La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

APPRENTISSAGE SOCIAL Christian GUY-COICHARD 2004/2005 R. AMOUROUX 2003/2004 Validation F.BOUREAU Diplôme Universitaire THÉRAPIE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "APPRENTISSAGE SOCIAL Christian GUY-COICHARD 2004/2005 R. AMOUROUX 2003/2004 Validation F.BOUREAU Diplôme Universitaire THÉRAPIE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE."— Transcription de la présentation:

1 APPRENTISSAGE SOCIAL Christian GUY-COICHARD 2004/2005 R. AMOUROUX 2003/2004 Validation F.BOUREAU Diplôme Universitaire THÉRAPIE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DE LA DOULEUR CHRONIQUE

2 PLAN LE SOCIO-COGNITIVISME LAPPRENTISSAGE SOCIAL EFFICACITÉ PERSONNELLE CONCLUSIONBIBLIOGRAPHIE

3 LE SOCIO-COGNITIVISME LES FONDEMENTS : CRITIQUE DES ÉCOLES PSYCHODYNAMIQUES : Absence de preuves expérimentales pour placer la motivation à lintérieur des individus Absence de preuves expérimentales pour placer la motivation à lintérieur des individus CRITIQUE DU BEHAVIORISME Skinnerien : réduit le problème de la motivation à lenvironnement, aux renforcements externes. réduit le problème de la motivation à lenvironnement, aux renforcements externes.

4 LE SOCIO-COGNITIVISME « Dans la perspective socio-cognitiviste, les gens ne sont ni conduits, ni formés automatiquement et contrôlés par des stimuli externes. Au lieu de cela, le fonctionnement humain est expliqué dans les termes dun modèle de triple réciprocité où le comportement, les facteurs cognitifs et personnels, ainsi que lenvironnement interagissent de façon déterminantes les uns sur les autres » Au lieu de cela, le fonctionnement humain est expliqué dans les termes dun modèle de triple réciprocité où le comportement, les facteurs cognitifs et personnels, ainsi que lenvironnement interagissent de façon déterminantes les uns sur les autres » Bandura, Social foundations of thought and action: A social cognitive theory, Englewood Cliffs, Prentice- Hall, p. 18.

5 LE SOCIO-COGNITIVISME. SUJET (cognitions, émotions) ENVIRONNEMENT COMPORTEMENT LE MODELE INTERACTIONNEL ou bidirectionnel

6 LAPPRENTISSAGE SOCIAL DÉFINITION : façonnement de nouvelles conduites par divers processus faisant appel à lenvironnement social.

7 LAPPRENTISSAGE SOCIAL Deux processus fondamentaux : Lapprentissage par observation Lapprentissage vicariant ou modelage

8 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAPPRENTISSAGE PAR OBSERVATION: À la suite de lobservation dun comportement dune autre personne, je modifie mon propre comportement dune façon quelconque. À la suite de lobservation dun comportement dune autre personne, je modifie mon propre comportement dune façon quelconque.

9 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAPPRENTISSAGE PAR OBSERVATION: Jobserve le comportement de quelquun Je modifie mon comportement Le modèle est présent

10 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAPPRENTISSAGE VICARIANT OU MODELAGE: Il y a modelage lorsque après avoir observé un individu effectuer un comportement, dans des conditions similaires postérieures, je modifie mon comportement comme si javais effectué le comportement du modèle et que jen avais expérimenté les conséquences Il y a modelage lorsque après avoir observé un individu effectuer un comportement, dans des conditions similaires postérieures, je modifie mon comportement comme si javais effectué le comportement du modèle et que jen avais expérimenté les conséquences

11 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAPPRENTISSAGE VICARIANT OU MODELAGE: Jobserve le comportement de A Je me retrouve dans la même situation que A Je modifie mon comportement Le modèle nest pas nécessairement présent

12 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAPPRENTISSAGE VICARIANT OU MODELAGE: Dans la conception behavioriste, lapprentissage ne peut se faire quen accomplissant une action et en faisant lexpérience de ses conséquences. Bandura ne rejette pas cette évidence mais note que lapprentissage cest aussi observer le comportement de modèles et surtout le résultat du comportement de ces modèles.

13 LAPPRENTISSAGE SOCIAL Quatre processus de base : 1. Attention Sujet 2. Mémoire 3. Reproduction motrice Réalisation du comportement 4. Motivation Renforcements

14 LAPPRENTISSAGE SOCIAL 1. ATTENTION: Observation, sélection Observation, sélection Facteurs de modulation : Facteurs de modulation : Statut social du modèle Complexité des actions Stratégies antérieures acquises Enjeux de la situation

15 LAPPRENTISSAGE SOCIAL 2. LA MÉMOIRE : codage symbolique, répétition symbolique, répétition motrice mentale codage symbolique, répétition symbolique, répétition motrice mentale Différent de lanimal Différent de lanimal 3.LA REPRODUCTION MOTRICE 4. LA MOTIVATION

16 LAPPRENTISSAGE SOCIAL Lapprentissage vicariant ou modelage Il y a lidée de lintériorisation du modèle. Cest-à-dire la capacité symbolique de pouvoir convoquer ce modèle interne, appris précédemment, lors de leffectuation dune tâche nouvelle.

