La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COURS AUX KINESITHERAPEUTES NOTIONS SUR PSYCHOLOGIE ET HANDICAP Bernard LACASSE, Psychologue Clinicien Psychiatrie adulte Bat M, C.H.U. Nice.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COURS AUX KINESITHERAPEUTES NOTIONS SUR PSYCHOLOGIE ET HANDICAP Bernard LACASSE, Psychologue Clinicien Psychiatrie adulte Bat M, C.H.U. Nice."— Transcription de la présentation:

1 COURS AUX KINESITHERAPEUTES NOTIONS SUR PSYCHOLOGIE ET HANDICAP Bernard LACASSE, Psychologue Clinicien Psychiatrie adulte Bat M, C.H.U. Nice

2 I) Rappel sur les structures de la personnalité et les mécanismes de défense A) Les névroses A) Les névroses B) Les psychoses B) Les psychoses C) Les structures intermédiaires C) Les structures intermédiaires

3 II) Quelques références psychanalytiques A) Le narcissisme Freudien A) Le narcissisme Freudien B) Le stade du miroir de J.LACAN / limage du corps / le schéma corporel B) Le stade du miroir de J.LACAN / limage du corps / le schéma corporel C) R.S.I / notion de manque : frustration / privation / castration C) R.S.I / notion de manque : frustration / privation / castration

4 III) Le handicap, notions générales A) Texte de Jean-Pierre Chevance B) Texte de Ch. Champonnois

5 IV) Discussion et commentaires Vos Questions, Vos Questions, Vos Commentaires, Vos Commentaires, Votre Expérience du handicap. Votre Expérience du handicap.

6 I) Les structures de la personnalité Névroses et mécanisme de défense (névrose obsessionnelle, hystérie, névrose phobique) Névroses et mécanisme de défense (névrose obsessionnelle, hystérie, névrose phobique) Présence dun trauma et ou conflit intrapsychique fondamental et mise en place de « système de protection » pour préserver lapparent équilibre entre le sujet et le monde… Le refoulement, le déplacement, la condensation, la symbolisation, la dénégation.

7 I) Les structures de la personnalité Psychoses et mécanismes de défense (schizophrénie, paranoïa, mélancolie) Psychoses et mécanismes de défense (schizophrénie, paranoïa, mélancolie) Mise en place de « système de réparation » entre les failles subjectives et le monde… La projection, le déni de la réalité, le dédoublement du moi, lintrojection projective.

8 I) Les structures de la personnalité Structures intermédiaires et mécanismes de défense (état limite, caractérielle, perversion) Structures intermédiaires et mécanismes de défense (état limite, caractérielle, perversion) Nouage et actualisation en temps présent dun conflit et la mise en place de « système daction », court-circuite laccès à la pensée. Clivage bon/mauvais objet, déni partiel ou désaveux, acting, addictions.

9 II) Quelques notions psychanalytiques Le narcissisme / pour introduire le narcissisme, Freud, 1914 Le narcissisme / pour introduire le narcissisme, Freud, 1914 Découvrir son corps et se lapproprier, le découvrir comme le sien propre. Les pulsions sexuelles prennent le corps pour objet. Dès lors, il existe un investissement permanent du sujet sur lui-même, qui contribue à sa dynamique et participe des pulsions du moi et des pulsions de vie. Narcissisme constitutif et nécessaire qui procède de lautoérotisme, et se redouble généralement dune autre forme de narcissisme à partir du moment ou la libido sinvestit également dans des objets extérieurs au sujet. Les investissements objectaux deviennent concurrentiels des investissements objectaux moïques. (la capacité à aimer les autres provient de la capacité à saimer…)

10 II) Quelques notions psychanalytiques Le stade du miroir / J. Lacan, 1936 Le stade du miroir / J. Lacan, 1936 Concept élaboré pour rendre compte du narcissisme primaire, première ébauche du moi et des identifications secondaires (entre 6 et 18 mois). Moment dunification de son image, vécue jusqualors comme morcelée. Il faut comprendre le stade du miroir comme une identification, cest-à-dire la transformation produite chez un sujet quand il assume une image. Limage spéculaire donne à lenfant la forme intuitive de son corps ainsi que la relation de son corps à la réalité environnante. Lenfant porté par sa mère, dont le regard le regarde, se tourne vers elle comme pour lui demander dauthentifier sa découverte. Cest la reconnaissance de sa mère : « oui cest bien toi … » qui, dun cest toi, donnera un « cest moi ». Amour de la mère et regard porté sur lui fonde limage du corps de lenfant. Image du corps à distinguer du schéma corporel = intériorisation dune image à partir du regard porté sur soi par lautre.

