La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le langage à lécole maternelle. Présentation de lanimation 15 décembre 2010 30 mars 2011 Sapproprier le langage Découvrir lécrit.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le langage à lécole maternelle. Présentation de lanimation 15 décembre 2010 30 mars 2011 Sapproprier le langage Découvrir lécrit."— Transcription de la présentation:

1 Le langage à lécole maternelle

2 Présentation de lanimation 15 décembre mars 2011 Sapproprier le langage Découvrir lécrit

3 Ce que disent les programmes 2008 Lobjectif essentiel de lécole maternelle est lacquisition dun langage oral riche, organisé et compréhensible par lautre. « Les activités d'expression à l'oral, en particulier les séquences consacrées à l'acquisition du vocabulaire, les situations nombreuses d'écoute de textes que l'enseignant raconte puis lit, et la production d'écrits consignés par l'enseignant préparent les élèves à aborder l'apprentissage de la lecture et de l'écriture.»

4 Sapproprier le langage

5 Des contenus réorganisés Première facette : Sapproprier le langage Le langage oral en première priorité, mais un oral particulier Une présentation centrée sur lenfant * Echanger, sexprimer * Comprendre * Progresser vers la maîtrise de la langue française : syntaxe et vocabulaire (correspondances avec 2002/2007 : communication, langage en situation et langage dévocation)

6 Sentendre sur les mots « langue » et « langage » Langue : Système complexe, conventionnel Coordination de signes (des mots et une syntaxe propres à chaque langue) Langage : Fonction humaine activée dans une (ou deux) langue(s). Fonction à la fois sociale, psychologique et cognitive. Trois « registres » : réception, production, interaction. Deux « régimes » : oral et écrit.

7 Echanger, sexprimer Compétences: IO 2008 Capacités et attitudes: Accepter/provoquer léchange Demander/Prendre la parole Sadapter à des enjeux divers: expliquer,, justifier(parce que…),relater,

8 Quelles situations ? Des situations non artificielles,avec de bonnes conditions déchanges. Des situations dévocation, des situations culturelles.

9 Comprendre une histoire 1.Agir avant la lecture(anticipation): pour faciliter la compréhension 2.Approfondir la compréhension: Traiter les informations Re-brasser les informations et confronter les points de vue 3. Sassurer de la compréhension.

10 Comprendre les consignes Consigne simple PS Consignes des activités scolaires en situation de face à face avec ladulte MS Consignes données de manière collective GS

11 Progresser vers la maîtrise de la langue française Enseigner le vocabulaire: Quel lexique ? Comment travailler le vocabulaire? Quels sont les vecteurs de mobilisation du lexique?

12 Définitions Vocabulaire: ensemble des mots quune personne connaît et utilise.(vocabulaire passif/vocabulaire actif) Lexique: Ensemble de mots constituant une langue. Syntaxe: partie de la grammaire qui définit les relations entre les éléments dune phrase.

13 Six représentations du mot Représentation phonologique Représentation syntaxique Représentation imagée Représentation orthographique Représentation sémantique Représentation conceptuelle

14 Le mot :une représentation culturelle du monde Les mots sont un facteur de structuration du réel mais ne sont pas des étiquettes dun réel identique pour tous. Bois/forêt: Bois signifie tantôt la matière, tantôt une petite forêt.

15 Ali Babanın çiftliği Ali Babanın bir çiftliği var Çiftliğinde horozları var Ü üürü üü diye bağırır Çiftliğinde Ali Babanın Ali Babanın bir çiftliği var Çiftliğinde kuzuları var Mee, mee diye bağırır Çiftliğinde Ali Babanın Ali Baba a une grande ferme Ali Baba a une grande ferme Dans sa ferme il a des coqs Cocorico, cocorico, chantent-ils Dans la grande ferme dAli Baba. Ali Baba a une grande ferme Dans sa ferme il a des agneaux Mêê, mêê bêlent-ils Dans la grande ferme dAli Baba.

