La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Motricité Oeso-Gastrique Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital Lariboisière, Inserm U965 & U970Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Motricité Oeso-Gastrique Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital Lariboisière, Inserm U965 & U970Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital."— Transcription de la présentation:

1 Motricité Oeso-Gastrique Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital Lariboisière, Inserm U965 & U970Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital Lariboisière, Inserm U965 & U970

2 1.Introduction 2.Physiologie de la déglutition 3.Physiologie de la motricité oesophagienne 4.Mécanismes anti-reflux 5.Motricité gastrique

3 musculature du TD transporte et mélange les aliments - Aliments préparés avant digestion par mastication - Après déglutition, passage dans lœsophage puis dans lestomac où ils sont malaxés - Puis passage à travers sphincter pylorique vers le duodénum pour être ensuite absorbés Introduction

4 Durée de transit 10 s 2 h 8 h 30 h Varie d un individu à l autre selon composition aliments

5 Caractéristiques générales de la musculature du TD - Muscle strié dans le pharynx et le tiers supérieur de lœsophage puis muscle lisse jusquau sphincter anal - Activité volontaire jusquau pharynx puis tout est réflexe jusquà lanus - Couche musculaire interne circulaire Couche musculaire externe longitudinale

6 1 2

7 Les différents types de contractions musculaires PhasiqueTonique DuréeBrève qq secondes Prolongées voire continuelles PropagationOUINON SiègeLes organes creux Œsophage Grêle, colon Les sphincters SIO SAI

8 Contractions phasiques propagées

9 Innervation intrinsèque, modulation extrinsèque Hormones

10 Études de motricité = manométrie –Mesure des contractions grâce à un capteur (cathéter) introduit dans la lumière digestive et relié à un enregistreur externe. –Applications pratiques : œsophage, ano-rectum

11 La déglutition Définition : –Propulsion des aliments de la bouche vers lestomac 3 temps –Buccal : volontaire –Pharyngien : réflexe –Oesophagien : réflexe Durée quelques secondes

12 1-Temps buccal Aliments broyés par les dents et mélangés à la salive - digestion mécanique (mastication) = dents, langue - digestion chimique = salive (amylase, lysozyme) La Déglutition est déclenchée de façon volontaire la langue forme une bouchée comprimée par la langue vers le voile du palais Propulsion en arrière vers le pharynx

13 La glotte est l'espace compris entre les deux cordes vocales. L'épiglotte est une structure cartilagineuse reliée au larynx qui coulisse vers le haut quand les voies aériennes sont ouvertes, et aide à obstruer l'entrée de la trachée au moment de la déglutition. Elle descend légèrement vers le bas, afin d'entrer en contact avec le larynx qui s'élève, formant ainsi un verrou au-dessus du larynx.

14 - le voile du palais se soulève, élévation de la luette obture la cavité naso-pharyngienne -Lépiglotte est repoussée en arrière par le bol alimentaire. la glotte se ferme jusquà obturation complète des voies respiratoires -Les muscles constricteurs inférieurs du pharynx et le sphincter supérieur de lœsophage se relâchent -Contraction (> 100 mmHg) du pharynx inférieur et propulsion du bol dans lœsophage -Fermeture sphincter supérieur œsophage 2-Temps pharyngien : réflexe Une fois le mécanisme enclenché, il ne peut être interrompu (pas de contrôle proprioceptif)

15 luette – empêche les aliments de rentrer dans le nez Epiglotte – empêche les aliments de rentrer dans la trachée Mécanismes de sécurité

16

17 Déglutition Les structures en place

18 Contrôle nerveux Phénomène très complexe. Afférences sensorielles : –glosso-pharyngien (IX), vague (X) Contrôle central : centre de la déglutition (bulbe) liés au centre respiratoires Efférences motrices : –trijumeau (V), facial (VII), vague (X), spinal (XI), grand hypoglosse (XII), motoneurones C1-C3 Actions coordonnées sur pharynx, voile, langue,..