11 II) Quelques notions psychanalytiques Le réel ne doit pas être confondu avec la réalité. Il est pour la psychanalyse, ce qui ne peut se dire. Un réel dont la castration symbolique définit les contours et nest jamais en tant que tel abordé. Il appartient pour un sujet au champ de limpossible et pour cela ne cesse pas de ne pas sécrire. Le réel ne doit pas être confondu avec la réalité. Il est pour la psychanalyse, ce qui ne peut se dire. Un réel dont la castration symbolique définit les contours et nest jamais en tant que tel abordé. Il appartient pour un sujet au champ de limpossible et pour cela ne cesse pas de ne pas sécrire.

12 II) Quelques notions psychanalytiques Limaginaire est à entendre à partir de limage, cest le registre du leurre et de lidentification. Cest ce que lon se représente être ou vouloir être, cest du domaine de lidée et de limage. De lidée que lon se forge de soi et de limage par laquelle on se représente soi-même. Limaginaire est à entendre à partir de limage, cest le registre du leurre et de lidentification. Cest ce que lon se représente être ou vouloir être, cest du domaine de lidée et de limage. De lidée que lon se forge de soi et de limage par laquelle on se représente soi-même.

13 II) Quelques notions psychanalytiques Le symbolique ne doit pas être confondu avec le symbolisme. Cest une fonction complexe et latente qui embrasse toute lactivité humaine, comportant une part consciente et une part inconsciente, qui est attachée à la fonction du langage et plus spécialement à celle du signifiant. Au sens psychanalytique et par définition est symbolique ce qui manque à sa place. Le symbolique ne doit pas être confondu avec le symbolisme. Cest une fonction complexe et latente qui embrasse toute lactivité humaine, comportant une part consciente et une part inconsciente, qui est attachée à la fonction du langage et plus spécialement à celle du signifiant. Au sens psychanalytique et par définition est symbolique ce qui manque à sa place. Cest du domaine du mot…

14 II) Quelques notions psychanalytiques Notion sur le manque : Notion sur le manque : –Il existe trois catégories psychanalytiques du manque qui, au regard du « nœud borroméen » font intervenir des instances et des objets de nature différentes. -la frustration, -la frustration, -la privation, -la privation, -la castration. -la castration.

15 LA FRUSTRATION Est le résultat dun refus. Est le résultat dun refus. La frustration est un manque ou une opération imaginaire, dont lobjet est réel. En effet, cest pour avoir vu un objet réellement possédé par autrui que je vais imaginer quil est possible de la posséder. Le manque est imaginaire. La frustration est un manque ou une opération imaginaire, dont lobjet est réel. En effet, cest pour avoir vu un objet réellement possédé par autrui que je vais imaginer quil est possible de la posséder. Le manque est imaginaire.

16 LA PRIVATION Confronte le sujet à un manque réel. Confronte le sujet à un manque réel. On ne possède plus ce que lon possédait. Lobjet de la privation est symbolique. Cest en étant privé de la jouissance immédiate de lobjet que les pulsions se civilisent, le sujet accède à lordre symbolique, il apprend à demander, passe par le mot, la parole. Lagent de la privation est dit imaginaire. Par exemple on imagine quune « instance suprême » nous prive dune faculté, dun droit. On ne possède plus ce que lon possédait. Lobjet de la privation est symbolique. Cest en étant privé de la jouissance immédiate de lobjet que les pulsions se civilisent, le sujet accède à lordre symbolique, il apprend à demander, passe par le mot, la parole. Lagent de la privation est dit imaginaire. Par exemple on imagine quune « instance suprême » nous prive dune faculté, dun droit.

17 LA CASTRATION Est la troisième catégorie psychanalytique du manque. La castration est une opération symbolique. Lobjet de la castration est imaginaire, le manque est symbolique. Lagent de la castration, en tant quopération symbolique est le père de la réalité. Est la troisième catégorie psychanalytique du manque. La castration est une opération symbolique. Lobjet de la castration est imaginaire, le manque est symbolique. Lagent de la castration, en tant quopération symbolique est le père de la réalité.