16 Politique du rebelle – Traité de résistance et dinsoumission. Michel Onfray 1997 Grasset Figures page 69 … Cette boiterie à laquelle sajoute la démarche chaloupée de ceux qui sont enivrés montre à lenvi loffense faite à la verticalité qui définit lhomo sapiens et le retour insensible à ce qui fait la régression de lespèce : verticalité, bipédie ; puis voussure, équilibre précaire, déséquilibre ; enfin, un mélange de quadrupédie, sinon de reptation ou de prostration qui désigne à quel trajet on a contraint le damné : la réécriture, dans son corps et sa personne – comme en perversion de lidée que lontogenèse récapitule la phylogenèse – des états antérieurs de l hominisation. Chez le damné maximal, cette rétroversion de l humanité lui fait parcourir en marche arrière toutes les étapes dun ancestral regrès : allongé sur le sol, confondu au trottoir, perdu dans les cartons empilés, aviné, sinon assommé par lalcool, le clochard ne se limite pas seulement, on le voit, à sa privation de domicile fixe, cest aussi celui dont le seul domicile fixe est le corps vécu comme une malédiction, une perpétuelle occasion de récriminations, corps quil faut nourrir, rafraîchir, vêtir, protéger, réchauffer, corps frère en cela des déportés et prisonniers…

17 Le mot nécessite un apprentissage spécifique Lecture du texte de M.Onfray: Individuel puis par trois, essayer de comprendre, choisir 2 mots en gras et essayer décrire avec chacun de ces mots une phrase où il sera employé différemment. Mise en commun: on ne peut pas passer directement de la réception/compréhension à la production spontanée sans un apprentissage spécifique.

18 -À lenvi: à qui mieux mieux. -Voussure: exagération de la convexité du thorax dans une région limitée; courbure. -Ontogénèse: ensemble des processus qui, chez un organisme animal ou végétal, conduisent la cellule oeuf à l'adulte reproducteur; embryogénie. -Phylogénèse: formation et développement des espèces vivantes au cours des temps; généalogie. -Regrès: évolution régressive; régression. Quelques définitions

19 Quelques chiffres sur lacquisition du lexique Avant deux ans : les 50 premiers mots PS : 750 mots MS : 1750 mots GS : 2500 mots Du CP au CM2 : de 2500 à 6000 mots Adulte cultivé : à mots

20 les principes de contraste et de conventionalité : un mot nouveau contraste avec les mots connus puis devra sinscrire dans un usage conventionnel. Le principe de dénomination catégorielle : les mots se réfèrent à une catégorie même non dénommée par les élèves, un mot nouveau désigne pour eux un niveau de base (caniche – chien – animal)

21 Les entraînements à la catégorisation: Une étude de Clavé (1997) indique une relation étroite entre létendue du répertoire lexical et la compétence à catégoriser chez des enfants de 4 à 6 ans.

22 Enseigner le lexique cest Mettre en place une vraie démarche dapprentissage en amenant lenfant à: -Passer dun vocabulaire passif (réception/compréhension) à un vocabulaire actif (production) - Reconnaître le même objet quelque soit sa représentation (photo, dessin, peinture, …) - Sapproprier un mot nouveau en 4 étapes :. découvrir/approfondir : identifier un mot dont le sens est inconnu (poser des questions, …). structurer : recourir à des outils (listes, dictionnaires, imagiers, …), classer et utiliser les « petits mots », jouer avec le lexique, …. mémoriser et favoriser le rappel en mémoire. réutiliser : employer les mots justes en production doral ou décrit

23 - Mobiliser des compétences cognitives pour :. inventorier. trier. classer. comparer. catégoriser. Réutiliser Mais ce nest pas: se limiter a faire correspondre des mots des objets; répéter des mots; nommer une fois; désigner simplement; désigner un grand nombre de mots.

24 Principes didactiques et pédagogiques des activités autour du lexique Projet contextualisé Utiliser des imagiers de référence avec des représentations différentes Les jeux sont proposés aussi bien en réception quen production Rester suffisamment longtemps sur un jeu Le guidage verbal de lenseignant est prépondérant Des entrées différentes sur des champs lexicaux différents Une évaluation en début et en fin de module

25 Favoriser lacquisition du langage et lapprentissage de la langue orale Connaître les besoins de lélève Construire des repères communs.

