La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lalimentation de la personne âgée Adeline Jaulin – Adeline Jaulin – Diététicienne Le 24 novembre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lalimentation de la personne âgée Adeline Jaulin – Adeline Jaulin – Diététicienne Le 24 novembre 2008."— Transcription de la présentation:

1 Lalimentation de la personne âgée Adeline Jaulin – Adeline Jaulin – Diététicienne Le 24 novembre 2008

2 Pour rester en forme et garder toutes ses forces. Comment garder son équilibre après 60 ans ? = Une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins nutritionnels. Pour prévenir toutes pathologies (pathologie cardiaque, dénutrition, hyperlipidémies mixtes…) Pour prévenir lostéoporose (diminution de la masse et de larchitecture osseuse): fractures/chutes +++

3 OBJECTIFS NUTRITIONNELS PRIORITAIRES DU PNNS Objectifs portant sur la consommation alimentaire - la consommation de fruits et légumes afin de réduire le nbre de petits consommateurs de fruits et légumes dau moins 25%. - la consommation de calcium, le tout en réduisant de 25% la prévalence des déficiences en vit D. - la contribution moyenne des apports lipidiques totaux à moins de 35% des AEJ avec une réduction d1/4 la consommation dAGS. - la consommation de glucides afin quils contribuent à plus de 50% de lAEJ (aliments sources damidon +++ et 25% la consommation de glucides simples et fibres). - la consommation dalcool. Pour rester en forme et garder toutes ses forces

4 OBJECTIFS NUTRITIONNELS PRIORITAIRES DU PNNS Objectifs portant sur des marqueurs de létat nutritionnel - de 5% la cholestérolémie moyenne - la pression artérielle systolique - de 20% la prévalence du surpoids et de lobésité Objectifs portant sur lactivité physique - lactivité physique dans les activités de la vie quotidienne ( pas quotidiens = recommandations HAS) Pour rester en forme et garder toutes ses forces

5 Une alimentation adaptée en quantité à sa faim et à ses besoins : Maintien du poids = très bon moyen de vérifier que léquilibre entre APPORTS et DEPENSES est bien maintenu. Une alimentation diversifiée : 4 fois/jour des PL (besoins en Ca) 1 à 2 fois/jour de la viande, du poisson ou des œufs (besoins en prot et fer) 8 à 10 verres deau/jour soit 1,5L deau et boissons chaudes comprises Des fruits, légumes, féculents et matières grasses dexcellente qualité variées. Pour rester en forme et garder toutes ses forces Veiller à son équilibre alimentaire en ayant : Une alimentation au rythme régulier : 3 repas/jour +/- collations équilibrées et adaptées en fonction de ses besoins et habitudes Pas de grignotage

6 Pour rester en forme et garder toutes ses forces CONSEILS Petit-déjeuner - une boisson chaude - ¼ de baguette légèrement beurrée - 1 PL - 1 fruit ou compote sans sucre ajouté ou un verre de pur jus de fruitsDéjeuner - 2 à 3 c.s de crudités + 1 c.s vgtte - salade verte (risque de ballonnements) à 120g de viande ou 120 à 140g de poisson - 4 c.s de légumes et/ou féculents - 1 PL - 1 fruit ou compote sans sucre ajouté ou un verre de pur jus de fruits - pain et eau

7 Pour rester en forme et garder toutes ses forces CONSEILS Collation - une boisson chaude -1 PL Dîner - 2 à 3 c.s de crudités + 1 c.s vgtte ou un bol de potage - salade verte (risque de ballonnements) - 80g de viande ou 100g de poisson ou 2 œufs ou 1½ tranche de jambon blanc - 4 c.s de légumes et/ou féculents - 1 PL - 1 fruit ou compote sans sucre ajouté ou un verre de pur jus de fruits - pain et eau PAS FECULENTS MIDI ET SOIR

8 Pour prévenir toutes pathologies la perte de poids, dénutrition et perte dappétit Les diverses conséquences du vieillissement la prise de poids, surcharge pondérale et obésité lostéoporose et le statut vitaminique en vit D la déshydratation les maladies cardiovasculaires, lhypertension artérielle, lhypercholestérolémie le diabète le trouble de la déglutition la constipation