17 LAPPRENTISSAGE SOCIAL Bandura distingue trois types de renforcement: 1.Le renforcement externe ou attente de renforcement 2.Le renforcement vicariant 3.Lauto-renforcement

18 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LATTENTE DE RENFORCEMENT OU RENFORCEMENT EXTERNE: Les conséquences positives ou négatives des réponses influencent le comportement par lintermédiaire des attentes relatives aux effets de comportements similaires dans des actions futures: variables cognitives associées à la conséquence Les conséquences positives ou négatives des réponses influencent le comportement par lintermédiaire des attentes relatives aux effets de comportements similaires dans des actions futures: variables cognitives associées à la conséquence

19 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LE RENFORCEMENT VICARIANT Les individus profitent des erreurs et des réussites des autres aussi bien que des leurs. Le sujet observe un sujet puni ou récompensé pour un comportement quil va ensuite soit éviter démettre soit imiter

20 LAPPRENTISSAGE SOCIAL LAUTO-RENFORCEMENT : Les individus se donnent des standards de performances, sauto-évaluent, et sauto- récompensent. Lauto-renforcement est lié à lanticipation des récompenses, qui déclenche les processus dattention en vue dimiter le modèle.

21 LEFFICACITE PERSONNELLE DÉFINITION : « Lefficacité personnelle perçue concerne la croyance de lindividu en sa capacité dorganiser et dexécuter un comportement visant à produire un résultat souhaité» Bandura, Auto-efficacité, De Boeck, p. 12.

22 LEFFICACITE PERSONNELLE Les individus sont peu incités à agir sils ne croient pas que leurs actes peuvent produire les effets quils souhaitent La croyance defficacité est donc un fondement majeur du comportement Les individus guident leur existence en se basant sur la croyance en leur efficacité personnelle.

23 LEFFICACITE PERSONNELLE LA CROYANCE DES INDIVIDUS EN LEUR EFFICACITÉ INFLUENCE : Leur comportement La quantité dénergie quils investissent dans leffort Leur niveau de persévérance devant les difficultés et les échecs Leur résilience face à ladversité Le caractère facilitant ou handicapant de leur mode de pensée Le niveau de stress consécutif aux contraintes environnementales Leur degré de réussite

24 LEFFICACITE PERSONNELLE FORTE Comportement opiniâtre, combatif face à la difficulté FAIBLE Attitude de retrait ou dabandon

25 LEFFICACITE PERSONNELLE INFLUENCES : Laccomplissement de tâche objective La persuasion verbale Lexpérience vicariante Létat physiologique EFFICACITÉ PERSONNELLE

26 LEFFICACITE PERSONNELLE LEFFICACITÉ PERSONNELLE NEST PAS : Un trait de personnalité : LEP varie au cours du temps Lestime de soi : Les aptitudes personnelles ne sont pas la valeur personnelle Le locus de contrôle : Les croyances relatives à lefficacité de résultat sont différentes de celles liées au lieu de causalité

27 LEFFICACITE PERSONNELLE et LA DOULEUR « Selon lefficacité perçue, le coping vis à vis de la douleur sera variable. Les gens qui croient pouvoir atténuer la douleur font appel à toutes les compétences apprises et vont maintenir leurs efforts pour réduire leur inconfort. Par contre, ceux qui sestiment inefficaces abandonnent très vite, sils ne constatent pas un rapide soulagement » Bandura, Auto-efficacité, De Boeck, p. 404.

28 LEFFICACITE PERSONNELLE ET LA DOULEUR après apprentissage avec un feedback factice qui informe le sujet que sa tolérance à la douleur est élevée (ou basse), celui ci va modifier ses croyances en son efficacité à gérer la douleur et pouvoir affecter réellement sa tolérance à la douleur. (Litt 1988)

29 LEFFICACITE PERSONNELLE et LA DOULEUR Un fort sentiment defficacité induit par un faux feedback selon lequel la personne sait bien se relaxer et pourrait ainsi contrôler la douleur peut être prédictif de la réduction de céphalées (Holroyd et al. 1984)

30 LEFFICACITE PERSONNELLE LEFFICACITE PERSONNELLE EST ELLE MESURABLE ? Anderson 1995: 20 items, 3 sous échelles (gérer la douleur, gérer des symptômes, fonctionner physiquement) Buckelew 1996 : association degré élevé dEP / résultat des programmes plurimodaux dans la fibromyalgie

31 APPRENTISSAGE ET DOULEUR UTILISATION DE LAPPRENTISSAGE SOCIAL ET DE LEFFICACITE PERSONNELLE DANS LA DOULEUR : Techniques de contrôle Techniques de contrôle Présentations de modèles Présentations de modèles Persuasion de la capacité à atteindre les objectifs Persuasion de la capacité à atteindre les objectifs Feedback par évaluation des capacités à gérer Feedback par évaluation des capacités à gérer

32 CONCLUSION La théorie de lapprentissage social telle que la décrit Bandura intègre les apports du behaviorisme, de la psychologie cognitive et de la psychologie sociale. Ses apports permettent de moduler lidée de linfluence unique des renforcements externes au profit de celles du renforcement vicariant et de la notion defficacité personnelle.

33 CONCLUSION En ce sens, elles introduisent un certain degré de liberté dans lapprentissage Les applications de ces théories et de lutilisation de modèles sont évidemment nombreuses : éducation de lenfant, mais aussi médias de communication et publicité… et TCC, y compris dans la douleur chronique.

34 BIBLIOGRAPHIE Albert BANDURA, lapprentissage social, Bruxelles, P. Mardaga, Albert BANDURA, Social Learning Theory, Prentice Hall, Englewood Cliffs, New Jersey Albert BANDURA, Social foundations of thought and action: A social cognitive theory, Englewood Cliffs, Prentice- Hall, Albert BANDURA, Auto-efficacité : le sentiment defficacité personnelle, Paris, De Boeck, Jean COTTRAUX, Les thérapies comportementales et cognitives, Paris, Masson, 3° édition, 2003.


Télécharger ppt "APPRENTISSAGE SOCIAL Christian GUY-COICHARD 2004/2005 R. AMOUROUX 2003/2004 Validation F.BOUREAU Diplôme Universitaire THÉRAPIE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE."

Présentations similaires


Annonces Google