19 Motricité oesophagienne Buts : assurer la propulsion des aliments de la bouche vers lestomac La gravité ne permet la propulsion des aliments : P abdominale > P oesophagienne ( 10 mmHg) transfert des aliments vers lestomac par peristaltisme

20 Rappel anatomique SSO (strié): –sphincter supérieur de lœsophage (3-4 cm) Musculature striée –1/3 supérieur Musculature lisse –2/3 inférieur SIO (lisse) : cardia –Sphincter inférieur de lœsophage Longueur cm souvre pour permettre le passage des aliments vers lestomac se ferme pour éviter le reflux acide

21

22 Péristaltisme primaire 1.Déglutition, déclanche des contractions; SSO relaxation puis fermeture 2.Ondes de contraction puissante rapidement propagée (3cm/sec) 3.Augmentent en durée à mesure que progressent vers le cardia 4.Relaxation SIO précédant larrivée du bolus alimentaire 5.Fermeture du SIO 6.Clairance 1 à 10 sec

23 Péristaltisme secondaire Contraction oesophagienne survenant en labsence de déglutition Déclanchée par –Absence dévacuation de la totalité du contenu oesophagien, distension –Reflux gastro-oesophagien

24 Motility ACh parasympathetic (excitatory) Autonomic sympathetic (inhibitory) epinephrine norepinephrine parasympathetic (excitatory) secretions peristalsis relaxes sphincters Rôle multiples des neuropeptides agissant en tant quhormones ou neurotransmetteurs (CCK). Contrôle nerveux et hormonal Entériqueautonome

25 Régulation du SIO Facteurs diminuant la pression du SIO Sécrétine, CCK, Glucagon, Progestérone, Graisses Vague, sommeil Alcool, nicotine, Théophylline, Inhibiteurs calciques, dérivés nitrés, Facteurs augmentant la pression du SIO Gastrine, adrénalineDompéridone, métoclopramide

26 Relaxations transitoires du sphincter inférieur de lœsophage Diminution spontanée du tonus du SIO Mécanisme permettant les éructations Stimulé par distension gastrique Impliquées dans le reflux gastro- oesophagien

27 Reflux Gastro Oesoph Définition RGO : passage dune partie du contenu gastrique dans lœsophage Reflux physiologique : –% de temps sur 24h avec pH < 4 - 4,2 Reflux pathologique : Symptômes résultant de la remontée dans lœsophage du contenu gastrique acide = pyrosis: Brûlures rétro-sternales ascendantes remontant de la base du thorax vers la gorge

28 Reflux acide : pH-métrie Estomac Œsophage

29 Mécanismes antireflux 1) Facteurs anatomiques Piliers droit du diaphragme Sphincter inférieur de lœsophage ligament phréno-oesophagien. 2) Facteurs fonctionnels Clairance oesophagienne :Contraction induite par le reflux acide. Résistance oesophagienne

30 Facteurs favorisants du RGO 1- Facteurs oesophagiens –Hernie hiatale –Diminution du tonus du SIO - Anomalie de la clairance oesophagienne 2- Facteurs positionnels –Décubitus, tronc penché en avant 3- Augmentation de la pression abdominale –Grossesse, obésité

31 Hernie Hiatale Ascension dune partie de lestomac dans la cavité diaphragmatique Par glissement : la plus fréquente SIO en intra-thoracique (Par roulement :SIO intra abdominal)

32 Savoir différencier Vomissements : -nausées, efforts de vomissements, pâleur, sueurs,dilatation pupilles,… -contraction des muscles abdo, relâchement du cardia, forçage SSO, soulèvement voile -Mécanisme de défense (centre bulbaire): -dilatation, irritation de lestomac -facteurs externes: vertiges, grossesse, douleurs, émotion,…) Régurgitations : - pas de nausées, pas defforts