26 Construire des repères communs Un cadre sécurisant. Un milieu de communication. Des adultes tuteurs de langage

27 Créer un climat propice A la communication et aux échanges au sein de lécole. Un travail déquipe pour permettre à lenfant de devenir élève. Associer les parents au parcours dapprentissage de lélève.

28 Enseigner la langue orale Un parcours dapprentissage: Un travail en équipe Des programmations Des progressions

29 Le projet dapprentissage Concevoir, organiser, mettre en œuvre, évaluer: Le langage comme un objet de travail Le langage comme un outil de travail Adopter une posture professionnelle. Lattitude du maître Le parler professionnel

30 Vers la découverte de lécrit

31 Construction du langage

32

33

34

35 Ateliers de langage oral

36

37

38

39

40

41 Activités dexpression orale à partir de lexploitation dun album

42 Activités dexpression orale à partir dalbums étudiés auparavant

43

44

45

46

47

48 Fiches langage

49

50 Découvrir lécrit

51 Lentrée dans lécrit: objectifs

52 Deuxième facette : Découvrir lécrit 1ère composante : se familiariser avec lécrit Découvrir les supports de lécrit Découvrir la langue écrite (place privilégiée de la littérature) Contribuer à lécriture de textes (« dictée à ladulte ; écriture inventée ») 2ème composante : se préparer à apprendre à lire et à écrire Distinguer les sons de la parole (« conscience phonologique ») Aborder le principe alphabétique Apprendre les gestes de lécriture (moins dexigences quen 2002)

53

54 Découvrir les supports de lécrit Découvrir la langue écrite (place privilégiée de la littérature) Contribuer à lécriture de textes (« dictée à ladulte ; écriture inventée ») Se familiariser avec lécrit

55 Les supports de lécrit Les enfants découvrent les usages sociaux de lécrit en comparant les supports les plus fréquents dans et hors de lécole (affiches, livres, journaux, revues, écrans, enseignes,...). Ils apprennent à les nommer de manière exacte et en comprennent les fonctions. Ils observent et manipulent des livres, commencent à se repérer dans une page sur une couverture. Comprendre les différentes fonctions de lécrit: Informer, Lire pour faire, Lire pour le plaisir, Lire pour communiquer. Supports utilisés: Informer: laffiche, le journal, la publicité, le magazine TV, le documentaire, les mots du cahier, le catalogue, lordinateur Lire pour faire: les recettes, les règles du jeu, les modes demploi, les affiches, les protocoles, internet… Lire pour le plaisir: les albums, les poèmes, les comptines, les BD, les revues… Lire pour communiquer: la lettre, internet, laffiche…

56 La langue écrite (littérature) Les enfants se familiarisent peu à peu avec le français écrit à travers les textes lus quotidiennement par lenseignant. Afin qu'ils perçoivent la spécificité de lécrit, ces textes sont choisis pour la qualité de leur langue (correction syntaxique, vocabulaire précis, varié, et employé à bon escient) et la manière remarquable dont ils illustrent les genres littéraires auxquels il appartiennent (contes, légendes, fables, poèmes, récits de littérature enfantine). Ainsi, tout au long de lécole maternelle, les enfants sont mis en situation de rencontrer des œuvres du patrimoine littéraire et de sen imprégner. Ils deviennent sensibles à des manières de dire peu habituelles ; leur curiosité est stimulée par les questions de lenseignant qui attirent leur attention sur des mots nouveaux ou des tournures de phrases quils reprennent à leur compte dans dautres situations. Après les lectures, les enfants reformulent ce quils ont compris, interrogent sur ce qui reste obscur. Ils sont encouragés à mémoriser des phrases ou de courts extraits de textes.

57

58 Ecriture de textes: Ecriture inventée Dictée à ladulte Copie

59 Ecriture inventée Ecrire avant davoir appris à écrire ?

60 Les études réalisées suggèrent clairement que les enfants présentent des compétences relatives à la langue écrite bien avant le début de lapprentissage formel. Les travaux dEmilia FERREIRO (1977) illustrent ces compétences précoces. Les travaux de Jacques FIJALKOW illustrent le même propos.

