La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IF Belgique : n otre expertise Quelles théories ? Quel public ? Obstacles identifiés ? Pratiques expérimentées pour lever les obstacles ? Pratiques à expérimenter.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IF Belgique : n otre expertise Quelles théories ? Quel public ? Obstacles identifiés ? Pratiques expérimentées pour lever les obstacles ? Pratiques à expérimenter."— Transcription de la présentation:

1 IF Belgique : n otre expertise Quelles théories ? Quel public ? Obstacles identifiés ? Pratiques expérimentées pour lever les obstacles ? Pratiques à expérimenter ? Compréhension à la lecture Références livres Que propose J. Giasson ? Tous les âges, de la maternelle à lâge adulte. Schéma Exemple Sébastien Poursuivre et illustrer les pratiques décrites en lien avec les pratiques décriture La gestion mentale Lacte de lire

2 Quelles théories ? Les livres de Jocelyne Giasson : - la Compréhension en lecture, De Boeck, La lecture, De la théorie à la pratique, De Boeck, Mais aussi : - les livres de lobservatoire national de la lecture (ONL) Apprendre à lire – éd. O.Jacob, 1998 Maîtriser la lecture – éd. O.Jacob, Catherine TAUVERON, Lire la littérature à lécole, Hatier, bibliographie plus complète sur feuille ! (dans votre dossier)

3 Lacte de lire RECEPTEUR (lecteur avec sa culture des textes, sa personnalité, ses connaissances, son attente, son intention…) Validation dune hypothèse Perception des signes Prélèvement des indices Poursuite de la lecture Recherche de sens Elaboration de la compréhension/interprétation du texte Élaboration dhypothèses Élimination ou modification dhypothèses Retour aux acquis Mise en réseau

4 Apport de la gestion mentale Explicitation des gestes mentaux : attention mémorisation compréhension réflexion imagination de son fonctionnement mental par le dialogue pédagogique action possible Entraînement à lévocation dans toute sa diversité (langues, paramètres, personnes, cadres, …) La Gestion Mentale fournit des moyens concrets daction chez les personnes en difficulté de compréhension en lecture. Connaissance ou prise de conscience

5 Difficultés de compréhension dun texte Absence de projet de sens global Projet doralisation Projet de mémorisation Problème de repérage des indices de sens Problème à traduire le texte en évoqués concrets Évocation des formes des mots, pas de leur contenu Problèmes de mise en liens logiques temporels spatiaux problèmes pour deviner limplicite Problèmes de référence aux acquis Connaissance de la langue Connaissance de la vie + culture Connaissances des structures textuelles Problème délaboration dhypothèses de sens

6 La compréhension en lecture, Jocelyne GIASSON, De Boeck, 1990.

7 CONTEXTE TEXTELECTEUR Un modèle de compréhension qui fait consensus. Les composantes : le texte, le lecteur, le contexte. Structures Processus Intention de lauteur Forme Contenu Psychologique Social Physique

8 Variable LECTEUR Le LECTEUR Structures Processus Ce quil est ! Ce quil fait !

9 Variable LECTEUR Le LECTEUR Structures Processus Structures cognitives Structures affectives Connaissances sur la langue Connaissances sur le monde Ce quil est ! Ce quil fait ! Confiance en soi Capacité à prendre des risques Représentation de la lecture Intention de lecture Etc.

10 Variable LECTEUR Le LECTEUR Structures Processus Ce quil est ! Ce quil fait !

11 Variable LECTEUR Le LECTEUR Structures Processus Microprocessus Processus dintégration Macroprocessus Processus délaboration Processus métacognitifs Ce quil est ! Ce quil fait ! Liens entre les mots (dans la phrase) Liens entre les phrases Cohérence globale du texte référence connexion inférence

12 Connaissances sur le monde Variable LECTEUR Le LECTEUR Structures Processus Structures cognitives Structures affectives Connaissances sur la langue Micro- processus Processus dintégration Macro- processus Processus délaboration Processus métacognitifs Ce quil est ! Ce quil fait ! Confiance en soi Capacité à prendre des risques Représentation de la lecture Intention de lecture Etc. Schéma général

13 Image Dakar Sénégal – Marché aux poissons près de Dakar

14 Image Dakar Les ombres sont longues, cest le matin. A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Au retour de la pêche, tandis que certains pagayaient vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Afin de poser son avant sur le sable – ce que son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. Sénégal Marché aux poissons près de Dakar