33 Dysphagie Définition : –Sensation de gêne ou de blocage lors de la déglutition des aliments. Causes : –Obstacle oesophagien : tumeur –Lésion muqueuse : oesophagite –Trouble moteur oesophagien

34 Causes de la dysphagie : tumeur

35 Conséquences du RGO : Oesophagite

36 Troubles de la motricité oesophagienne : achalasie Normal Achalasie

37 The assassin or kissing bug (indigenous to Central & South America) carries the parasite Trypanosoma cruzi which causes Chagas disease Characterized by cardiomyopathy and degeneration of the myenteric plexus, disrupting esophageal & colonic MOTILITY.

38 Fonction de lestomac Reservoir transitoire Digestion = chimique (HCl et enzymes) - suc gastrique = mécanique - liquefication des aliments Le bol alimentaire devient chyme Relargage progressif des aliments dans lintestin

39 Estomac : rappel anatomique Fundus Antre Pylore Grosse tubérosité Cardia Petite courbure Grande courbure

40 Anatomie fonctionnelle Estomac proximal (fundus) = fonction de réservoir : Relaxation adaptative Estomac distal (antre) = fonction de broyage : malaxage des aliments

41 Morphologie –Cellules musculaires lisses –3 couches : Longitudinale externe Musculaire moyenne Circulaire interne Innervation : Parasympathique –Vagues (X) +++ –Sympathique

42 Relaxation adaptative de lestomac proximal 1.Fonction COMPLIANTE de lestomac Augmentation du volume (600 à 1000 mL) associée à une faible augmentation de la pression intra-gastrique ( 4 mmHg). 2. Contraction lente : vidange des liquides

43 Relaxation adaptative fundique

44 Fonction de malaxage Assurée par lantre gastrique A jeun : contraction rythmée 3/min complexe, 1 seule à la fois Période post-prandiale : –activité puissante ( P 10 à 30 mmHg) –anarchique –assurant la réduction en taille des particules (90% < 0,25 mm). Propulsion vers le pylore qui souvre de manière coordonnée. Aliments non digérés refoulés

45 Vidange gastrique Liquides : –boissons + sécrétions gastriques –Évacuation rapide : exponentielle (20 min) –Sauf lipides : évacuation tardives Solides : –+ lents (malaxage), 1 à 4 h –À 1 h : évacuation de 30 % des solides –Solides non digestibles (fibres alimentaires) : évacués en dernier

46 Contrôle de la vidange gastrique 1.Gastrique 2.Intestin grêle 3.Nerveux 4.Hormonal

47 Contrôle gastrique Mécanique : –distension du fundus VG Chimique : –pH acide modéré VG –Concentration calorique –Alcool

48 Contrôle par lintestin grêle Fermeture du pylore dès que le bol alimentaire atteint le duodénum Récepteurs sensitifs dans le grêle freinage de la vidange si: –Baisse de pH –Augmentation de la charge osmotique. –Lipides –Distension….

49 Contrôle nerveux et hormonal Nerveux : –Nerf vague+++ –sympathique Neuromédiateurs –Inhibiteurs : NO –Excitateur : acétylcholine Hormonal Ralentisseur : –CCK, Neuropeptide Y, glucagon Accélérateur : – motiline, gastrine

50 Indigestion Blocage de la vidange par excès de calories, graisses, solides Gastroparésie = trouble de la vidange gastrique Vomissements, douleurs abdominale, inconfort gastrique,… Causes: atteintes du vague - Diabète - Chirurgie digestive (vagotomie) - connectivites, amylose - médicaments (narcotiques)

51

52 Mesure de la vidange gastrique : Scintigraphie Suivi de la progression dun marqueur au sein dune zone prédéfinie, courbes de vidanges et de remplissage


Télécharger ppt "Motricité Oeso-Gastrique Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital Lariboisière, Inserm U965 & U970Bernard Lévy, Explorations FonctionnellesHopital."

Présentations similaires


Annonces Google