche. A la première récréation jen gagne 2. A la seconde récréation jen gagne 5. Combien ai-je de billes en rentrant chez moi? En partant à lécole, jai des billes dans ma poche. A la première récréation j en perds 2. A la seconde récréation jen perds 5. En rentrant chez moi, je compte 3 billes dans ma poche. Combien javais de billes en partant de chez moi ce matin?

22 Pb1 : Paul avait 8 billes. Puis il a donné 5 billes à Jean. Combien de billes a maintenant Paul ? Pb2 : Paul avait 3 billes. Puis Jean lui a donné 5 billes. Combien de billes a maintenant Paul ? Pb3 : Paul avait 3 billes. Jean lui en a donné. Paul a maintenant 8 billes. Combien de billes Jean a-t-il donné à Paul ? Pb4 : Paul et Jean ont ensemble 8 billes. Paul a 3 billes. Combien Jean a-t-il de billes ? GS CP CE1 CE2 Pb % 100 % 100 % 100 % Pb 2 87 % 100 % 100 % 100 % Pb 3 61 % 56 % 100 % 100 % Pb 4 22 % 39 % 70 % 100 %

23 Pour conclure Les difficultés persistantes Tableau synthétique


Télécharger ppt "Avant de commencer…. Les constats de lIGEN en 2006 En termes de notions : La compréhension de la notion de problème Linsuffisance de pratique du calcul."

Présentations similaires


Annonces Google