La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lapprentissage de la lecture en question Equipe de circonscription de Landivisiau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lapprentissage de la lecture en question Equipe de circonscription de Landivisiau."— Transcription de la présentation:

1 Lapprentissage de la lecture en question Equipe de circonscription de Landivisiau

2 Un point sur les méthodes de lecture Les I.O. et le nouveau décret Remarques complémentaires de Jean Emile Gombert Ce qui est essentiel Une trame de leçon au CP par Luc Maisonneuve Lapprentissage de la lecture en question

3 Méthode de lecture : manière dont on considère quil faut apprendre à lire Objectif de toutes les méthodes : faire de chaque enfant un futur lecteur expert Différences : les moyens dy parvenir (méthodologie, objectifs opérationnels, activités choisies) Méthodes de lecture

4 Un classement en trois grands groupes La méthode synthétique La méthode analytique La méthode mixte Chaque méthode présente des particularités et des difficultés éventuelles Méthodes de lecture

5 Principe de la méthode synthétique combinaison de sons et de lettres syllabes mots textes Méthodes de lecture : synthétique

6 Deux démarches La démarche grapho-phonologique (ou phonographique) Ex [o] o, eau, au, ot, op … La démarche syllabique Les lettres sont nommées (t=té) mais non prononcées. Cest le B-A BA Méthodes de lecture : synthétique

7 Difficultés observées Une mauvaise maîtrise de la langue orale Des difficultés de discrimination des sons entre eux Une pratique techniciste (codage – encodage - combinatoire) Elle impose dêtre immédiatement liée à des activités (décalées) portant sur la compréhension Méthodes de lecture : synthétique

8 Les voies directes et indirectes La voie indirecte. b…br…bra…bran…ch…che…branche (ah oui branche) La voie directe. Elle associe mémoire visuelle et mémoire phonologique. Ex: pays, dans, … Méthodes de lecture : synthétique

9 Méthodes de lecture : analytique Principe de la méthode analytique Lenfant formule des hypothèses sur le fonctionnement de la langue. Puis il analyse le code écrit. Oral et écrit sont parfois considérés comme des codes distincts.

10 Difficultés observées Une mémorisation de nombreux mots entiers Lire peut devenir reconnaître des textes appris. Des difficultés cognitives et sémantiques Méthodes de lecture : analytique

11 Principe de la méthode mixte Elle cherche à rapprocher les qualités des méthodes synthétique et analytique. Lapprentissage des élèves repose à la fois sur létude du code, sur la motivation par lentrée dans les textes et sur la maîtrise de quelques unités de la langue. Méthodes de lecture : mixte

12 Difficultés observées La progression des graphies Lapprentissage des mots La charge mémorielle est lourde. Méthodes de lecture : mixte

13 La méthode gestuelle (Borel-Maisonny) propose un ensemble de gestes (associés aux phonèmes) pour faciliter lentrée dans le langage. La méthode « interactive » veut travailler simultanément le code et le sens et la culture littéraire. Méthodes de lecture : autres méthodes

14 Remarques Les méthodes mixtes (80% du marché des éditeurs) sont loin dêtre homogènes. Le travail sur le code et les exercices sur le cahier prennent 80% du temps. On constate rarement un retour au sens du texte après ces exercices. Méthodes de lecture : remarques

15 Le décret définitif (mars 2006) est une confirmation des I.O. de 2002 avec une insistance sur certains points. Lappui sur le travail préalable en maternelle (sonorités de la langue). La relation essentielle graphème- phonème (apprentissage conjoint de la lecture et de lécriture) Limportance du lexique Les I.O. et le décret de mars 2006

16 Le décret définitif (mars 2006) est une confirmation des I.O. de 2002 avec une insistance sur certains points. Le traitement de lorganisation de la phrase et du texte Lapport de connaissances pour comprendre les textes La production décrits (CE1) : complémentarité entre compréhension et production Les I.O. et le décret de mars 2006

17 Expérience de Roland Goigoux sur leffet de lenseignement du code alphabétique sur les performances en lecture. un pourcentage de réussite supérieur pour des élèves ayant suivi une méthode de correspondance graphème-phonème une vitesse de lecture supérieure une complémentarité code / compréhension / production supérieure Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

