La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Atelier sur lassainissement, lépuration et la réutilisation des eaux usées REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES, ASSAINISSEMENT AUTONOME ET SANTE Agadir,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Atelier sur lassainissement, lépuration et la réutilisation des eaux usées REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES, ASSAINISSEMENT AUTONOME ET SANTE Agadir,"— Transcription de la présentation:

1 Atelier sur lassainissement, lépuration et la réutilisation des eaux usées REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES, ASSAINISSEMENT AUTONOME ET SANTE Agadir, le 08 décembre 2009 Par Mr WAHABI Rachid Chef de la Division de lHygiène du Milieu DELM - M. SANTE

2 SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DES MALADIES LIEES A LENVIRONNEMENT

3 SITUATION AU NIVEAU MONDIAL

4 Répartition mondiale du fardeau global des maladies Source OMS 2002

5

6 LE POIDS ECONOMIQUE DES MALADIES Source OMS 2002

7 SITUATION AU NIVEAU DU MAROC

8 EVOLUTION DES MTH AU MAROC

9 DEFIS EXTRA SANITAIRE SUR LE SYSTEME DE SANTE Le système de santé doit relever plusieurs défis de facteurs extra sanitaires : Le système de santé doit relever plusieurs défis de facteurs extra sanitaires : La transition démographique et lamorce du vieillissement de la population ; La transition démographique et lamorce du vieillissement de la population ; La transition épidémiologique et le triple fardeau de la morbidité ( affections transmissibles et périnatales, affections non transmissibles, accidents et traumatismes) ; La transition épidémiologique et le triple fardeau de la morbidité ( affections transmissibles et périnatales, affections non transmissibles, accidents et traumatismes) ; Les déterminants environnementaux de létat de santé (faible accès à leau potable et à lélectricité, absence dassainissement en milieu rural, habitat insalubre...). Les déterminants environnementaux de létat de santé (faible accès à leau potable et à lélectricité, absence dassainissement en milieu rural, habitat insalubre...). Les attitudes, comportements et habitudes : Tabagisme, sédentarité, urbanisation rapide, habitudes alimentaires... Les attitudes, comportements et habitudes : Tabagisme, sédentarité, urbanisation rapide, habitudes alimentaires... La Mondialisation et la globalisation des économies. La Mondialisation et la globalisation des économies.

10 REUTILSATION SANITAIRE DES EAUX USEES TRAITEES

11 OBJECTIFS SANITAIRES ( Health-Based targets) Une réutilisation saine des eaux usées exige la mise en place dune stratégie préventive adaptée Une réutilisation saine des eaux usées exige la mise en place dune stratégie préventive adaptée A loccasion de ses dernières directives en la matière, lOMS invite chaque pays à bâtir une réglementation sanitaire préventive appropriée, basée sur létablissement dobjectifs sanitaires spécifiques A loccasion de ses dernières directives en la matière, lOMS invite chaque pays à bâtir une réglementation sanitaire préventive appropriée, basée sur létablissement dobjectifs sanitaires spécifiques Ces objectifs doivent identifier des niveaux de protection pour chaque type dexposition et sont exprimés en DALLY (Disability adjusted life year ou AVCI : Années de vie corrigées de linvalidité) Ces objectifs doivent identifier des niveaux de protection pour chaque type dexposition et sont exprimés en DALLY (Disability adjusted life year ou AVCI : Années de vie corrigées de linvalidité)

12 OBJECTIFS SANITAIRES EN IRRIGATION Objectif sanitaire Type dirrigation Réduction log des pathogènes Réduction des œufs dhelminthe Non restrictive 6 à 7 log 1/L (moyenne arithmétique) 1/L (moyenne arithmétique) DALLY10 -6 DALLYRestrictive 2 à 3 log 1/L (moyenne arithmétique) 1/L (moyenne arithmétique) Localisée 6 à 7 log 1/L (moyenne arithmétique) Pour les basses cultures 1/L (moyenne arithmétique) Pour les basses cultures

