La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Si vous souhaitez revoir léquipe compréhension maintenant, cliquez ici.ici. A titre dexemple,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Si vous souhaitez revoir léquipe compréhension maintenant, cliquez ici.ici. A titre dexemple,"— Transcription de la présentation:

1 Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Si vous souhaitez revoir léquipe compréhension maintenant, cliquez ici.ici. A titre dexemple, nous allons montrer comment léquipe compréhension intervient dans le travail réalisé avec Sébastien, 12 ans. Pour bien comprendre ce document, il est important davoir regardé le document « Travail avec Sébastien, un mauvais lecteur de 12 ans » proposé par IF Belgique (pour voir ce document, cliquez sur « Sébastien »).Sébastien Si vous préférez la revoir au fur et à mesure de votre lecture, il vous suffira de cliquer sur ce rectangle (qui se trouvera toujours en bas à droite des diapositives). Eq. C

2 Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Marché aux poissons près de Dakar Pour rappel, voici limage et le texte sur lesquels portait le travail.

3 Les ombres sont longues, cest le matin. A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Au retour de la pêche, tandis que certains pagayaient vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Afin de poser son avant sur le sable – ce que son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. Marché aux poissons près de Dakar Le texte

4 Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Au départ (à la 1 ère lecture), Sébastien ne convoque que Pascal Littéral : il se contente de reprendre quelques phrases du texte, à lidentique, et leur donne un sens vague, incomplet, voire erroné (ex. « fromage » pour « fromager »). Par la suite, sur proposition de laccompagnatrice, tous les membres vont le soutenir et la compréhension naîtra de la collaboration des six personnages. Eq. C

5 Pascal Littéral va être incité à prendre en compte tous les éléments quil avait négligés à la première lecture, y compris les « petits mots » (ou, ensuite…) et les signes diacritiques signifiants (certaines virgules, les tirets…). Il va le faire sous limpulsion des autres personnages. Ludo Dico va laider à deviner, grâce au contexte, le sens de noms tels que « pirogues », « fromagers »; il va le pousser à demander ce que signifie « couffins », puis à trouver lui-même la réponse dans lapposition qui suit. Cest aussi Ludo Dico, en collaboration avec Marion Réorganisation, qui va permettre à Sébastien de donner du sens à des indices grammaticaux tels que la conjonction de coordination « ou » et les pronoms « ce que », « certains », « dautres ». Eq. C

6 Marion Réorganisation soutient vraiment leffort de compréhension de Sébastien en lamenant à repérer les connecteurs (de temps notamment) tels que « pendant… », « tandis que… », les indications fournies par lemploi des temps, les liens de référence ( Qui pagaie? Qui trie le poisson? De quel fond plat sagit-il?). Cest elle qui, à la fin, va lui faire ranger chronologiquement les diverses phases de la pêche et lui permettre de percevoir le flash back présent dès la 2ème phrase. Mais elle nagit pas seule : elle sassure, entre autres, la collaboration de Monique Critique. Eq. C

7 Monique Critique incite Sébastien à se représenter mentalement les situations décrites par le texte, afin de juger si elles sont réalistes ou pas, si elles sont cohérentes entre elles ou pas. Cest par ce biais-là quil a constaté, par exemple, que les pêcheurs ne pouvaient pas pagayer et trier le poisson en même temps. Cette impossibilité la amené à donner un sens distributif aux pronoms « certains » et « dautres ». Eq. C

8 Manuel Inférentiel est peu présent dans ce travail, parce que le texte est très précis. Il intervient cependant dans la seconde lecture de la 1ère phrase : Sébastien a besoin de lui pour rétablir un lien de causalité implicite entre la 1ère proposition (« Les ombres sont longues ») et la 2de (« Cest le matin. »). Il ne peut le faire quen recourant à ses connaissances générales sur les ombres (inférence pragmatique). Plus loin, il faut établir un lien - implicite lui aussi – entre le fond plat des pirogues et la manière de les tirer sur la plage grâce à leur élan, puis à des rondins sur lesquels on les fait glisser (inférences textuelle et pragmatique). Eq. C