18 III) Le handicap, quelques notions générales (article JP.CHEVANCE) INTRODUCTION INTRODUCTION Il est bien difficile de donner une définition unique du handicap. Chaque définition échoue obligatoirement parce quaucune ne recouvre la réalité du vécu. Le handicap nest pas le handicapé. La personne qui souffre dun handicap est multiple, son expérience est singulière. Certains traits, certaines difficultés sont communes, mais chaque personne est à aborder, à apprécier une à une, toutes différentes les unes des autres. On peut dire quil nexiste pas de psychologie spécifique au handicap et aux personnes handicapées, mais lexistence dun handicap peut entraîner des répercussions psychologiques spécifiques (ou non) : - sur le personne ou sa vie - sur le personne ou sa vie - sur son entourage, ses parents, ses proches - sur son entourage, ses parents, ses proches - le milieu professionnel, le corps social - le milieu professionnel, le corps social

19 III) Le handicap, quelques notions générales Tout handicap nest pas équivalent, certains sont physiques, mentaux, ou psychiques, certains peuvent être associés. Certains sont innés, dautres acquis. Certains se développent lentement, inexorablement. La vie tout simplement, sa durée prolongée, fait dun sujet jeune, intelligent et en bonne santé, un jour ou lautre, un vieillard menacé par de multiples handicaps psychiques et mentaux. Notions générales Notions générales

20 Les moments de la vie ne sont pas équivalents non plus, au regard de lapparition du handicap. Être né avec, en être atteint dans lenfance, en être victime à 20 ans… Apprendre que son enfant en sera porteur, grandir avec un frère ou une sœur handicapé… Voir son mari, sa femme son conjoint interrompu dans la continuité des habitudes mises en place par lapparition soudaine dun handicap, quelque soit la cause intrinsèque ou extrinsèque, représente pour chacun une blessure narcissique. Une blessure du corps et de lesprit, pour laquelle il ny a aucune garantie de cicatrisation. Les moments de la vie ne sont pas équivalents non plus, au regard de lapparition du handicap. Être né avec, en être atteint dans lenfance, en être victime à 20 ans… Apprendre que son enfant en sera porteur, grandir avec un frère ou une sœur handicapé… Voir son mari, sa femme son conjoint interrompu dans la continuité des habitudes mises en place par lapparition soudaine dun handicap, quelque soit la cause intrinsèque ou extrinsèque, représente pour chacun une blessure narcissique. Une blessure du corps et de lesprit, pour laquelle il ny a aucune garantie de cicatrisation. Les personnes, les circonstances, les situations, le milieu matériel et humain, mais aussi les expériences futures sont autant de facteurs qui contribuent à la progression ou à la régression de cette blessure. Les personnes, les circonstances, les situations, le milieu matériel et humain, mais aussi les expériences futures sont autant de facteurs qui contribuent à la progression ou à la régression de cette blessure.

21 Le corps est le premier et le seul véhicule de notre pensée, de notre présence au monde et aux autres. Toute altération des fonctions motrices, de lharmonie ou de lesthétique a des conséquences sur le reste de la vie. Le handicap est une rupture biologique qui a des incidences sur la façon de sinstaller dans un environnement humain et dêtre reconnu par les autres. Être homme cest exprimer des désirs, être sujet et objet des désirs. Lorsque le corps est défaillants, quen est-il de lenjeu des désirs. Le corps est le premier et le seul véhicule de notre pensée, de notre présence au monde et aux autres. Toute altération des fonctions motrices, de lharmonie ou de lesthétique a des conséquences sur le reste de la vie. Le handicap est une rupture biologique qui a des incidences sur la façon de sinstaller dans un environnement humain et dêtre reconnu par les autres. Être homme cest exprimer des désirs, être sujet et objet des désirs. Lorsque le corps est défaillants, quen est-il de lenjeu des désirs.

22 Le manque y prend une forme visible, incontournable pour soi et pour lautre. Le regard de lautre sur soi redouble le sentiment dincomplétude. Le manque y prend une forme visible, incontournable pour soi et pour lautre. Le regard de lautre sur soi redouble le sentiment dincomplétude. Dans les nœuds et entrelacs de la frustration, de la privation, de la castration symbolique, le manque est toujours saisissant, et rappelle quune déchirure fait office de trait didentité. On pourrait extrapoler et dire que la matrice de cette déchirure secondaire est peut être ce qui nous a permis à tous de voir le jour, cest-à-dire notre naissance et les traces enfouies de laccouchement qui y a donné lieu. Dans les nœuds et entrelacs de la frustration, de la privation, de la castration symbolique, le manque est toujours saisissant, et rappelle quune déchirure fait office de trait didentité. On pourrait extrapoler et dire que la matrice de cette déchirure secondaire est peut être ce qui nous a permis à tous de voir le jour, cest-à-dire notre naissance et les traces enfouies de laccouchement qui y a donné lieu.

