La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De LORAL Á LÉCRIT - Difficultés troubles - Dépistage prévention adaptations Michel Zorman Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Centre de référence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De LORAL Á LÉCRIT - Difficultés troubles - Dépistage prévention adaptations Michel Zorman Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Centre de référence."— Transcription de la présentation:

1 De LORAL Á LÉCRIT - Difficultés troubles - Dépistage prévention adaptations Michel Zorman Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Centre de référence des troubles du langage CHU de Grenoble Cogni-Sciences Limoges 1 er octobre 2008

2 État des lieux sur le niveau de lecture en fin détudes à 18 ans Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

3 La situation actuelle sur la compréhension de lécrit Les JAPD ,4% des jeunes ont un vocabulaire très lacunaire Vocabulaire 9,6 % Vocabulaire 4,8 % 22,7% difficultés de lautomaticité de la lecture Lecture 2,6% Lecture 14,4 % Lecture 5,7 % Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

4 Description de la problématique: lapprentissage de la lecture Leffet Mathieu (Stanovich,1986; 2000): Les riches senrichissent, les pauvres sappauvrissent. Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

5 La Spirale de léchec effet Mathieu Paradoxe: les enfants lecteurs précaires lisent bien moins que les enfants lecteurs ce qui fait augmenter les écarts Temps de lecture niveau de lecture niveau de vocabulaire connaissances sur le monde Cunnigham (2001) CM2 fort lecteur: mots/semaine et 350 pour un faible lecteur Shaywitz (1999) CM1 Les 10% des meilleurs lecteurs (90 e centile) lisent en 2 jours le même nombre de mots que les 10% des plus faibles (10 e centile) en 1 an Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

6 1. « Les élèves qui ont les scores globaux les plus faibles en fin de CE1 sont à lentrée en CP en difficultés dans tous les domaines, et tout particulièrement dans celui du lexique » 2. « Les performances dans les domaines des connaissances alphabétiques et de la phonologie sont fortement liées aux premiers apprentissages en reconnaissance des mots, écriture et traitements complexes.» 3. « la compréhension orale joue sur tous les apprentissages et plus particulièrement sur ceux visant les traitements sémantiques. » Dédoublement des CP 2003 DEP Le langage oral prédicteur des difficultés dapprentissage Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

7 Le début de lapprentissage de la lecture doit permettre à lélève de construire des compétences dans cinq domaines importants Motivant et engageant Appris par des méthodes qui permettent daccéder à Vocabulaire Strategies de compréhension Une compréhension une fois les mots identifiés Fluence Conscience phonologique Conversion phonèmes /lettres Une identification des mots précise et fluente Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

8 Le développement du langage oral Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

9 Organisation et réorganisation du lexique Dominique Bassano CNRS 2003 Étude de la production naturelle des interactions langagières avec leur entourage de 60 enfants Les Pourquoi Parce que derrière Partir Beau Tomber mouillé a plus Oui/non Veux ça Ça yest Bébé Doudou Ballon chat Mots grammaticaux PrédicatsMots paralexicaux Noms Structuration du lexique Structuration lexique Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

10 Évolution du lexique entre 14 et 39 mois aplus pourquoi souvent oui voiture manger vouloir fleur en mois Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

11 Lévolution du lexique Total 60 enfants Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

12 Les inégalités sociales précoces de langage Le Normand, Parisse, Cohen enfants: 144 filles, 172 garçons Audition, niveau de développement non verbal normal, langue française. 20 minutes de langage spontané avec un adulte quil connaît. Situation et traitement des données protocole international CHILDES Le niveau socioculturel prend en compte la CSP du père et le niveau de diplôme de la mère. Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

13 Évolution en fonction de lorigine sociale Nombre de mots Nombre de mots différents

14 Nombre de grammaticaux Longueur moyenne des énoncés Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

15 A 5 ans en GSM -Il comprend toutes les consignes. « le garçon prend le livre que maman lui a lu » - -Il utilise de façon toujours appropriée les articles (le, la..), les prépositions (dans, sur…), les pronoms (je, il…), les relatives. « Je suis tombé parce que jai glissé sur la glace » Il peut déjà raconter une histoire, avec des mots tous intelligibles même sil peut encore déformer certains mots complexes. Les mots courants ne sont plus simplifiés. Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