9 Vincent Conscient est aux aguets depuis le début du travail, puisque, avant même de découvrir limage et le texte, Sébastien est averti quil devra prendre conscience de ce qui se passera dans sa tête pendant la lecture. Au fur et à mesure des relectures, grâce au dialogue pédagogique et aux propositions qui lui sont faites, il va pouvoir nommer les obstacles qui larrêtent et les moyens dont il dispose pour les surmonter. Cest cette découverte métacognitive progressive qui va lui permettre, à la fin de la séquence, de faire un bilan lucide. Et cest cette prise de conscience dûment formulée (on est bien dans la lecture explicite) qui lui permettra dappréhender les lectures suivantes en étant mieux outillé : progressivement, il fera appel lui-même, en toute autonomie, aux différents membres de léquipe Compréhension et il parviendra seul à donner du sens aux textes. Eq. C

10 Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Un document réalisé par Anne Moinet et mis en forme par Hélène Delvaux dIF Belgique. pour le projet européen Signesetsens 2009 Dessins de Régine Smal, dInforef. Cétait

11 Nous sommes les membres de léquipe « Compréhension » Cliquez sur notre prénom pour savoir qui nous sommes. Cliquez ici pour avoir une vue densemble de léquipe.ici V incent L udo M onique M anuel P ascal M arion

12 Léquipe compréhension Nous sommes une équipe de choc : sans nous, le lecteur ne comprend rien à ce quil lit. Certains lecteurs font appel à lun ou lautre dentre nous, mais ce sont ceux qui consultent tous les membres de léquipe qui clarifient le mieux le sens des textes quils lisent. Selon le type de document, selon le lecteur, nous pouvons intervenir à différents moments de la lecture, mais nous avons chacun un rôle bien spécifique à jouer et nous sommes vraiment complémentaires. Pour que vous y voyiez plus clair, vous pouvez cliquer sur limage de chacun dentre nous, afin que nous nous présentions. Ces présentations décrivent notre fonction dans la lecture de textes, mais il est tout à fait possible de les adapter à dautres systèmes de signes (les images, les gestes…)

13 Salut !!!... Mon nom est Pascal Littéral.. Mon travail est assez simple, mais il est fondamental. Je regarde les mots tels quils viennent, en espérant y découvrir immédiatement le sens de linformation. Pour certains documents très précis, cela fonctionne fort bien, mais si linformation nest pas évidente dans le texte, si elle est cachée, je ne la vois pas. Alors je dois faire appel à léquipe. Pascal Littéral Quand on me pose une question, je préfère répondre avec les mots du texte, parce que je pense que tout est là. Mais comme je ne formule pas la réponse avec mes propres mots, on me reproche de ne pas comprendre!

14 Salut !!! Mon nom est Marion Réorganisation.. Mon équipe me dit que je joue la maîtresse de maison, parce que passe ma vie à ranger…Jaime que tout soit bien trié, bien organisé… Quand les choses sont en désordre jessaie de les remettre en ordre.. Je repère tous les liens, je fais des schémas et des résumés à partir des textes… Mon passe-temps préféré est de donner des titres originaux à tout ce que je lis…Cest quand jai tout structuré que le texte prend du sens pour moi. Marion Réorganisation

15 Salut !!! Mon nom est Manuel Inférentiel. Mon équipe me surnomme « le détective » parce que jadore les énigmes et que jaime les résoudre étape par étape. Japprécie les documents qui contiennent des messages cachés. Je cherche les indices de sens dans le texte, je les rapproche entre eux ou les compare à des connaissances générales et je tire des conclusions qui résolvent lénigme : eurêka! Si tu veux devenir un aussi bon détective que moi, sois curieux de tout, fais des liens entre tout, réfléchis sans cesse. Tu verras, cela deviendra un réflexe…et un plaisir ! Manuel Inférentiel

