La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PHYSIOLOGIE PHYSIOPATHOLOGIE DIGESTIVE. MOTRICITÉ DIGESTIVE N de Talancé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PHYSIOLOGIE PHYSIOPATHOLOGIE DIGESTIVE. MOTRICITÉ DIGESTIVE N de Talancé"— Transcription de la présentation:

1 PHYSIOLOGIE PHYSIOPATHOLOGIE DIGESTIVE

2 MOTRICITÉ DIGESTIVE N de Talancé

3 1-LE MUSCLE LISSE GASTRO-INTESTINAL 1. LES FIBRES MUSCULAIRES LISSES Disposition en couches circulaire interne et longitudinale externe Sauf au niveau du sphincter supérieur de lœsophage (SSO),du 1/3 supérieur de lœsophage et du sphincter anal externe muscle strié. Les cellules musculaires lisses sont fusiformes et organisées en synticium. Activité contractile spontanée sauf au niveau de lœsophage et de lestomac proximal

4 1- LE MUSCLE LISSE GASTRO-INTESTINAL 2. Activités électriques 1Potentiel de repos:ondes lentes qui correspondent à des épisodes de dépolarisation,prennent naissance dans le couche longitudinale au niveau de lestomac et du grêle et dans la couche circulaire au niveau du colon.Cellules pacemaker: les cellules de Cajal.Rythme variable:estomac 3/mn duodénum 12/mn 2 Stimulation nerveuse:Ondes de pointes contractions de types rythmiques et toniques

5 2 - INNERVATION DU TUBE DIGESTIF 1. Système nerveux entérique (intrinsèque) 1. Plexus myentérique (plexus dAuerbach) situé entre les deux couches de la musculeuse.Intervient dans le contrôle de la motricité 2. Plexus sous muqueux (plexus de Meissner).Intervient dans le contrôle de la vaso motricité et des sécrétions intestinales. 3. Les plexus sont reliés au système nerveux autonome extrinsèque.

6 2 - INNERVATION DU TUBE DIGESTIF 4 Neuro-médiateurs: Acétylcholine Noradrénaline Sérotonine ATP Peptides:VIP,peptides opiacés,substance P,peptide YY, neurotensine… Hormones:Cholécystokinine (CCK),somatostatine… Monoxyde dazote (NO)

7 2 - INNERVATION DU TUBE DIGESTIF 1. Système afférent: Mécanorécepteurs Thermorécepteurs Chémorécepteurs Récepteurs polymodaux

8 2 - INNERVATION DU TUBE DIGESTIF 2. Système efférent: Motoneurones excitateurs sont cholinergiques Motoneurones inhibiteurs (NO,VIP) génèrent une hyperpolarisation membranaire. 3. Nerfs extrinsèques: Parasympathique:pneumogastrique et nerf pelvien Sympathique:nerfs splanchniques et nerf hypogastrique

9 2 - INNERVATION DU TUBE DIGESTIF 1. Actions du parasympathique: Stimule la motricité Relâche les sphincters 2. Actions du sympathique: Inhibition de la motricité Renforcement du tonus sphinctérien 3. Innervation extrinsèque sensitive très importante:90% des fibres du X

10 3 - LES MOUVEMENTS GASTRO- INTESTINAUX 1.Mouvements de brassage ou de segmentation: Ondes lentes,non propulsives facilitation de labsorption. 2.Mouvements péristaltiques: Contraction et relâchement en aval de la contraction Propulsifs Propagation assurée par le plexus myentérique Modulation de lintensité et de la périodicité par le système nerveux autonome.

11 3 -LES MOUVEMENTS GASTRO- TNTESTINAUX

12 3 - LES MOUVEMENTS GASTRO- INTESTINAUX 3.Complexe migrant moteur inter-digestif:(CMMI) Survient à jeun Comprend 3 phases: Phase 1:quiescence Phase 2:activité contractile irrégulières propagées dans le sens oral ou non Phase 3:succession régulière de contractions.fréquence de 11 à 12 par min. Durée totale de chaque cycle:60 à 120 minutes Interruption du CMMI par une prise alimentaire

13 4 - MASTICATION 1. Mouvements de larticulation temporo- mandibulaire: Haut-Bas Avant- Arrière Latéraux

