La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Surveillance sanitaire en France Surveillance des maladies infectieuses Pourquoi faire ? Quelles modalités ? Quels acteurs et partenaires? Dr Dounia BITAR.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Surveillance sanitaire en France Surveillance des maladies infectieuses Pourquoi faire ? Quelles modalités ? Quels acteurs et partenaires? Dr Dounia BITAR."— Transcription de la présentation:

1 Surveillance sanitaire en France Surveillance des maladies infectieuses Pourquoi faire ? Quelles modalités ? Quels acteurs et partenaires? Dr Dounia BITAR IFSI – R Ballanger, 23 février 2010

2 2 Surveillance des maladies infectieuses Objectifs de la surveillance Construction d'un système de surveillance

3 3 XV° siècle : Détecter et isoler les malades (Quarantaine) Eviter l'introduction de la peste à partir des ports (Marseille..) XIX° siècle : Contrôler les frontières 1851, Paris : 1ere conférence sanitaire internationale, suite aux épidémies de choléra en Europe (1830, 1847) : Mise en place des déclarations obligatoires 1905 : Création de l'Office International d'Hygiène Publique 1948 : Création de l'OMS 1951 : Règlement sanitaire international (RSI) Surveiller et contrôler le choléra, la peste, la fièvre jaune, la variole, les fièvres récurrentes et le typhus. Par la suite, recentrage sur la peste, le choléra et la fièvre jaune Un peu d'histoire….

4 4 Décrire les phénomènes de santé et suivre leur évolution dans le temps, pour une action de santé publique, de prévention et de contrôle - Vacciner - Dépister autour d'un cas : traitement prophylactique - Mesures environnementales - Au besoin, mesures plus contraignantes (isolement) Surveillance des maladies infectieuses Objectifs " Collecte systématique et continue de données de santé ainsi que leur analyse et interprétation, dans un but daide à la décision "

5 5 Collecte / Détection Validation Analyse/ interprétation Information / Alerte Action Communication Surveillance = Information pour Action

6 6 Suivre l'évolution d'un problème de santé et connaître ses caractéristiques: Temps, Lieu, Personnes Détecter des phénomènes pouvant représenter une menace pour la santé publique : épidémies, émergence alerter organiser la réponse Evaluer l'efficacité d'une mesure de contrôle ou d'une action préventive, pour évaluer les actions et adapter les recommandations Suggérer des tester des hypothèses (recherche) Axes principaux de la surveillance

7 7 Incidence de la tuberculose pour personnes, France métropolitaine, Décrire les tendances : Temps

8 8 Décrire les tendances : Lieu

9 9 Décrire les tendances : Personnes Incidence de la tuberculose pour personnes, France métropolitaine,

10 10 Souches de Salmonella paratyphi B reçues (année et N° de semaine) par le Centre National de Référence (CNR) des Salmonelles et Shigelles, Détecter des épidémies

11 11 Cas dinfections invasives à méningocoque de sérogroupes B, C, W135 et proportion dIIM B, France, Orienter la politique de santé publique

12 12 Autriche: Mortalité maternelle, Maternité de Vienne Avril - Déc 1847 (Semmelweis ) Evaluer une intervention

13 13 Organisation d'un système de surveillance Partenaires, acteurs Outils, modalités

14 14 déclaration Politique sanitaire Partenaires et acteurs de la surveillance

15 15 Déclaration obligatoire Signalement des infections nosocomiales Signalement des phénomènes pouvant représenter un danger de santé publique Enquêtes en population Veille nationale et internationale Outils de surveillance des maladies infectieuses

16 16 Obligation à tous médecins et biologistes (Code de la Santé Publique) Déclaration au Médecin Inspecteur de Santé Publique (Ddass) puis notification Ddass – InVS (après anonymisation) Deux finalités : –Signalement, pour action immédiate Traitement prophylactique et/ou vaccin des proches en cas d'infection à méningocoque, lutte antivectorielle si Chikungunya importé dans région où le vecteur est présent en métropole,… Investigation de cas groupés : rechercher la cause d'une toxi- infection alimentaire collective ou de cas groupés de légionellose –Suivi des tendances : pas d'action de maîtrise urgente mais contribue à définir et évaluer les politiques publiques (programme de vaccination, dépistage ciblé) Déclaration obligatoire (DO)

17 17 Notification à la Ddass –avec lidentifiant lors du signalement –code irréversible pour le VIH/Sida et lhépatite B De la Ddass à lInVS : –code irréversible –destruction des éléments didentification Sécurisation++ des bases de données à lInVS L'obligation est compensée par l'anonymisation des données