16 Salut !!! Mon nom est Monique Critique. Léquipe mappelle «la commère», parce que jaime «mettre mon nez» partout. Quand je lis un texte, il faut que je sache tout : qui la écrit, quand, pour quoi, à quel type il appartient… Et puis, jai mon avis sur tout : jai besoin de savoir quel sens le texte prend pour moi, comment je peux linterpréter. Parfois, je me sens très fatiguée, parce ce travail me demande de mimpliquer à fond. Je dois non seulement identifier le travail de lauteur, faire des liens avec tout ce que je connais déjà, mais aussi prendre mes distances pour savoir ce que jen pense. Mais, ça me procure un énorme plaisir… Jai limpression de mapproprier le texte et tout le monde me dit que je suis une fille très intelligente !!! Monique Critique

17 Ludo Dico Salut !!! Mon nom est Ludo Dico. Je suis le collectionneur de léquipe : je pourchasse les mots que je ne connais pas, les tournures de phrases inattendues. Je joue avec les mots, je jongle avec les phrases. Mon plus grand plaisir, quand je lis est de débusquer lexpression neuve et de deviner ce quelle veut dire. Pour cela jinterroge les mots qui lentourent et, si je ne vois pas clair, je me plonge dans un dictionnaire ou dans une grammaire afin de compléter ma collection. Mais plus ma collection se complète, moins je trouve de tournures inconnues : mon dictionnaire, je le construis dans ma tête. Cela me donne bien plus de chances de comprendre les textes…

18 Vincent Conscient Salut !!! Mon nom est Vincent Conscient. Je suis le plus discret de la tribu : personne ne voit de lextérieur le travail que je fournis. Et pourtant, sans moi, le reste de léquipe piétine : je suis leur coordinateur, leur « coach ». Je les observe très attentivement pour voir qui accomplit son travail efficacement et qui devrait se montrer plus actif ou plus habile. Je les encourage tous, mais je les aide à dépasser leurs automatismes, à analyser les obstacles quils rencontrent et les comportements positifs à mettre en place pour mieux jouer le jeu de la lecture. Je suis celui qui fait découvrir lucidement les stratégies gagnantes de la lecture : cette prise de conscience permet à tous les membres de léquipe de devenir maîtres de leur jeu et de trouver le sens à tous les coups.

19 Travail avec Sébastien, un mauvais lecteur de 12 ans. Intervention menée par Anne Moinet en 2006

20 Présentation de Sébastien 12 ans Termine sa 1 ère année de secondaire a échoué dans presque toutes les matières doit recommencer son année le vit mal et veut comprendre Scolarité primaire sans trop de difficulté sauf en français Difficulté au moment dapprendre à lire (aide dune logopède) Est très performant dans les jeux vidéo de stratégie

21 Après un premier entretien avec Sébastien, il ressort ceci : Il est attentif et a limpression de comprendre Pour comprendre, il traduit dabord les informations en images mentales visuelles concrètes, puis il se fait des commentaires verbaux de compréhension; mais il y a des trous ! Et quand quelque chose ne lui paraît pas clair, il nose pas poser de question. En math, il aime les applications, mais narrive pas à retenir la théorie parce quil ne comprend pas à quoi cela lui sert. Il dit ne pas aimer les surprises ! Et il trouve quil y en a beaucoup à l école, notamment dans les questions quon pose (il ne les anticipe jamais). Il a limpression quon lui demande de deviner beaucoup de choses ou de réfléchir. Travail scolaire En classe

22 Il a beaucoup de mal à se mettre au travail Il refait les exercices et a limpression de comprendre ce quil fait, mais il ne mémorise pas la théorie et quand il le fait, cest sans compréhension : il retient du mot à mot, sans lien, sans anticiper une réutilisation. Il na pas de réel projet de sens dapprentissage à lécole. Il cherche seulement à avoir des points. Il a perdu toute confiance en lui. A la maison Après un premier entretien avec Sébastien, il ressort ceci :