14 4 - MASTICATION 2.Dents: Enfants:20 dents caduques Adulte:32 dents réparties par maxillaire: 4 incisives coupent 2 canines déchirent 4 prémolaires broient 6 molaires broient

15 4 - MASTICATION 3. Muscles masticateurs: 4. Langue 5. Récepteurs sensoriels: Présents sur la langue Indiquent que la nourriture est prête à être déglutie

16 4 - MASTICATION 6. Régulation Centre bulbo protubérantiel Contrôle volontaire Réflexe

17 5 - DÉGLUTITION 1. Phase orale:Volontaire Phase préparatoire Phase orale:projection du bolus alimentaire contre la paroi pharyngée postérieure 2.Phase pharyngée:Réflexe Durée 0,5 à 0,7 seconde Raccourcissement de lhypopharynx Rétractation du voile du palais qui bute sur la paroi postérieure du pharynx clôture du rhinopharynx.

18 5 - LA DÉGLUTITION 2.Phase pharyngée Ascension de los hyoïde et du larynx par contractions des muscles suspenseurs du larynx. Ouverture du SSO Pause respiratoire 3. Phase oesophagienne Onde péristaltique primaire :vitesse de 4 cm/s Relâchement du sphincter inférieur de lœsophage Onde péristaltique secondaire :induite par une distension ou RGO Onde péristaltique tertiaire:pathologique

19 5- LA DÉGLUTITION 4. Contrôle de la motricité oesophagienne Tonus de repos: Contractions spontanées Activité nerveuse (X);neurotransmetteur: acétylcholine Relaxation au moment de la déglutition: Baisse du tonus de base Inhibition nerveuse (X);neurotransmetteur:NO

20 5 - LA DÉGLUTITION MODIFICATIONS DE LA PRESSION DE REPOS DU SIO AUGMENTATIONDIMINUTION Aliments Alcool,tabac, lipides,chocolat MédicamentsCholinergiques, métoclopramide Nicotine,théophylline, mimétiques,trinitrine, inhibiteurs calciques HormonesGastrine,motiline, histamine Sécrétine,glucagon,CCK, Somatostatine, progestérone Neuro-médiateurs Acétylcholine, adrénergiques Sérotonine,NO

21 5 - LA DÉGLUTITION 5.Mécanisme de mise en jeux: Réflexe mais déclanchement volontaire Efférences sensitives:V, IX, X Centre bulbo-protubérantiel Afférences motrices:V,VII, X, XII Neuromédiateurs:acétylcholine

22 5 - LA DÉGLUTITION SÉMIOLOGIE Dysphagie :difficulté pour avaler Survient brutalement ou progressivement Constante ou intermittente Présente pour les solides et les liquides ou non Odynophagie :Douleur lors de la déglutition Suggère un spasme de lœsophage Pyrosis :sensation de chaleur ou de brûlure qui sétend derrière le sternum et irradie jusquà la gorge.Déclenché par la présence dions H + ou de pepsine dans lœsophage.

23 5- LA DÉGLUTITION EXPLORATIONS MORPHOLOGIQUES DE LOESOPHAGE EXAMENSZONE EXPLORÉE Fibroscopie+biopsie Echo-endoscopie Tomodensitométrie Muqueuse Sous-muqueuse,musculeuse, Médiastin

24 5- LA DÉGLUTITION EXPLORATIONS FONCTIONNELLES EXAMENSINDICATIONS pH-métrie oesophagienneReflux gastro-oesophagien Douleurs thoraciques Manométrie oesophagienneDysphagie sans obstruction Troubles moteurs Tests de provocationDouleurs thoraciques Scintigraphie oesophagienneTroubles moteurs primitifs

25 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE 1.Fonctions de lestomac moteur: Distension fonction de réservoir Homogénéisation et broyage des aliments Évacuation sélective des aliments pour assurer un débit calorique stable et constant au duodénum (2- 3 kcal/mn) Évacuation des particules indigestives Prévention du reflux gastro-oesophagien

26 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE 1.Motricité pariétale: Estomac proximal: État basal:contraction partielle qui permet le transfert du repas vers lantre et lévacuation des liquides. Relaxation lors de la déglutition,de la distension gastrique ou duodénale,ingestion daliments;.Contrôle vagal (NO,VIP)

27 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE Estomac distal: Période de jeûne: complexe moteur migrant (CMMI) Période post prandiale:inhibition du CMMI Augmentation du nombre et de lamplitude des contractions antrales évacuation gastrique Zone antro-pyloro-duodénale:CMMI et première heure post-prandiale:2-3contractions/mn évacuation gastrique. repas très calorique:antre quiescent,pylore très actif,faibles contractions duodénales freination de lévacuation gastrique.