9 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit UN POIDS STABLE = garant dun bon équilibre entre les apports alimentaires et les dépenses énergétiques une pesée/mois Plusieurs causes de cette baisse de lappétit : Lappétit diminue spontanément : dysrégulation des apports alimentaires dès 60 ans. Après une phase de sous-alimentation, difficultés de manger plus quavant et donc de récupérer le poids perdu. La perception des goûts baisse: goût salé +++ doù la désaffection pour la viande et les légumes. Lodorat baisse également et les difficultés de mastication narrangent rien: la mastication dégage les flaveurs qui stimulent lappétit. La digestion est ralentie.

10 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit PERTE PONDERALE Plusieurs causes de cette perte pondérale : Diminution de la consommation alimentaire, soit brutale à loccasion dun stress psychique ou physique, soit progressive et souvent non perçue. Une augmentation de lactivité physique (plus rarement). Une perte pondérale peut mener à une sarcopénie, signe dune dénutrition (action sur lhumeur, lisolement..). SARCOPENIE : Perte de la masse musculaire entraînant une altération du système immunitaire avec dun facteur 2 à 8 du risque infectieux. de la force musculaire et multiplie jusquà 6 le risque de chutes et conséquences (fractures).

11 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit DENUTRITION PROTEINO-ENERGETIQUE = 2 à 4% des PA vivant à domicile entre 60 et 80 ans et +/- 10% au delà de 80 ans dans certaines régions. ATTENTION : Le poids peut être un mauvais marqueur de la dénutrition en cas dobésité sarcopénique. La masse grasse remplace la masse grasse.

12 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Les 12 signes dalerte de la dénutrition Revenus financiers insuffisants Perte dautonomie physique ou psychique Veuvage, solitude, état dépressif Pbs bucco-dentaires Régimes restrictifs Troubles de la déglutition Consommation de 2 repas/jour seulement Constipation Prise de plus de 3 médicaments par jour Perte de 2 kg dans le dernier mois ou de 4 kg dans les 6 derniers mois Albuminémie < 35g/L ou CTmie < 1,60g/L La présence dun seul de ces éléments suffit à évoquer un risque de dénutrition.

13 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Évaluation de létat nutritionnel Distinguer les patients non dénutris, les patients à risque nutritionnel et les patients dénutris. Les 6 premières questions (« dépistage ») = première approche du risque. Le Mini Nutritional Assessment (MNA) = un outil validé pour le dépistage de la dénutrition de la PA.

14 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Si MNA > = 12/14 ou MNA > 23,5/30: peu risque de dénutrition Surveiller régulièrement le poids, ainsi qualimentation et lhydratation. Le Mini Nutritional Assessment (MNA) Si MNA < = 11/14 ou MNA < = 23,5/30: risque de dénutrition Rechercher les éventuelles erreurs alimentaires et donner des conseils nutritionnels. Alimentation enrichie naturellement ou prise de compléments nutritionnels oraux (CNO). Évaluer le besoin daide à domicile. Refaire le MNA 3 mois plus tard pour évaluer lévolution du statut nutritionnel. Si MNA < 17/30 : la dénutrition est présente Prise en charge nutritionnelle indispensable. Faire un dosage dalbumine, de la transthyrétine ou pré albumine et de CRP. DENUTRITION : Albumine < 35g/L et transthyrétine < 200mg/L

15 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit CRITERES DE DENUTRITION : Score MNA < 17/30 Perte pondérale > = 5 % IMC < = 21 Albuminémie < 35g/L Transthyrétine < 200mg/L La CRP doit être dosée pour déterminer le risque de dénutrition: par carence dapports, par hyper catabolisme ou mixte.

16 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Prise en charge : la stratégie nutritionnelle Ajouter aux préparations culinaires des produits riches en protéines et/ou en énergie (poudre de lait, jambon, gruyère râpé, œufs, crème fraîche…). Alimentation enrichie naturellement Ex. : potage enrichi - 200g de légumes mixés - 150g de pomme de terre mixée - 30g de crème fraîche- 1 œuf dur mixé - 30g de gruyère -40g de jambon blanc mixé (une tranche environ)

17 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Fractionner les prises alimentaires dans la journée. Compléments nutritionnels oraux (CNO) En cas déchec de lalimentation enrichie naturellement. En complément de lalimentation « normale » de la PA. Doivent être donnés au moins 2 heures avant les repas ou la collation suivante.