23 Domaines de réussite Quand il joue à un nouveau jeu vidéo, il veut relever des défis et devenir de plus en plus expert (projet de sens de recordman) Pour gagner, il mémorise en images visuelles (concrètes et avec des codes) tous les outils utiles ( = gestes dattention et de mémorisation). Il analyse très vite les situations problématiques et il le fait en mots quil se parle dans sa tête (geste de compréhension). Pour cela il sappuie sur des acquis stockés à partir de jeux précédents (geste de réflexion). Quand il cherche la stratégie à appliquer, il adore en envisager plusieurs et choisir délibérément la démarche la plus improbable, la plus risquée (geste dimagination, prise de risque). Sil perd, ce nest pas grave : il analyse ses erreurs afin de progresser ultérieurement. Après un premier entretien avec Sébastien, il ressort ceci :

24 - bien appliquer - retenir par cœur des formules sans lien avec la théorie - et récolter des points. En comparant cette stratégie avec celle quil utilise en math, nous observons que - Il simplique et anticipe - Il comprend et analyse - Il risque des hypothèses neuves - Il utilise pleinement les ressources de son monde évocatif Il na aucun véritable projet de sens Il est véritablement en quête de sens Dans les jeux vidéo :En math, il veut :

25 Après un premier entretien avec Sébastien, il ressort ceci : Sébastien sintrospecte avec une relative facilité et semble intéressé par cette découverte de soi. Constat Il donne limpression dun enfant qui na pas trouvé à satisfaire son besoin dexplication et qui nutilise pas ses moyens cognitifs dans le cadre scolaire.

26 Après un premier entretien avec Sébastien, il ressort ceci : Prospective En fin de séance, Sébastien a pris conscience quil aurait intérêt à chercher du sens en étudiant à faire des liens à articuler théorie et pratique à mémoriser en vue de la réflexion à risquer des hypothèses. Je propose quil essaie déjà dy penser en classe et à la maison. La seconde séance sera consacrée à la lecture où Sébastien a des difficultés. Il naime pas lire non plus.

27 Quelques jours plus tard : Il dit en arrivant : « En classe, je pense à faire comme pour un jeu vidéo : je cherche le chemin et jessaie de deviner les dangers que je dois éviter ». La deuxième séance consacrée à la lecture peut commencer

28 SENEGAL Marché aux poissons près de Dakar Lecture dun texte et observation dune image. Extraits de Yann Arhtus-Bertrand, La terre racontée aux enfants, p

29 Consignes : lire le texte silencieusement pour le comprendre et pouvoir redire ce quil a compris (sans le texte). + Mise en projet de pouvoir expliquer ce quil a fait dans sa tête pour y arriver.

30 Marché aux poissons près de Dakar Limage

31 Les ombres sont longues, cest le matin. A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Au retour de la pêche, tandis que certains pagayaient vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Afin de poser son avant sur le sable – ce que son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. Marché aux poissons près de Dakar Le texte

32 Analyse de la lecture du document par Sébastien Lecture à un rythme moyen. Aucune question Se déclare prêt et cache le texte 1. Lecture de limage et du titre Sait que le thème du texte est un marché aux poissons et situe Dakar en Afrique occidentale Remarque les tas de poissons et les barques. Une seule question: « Que sont les objets ronds sur les tas de poissons? » 2. Lecture du texte silencieusement avec le projet de dire ce quil a compris sans avoir le texte sous les yeux et de pouvoir expliquer ce quil a fait dans sa tête Pour revoir limage, cliquez sur « image » image

33 3. Bilan de la 1 ère lecture Sébastien a compris ceci : Les ombres sont longues, cest le matin. A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Au retour de la pêche, tandis que certains pagayaient vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Afin de poser son avant sur le sable – ce que son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. «Les ombres sont longues. Des pêcheurs vendent du poisson (des thons et des sardines et du fromage). Ils trient ce poisson selon les espèces, la taille et le poids. » Comparons au texte :