15 Analyse de la lecture du document par Sébastien Lecture à un rythme moyen. Aucune question Se déclare prêt et cache le texte Lecture de limage et du titre 1. Lecture de limage et du titre Sait que le thème du texte est un marché aux poissons et situe Dakar en Afrique occidentale Remarque les tas de poissons et les barques. Une seule question: « Que sont les objets ronds sur les tas de poissons? » Lecture du texte silencieusement avec le projet de dire ce quil a compris sans avoir le texte sous les yeux et de pouvoir expliquer ce quil a fait dans sa tête 2. Lecture du texte silencieusement avec le projet de dire ce quil a compris sans avoir le texte sous les yeux et de pouvoir expliquer ce quil a fait dans sa tête

16 3. Bilan de la 1 ère lecture Ce quil a compris : « Les ombres sont longues. Des pêcheurs vendent du poisson (des thons et des sardines et du fromage). Ils trient ce poisson selon les espèces, la taille et le poids. » Les ombres sont longues, cest le matin. A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromage r, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Au retour de la pêche, tandis que certains pagayaient vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Afin de poser son avant sur le sable – ce que son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. premières observations: Traitement incomplet (prend en compte le début du texte seulement) Compréhension partielle voire erronée Pas de liens logiques Redit des phrases à lidentique ou sélectionne des noms

17 4. Dialogue pédagogique Son projet: sur le plan affectif: négatif ( représentation de la lecture= difficultés – ennuis) sur le plan cognitif, le but: oraliser et mémoriser (aucun projet de sens) les moyens: répéter mentalement les mots à lidentique (pas de traduction, pas de compréhension) Le processus de « lecture »: Oralisation mentale du début (puis fatigue) Aucun retour à des acquis Aucun retour au texte pour vérifier la compréhension Processus délaboration

18 5. Relecture de la première phrase Les ombres sont longues, cest le matin. Obstacles Obstacles : lien implicite de cause à effet entre les deux propositions (seul indice: la virgule) nécessité dactiver un processus dinférence entre le texte et des connaissances extérieures sur les ombres (que Sébastien possède) Processus dintégration Propositions pédagogiques invitation à retrouver mentalement des images connues avec des ombres allongées explication de cet allongement? Prise de conscience Les acquis sont là, mais pas de projet de relier le texte à ces acquis (geste de réflexion au service de la compréhension) Processus délaboration

19 6. Relecture de la deuxième séquence A bord de leurs pirogues effilées, en bois de baobab ou de fromager, les pêcheurs ont, pendant la nuit, lancé leurs lignes, traîné leurs filets. De nombreux thons, sardines et merlus sont capturés. Obstacles mots inconnus (pirogue, fromager) – aucune question – pas dappui sur le contexte ni sur les structures syntaxiques (coordination) pas de traitement du connecteur de temps (déroutant, parce quon vient de parler du matin : flash back) Processus dintégration Propositions pédagogiques pour trouver le sens du mot « pirogue », demande dévoquer la scène en mouvement et de préciser limage pour trouver le sens de « fromager » (le mot « baobab » étant connu), retour à des phrases comportant un « ou » alternatif prise en compte du connecteur de temps: changement de lumière dans limage mentale de Sébastien. Il ne peut pas encore faire le lien avec la 1 ère phrase. Prise de conscience Nécessité de prendre en compte les « petits » mots et les connecteurs de temps

20 7. Relecture de la troisième séquence Au retour de la pêche, / tandis que / certains/ pagayaient / vigoureusement, dautres triaient les poissons par espèces et par tailles. Avant la relecture Mise en projet de traduire la scène en images mentales concrètes et animées Se demander quand cela se passe par rapport à la séquence précédente Bilan de cette relecture (texte caché) « Les pêcheurs trient le poisson. » Analyse Tout le début du texte a été négligé (connecteurs de temps) Les pronoms « certains »/ « dautres » nont pas été pris en compte (référence). + terme inconnu « pagayer ». Processus dintégration

21 8. Deuxième relecture de la troisième séquence Avant la relecture Chercher les connecteurs de temps. A partir de ses images mentales, se demander comment les pêcheurs font avancer le bateau Après la relecture (texte caché) Le mot « pagayer » est élucidé et les mouvements des pêcheurs sont visibles dans les images mentales de Sébastien. Il me dit : « Les pêcheurs rament et trient le poisson ». Les pronoms distributifs ne sont pas pris en compte. Propositions pédagogiques Imaginer visuellement les actions des pêcheurs: impossibilité de pagayer et de trier en même temps. Il peut voir deux groupes distincts. Recherche dautres phrases utilisant les mêmes pronoms: ils produisent le même effet mental. Demande denchaîner en un petit film la 2 ème et la 3 ème séquence.