18 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit Compléments nutritionnels oraux (CNO) CONSEILS AUX PATIENTS Quand prendre les CNO ? Pour ne pas couper lappétit, il est préférable de les consommer: - en début de matinée - dans laprès-midi au cours dune collation - et/ou en soirée - ou intégrés au repas pour les potages ou les crèmes dessert. Quand ils ne sont pas consommés pdt les repas, prendre les CNO 2 heures avant ou après. Comment les prendre ? Une fois ouvert, le CNO peut être fractionné et ce qui reste doit être stocké au réfrigérateur et consommé dans les 24 heures. Les CNO sont chers Insister sur les bénéfices attendus (ils évitent de recourir à la nutrition entérale) et sur le fait que leur prise est transitoire, jusquà ce que létat de santé de la PA saméliore.

19 Dénutrition, perte de poids, baisse dappétit En cas déchec des mesures orales. La nutrition entérale En cas danorexie sévère et/ou dans le cas où la personne a des tbs de la déglutition. DEFINITION : La nutrition entérale consiste à apporter une solution nutritive équilibrée et adaptée (glucides, lipides, protéines, minéraux, vitamines et oligo-éléments) directement dans le tube digestif par lintermédiaire dune sonde. DIFFERENTS TYPES DE SONDES : * sonde naso gastrique (++++), naso jéjunale * stomie gastrique * stomie jéjunale (jéjunostomie).

20 Prise pondérale, surcharge pondérale et obésité Prise en charge : la stratégie nutritionnelle Le SURPOIDS : Facteur important de risque métabolique et cardio-vasculaire. Attention aux régimes trop restrictifs !!! : Min 1500 kcal/jour et toujours accompagné dune activité physique quotidienne. Perte de poids progressive. Un patient en surpoids peut être dénutri : perte de poids rapide et récente ou hypo albuminémie. Surveiller les ingestas.

21 CONSEILS AUX PATIENTS si IMC < 30 kg/m² : - pas de nécessité de maigrir mais nécessité de stabilisation du poids - pratiquer une activité physique pour maintenir la masse musculaire. si IMC > 30 kg/m² : - Il nest peut-être pas nécessaire de maigrir si le poids est stable depuis longtemps (équilibre trouvé). - Perdre du poids peut causer une perte musculaire et entraîner un risque de dénutrition, donc attention aux régimes trop restrictifs. - Envisager une alimentation équilibrée et +/- hypocalorique vis à vis de lalimentation spontanée du patient. Prise pondérale, surcharge pondérale et obésité

22 Lostéoporose et vit D Prise en charge : la stratégie nutritionnelle Les PRODUITS LAITIERS : 4 fois/jour en variant un maximum les divers PL (fromage: 30g/jour maxi). Dialoguer avec le patient : pour évaluer ses apports calciques Consommez-vous des PL ? Lesquels ? Combien par jour ? Mangez-vous des légumes à feuilles vertes ? Buvez-vous de leau minérale riche en Ca ?

23 Lostéoporose et vit D CONSEILS AUX PATIENTS La PA naime pas le lait. Lui conseiller: - dautres PL (yaourts, fromage blanc, fromage etc.…) - dutiliser du fromage râpé en gratins, dans le potage - de penser aux sauces béchamel, au yaourt - les entremets La PA ne supporte pas le lait. Intolérance au lactose ? Si oui, lui conseiller un lait pauvre ou sans lactose, du fromage, des yaourts sans lactose et des crèmes délactosées. La PA évite les PL car elle pense que cela fait grossir. Lui dire que: - le lait ½ écrémé apporte moins de graisses que le lait entier, mais autant de Ca. - les fromages à 30% de MG apportent autant de Ca que ceux à 45% ou 60% MG. - les yaourts natures et le fromage blanc à 20% MG apportent très peu de lipides. La PA naime aucun PL. Lui conseiller: - de boire de leau minérale riche en Ca (+ 150 mg/L) - De consommer des fruits et légumes, comme conseillés.