28 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE

29 2.Vidange gastrique NaCL temps de demi-évacuation 30 minutes 5OO ml et 500 kcal durée de séjour dans lestomac:4 à 6 heures ESTOMAC ASSURE UN DÉBIT CALORIQUE INTESTINAL CONSTANT : 2 à 3 kcal par mn

30 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE Évacuation des liquides:1/2 temps dune heure Évacuation des solides,particules de 1mm :1/2 temps de deux heures Évacuation des lipides : plus tardif Évacuation des particules non digestibles de plus de 3mm : lors de la période interdigestive

31 6- MOTRICITÉ GASTRIQUE 3. Régulation de la motricité gastrique: Contrôle nerveux: Relaxation lors de lingestion du repas activation des fibres inhibitrices à VIP et NO du X. Activation des fibres excitatrices du X contraction de lestomac proximal et péristaltisme antral. Modulation de laction activatrice du X par les fibres sympathiques

32 6 - MOTRICITÉ GASRIQUE Réflexes: Gastro-gastrique:distension fondique inhibition du péristaltisme. Gastro-entérique:distension gastrique ralentissement de la vidange gastrique. Intestino-gastrique:distension duodénale ou colique inhibition du péristaltisme antral

33 6 - MOTRICITÉ GASTRIQUE 3. Contrôle hormonal: Inhibition: CCK,sécrétine,somatostatine,VIP augmentation des capacités de réservoir. Augmentation: gastrine mais ralentissement de la vidange gastrique car fermeture du pylore. A jeun: motiline qui induit le CMMI

34 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE 1.Motricité de lintestin grêle Rôles: Mélanger les aliments avec les sécrétions digestives Faciliter labsorption des nutriments Propulser les résidus vers le colon

35 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE À jeun: Complexe migrant moteur inter- digestif. Période post-prandiale: Arrêt du CMMI Apparition des mouvements de segmentation Apparition des mouvements péristaltiques dont lamplitude et la fréquence varient en fonction du sexe,de lâge,du nycthémère,de la nature du repas,de la charge calorique.

36 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Motricité de liléon terminal: 20 minutes après le début du repas,les premiers nutriments arrivent dans liléon terminal diminution du péristaltisme et ralentissement de la vidange gastrique. Mécanisme hormono- dépendant:peptide YY et neurotensine

37 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Régulation: CMMI:innervation intrinsèque et motiline.Modulations par le système nerveux extrinsèque. Mouvements de segmentation:activité contractile spontanée Mouvements péristaltiques:innervation intrinsèque modulée par le système nerveux extrinsèque et de nombreuses hormones et neuromédiateurs

38 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE 2.Motricité colique Rôles: Mélange de leffluant iléal afin de favoriser la fin de la digestion Faciliter labsorption d eau et électrolytes au niveau du colon droit Propulsion des résidus Stockage des matières fécales et leur évacuation intermittente

39 7- MOTRICITÉ INTESTINALE Activité contractile: Mouvements de segmentation Contractions isolées en provenance de la couche circulaire,de duré 20 à 60 s,de fréquence 0,5 à 1 par mn. Contractions organisées de fréquence de 0,5 à1/mn, responsables de mouvements de va et vient Contractions propulsives naissants dans le colon droit, dune durée de 10 à 30 s,répétées 4 à 8 fois en période diurne

40 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE À jeun: Mouvements de segmentation Contractions isolées Mouvements de va et vient Variations de lactivité: Baisse lors du sommeil Augmentation de lactivité segmentaire, du péristaltisme lors du réveil Inhibition de la motricité si distension colique Le stress active la motricité propulsive

41 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Période post-prandiale: Activation de la motricité colique durant au moins 2h.Portant à la fois sur les mouvements segmentaires que les mouvements péristaltiques propulsifs. Variations de lactivité motrice en durée et amplitude selon le segment colique concerné.