61

62 Déroulement : Dictée, en situation individuelle, de quatre mots (rat), (cheval), (papillon), (crocodile) et de deux phrases : (Le rat mange du fromage.), (Le crocodile avale le papillon.). Analyse de productions denfants

63 Stratégies utilisées par les enfants Idéogrammes: dessins de la situation proposée ou production dune suite de formes/de signes. Lenfant a voulu faire des pseudo lettres mais il nen maîtrise pas la graphie.

64 Traitement visuel Combinaison de lettres au hasard: dans un premier temps lettres choisies parmi celles du prénom, ordonnées de manière aléatoire, sans lien avec le rapport phonie graphie ou la longueur du mot.

65 Traitement de loral La quantité de lettres peut varier selon la longueur du mot(ou de la phrase), révélateur dune 1 ère conscience phonique. Une lettre peut aussi représenter une syllabe, même si ce choix nest pas fait en fonction de sa valeur phonique. Choix de lettres en fonction de leur valeur phonique(ex: E pour « le »)? Combinaison de plusieurs lettres pour construire les syllabes.

66 Traitement orthographique Codage alphabétique ou écriture mémorisée dun mot connu (avec ou sans erreurs).

67 Ateliers décriture inventée Principes généraux: Mettre les élèves en situation de produire des écrits(situation de recherche/de tâtonnements/dessais…) les amène à se poser des questions sur lanalyse de lécrit. De plus pour que les enfants apprennent à lire, ils doivent avoir compris que lécrit est un codage de loral. Produire de lécrit les conduit donc à coder de loral. Cest un moment privilégié de construction et dutilisation du code (rapport phonie graphie) Objectifs: Savoir quelles représentations les enfants ont de lécrit pour construire de nouvelles situations en lecture/écriture et agir sur ces représentations. Conduire lenfant à réfléchir sur la langue et sur ce quil faut faire pour la maîtriser.

68

69 Recours à la copie Recherche de lécriture du mot dans les écrits de la classe: ce nest plus de lécriture inventée mais cest une stratégie qui permet à lenfant de se lancer dans lécrit. Pour favoriser la mémorisation, préférer une copie différée: le modèle nest pas sous les yeux et il y a transport de linformation. Faire expliciter les stratégies par les élèves. Noter la présence dauto langage. Observer comment lenfant transforme le discours oral en écrit (capacité à segmenter en mots/choix de la graphie/ponctuation…

70

71 Dictée à ladulte: objectifs Activité langagière qui permet de travailler lentrée dans lécrit avec les jeunes élèves dès le moment où ils sexpriment à loral. Prendre conscience progressivement des diverses caractéristiques de lécriture : fonctionnement spécifique de la langue pour lécrit, notion de phrase, segmentation en mots permanence de lécriture dun même mot, représentation des syllabes dans les mots, marques morphosyntaxiques.

72 Déroulement: deux types

73

74 La dictée à ladulte est donc une délégation décriture avec négociation pour apprendre à lélève à produire des textes dont il est lauteur et à se familiariser avec le français écrit avant de savoir lui-même écrire. Son efficacité est liée à une pratique régulière et quasi quotidienne.

75

76 Se préparer à apprendre à lire et à écrire Par trois activités clés, (travail sur les sons de la parole, acquisition du principe alphabétique et des gestes de lécriture), lécole maternelle favorise grandement lapprentissage systématique de la lecture et de lécriture au CP

77 Conscience phonologique La Lettre : En français, il y a 26 lettres (lalphabet). Le phonème : Plus petite unité sonore, dénuée de sens en elle-même, que l'on peut isoler dans la chaîne parlée. En français, on distingue 36 phonèmes. Si on observe la lettre, un phonème correspond au son de celle-ci. Ex : la lettre f correspond au phonème ffff (la manière dont elle chante). Le graphème : La transcription écrite dun phonème. Un graphème peut être :une seule lettre (a, e, i, b, d, t, r...) une lettre avec un signe (à, ç, è...) deux lettres (un digramme : ch, au, ou, on, eu...) ou trois lettres (un trigramme : eau, ain, aon, oin...) Donc les notions de lettre et de graphème ne se superposent pas. Les pseudo mots (ou logatomes) : des mots qui ne veulent rien dire. Ex : fraditor Le principe alphabétique : la correspondance phonème graphème Conscience phonologique : La conscience phonologique est définie comme la capacité à percevoir, à découper et à manipuler les unités sonores du langage telles que la syllabe, la rime, le phonème