22 9. Relecture de la quatrième séquence Afin de poser son avant sur le sable – ce que/ son fond plat lui permet -, la pirogue a pris son élan. Bilan de la relecture (texte caché) « La pirogue arrive à toute vitesse sur la plage qui est toute plate et dure. » Analyse de la compréhension Sébastien voit arriver la pirogue à toute vitesse: il a bien « traduit » le mot « élan » dans son espace mental Gros problèmes de référence ( ce que, son, lui). La difficulté est augmentée par le fait que lantécédent de « son » et de « lui » se trouve placé dans la suite de la phrase (référence cataphorique). Les tirets ne sont pas interprétés comme parenthèses Propositions pédagogiques Travail comparatif en images concrètes : arrivée sur la plage dun canot muni dune quille et dune pirogue à fond plat. Travail soutenu par un retour à la photo. Hypothèses de sens expliquant que certaines barques soient plus loin sur la plage (attente, travail délaboration) Proposition denchaîner le film des séquences 2 à 4.

23 10. Relecture de la 5 ème séquence Les hommes lont ensuite tirée à proximité du marché sur les rouleaux de bois disposés sur le sable. Bilan de la relecture (texte caché) Sébastien peut me dire que les pêcheurs ont fait rouler les barques sur des morceaux de bois. Il mexplique la technique en la mimant, à partir des images en mouvement quil a dans sa tête. Il demande à revoir limage pour repérer les rondins (validation de ses hypothèses). Il est visiblement dans le plaisir du sens. Il enchaîne spontanément cette séquence aux précédentes. Prise de conscience Moment décisif: il vient de vivre « leurêka jubilatoire » et commence à croire que la lecture peut lui être accessible, sil se donne un projet véritable de compréhension.

24 11. Relecture de la sixième séquence Le déchargement des pirogues se fait au moyen de couffins, profonds paniers de vannerie. Certains dentre eux ont été retournés sur les tas de poissons, afin de les protéger du soleil. La marchandise est posée à même le sable fin. Bilan de la relecture (texte caché) Sébastien a compris que les pêcheurs déchargeaient le poisson sur le sable. Il bute sur le mot « couffin », mais cette fois il demande sa signification. Quand je lui indique que le texte fournit la réponse, il ne peut pas la trouver. Analyse de lobstacle lapposition « profonds paniers de vannerie » est un procédé grammatical de substitution nominale (référence). Les virgules ne sont pas ressenties comme des indices. Propositions pédagogiques Proposition dimaginer le passage de la pirogue à la plage: comment transportent-ils le poisson? Retour à la photo et à la question posée tout au début. Recherche de phrases contenant des appositions.

25 12. Relecture de la 7 ème séquence Déjà, les premiers clients arrivent. Ils comparent, soupèsent, évaluent, marchandent…avec un vif plaisir, et de lamitié. Compréhension immédiate Cohérence globale du texte (texte caché) Sébastien, invité à reprendre tout le contenu du texte dans lordre chronologique traite séparément la 1 ère séquence et les suivantes: il na pas perçu le flash back (problème de macro structure). Proposition pédagogique Resituer chaque étape sur une ligne du temps (spatialiser le temps. A partir de ce moment-là il peut répondre à toute les questions: le texte est compris pêcheretourdéchargementmarchéarrivée nuitaube matin

26 Bilan de Sébastien à propos des stratégies de lecture à mettre en place ( Bilan de Sébastien à propos des stratégies de lecture à mettre en place (bilan métacognitif En fin de lecture, récapituler mentalement le sens de tout le texte pour sassurer que tout se tient. Se donner un projet de sens, cest-à-dire de traduire les mots du texte en images animées de la réalité et, dans un deuxième temps en commentaires verbaux (comme pour les jeux video). Lire le texte petit passage par petit passage. Quitter le texte des yeux, se demander ce quil veut dire, retourner vérifier. Faire des hypothèses sur ce que pourrait raconter la suite du texte. Demander, chercher, deviner le sens des mots inconnus. Prendre en compte les indicateurs de lieu et de temps. Repérer les petits mots qui permettent détablir les liens entre les mots ou entre les phrases. Repérer les signes de ponctuation qui pourraient être des indices de la structure grammaticale.


Télécharger ppt "IF Belgique : n otre expertise Quelles théories ? Quel public ? Obstacles identifiés ? Pratiques expérimentées pour lever les obstacles ? Pratiques à expérimenter."

Présentations similaires


Annonces Google