34 Traitement incomplet (il prend en compte le début du texte seulement) La compréhension est partielle, voire erronée Il ny a pas de liens logiques Il redit des phrases à lidentique ou sélectionne des noms Premières observations :

35 4. Dialogue pédagogique Son projet: sur le plan affectif : négatif ( représentation de la lecture = difficultés – ennuis) sur le plan cognitif : le but: = oraliser et mémoriser (aucun projet de donner du sens) les moyens : répéter mentalement les mots à lidentique (pas de traduction, pas de compréhension) Le processus de « lecture »: Oralisation mentale du début (puis fatigue) sans recherche de sens Aucun retour à des acquis Aucun retour au texte pour vérifier la compréhension Processus délaboration inexistants

36 5. Relecture de la première phrase Les ombres sont longues, cest le matin. Obstacles Obstacles : lien implicite de cause à effet entre les deux propositions (seul indice: la virgule) nécessité dactiver un processus dinférence entre le texte et des connaissances extérieures sur les ombres (que Sébastien possède) Processus dintégra- tion Propositions pédagogiques invitation à retrouver mentalement des images connues avec des ombres allongées explication de cet allongement Prise de conscience Les acquis sont là, mais pas de projet de relier le texte à ces acquis (geste de réflexion au service de la compréhension) Processus délaboration

37 6. Relecture de la deuxième séquence A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Obstacles mots inconnus (pirogue, fromager) – aucune question – pas dappui sur le contexte ni sur les structures syntaxiques (coordination) pas de traitement du connecteur de temps (déroutant, parce quon vient de parler du matin : flash back) Processus dintégration

38 Propositions pédagogiques pour trouver le sens du mot « pirogue », demande dévoquer la scène en mouvement et de préciser limage pour trouver le sens de « fromager » (le mot « baobab » étant connu), recherche de phrases de la langue orale courante comportant un « ou » alternatif. Ex : Mets-tu de la confiture ou du chocolat sur ton pain ? prise en compte du connecteur de temps : changement de lumière dans limage mentale de Sébastien. Il avait dans sa tête une image diurne pleine de lumière et maintenant, elle sobscurcit. Il ne peut pas encore faire le lien avec la 1 ère phrase. Prise de conscience Nécessité de prendre en compte les « petits » mots et les connecteurs de temps

39 7. Relecture de la troisième séquence Au retour de la pêche, / tandis que / certains/ pagayaient / vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Avant la relecture : m Avant la relecture : mise en projet de traduire la scène en images mentales concrètes et animées se demander quand cela se passe par rapport à la séquence précédente Bilan de cette relecture (texte caché) « Les pêcheurs trient le poisson. » Analyse Tout le début du texte a été négligé (connecteurs de temps) Les pronoms « certains »/ « dautres » nont pas été pris en compte (référence). + terme inconnu « pagayer ». Processus dintégration incomplets

40 8. Deuxième relecture de la troisième séquence Avant la relecture : mise en projet de c chercher les connecteurs de temps. se demander, à partir de ses images mentales, comment les pêcheurs font avancer le bateau Après la relecture (texte caché) Le mot « pagayer » est élucidé et les mouvements des pêcheurs sont visibles dans les images mentales de Sébastien. Il me dit : « Les pêcheurs rament et trient le poisson ». Les pronoms distributifs ne sont pas pris en compte.

41 Propositions pédagogiques Imaginer visuellement les actions des pêcheurs : impossibilité de pagayer et de trier en même temps. Il peut voir deux groupes distincts. Recherche dautres phrases utilisant les mêmes pronoms : ils produisent le même effet mental. Ex : certains prennent le train, dautres leur voiture pour se rendre au travail. Demande denchaîner en un petit film la 2 ème et la 3 ème séquence.