16 Milieu familial et développement du langage Betty Hart and Todd R. Risley familles et enfants de lâge de 7-9 mois à 3 ans enregistrement 1 heure chaque mois. 13 haut statut socio économique, 23 employés et ouvriers et 6 précaires Nombre de mots produit par heure Nombre de mots différents/h

17 Nombre de mots auquel les enfants ont été exposé en famille Style et qualité des échanges Cadres : 32 affirmatives, 5 interdictions, 6 encouragements / heure Ouvriers employés: 12 affirmatives, 7 interdictions, 2 encouragements Précaires: 5 affirmatives, 11 interdictions, 1 encouragement

18 Le langage une fenêtre de développement précoce Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

19 Maîtrise de la grammaire de lAnglais pour des ressortissants Coréens et Chinois arrivés entre lâge de 3 ans et 26 ans aux USA (Jonhson et Newport 1989) Score moyen grammaire Fenêtre de développement du langage oral

20 1 Pronostic des retards de langage 1.Silva et coll (1987) n = 1027 enfants - évaluation langage oral à 3 ans, 5 ans, 7 ans. - 14,6% 1 test marque le retard, 7% à 2 tests et 2% aux 3 tests Résultats à 9 ans: % denfants en difficulté de lecture et/ou QI faible <85 Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

21 Retards et troubles du langage oral 1) Sa capacité auditive,capacité auditive 2) Sa façon de communiquer,façon de communiquer Lenfant a un retard de langage, les questions à se poser: Comment repérer des retards ou les troubles? 3) Un retard global,retard global 5) Un problème médicalproblème médical 6) Un trouble spécifique du langage 4) Son environnement socio-culturel,environnement socio-culturel

22 TSL/Dysphasie, sévère et durable Différent des retards Critères de gravité à 3-4 ans –Inintelligible –Agrammatique –Trouble de la compréhension Durable à 5-6 ans, bien après... Un continuum retard – dysphasie : SLI Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

23 TSL / Dysphasies : quelle fréquence? 7-10 % des enfants de 3 ans ont un déficit de langage 40 % des enfants déficitaires à 3 ans auront à 7 ans et demi soit une déficience mentale, soit un déficit du langage oral, soit un déficit de lecture : fini le ça sarrangera 60% nauront pas de pathologies Mais une part dentre eux des difficultés en lecture, compréhension (vocabualiare, syntaxe) faible en français Rescorla (2007)

24 BSEDS 3

25 Les pré requis pour lapprentissage de la lecture Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

26 bateau LES DEUX PROCÉDURES DE LECTURE Les deux procédures bato..\exemp les joints\lecture flash.ppt..\exemp les joints\lecture flash.ppt Analyse visuelle Mémoire à court terme Lexique orthographiqu e Système sémantique Lexique phonologique Procédure Lexicale segmentation Système de conversion grapho-phonèmique Synthèse Procédure analytique

27 Du lecteur expert à lenfant qui apprend Production orale Système sémantique Lexique phonologique Conscience phonologiqu e langage oral Mémoire à court terme Analyse visuelle précoce Conscience phonologiqu segmentation Mot écrit Analyse visuelle spécifique Lexique orthographique synthèse Système de conversion grapho-phonèmique Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Évaluées par le BSEDS 3

28 Apprentissage: Langage oral Lapprentissage de la lecture est dautant plus facile que lenfant présente un bon niveau de langage oral. Conséquence Le langage oral doit être au centre des interventions dès la petite section de maternelle. Il est important de sassurer que le vocabulaire et la syntaxe rencontrés à lécrit sont connus à loral. Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

29 Conscience phonologique et lecture une relation étroite: - - La conscience phonologique se développe avec et parallèlement à lapprentissage de la lecture - - Un bon niveau de conscience phonologique est prédictif dun bon niveau de lecture - - Lentraînement de la conscience phonologique facilite lapprentissage de la lecture Influence mutuelle / forte interaction Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