42 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Régulation: Activité myogène spontanée:ondes lentes Contrôle hormonal Stimulation de la motricité propulsive par la gastrine et la CCK

43 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Régulation: Contrôle nerveux: Plexus myentérique génère le péristaltisme colique Système parasympathique stimule la motricité colique Système sympathique inhibe la motricité colique Inhibition de la motricité propulsive en cas de douleur extra digestive

44 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Transit intestinal: Temps moyen de 30 à 60 heures Les matières solides sont stockés par le colon gauche et le sigmoïde Au niveau de la charnière recto-sigmoïdienne on observe une activité segmentaire importante qui soppose à la progression de matières fécales.

45 7 - MOTRICITÉ INTESTINALE Exploration fonctionnelle: En pratique clinique :mesure du temps de transit

46 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 1.Motricité rectale: Activité contractile faible Rôle de réservoir:COMPLIANCE,adaptation du rectum à son contenu

47 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 2.Motricité du sphincter anal Sphincter interne:muscle lisse Tonus de fermeture permanent Relâchement transitoire lors de la distension rectale Réflexe recto-anal inhibiteur RRAI Rôles du système nerveux autonome: Sympathique:effet excitateur Parasympathique:effet inhibiteur

48 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 2. Motricité du sphincter anal Sphincter externe:muscle strié Contrôlé par linnervation motrice Activité tonique permanente Contraction réflexe en cas daugmentation de la pression abdominale ou de distension rectale réflexe recto- anal -excitateur : RRAE Contraction volontaire ainsi que le muscle pubo-rectal.

49 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 3. La continence Impossible si la sensibilité recto-anale consciente disparaît. Récepteurs sensibles à létirement dans le rectum Récepteurs discriminants solides-gaz-liquides

50 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 3. La continence:matières dans le rectum : sensation fugace consciente Contraction rectale propulsive:réflexe recto- rectal Réflexe recto-anal inhibiteur Réflexe recto-anal excitateur Réflexe daccommodation:disparition du besoin

51 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE 4. La défécation: Abaissement du plancher pelvien Disparition de langulation pubo-rectale Accroissement de la pression abdominale Expiration forcée et bloquée Relâchement du sphincter externe et du muscle pubo-rectal Contraction du colon distal

52 8 - MOTRICITÉ ANO-RECTALE Exploration fonctionnelle Manométrie ano-rectale qui permet de vérifier la présence du RRAI pour éliminer une maladie de Hirschsprung EMG du sphincter externe

53 9 - VOMISSEMENT 1. Définition: Expulsion soudaine et puissante,par la bouche,du contenu de lestomac et parfois du duodénum 2. Clinique: Précédé par une perte d appétit (anorexie) Nausée (sensation de malaise)

54 9 - VOMISSEMENT 2. Clinique: Salivation aqueuse abondante Vasoconstriction cutanée pâleur Sudation Vertiges Tachycardie

55 9. VOMISSEMENT 3. Mécanisme: Relâchements de lestomac et du sphincter pylorique Contraction du duodénum Contractions du diaphragme et de la paroi abdominale Relâchement du SIO Fermeture du pylore Augmentation de la pression intragastrique expulsion du contenu gastrique

56 9 - VOMISSEMENT 3. Mécanisme: Apnée durant la phase émissive Larynx fermé Palais membraneux relevé pour éviter linhalation des substances dans les voies respiratoires

57 9 - VOMISSEMENT 4. Régulation: Réflexe:centre bulbaire situé à proximité des régions de contrôle respiratoire et cardiovasculaire Afférences: Tube digestif Appareil urinaire Lutérus Le cortex cérébral Les canaux semi-circulaires de loreille interne

58 9 - VOMISSEMENT 4. Régulation: Médicaments qui stimulent des récepteurs au niveau du plancher du quatrième ventricule 5. Efférences motrices: Nerfs crâniens:V,VII,IX,X et XII

59 9 - VOMISSEMENT 6. Rôles: Protection contre lingestion de substances potentiellement nocives Associé à des douleurs des organes creux 7. Risques: Dénutrition Alcalose métabolique par perte abondante dacide chlorhydrique gastrique


Télécharger ppt "PHYSIOLOGIE PHYSIOPATHOLOGIE DIGESTIVE. MOTRICITÉ DIGESTIVE N de Talancé"

Présentations similaires


Annonces Google