18 18 1.Botulisme 2.Brucellose 3.Charbon 4.Chikungunya 5.Choléra 6.Dengue 7.Diphtérie 8.Fièvres hémorragiques africaines 9.Fièvre jaune 10.Fièvres typhoïde et paratyphoïdes 11.Hepatite A 12.Hépatite B aiguë symptomatique 13.Infection par le VIH 14.Infection invasive à méningocoque 15.Légionellose 30 maladies à déclaration obligatoire (2007) 16.Listériose 17.Orthopoxvirus dont variole 18.Paludisme autochtone 19.Paludisme d'importation 20.Peste 21.Poliomyélite 22.Rage 23.Rougeole 24.Saturnisme de l'enfant mineur 25.ESB/Suspicion Creutzfeldt-Jakob 26.Tétanos 27.Toxi-infection alimentaire collective 28.Tuberculose 29.Tularémie 30.Typhus exanthématique

19 19 -Existence dun risque pour autrui -Intervention urgente (échelon local, national ou international) -Evaluation dun programme de lutte ou de prévention -Gravité -Besoin de connaissance -Absence de tout autre système de surveillance adapté PertinenceFaisabilité -Pathologie pas trop fréquente -Définition de cas simple et spécifique -Acceptabilité médicale et sociale -Coût de la mise en œuvre Critères de mise à DO

20 20 Infections nosocomiales Evénements pouvant représenter un danger grave pour la santé (loi 9 août 2004) : agents du bioterrorisme, phénomènes inhabituels/émergents Elargissement de la notion de signalement obligatoire, hors MDO

21 21 Autres modalités de surveillance Centres nationaux de référence : expertise microbiologique Systèmes divers

22 22 Laboratoires d'expertise microbiologique : Caractérisation des souches Maintenance des souches et sera de référence Typage Sensibilité aux anti-infectieux et biocides Recherche : techniques de typage.. Contribution à la surveillance et à linvestigation d'épidémies Alerte Conseil aux professionnels de santé et aux autorités Centres nationaux de référence (CNR)

23 23 Mis en œuvre par lInVS –Réseaux de laboratoires privés: infections invasives à pneumocoque, haemophilus influenzae, gonocoques, Chlamydiae, hépatite C... –Réseaux hospitaliers : coqueluche, hépatite C chronique... –Réseaux hospitaliers "aspécifiques" : passages aux urgences –Surveillance du VIH, VHC, et VHB chez les donneurs de sang Contrat entre lInVS et une structure publique Réseaux de médecins généralistes : "Sentinelles", "Grog" Sentinelles : 500 médecins généralistes "sentinelles" répartis sur tout le territoire Transmission par Minitel depuis 1985 puis Web 7 maladies surveillées : hépatite virale, syndrome grippal, rougeole, oreillons, diarrhée aiguë, varicelle, urétrite masculine, prescription de sérologie VIH Réseaux volontaires

24 24 Couverture vaccinale Enquêtes sérologiques nationales (infections virales chroniques : Hépatites B, C) Comportements (groupes d'homosexuels,..) Suivi de tendances, identification de groupes à risque Autres outils : Enquêtes

25 25 Veille internationale Sources d'information officielles (OMS, etc.) ou non officielles (Promed, Gphin) Rapidité des échanges S'appuie sur des réseaux Echanges transfrontaliers ad hoc Europe : Early Warning and Response System (EWRS) et autres réseaux OMS : Global Outbreak Alert and Response network(GOARN) Dans le cadre du nouveau règlement sanitaire international (RSI) Détecter des risques potentiels et anticiper leur introduction dans le pays

26 26 Exemple Introduction de la DO Hépatite A, Nov Données préliminaires / autres pays indiquent une modification de l'épidémiologie de l'infection (notamment une infection survenant chez des sujets plus âgés, avec une sévérité accrue) Risque épidémique (épidémies récentes survenues en France) mais les systèmes de surveillance existants (systèmes volontaires) ne permettent pas de les détecter Action possible : vaccination efficace Surveillance de lhépatite A en France au cours des vingt dernières années : les données actuelles ne permettent pas destimer le taux dincidenceSurveillance de lhépatite A en France au cours des vingt dernières années : les données actuelles ne permettent pas destimer le taux dincidence (BEH 5/2005)

27 27 Références, liens utiles Surveillance nationale des maladies infectieuses C. Saura, J.C. Desenclos. Les systèmes de surveillance des maladies infectieuses en France D. Che, J.C. Desenclos. Lalerte dans la surveillance actuelle des maladies infectieuses. Médecine et Maladies Infectieuses, 2002, 32 (12); Dispositif de surveillance des maladies à déclaration obligatoire Critères DO : Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 1999 (47)


Télécharger ppt "Surveillance sanitaire en France Surveillance des maladies infectieuses Pourquoi faire ? Quelles modalités ? Quels acteurs et partenaires? Dr Dounia BITAR."

Présentations similaires


Annonces Google