30 Cogni-Sciences IUFM Grenoble Développé par le laboratoire Cogni-Sciences de lIUFM Étalonné sur un échantillon représentatif de 1076 enfants Bilan de Santé - Evaluation du Développement pour la Scolarité Une partie est réalisée en classe par l'enseignant Une partie par le médecin de santé scolaire Essentiel pour un regard "croisé" sur l'enfant Développé par le laboratoire Cogni-Sciences de lIUFM Étalonné sur un échantillon représentatif de 1076 enfants Une partie est réalisée en classe par l'enseignant Une partie par linfirmière et le médecin de santé scolaire Essentiel pour un regard "croisé" sur l'enfant Avec la participation des parents

31 Cogni-Sciences IUFM Grenoble BSEDS Un bilan développemental: moteur, cognitif, relationnel et social Objectif: dépister analyser les troubles, les retards Participer à la guidance éducative et pédagogique (Observations croisées) Enseigants, santé scolaire, parents

32 Cogni-Sciences IUFM Grenoble LE BSEDS Un bilan neuropsychologique Sappuie sur les connaissances cliniques et scientifiques des principaux processus cognitifs impliqués dans les apprentissages: - langage oral, réception, compréhension, bas niveau, haut niveau - traitement visuel, - praxies (motricité) - mémoire Sappuie sur les connaissances cliniques et scientifiques des principaux processus cognitifs impliqués dans les apprentissages: - langage oral, réception, compréhension, bas niveau, haut niveau - traitement visuel, - praxies (motricité) - mémoire Lévaluation est conduite en rapport avec un modèle de référence. Chacune des composantes est testée Lévaluation est conduite en rapport avec un modèle de référence. Chacune des composantes est testée Les sub-test sont standardisés cest-à-dire on compare le score de lenfant au score moyen des enfants de son âge Les sub-test sont standardisés cest-à-dire on compare le score de lenfant au score moyen des enfants de son âge

33 Cogni-Sciences IUFM Grenoble COMPORTEMENTS A L'ÉCOLE Individuels 1.Exécute le travail scolaire prescrit: oui non 2.Soutient son attention et sa concentration pour une activité prescrite : oui non En collectivité 3. Joue avec les autres à la récréation oui non Observations : Grille enseignant BILAN DE SANTÉ BSEDS

34 Cogni-Sciences IUFM Grenoble Langage produit 5. Prononciation correcte: articule tous les sons = oui 6.Utilisation systématique des déterminants et des pronoms : corrects en genre et nombre dans les phrases simples = oui 7. Utilisation systématique sujet verbe complément dans les phrases : S+V+Complément dans le bon ordre au minimum = oui 8.Conjugaison adaptée : présent+PC. sans surgénéralisation= oui 9.Utilisation des subordonnées: conjonctives ou relatives= oui Observations : Grille enseignant Langage Communication 4. Intervient verbalement dans la classe lorsqu'il est interrogé

35 Cogni-Sciences IUFM Grenoble MOTRICITÉ Globale10. Saute à cloche pied 10oui non Manuelle 11. Découpe suivant une ligne droite 11oui non 12. Reproduit un carré12oui non 13. Reproduit un losange13oui non 14. Latéralité manuelle 14Droite Gauche Observations : PERCEPTION VISUELLE 15. Nombre de figures réussies15 /6 Laboratoire Cogni-sciences - IUFM de Grenoble - Octobre 2003 MOTRICITÉ Globale10. Saute à cloche pied 10oui non Manuelle 11. Découpe suivant une ligne droite 11oui non 12. Reproduit un carré12oui non 13. Reproduit un losange13oui non 14. Latéralité manuelle 14Droite Gauche Observations : PERCEPTION VISUELLE 15. Nombre de figures réussies15 /6 Laboratoire Cogni-sciences - IUFM de Grenoble - Octobre Globale 10. Saute à cloche pied : si ne réussit que dun côté = oui Manuelle 11. Découpe suivant une ligne droite: A observer en atelier 12. Reproduit un carré : le rectangle est accepté 13. Reproduit un losange : oui si une des figures est produite 14. Latéralité manuelle : A observer en atelier : D ou G ? Observations : Grille enseignant Motricité Perception visuelle 15. Nombre de figures réussies : Score /6