23 Moment de déchirement à la fois constitutif et fondamental, qui creuse en nous le premier sillon de tout autre manque. Serait-ce là ce qui prédispose et organise notre conscient, notre inconscient, nos représentations et nos préjugés à légard du manque dans/de lautre, et que le handicap présentifie et rend visible ? Moment de déchirement à la fois constitutif et fondamental, qui creuse en nous le premier sillon de tout autre manque. Serait-ce là ce qui prédispose et organise notre conscient, notre inconscient, nos représentations et nos préjugés à légard du manque dans/de lautre, et que le handicap présentifie et rend visible ? Dans une réflexion que chacun de nous doit avoir sur lui-même, surtout lorsquil soccupe dautres, dans une conception psychologique du handicap, aucun ne peut faire totalement léconomie de sa propre trajectoire subjective, puisque le manque est inscrit depuis lalpha jusquà loméga de son existence ; de lincomplétude du nourrisson quil a été, à la dépendance du sujet âgé quil sera. Dans une réflexion que chacun de nous doit avoir sur lui-même, surtout lorsquil soccupe dautres, dans une conception psychologique du handicap, aucun ne peut faire totalement léconomie de sa propre trajectoire subjective, puisque le manque est inscrit depuis lalpha jusquà loméga de son existence ; de lincomplétude du nourrisson quil a été, à la dépendance du sujet âgé quil sera.

24 Le déroulement des événements confronte le sujet à un processus par pallier, dont lordre ressemble à ceci: Le déroulement des événements confronte le sujet à un processus par pallier, dont lordre ressemble à ceci: Laccident, le choc, lévénement traumatique, Laccident, le choc, lévénement traumatique, La découverte du handicap, La découverte du handicap, La crise didentité et les réaménagements, La crise didentité et les réaménagements, Le désir de réparation, Le désir de réparation, Le deuil des illusions Le deuil des illusions

25 III) HANDICAP MOTEUR ET ASPECTS PSYCHOLOGIQUES (article Ch.Champonnois) 1) De la naissance psychologique à la constitution du sujet 1) De la naissance psychologique à la constitution du sujet Naître avec un handicap expose au risque dune altération dans le processus didentification primaire. Lidentification est un processus psychologique par lequel le sujet se construit sur le modèle de lautre. Se reconnaître dans le modèle de lautre passe par la reconnaissance de soi par lautre. Le handicap instaure une différence qui peut faire obstacle dans ce mouvement identificatoire. Naître avec un handicap rend plus difficile lalternance illusion/désillusion. Lillusion de faire un « tout » avec la mère est le préalable nécessaire à la désillusion de la fusion et au travail de séparation. Naître avec un handicap peut altérer le sentiment denveloppe, qui saccompagne dune distinction entre dedans et dehors. Le corps peut devenir un objet persécuteur et lespace environnant peut devenir une menace.

26 2) La personne accidentée, le sujet confronté au traumatisme et au deuil 2) La personne accidentée, le sujet confronté au traumatisme et au deuil Lorsque le handicap touche un adolescent, un adulte achevé dans son développement, il est essentiel de considérer chaque cas de façon différente et unique. Cependant il existe une sorte de parcours dans son cheminement personnel, constitué détapes reconnaissables.

