La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Évaluer pour former au lycée Année scolaire 2008- 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Évaluer pour former au lycée Année scolaire 2008- 2009."— Transcription de la présentation:

1 Évaluer pour former au lycée Année scolaire

2 Pourquoi cette formation ? Un objectif du projet académique –Les constats : les résultats de lacadémie –Les objectifs 2010 Une préoccupation de longue date du système éducatif Une nécessité dans le paysage scolaire actuel

3 Les résultats de lacadémie Notre académie combine –une structure sociale favorable, –de bons résultats aux évaluations à lentrée en 6 e et aux examens, –peu de sortants sans qualification –un accès au niveau IV insuffisant –une moindre égalité des chances Projet de lacadémie de Bordeaux Février 2006

4 Les résultats de lacadémie

5

6 Les objectifs 2010 La première ambition du projet académique « Mettre en place les conditions pour la réussite de tous les élèves » vise notamment lobjectif : « introduire les élèves à une véritable culture scientifique et assurer la maîtrise des principaux éléments de mathématiques » Action proposée : « réflexion sur la mise en œuvre dune évaluation positive en sciences et notamment en mathématiques » « Lattention sera portée sur le renforcement de la prise en charge des élèves en difficulté par lutilisation optimale des dispositifs daide individualisée et le suivi et la valorisation des innovations pédagogiques »

7 Une préoccupation de longue date du système éducatif Circulaire du 6 janvier 1969Circulaire du 6 janvier 1969 I.G.E.N. Année scolaire : « lévaluation des acquis des élèves à la fin des cycles dapprentissage ».I.G.E.N. Année scolaire I.G.E.N : « Les examens en Europe »I.G.E.N I.G.E.N : « Lévaluation des élèves en classe : ses effets sur lenseignement et son utilité pédagogique ; sa contribution à la progression des apprentissages. ».I.G.E.N DEP 2004 : étude sur les pratiques dévaluation des enseignants au collègeDEP 2004 IGEN – IGAENR 2005 : « Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de lécole »IGEN – IGAENR 2005

8 Une préoccupation de longue date du système éducatif IGEN juin 2007 : « Les livrets de compétences : nouveaux outils pour lévaluation des acquis » IGAENR juillet 2007 : « Lévaluation des étudiants à lUniversité : point aveugle ou point dappui? » Et des évaluations organisées par –Le MEN ( à lentrée en sixième, en seconde…) –L APMEP (EVAPM)

9 Le paysage scolaire actuel Lenvironnement international La L.O.L.F. La loi dorientation pour lavenir de lécole Le socle commun de compétences et de connaissances Les conseils pédagogiques Les P.P.R.E. Le droit à lexpérimentation Le DNB 2008 (B2I, compétences en LV) Lévolution du baccalauréat Les consignes de correction (compétences de base, compétences évoluées) Lévaluation des acquis des élèves Lépreuve pratique en S

10 Lévaluation en mathématiques dans les textes officiels Dans les programmes ( doc. daccompagnement de seconde ) doc. daccompagnement de seconde La circulaire de linspection générale sur les travaux écrits des élèves Évaluation en temps limité

11 Objectifs du stage Interroger les fonctions de lévaluation et les situer dans notre pratique. Ne confondons pas diagnostique, formative, sommative, prédictive. Explorer les questions posées par lévaluation Réfléchir à un projet dévolution de pratiques

12 Il sagit de susciter dans chaque équipe disciplinaire détablissement un projet dévolution des pratiques dévaluation en commençant par : Explorer lespace de liberté donné par la réglementation en vigueur dans létablissement Concevoir et expérimenter de nouvelles pratiques en adéquation avec le projet pédagogique de léquipe

13 Pour une évaluation Positive Au service de la formation Qui encourage au travail Qui permette denregistrer les progrès Fin

14 Les travaux écrits des élèves IGEN (mars 1997) Les devoirs de contrôlecontrôle Lévaluation en temps limitéévaluation Il convient de garder un rapport correct entre lévaluation et la formation : c'est lévaluation qui est au service de la formation, et non le contraire …

15 Les devoirs de contrôle, peu nombreux, combinent des exercices d'application directe du cours (voire des questions de cours), des problèmes plus synthétiques, comportant des questions enchaînées de difficulté progressive et permettant aux élèves de vérifier leurs résultats. Retour

16 Il convient de faire se côtoyer deux types dépreuves écrites dévaluation les interrogations écrites courtes (10 à 20 min) dont le but est de vérifier qu'une notion, une méthode ou une démonstration est correctement assimilée. On peut en prévoir une par chapitre du cours (soit une par quinzaine en moyenne) les devoirs de contrôle (de 30 min en 6 e à 3 ou 4 h en terminale) sont peu fréquents (2 à 3 par trimestre) et doivent rester de difficulté et de longueur raisonnables. Ils ne doivent en aucun cas déborder du programme de la classe, ni faire appel à des notions ou des méthodes qui n'y sont pas étudiées.contrôle

17 Doc. daccompagnement de Seconde Dans les multiples formes que peut prendre l'évaluation, apparaissent les devoirs de contrôle : –le nombre de ceux-ci doit être réduit (trois, voire deux, par trimestre suffisent) ; on y intégrera plusieurs composantes de l'activité mathématique signalées par le programme. –La moyenne annuelle de ces contrôles, souvent déterminante pour l'orientation de chaque élève, sera pondérée par un bilan chiffré des divers travaux (cahier de statistique, travail sur ordinateur…) portant sur les sujets difficiles à évaluer lors de ces contrôles. Retour