13 MESURES PREVENTIVES POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS SANITAIRES Restriction des cultures Restriction des cultures Techniques dirrigation Techniques dirrigation Maîtrise / Limitation de lexposition Maîtrise / Limitation de lexposition Procédés et technologies dépuration Procédés et technologies dépuration Stockage des eaux épurées sur une durée dépassant la durée de vie des pathogènes Stockage des eaux épurées sur une durée dépassant la durée de vie des pathogènes Réduction des risques par : Réduction des risques par : Lavage et rinçage des produits issus des champs irrigués avec de leau traitée Lavage et rinçage des produits issus des champs irrigués avec de leau traitée Cuisson des produits avant leur consommation Cuisson des produits avant leur consommation

14

15

16 Exemples doptions pour réduire la charge des eaux usées

17 ASSAINISSEMENT AUTONOME ET SANTE

18 Concentration en micro-organismes des eaux usées

19 Survie des micro-organismes dans lagriculture irriguée

20 Définition de lassainissement autonome Selon le décret n° du 14 moharrem 1427 (13 février 2006) relatif à l'assainissement autonome, les dispositifs d'assainissement autonome sont de deux types : Selon le décret n° du 14 moharrem 1427 (13 février 2006) relatif à l'assainissement autonome, les dispositifs d'assainissement autonome sont de deux types : 1. les dispositifs assurant la collecte et l'épuration des eaux usées tel que la fosse septique ; 2. les dispositifs assurant à la fois la collecte, l'épuration et l'évacuation des eaux usées par utilisation des sols, tels que l'épandage souterrain dans le sol naturel, l'épandage dans un sol reconstitué ou la fosse chimique.

21 Un arrêté conjoint des autorités gouvernementales chargées de l'intérieur et de l'eau doit fixer : 1. les dispositifs d'assainissement autonome 2. les prescriptions techniques et 3. les modalités de réalisation, d'exploitation, d'entretien et de maintenance en bon état de fonctionnement desdits dispositifs.

22 Le but de lassainissement est multiple : Protéger la santé des individus, Protéger la santé des individus, Sauvegarder la qualité du milieu naturel et en particulier celle de leau, Sauvegarder la qualité du milieu naturel et en particulier celle de leau, Éliminer les nuisances. Éliminer les nuisances.

23 Assainissement autonome et MTH Les MTH ne peuvent être pas maîtrisées sans une démarche incluant lAEP et lassainissement Les MTH ne peuvent être pas maîtrisées sans une démarche incluant lAEP et lassainissement LAEP seule peut même générer de nouveaux problèmes sanitaires et environnementaux LAEP seule peut même générer de nouveaux problèmes sanitaires et environnementaux Lassainissement autonome est la seule solution techniquement acceptable pour le milieu rural Lassainissement autonome est la seule solution techniquement acceptable pour le milieu rural Lassainissement en milieu rural est difficile à développer Lassainissement en milieu rural est difficile à développer Pour que les secteurs dAEP et dAsst contribuent effectivement à la maîtrise des MTH en milieu rural, il faut rendre lassainissement autonome un secteur économiquement viable ? Pour que les secteurs dAEP et dAsst contribuent effectivement à la maîtrise des MTH en milieu rural, il faut rendre lassainissement autonome un secteur économiquement viable ?

24 Constitution de la filière dun assainissement autonome

25 Lassainissement autonome est en fait une filière de procédés, constituée par un ensemble de dispositifs réalisant les étapes suivantes: Lassainissement autonome est en fait une filière de procédés, constituée par un ensemble de dispositifs réalisant les étapes suivantes: 1.le prétraitement des eaux usées issues de lhabitation. 2.lépuration des effluents prétraités. 3.lévacuation des effluents épurés. Les eaux pluviales ne sont en aucun cas dirigées vers la filière dassainissement. Les eaux pluviales ne sont en aucun cas dirigées vers la filière dassainissement. Dispositifs constituant une filière dassainissement autonome

26 Létape 1 de prétraitement est réalisée en général par la fosse septique toutes eaux qui reçoit lensemble des eaux usées de lhabitation (eaux vannes et eaux eaux ménagères). Létape 1 de prétraitement est réalisée en général par la fosse septique toutes eaux qui reçoit lensemble des eaux usées de lhabitation (eaux vannes et eaux eaux ménagères).