24 MCV, HTA, hypercholestérolémie Prise en charge : la stratégie nutritionnelle MCV : Angine de poitrine, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébrales (AVC), artériopathies périphériques ou indirectes comme linsuffisance cardiaque. = 1ère cause de mortalité. CONSEILS AUX PATIENTS Que faire pour prévenir lapparition dune MCV? Suivre au quotidien une alimentation équilibrée. Privilégier le poisson et les morceaux de viandes les plus maigres (volaille, veau, filet de porc, JB, bœuf à griller). Limiter la charcuterie et les fromages les plus gras. Éviter lalimentation hyper lipidique. Pratiquer une activité physique quotidienne mais adaptée au patient. Après un accident vasculaire, quelle alimentation ? Adopter une alimentation équilibrée en privilégiant la consommation de fruits et légumes frais, poissons, huiles dolive et de colza etc.

25 MCV, HTA, hypercholestérolémie HTA : de la pression systolique alors que la pression diastolique reste stable ou même légèrement. HTA peut entraîner des risques neurologiques cérébraux (AVC). CONSEILS AUX PATIENTS - Limiter la consommation de sel, mais sans le supprimer totalement (suppression totale de sel = facteur de perte dappétit). - Une alimentation équilibrée. - Ne pas dépasser par jour 1 à 2 verres de boissons alcoolisées pour les femmes et 2 à 3 verres pour les hommes. - Pratiquer quotidiennement une activité physique.

26 MCV, HTA, hypercholestérolémie Hypercholestérolémie : physiologiquement avec lâge ou en cas de pathologie thyroïdienne. CONSEILS AUX PATIENTS - Les mesures hygiéno-diététiques sont au 1er plan du traitement associée à une pratique physique adaptée. - Équilibre alimentaire en surveillant lapport des aliments riches en graisses directes et cachées.

27 Le diabète Prise en charge : la stratégie nutritionnelle Objectifs glycémiques : 1g à 1,50g/L à jeun soit 2,20g en glycémie post-prandiale (2 heures après les repas). Insulinorésistance +++ liée au surpoids = « Db gras » Les conseils : bien répartir les repas et les sources glucidiques Présence de féculents dont le pain à chaque repas (à adapter en fonction de son appétit et de son traitement hypoglycémiant). 150g de féc. + 20g de pain200g de lég. + 80g de pain100g de féc. + lég. + 40g de pain

28 Le diabète Les conseils : bien répartir les repas et les sources glucidiques Limiter les produits sucrés (et les consommer de préférence en fin de repas en adaptant correctement son repas) et les produits riches en graisses saturées. Ne pas limiter lapport en protéines (apport protéique conseillé par léquilibre alimentaire). Lalcool: quau moment des repas sinon risque dhypoglycémie. Supprimer le grignotage: instauration dune éventuelle collation de confort (PL). Lactivité physique adaptée au patient +++ Donner des conseils en cas dhypoglycémie.

29 La constipation Prise en charge : la stratégie nutritionnelle Fréquente chez la PA de 15 à 20% à domicile et jusquà 50% en institution. constipation On parle de constipation lorsque le nbre de défécations est < ou = à 3 par semaine. CONSEILS AUX PATIENTS Conseils nutritionnels à la PA - Boire au moins 1 à 1,5L deau et boissons chaudes comprises en favorisant la consommation deaux riches en Mg (+ 50mg/L) et de la chicorée (accélère le transit). - Consommer des fibres tous les jours:5 fruits et légumes/jour, pain et céréales complets, légumes secs, les fruits secs... - Consommer des ferments lactiques en mangeant des yaourts min dactivité physique/jour. 20 à 30g de fibres/jour sont conseillés, 10g cest : -140g de pain complet, 300 à 400g de lég. verts, de fruits, 200g de légumes secs cuits, 80g de fruits secs, de fruits oléagineux (amande)

30 Lalimentation de la personne âgée


Télécharger ppt "Lalimentation de la personne âgée Adeline Jaulin – Adeline Jaulin – Diététicienne Le 24 novembre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google