18 Doc. daccompagnement de Seconde Lorganisation et le suivi du travail personnel des élèves, évoqués dans le paragraphe précédent, sont des éléments incomparables dinformation au service dun jugement conscient et éclairé, et dune action pertinente pour la réussite de chaque élève. Retour

19 Circulaire du 6 janvier 1969 Les études docimologiques dont lorigine est antérieure à 1930 et qui se sont multipliées dans les vingt dernières années ne laissent aucun doute sur le caractère illusoire dun tel raffinement dans la précision de la note et du classement obtenus… En vérité, ce sont les progrès de lélève par rapport à lui-même qui importent ; et leur constatation nexige pas nécessairement une note chiffrée. Retour

20 I.G.E.N. Année scolaire : « lévaluation des acquis des élèves à la fin des cycles dapprentissage ». Les rapporteurs émettent des propositions organisées en six axes : améliorer la précision des objectifs de lévaluation, accroître le nombre dinstruments et de méthodes dévaluation, mieux partager linformation, valoriser le temps que le professeur consacre à lévaluation, mieux utiliser lévaluation pour améliorer le fonctionnement du système éducatif et améliorer la part des analyses qualitatives dans la gestion du système éducatif. Rapport 90-45, André Hussenet, Alain Bouchez, Pol Vitart, Jean Bottin, André Caroff, André Coqblin. Retour

21 I.G.E.N : « Les examens en Europe » Ce rapport compare les certifications de fin denseignement secondaire (1) en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Suède. Le rapport cite plusieurs spécificités françaises quil suggère dinterroger : le système de compensation généralisée et labsence de note éliminatoire ; la place du contrôle continu et son accompagnement ; les faibles indications que lenseignement supérieur peut tirer des notes au baccalauréat dun étudiant ; enfin lévaluation quasi inexistante de lexamen. (1) Rapport IGEN 2003, Pierre Legrand Retour

22 I.G.E.N Les rapporteurs (1) concluent ainsi : « De plus grandes transformations sopéreront lorsque les enseignants comprendront que la pratique dévaluation est au cœur de leur enseignement, quelle ne se résume pas à la seule notation et quelle suppose détablir un dialogue dexplication avec les élèves et leurs parents, lorsque les chefs détablissement se sentiront capables et mandatés pour piloter des équipes pédagogiques, lorsque enfin chefs détablissement et inspecteurs se concerteront, (1) Rapport IGEN 0907, Gérard Dorel, Francis Wième.

23 régulièrement sur les pratiques, méthodes, outils dévaluation etc., et introduiront en priorité lévaluation dans le plan de formation de chaque professeur. Cest une sorte de verrou quil faut faire sauter si lon veut que lévaluation soit intégrée à lenseignement et en devienne le moteur et le régulateur. Lévaluation place les élèves, avec leurs ressources et leurs lacunes au centre du dispositif éducatif pour le faire progresser. Cest dans cette articulation constante et cohérente entre objectifs et évaluation que réside le potentiel dun enseignement efficace qui garantisse à tous légalité des chances. » Retour

24 I.G.E.N.2001 : « méthodologie de lévaluation de lenseignement de lhistoire et de la géographie au collège » « Évaluer les enseignements passe par la prise de conscience du caractère indispensable de cette évaluation par les enseignants eux-mêmes… Elle suppose une autre pratique des métiers de linspection […] Autrefois linspecteur observait les élèves face à la classe ; la légende dorée républicaine relève avec complaisance comment il savait reconnaître et promouvoir les élèves valeureux et méritants. Puis, les temps ayant changé, linspecteur a gagné le fond des classes : face au professeur, il tente dorénavant de juger la pertinence de son discours en fonction de la doctrine pédagogique et didactique dominante. Nous sommes aujourdhui à une troisième étape : de nouveau ce sont les élèves quil faut observer. Évaluer les enseignements cest évacuer tous les dogmatismes afin de ne plus juger dun discours mais de ses effets. » Rapport du groupe histoire et géographie de lIGEN Retour

25 DEP 2004 : étude sur les pratiques dévaluation des enseignants au collège (1) « Les réponses [...] témoignent de ce quévaluer est une pratique majeure de la professionnalité enseignante. Plutôt conçue individuellement par les enseignants, lévaluation au collège est surtout envisagée dans une perspective sommative, même si des signes dévolution vers des démarches plus diagnostiques et formatives sont perceptibles ». (1) Note évaluation de décembre 2004 Retour

26 IGEN – IGAENR 2005 : « Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de lécole » (1) « L'inventaire fait apparaître que, pour divers motifs, la plupart des acteurs privilégient souvent d'autres centres d'intérêt, comme l'atteinte d'indicateurs quantitatifs globalisés, de moyennes individuelles et de succès aux examens dont on ne connaît pas toujours le sens véritable en termes des acquis qu'ils seraient censés prouver ou certifier… Proposant que les acquis des élèves deviennent le référentiel central autour duquel l'ensemble de l'école se définisse et s'évalue, le rapport, conscient que des évolutions à chaque niveau nécessiteraient bien sûr des affinements avec les différentes catégories d'acteurs, définit les conditions de ces évolutions : cohérence quant aux acquis visés d'un bout à l'autre du système d'éducation, consensus entre tous, aide à la mise en oeuvre et responsabilisation des acteurs. Il fait une vingtaine de propositions précises au service de ce projet de révolution des références de l'école. » (Présentation du rapport) SommaireSommaire (1) Anne Marie BARDI, Jean François GAULTHIER RetourRetour


Télécharger ppt "Évaluer pour former au lycée Année scolaire 2008- 2009."

Présentations similaires


Annonces Google