18 Analyse des évaluations 6 ème : 14,9 % des élèves natteignent pas les compétences de base Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture 7,8 % automatismes lents 2,2 % Mauvaise reconnaissance 2,1 % Phonologie (profil dyslexique) 2,8 % Trop rapides sans compréhension

19 Aller vers lautomatisation.tom ud euqihpargohtro egamil ertîannocer ed elbapac tse no dnauq evirra noitasitamotuaL Lecture lente Lecture fatigante Décryptage obligatoire (phono/grapho) Reconnaissance de plus en plus rapide une fois le mécanisme assimilé Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

20 Lien essentiel entre loral et lécrit Exemple : 2 sonsTSPPST Demande une mobilisation de lattention sur des compétences premières de phonologie GS: phonologie (sonorités) Fin GS: première conscience des phonèmes Début CP: analyse segmentale (train/locomotive) syllabe (unité phonologique la plus facile) CP: déstructuration de la syllabe (codage) Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

21 Gérer la difficulté orthographique Reconnaissance de mots entiers Morphologie CHATONS (animal)(diminutif)(marque du pluriel) 80 % des mots sont composés de plusieurs morphèmes Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

22 Importance du lexique (vocabulaire/sens) Il faut se donner le temps de faire fonctionner une base lexicale choisie (et pas simplement de reconnaître les mots) Pas de lecture sans vocabulaire (en amont). Pas dacquisition de nouveau vocabulaire sans lecture. Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

23 Importance de la syntaxe (liens) La compréhension de la phrase La syntaxe est une aide à la compréhension de lécrit Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

24 Mise en relation des informations Exemple: mode demploi La procédure est tout à fait simple. En premier vous classez les choses en groupes selon leur composition. Si vous devez alors ajouter quelque chose, faites-le, sinon vous êtes prêt. Il est important de ne pas surcharger. Mieux vaut traiter trop peu de choses en une fois que trop. A court terme, cela peut sembler sans importance mais toute surcharge risque davoir des conséquences ultérieurement. Une erreur peut coûter cher. Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

25 Mise en relation des informations Cette mise en relation demande lactivation dune base de connaissances que lélève doit posséder Un texte doit toujours situer le sujet au départ pour aider à activer les bases de connaissances. Propos de M Gombert, professeur en psychologie cognitive à Rennes II, participant au séminaire national du 11 mars 2006 sur la lecture

26 En GS : Travailler les sonorités (la conscience phonologique) Ce qui est essentiel

27 En CP : Déchiffrer (graphème/phonème) Relier le mot écrit à son image auditive et à sa signification Automatiser la reconnaissance orthographique des mots Traiter lorganisation de la phrase Commencer à acquérir du lexique et des connaissances pour comprendre les textes Lier la lecture à lécriture Ce qui est essentiel

28 En CE1 : Consolider les apprentissages Mécanismes prolongés pour certains élèves Travail régulier de production décrits Ce qui est essentiel

29 Voici les 8 étapes que lon devrait retrouver au cours dune leçon de lecture en CP : en noir : oral en bleu : écriture en rouge : lecture Une trame de séance de lecture : Luc Maisonneuve

30 1- Travail phonologique sur les mots (syllabes....etc) nouveaux du texte support de la leçon (mots modèles) + travail combinatoire (exercices de rappel essentiellement) 2- Dictée de « sons » type La Martinière (ex : su, sa, so…etc..) en relation avec les mots-références («les morères ») retenus en Lecture silencieuse des « morères » Lecture oralisée des morères Ecriture des « morères » (jouer ici sur la quantité et la difficulté selon les capacités des élèves).

31 Une trame de séance de lecture : Luc Maisonneuve 4- Afficher les « morères ». Réutiliser les mots en les reliant avec leur image auditive. (ex : Pigeon vole…) 5- Ecrire les morères avec effacement progressif du modèle. 6- Dévoilement progressif du texte : lecture silencieuse puis lecture magistrale à voix haute (1, 2 ou 3 fois). Régler les éventuels problèmes de compréhension.

32 Une trame de séance de lecture : Luc Maisonneuve 7- Lecture des élèves mot à mot. Insister ici sur la combinatoire (comment fait-on pour reconnaître tel ou tel mot ?) Lecture à voix haute de plus en plus rapide (Plusieurs élèves lisent…). 8- Copie dune partie du texte


Télécharger ppt "Lapprentissage de la lecture en question Equipe de circonscription de Landivisiau."

Présentations similaires


Annonces Google