27 a) Le refus : « non, ça ne peut pas être vrai ». Le refus amorti la brutalité du choc. a) Le refus : « non, ça ne peut pas être vrai ». Le refus amorti la brutalité du choc. b) Lirritation : « pourquoi moi ». Lirritation sera projetée dans toutes les directions, vers lentourage sans exception. On en veut à la terre entière, il ny a que des injustices. b) Lirritation : « pourquoi moi ». Lirritation sera projetée dans toutes les directions, vers lentourage sans exception. On en veut à la terre entière, il ny a que des injustices. c) Le marchandage : cette phase permet de retarder les événements. Le marchandage inclut « la prime pour bonne conduite ». Le temps des promesses à Dieu, et es pèlerinage. c) Le marchandage : cette phase permet de retarder les événements. Le marchandage inclut « la prime pour bonne conduite ». Le temps des promesses à Dieu, et es pèlerinage. d) La dépression : le sujet intègre la perte, latteinte narcissique. Cette phase essentielle à tout processus de reconstruction peut apparaître longtemps après les faits. d) La dépression : le sujet intègre la perte, latteinte narcissique. Cette phase essentielle à tout processus de reconstruction peut apparaître longtemps après les faits. e) Le sens : pour pouvoir être dépassé, le handicap doit trouver un sens dans lhistoire du sujet, au regard de son économie psychique. e) Le sens : pour pouvoir être dépassé, le handicap doit trouver un sens dans lhistoire du sujet, au regard de son économie psychique.

28 3) Vivre avec une maladie évolutive Vivre avec une maladie évolutive expose à linéluctabilité des pertes successives. Elles donnent lieu à la mise en œuvre de mécanismes de défense psychologiques, pour lesquels chacun est différent… cf. structures de personnalité. Vivre avec une maladie évolutive expose à linéluctabilité des pertes successives. Elles donnent lieu à la mise en œuvre de mécanismes de défense psychologiques, pour lesquels chacun est différent… cf. structures de personnalité. Limportance de létayage relationnel fait la différence. Lenvironnement vit également au rythme de lévolution de la maladie. Dans bien des cas laccompagnement de la famille à des répercussions indirectes positives sur le patient désigné.

29 4) Être parent dun enfant handicapé La révélation est toujours un moment de choc émotionnel intense, une violente atteinte narcissique qui signifie la perte prématurée de lenfant imaginaire. Le deuil de lenfant imaginaire est une étape obligatoire pour chaque naissance. IL seffectue généralement au fur et à mesure que lenfant réel simpose et se fait investir affectivement par la mère, au fil du temps, des soins… Cependant, la révélation va devenir en quelque sorte, une condamnation à vivre avec lenfant réel. La révélation est toujours un moment de choc émotionnel intense, une violente atteinte narcissique qui signifie la perte prématurée de lenfant imaginaire. Le deuil de lenfant imaginaire est une étape obligatoire pour chaque naissance. IL seffectue généralement au fur et à mesure que lenfant réel simpose et se fait investir affectivement par la mère, au fil du temps, des soins… Cependant, la révélation va devenir en quelque sorte, une condamnation à vivre avec lenfant réel.

30 Toutes les attitudes sont possibles, du déclenchement dune maladie : dépression, alcoolisme…au problème de travail. De leffondrement au déni : « non, non, tout va bien ! … » Toutes les attitudes sont possibles, du déclenchement dune maladie : dépression, alcoolisme…au problème de travail. De leffondrement au déni : « non, non, tout va bien ! … » Quelque soit le handicap ou le trouble de lenfant, il crée une souffrance familiale. Le diagnostic même sil est posé avec le plus grand soin, va déclencher une crise existentielle individuelle et collective. Ce moment va marquer une rupture, le temps sarrête, constitue un avant et un après lannonce. Ce moment va faire date, dans lhistoire du couple, puis de la famille. Quelque soit le handicap ou le trouble de lenfant, il crée une souffrance familiale. Le diagnostic même sil est posé avec le plus grand soin, va déclencher une crise existentielle individuelle et collective. Ce moment va marquer une rupture, le temps sarrête, constitue un avant et un après lannonce. Ce moment va faire date, dans lhistoire du couple, puis de la famille.

31 La mère est au premier plan et son rôle est majeur. Ses capacités à investir lenfant malade ou handicapé seront prépondérantes sur le développement de lenfant et sur la place quil occupera au sein de la famille. La difficulté de la relation parent/enfant La difficulté de la relation parent/enfant De nombreux facteurs entre en jeu. Histoire personnelle, antécédents familiaux, niveau économique et culturel, croyance… Lélément crucial demeure la capacité à reconnaître sa détresse face à la difficulté de cette tâche et la capacité à trouver laccompagnement nécessaire pour la supporter.


Télécharger ppt "COURS AUX KINESITHERAPEUTES NOTIONS SUR PSYCHOLOGIE ET HANDICAP Bernard LACASSE, Psychologue Clinicien Psychiatrie adulte Bat M, C.H.U. Nice."

Présentations similaires


Annonces Google