36 Prévention pédagogiques pour les difficultés retards et les troubles (15%) Développer les différentes composantes du langage -utiliser des évaluations pour différencier les actions pédagogiques en fonction des besoins individuels liés aux difficultés retard ou troubles des élèves (15%)

37 Troubles, retards,difficultés Il ny a que des réponses pédagogiques Apprentissages (enseigants, parents, rééducateurs)

38 Pratiques pédagogiques Conscience phonologique Langage - lecture partagée - compréhension explicite - vocabulaire En petits groupe de niveau évolutifs 6h par semaine

39 Le Bilan de La 6 e année permet De différencier à partir des habiletés des élèves dans les différentes composantes du langage:

40 Alexi: Fait un losange, reproduit des figures à un haut niveau: remarquable reproduction de figures et traitement visuel En langage: - réception: vocabulaire (déficit), compréhension syntaxique moyen faible, - production: syntaxe (déficit) répétition de non-mots bon, mémoire verbale de travail: norm, conscience phonologique faible Esra Pas de carré, pas de reproduction de figures, bon traitement visuel Langage - réception: vocabulaire un peu meilleur quAlexi compréhension syntaxique très faible, - production: syntaxe très faible mais un peu mieux quAlexi répétition de non-mots bon, mémoire verbale de travail: très faible, conscience phonologique inexistante

41 Repérer les retards de langage Chevrier Muller ANAE, CDI Kern Repérer les difficultés de discrimination phonologique Repérer les difficultés de conscience phonologique En première intention activités pédagogiques spécifiques et intensives Quelles recommandations pédagogiques peut en être tirées?

42 1 Apprendre demande temps et efforts 2.Comment maîtriser son processus dapprentissage Vérifier les liens entre les nouvelles notions et les acquis Formuler des hypothèses à propos de ces liens Vérifier quelles se confirment ou sinfirment Évaluer et analyser lerreur, reformuler des hypothèses. 3 Lécole doit aider et inciter les élèves à adopter des approches efficaces pour apprendre: fixer des objectifs, choisir des stratégies, les réguler évaluer leur processus dapprentissage. Le processus dapprentissage

43 Les groupes de besoins par niveau Spécifiques sur une compétence Évolutif ( 2-3 mois) Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

44 Petits groupes de besoins Entraînement : Grandes règles (Ehri, Torgesen, Vellutino) Spécifique : ciblé sur une compétence Explicite : avec béquilles Intensif, quotidien En petit groupes homogènes ou individuel Valorisant avec renforcement positif Précocement avant que le cercle vicieux ne sinstalle Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

45 Les activités pédagogiques Pour développer le langage

46 Lecture partagée Compréhension explicite Conscience phonologique Vocabulaire

47 Merci pour votre attention

48 La conscience phonologique Phonème et lettres, BM, couleurs Peu dexercices différents Evaluer et entraînement spécifique

49 Lecture partagée. Aider à découvrir les stratégies pour comprendre un mot de vocabulaire que lon ne connaît pas, énoncer et expliciter une situation faire débattre les enfants, leur demander dargumenter. Faire utiliser ce mot (contraire, faire phrase, …) « Hop! Petit ourson sagrippe aux poils de sa mère ours » Faire se représenter une situation « Et crac! La glace se casse. Petit ours flotte sur un morceau de glace. Il séloigne sur leau comme sil était un bateau. » Discussion débat (adulte reformule, aide, mais ne donne pas la réponse guide et explicite

50 Allez, dit papa à Lucie et à Tony, installez- vous sur le banc, je vais vous prendre en photo Exercices outils: Se représenter la situation par une analyse syntaxique/sémantique précise Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