78 La syllabe Unité phonétique formée de consonnes et de voyelles qui se prononce d'une seule émission de voix En français, il y a environ 3600 syllabes. Quelques conseils pour frapper les syllabes A lécole, en classe, le frappé de syllabes sert lapprentissage de la lecture et de lécriture. Il ne renvoie pas à une transcription phonétique de loral, on frappe donc les syllabes qui sont écrites. Le travail de frappé de syllabes est fait dans une perspective dapprentissage de lécrit (syllabes graphiques). Attention : Il est à noter que certains auteurs (Goigoux, Zorman...) proposent dans leurs outils un travail sur la prononciation et non sur les syllabes écrites. Exemple : "crocodile" où ils comptent 3 syllabes(cf. la représentation visuelle par de petits arcs dans « Phono ») et donc "chance" où ils ne compteraient quune syllabe.

79 La conscience phonologique Elle apparaît dès lâge de quatre ans. Elle permet de segmenter la chaîne sonore en mots et les mots entendus en sons qui les constituent. Les élèves comprennent que les mots sont constitués de syllabes et de phonèmes (dont certains seulement seront étudiés en cycle 1). Il faut : « casser le mot » pour repérer la syllabe, « jouer » avec elle. Pour le mot bateau, par exemple : pouvoir supprimer la syllabe initiale (teau), - ou la dernière (ba), les redoubler (babateau - bateauteau), la rapprocher dautres mots finissant par la même syllabe (bateau/gâteau/auto), la différencier dautres et repérer des mots intrus (mouton, par exemple), etc.

80 Conscience phonologique De nombreuses recherches ont démontré que la conscience phonologique joue un rôle majeur dans lapprentissage de la lecture (décodage) et de lécriture. Les enfants ayant un trouble grave de lapprentissage de la lecture présentent des défaillances du traitement phonologique. Le lien entre conscience phonologique et lecture sexplique par le fait que lorthographe française est une orthographe alphabétique où les caractères « graphèmes » représentent une unité sonore « phonème ». Pour maîtriser le principe alphabétique, lélève doit donc avoir acquis un niveau minimum de traitement phonémique. Pour maîtriser le décodage, lenfant doit acquérir deux compétences : connaître le nom des lettres savoir découper la chaîne sonore en phonèmes On sait également que les liens entre conscience phonologique et principe alphabétique sont bidirectionnels : les deux senrichissent mutuellement ; lapprentissage des lettres est un moyen daccès à la perception et à la manipulation des phonèmes et la conscience phonémique permet en retour lapprentissage des conversions phonèmes/graphèmes.

81 Les programmes 2008 Distinguer les sons de la parole Scander les syllabes Manipuler les syllabes Discriminer les sons Enlever une syllabe Recombiner plusieurs syllabes dans un autre ordre Percevoir une syllabe identique dans plusieurs mots et situer sa position dans le mot (début,milieu,fin ) Localiser, substituer, inverser, ajouter, combiner les composants de la langue(syllabes et phonèmes

82 LA CONSCIENCE PHONEMIQUE Elle représente un palier supérieur, atteint vers six sept ans. Elle se développe complètement avec lapprentissage de la lecture. Les élèves acquièrent la capacité à isoler tous les phonèmes de la langue française. Elle permet de « casser » la syllabe pour repérer un constituant encore plus petit, le phonème : dans la syllabe "pa", lélève doit repérer deux phonèmes [p] et [a], dans "teau" [t] et [o], demander à un élève ce qui reste quand on enlève le premier bruit de "règle" : "ègle", de "bateau" :"ateau ». La syllabe est souvent facile à repérer (des adultes illettrés y arrivent fort bien), mais, le repérage du phonème est plus compliqué.

83 Jeux phonologiques

84

85

86


Télécharger ppt "Le langage à lécole maternelle. Présentation de lanimation 15 décembre 2010 30 mars 2011 Sapproprier le langage Découvrir lécrit."

Présentations similaires


Annonces Google