42 9. Relecture de la quatrième séquence Afin de poser son avant sur le sable – ce que/ son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Bilan de la relecture (texte caché) « La pirogue arrive à toute vitesse sur la plage qui est toute plate et dure. » Analyse de la compréhension Sébastien voit arriver la pirogue à toute vitesse: il a bien « traduit » le mot « élan » dans son espace mental Gros problèmes de référence ( ce que, son, lui). La difficulté est augmentée par le fait que lantécédent de « son » et de « lui » se trouve placé dans la suite de la phrase (référence cataphorique). Les tirets ne sont pas interprétés comme parenthèses

43 Propositions pédagogiques Travail comparatif en images concrètes : arrivée sur la plage dun canot muni dune quille et dune pirogue à fond plat. Travail soutenu par un retour à la photo. Hypothèses de sens expliquant que certaines barques soient plus loin sur la plage (attente, travail délaboration) Proposition denchaîner le film des séquences 2 à 4.

44 10. Relecture de la 5 ème séquence Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Bilan de la relecture (texte caché) Sébastien peut me dire que les pêcheurs ont fait rouler les barques sur des morceaux de bois. Il mexplique la technique en la mimant, à partir des images en mouvement quil a dans sa tête. Il demande à revoir limage pour repérer les rondins (validation de ses hypothèses). Il est visiblement dans le plaisir du sens. Il enchaîne spontanément cette séquence aux précédentes. Prise de conscience Moment décisif : il vient de vivre « leurêka jubilatoire » et commence à croire que la lecture peut lui être accessible, sil se donne un projet véritable de compréhension.

45 11. Relecture de la sixième séquence Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Bilan de la relecture (texte caché) Sébastien a compris que les pêcheurs déchargeaient le poisson sur le sable. Il bute sur le mot « couffin », mais cette fois il demande sa signification. Quand je lui indique que le texte fournit la réponse, il ne peut pas la trouver.

46 Propositions pédagogiques Proposition dimaginer le passage de la pirogue à la plage : comment transportent-ils le poisson? Retour à la photo et à la question posée tout au début. Recherche de phrases contenant des appositions. Analyse de lobstacle lapposition « profonds paniers de vannerie » est un procédé grammatical de substitution nominale (référence). Les virgules ne sont pas ressenties comme des indices.

47 12. Relecture de la 7 ème séquence Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. La compréhension est immédiate Cohérence globale du texte (texte caché) Sébastien, invité à reprendre tout le contenu du texte dans lordre chronologique, traite séparément la 1 ère séquence et les suivantes : il na pas perçu le flash back (problème de macro structure). Proposition pédagogique Resituer chaque étape sur une ligne du temps (spatialiser le temps). A partir de ce moment-là il peut répondre à toute les questions : le texte est compris. pêcheretourdéchargementmarchéarrivée nuitaube matin

48 Bilan de Sébastien à propos des stratégies de lecture à mettre en place ( Bilan de Sébastien à propos des stratégies de lecture à mettre en place (bilan métacognitif) Se donner un projet de donner du sens, cest-à-dire de traduire les mots du texte en images animées de la réalité et, dans un deuxième temps en commentaires verbaux (comme pour les jeux video). Faire des hypothèses sur ce que pourrait raconter la suite du texte. Demander, chercher, deviner le sens des mots inconnus. Lire le texte petit passage par petit passage. Quitter le texte des yeux, se demander ce quil veut dire, retourner vérifier.

49 En fin de lecture, récapituler mentalement le sens de tout le texte pour sassurer que tout se tient. Repérer les signes de ponctuation qui pourraient être des indices de la structure grammaticale. Repérer les petits mots qui permettent détablir les liens entre les mots ou entre les phrases. Prendre en compte les indicateurs de lieu et de temps. Intervention menée par Anne Moinet, IF Belgique, 2006.

50 Marché aux poissons près de Dakar Limage


Télécharger ppt "Léquipe Compréhension à lœuvre dans le travail avec Sébastien Si vous souhaitez revoir léquipe compréhension maintenant, cliquez ici.ici. A titre dexemple,"

Présentations similaires


Annonces Google