51 Guillaume a très soif. Il ouvre une bouteille de jus de fruit, puis il remplit son verre avant de le boire. Guillaume a très soif. Il ouvre une bouteille de jus de fruit, puis il boit après avoir rempli son verre. Avant de boire, Guillaume remplit son verre après avoir ouvert une bouteille de jus de fruit. ABC Exercices outils: interpréter des connecteurs BAC

52 BC Guillaume a très soif. Il remplit vite son verre de jus de fruit, puis le boit avant douvrir une autre bouteille. Guillaume a très soif. Il ouvrira une nouvelle bouteille dès quil aura rempli son verre et bu son jus de fruit. A Exercices outils: interpréter des connecteurs Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

53 Le vocabulaire Lacquérir? Lapprendre? Implicite? Explicite? \vocabulaire_Un conte.ppt Diapositive 32

54 Le vocabulaire de niveau 2 Peu fréquent dans la conversation, fréquent dans les textes, plusieurs sens en fonction du contexte, génératif pour la compréhension Les critères 1 Importance et utilité: 2 Potentiel pour lapprentissage: 3 Compréhension conceptuel

55 Exemple de séquence

56 « Lisa hésitait à quitter la laverie sans Corduroy » - Hésiter: vous nêtes pas sûr de vouloir faire quelque chose Dites le mot à haute voix avec moi. Quelquun peut hésiter à manger un aliment quil na pas lhabitude de manger. Par exemple des coquillages. On peut hésiter à faire du cheval par peur de tomber Maintenant vous aller penser à quelque chose que vous hésiteriez à faire: Essayer dutiliser le mot hésiter pour le dire et vous pouvez commencer votre phrase par: « je pourrais hésiter à ___________ De quels mots avons-nous parler, le faire dire à haute voix

57 1 le mot est contexctualisé dans le cadre de lhistoire: « Lisa hésitait à quitter la laverie sans Corduroy » 2 Les enfants répètent à haute voix le mot afin de se créer une représentation phonologique du mot (dites le mot avec moi) 3 Le mot est expliqué simplement: vous nêtes pas sûr que vous voulez faire quelque chose » 4 Puis des exemples dutilisation du mot dans dautres contextes sont donnés: Quelquun peut hésiter à manger un aliment quil na pas lhabitude de manger. Par exemple des coquillages. On peut hésiter à faire du cheval par peur de tomber 5 Les enfants cherchent à produire leurs propres exemples. (essayer de dire quelque chose que vous hésiteriez de faire. Essayer de lutiliser dans une phrase et vous pouvez commencer votre phrase par: « je pourrais hésiter à _____________ 6 Les enfants disent encore une fois à haute voix le mot pour renforcer sa représentation phonologique: De quel mot avons-nous parlé

58 Élève 1: jhésiterais à laisser mon ours en peluche dans la laverie Enseignant: Bien cest comme Lisa dans lhistoire. Essaie de penser à quelque chose qui te ferais hésiter, mais différent de Lisa. Élève 2: jhésiterais à laisser mon ours en peluche dans le supermarché Enseignant:, Cest bien, cest un peu différent de lhistoire avec Lisa, mais essayes de penser à quelque chose qui serait très différent de ce qui fait hésiter Lisa Élève 3: Jhésiterais à laisser ma trompette dans la maison dun ami Enseignant:Parfait, cest un exemple bien différent de celui de Lisa, mais peux-tuessayer de chercher que vous hésiteriez de faire qui ne soit pas de laisser quelque chose quelque part. Elève 3: jhésiterais à changer la couche de mon frère La tendance à limiter lusage dun mot à un contexte est fréquent et ne concerne pas que le 1 er et 2 e cycle. Pour réduire cette tendance il faut donner des exemples éloignés du contexte original


Télécharger ppt "De LORAL Á LÉCRIT - Difficultés troubles - Dépistage prévention adaptations Michel Zorman Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Centre de référence."

Présentations similaires


Annonces Google