27 Létape 2 dépuration des effluents après leur passage dans la fosse septique toutes eaux est réalisée prioritairement par épandage souterrain dans le sol superficiel. Létape 2 dépuration des effluents après leur passage dans la fosse septique toutes eaux est réalisée prioritairement par épandage souterrain dans le sol superficiel. Cette filière assure une épuration satisfaisante de leffluent prétraité et une dispersion efficace dans le sol. Cette filière assure une épuration satisfaisante de leffluent prétraité et une dispersion efficace dans le sol. Lorsque les caractéristiques du site ne permettent pas linstallation dépandage souterrain, il peut être fait appel à des dispositifs de substitution (par exemple de type filtre à sable) avant évacuation. Lorsque les caractéristiques du site ne permettent pas linstallation dépandage souterrain, il peut être fait appel à des dispositifs de substitution (par exemple de type filtre à sable) avant évacuation.

28 Létape 3 dévacuation des effluents épurés est réalisée : Létape 3 dévacuation des effluents épurés est réalisée : prioritairement, par tuyaux dépandage dans le sol (sauf situation hydrogéologique exceptionnelle, la protection des eaux souterraines est assurée prioritairement, par tuyaux dépandage dans le sol (sauf situation hydrogéologique exceptionnelle, la protection des eaux souterraines est assurée Et exceptionnellement par rejet vers le milieu hydraulique superficiel (fossé, cours deau, retenues, mer,…) ou dans le sol par lintermédiaire de puits dinfiltration. Et exceptionnellement par rejet vers le milieu hydraulique superficiel (fossé, cours deau, retenues, mer,…) ou dans le sol par lintermédiaire de puits dinfiltration.

29 Pour une construction neuve, lassainissement autonome impose une surface minimale de terrain perméable qui permet de mettre en place un épandage souterrain à faible profondeur: Pour une construction neuve, lassainissement autonome impose une surface minimale de terrain perméable qui permet de mettre en place un épandage souterrain à faible profondeur: par ex environ 200m² pour une habitation de 3 chambres. Cette surface tient compte des contraintes liées aux reculs à observer par rapport à lhabitation et au voisinage, ainsi que celles relatives à la végétation (arbres à proscrire dans la zone réservée). par ex environ 200m² pour une habitation de 3 chambres. Cette surface tient compte des contraintes liées aux reculs à observer par rapport à lhabitation et au voisinage, ainsi que celles relatives à la végétation (arbres à proscrire dans la zone réservée). Une distance minimale de 35m doit être observée entre le point le plus proche de la filière et un puits dalimentation en eau potable. Une distance minimale de 35m doit être observée entre le point le plus proche de la filière et un puits dalimentation en eau potable. Dans les cas de réhabilitation de bâtiment existant, des filières dérogatoires peuvent être envisagées. Dans les cas de réhabilitation de bâtiment existant, des filières dérogatoires peuvent être envisagées. Conditions de mise en place dun épandage

30 Les paramètres à prendre en considération sont relatifs à : Les paramètres à prendre en considération sont relatifs à : 1.laptitude du sol : Le recueil de lensemble des données concernant la structure du sol, lhydromorphie et la topographie est indispensable pour le choix et le dimensionnement du dispositif dassainissement. 2.les caractéristiques du site : Vulnérabilité Vulnérabilité Existence dexutoires superficiels Existence dexutoires superficiels Servitudes diverses Servitudes diverses 3.importance de lhabitation desservie

31 MERCI POUR VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "Atelier sur lassainissement, lépuration et la réutilisation des eaux usées REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES, ASSAINISSEMENT AUTONOME ET SANTE Agadir,"

Présentations similaires


Annonces Google