La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Traitement antibiotique en cas de morsures - griffures (chiens – chats) Le 22 juin 2010 Dr Hicham BENTCHIKOU Formation médicale continue Commission des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Traitement antibiotique en cas de morsures - griffures (chiens – chats) Le 22 juin 2010 Dr Hicham BENTCHIKOU Formation médicale continue Commission des."— Transcription de la présentation:

1 Traitement antibiotique en cas de morsures - griffures (chiens – chats) Le 22 juin 2010 Dr Hicham BENTCHIKOU Formation médicale continue Commission des antibiotiques Centre hospitalier dALTKIRCH

2 Pasteurellose Complication la plus fréquente des morsures animales (0,1-0,5 pour 1000 habitants) Coccobacille gram négatif Pathogène chez lhomme – Pasteurella multocida (57,6%) – P canis (9,8%), P dagmatis (3,4%), P stomatis (2,8%), P ureae (1,2%) Portage variable selon lespèce et la géographie – 90% chats, 30% chiens, 80% bœufs, 60% chevaux … 2/3 pasteurellose humaines : blessures origine animale – Morsure (85,4%), griffure (4,8%), léchage (1%), objets souillés (0,8%) – Animal incriminé : chien 54%; chat 19%; divers 15%

3 clinique P dinoculation focale aiguë – Phlegmon circonscrit 24 h suivant la morsure ou griffure Après h : impotence fonctionnelle, trainées lymphatiques avec adénopathies satellites (selon PE) Fièvre modérée 38-38,5°C inconstante Évolution spontanée guérison Complications : arthrites aiguës suppuatives ou ostéites P focale subaiguë Plusieurs semaines après la forme aiguë Oligoarthrites (interphalangiennes et métacarpophalangiennes) Radio : décalcification Septicémie Infections abdominales – péritonite ou appendicite

4 Pasteurellose après morsure de chat, à la 24 e heure : phlegmon de la main et traînée lymphangite du coude.

5 clinique Infections respiratoires Portage chez lhomme oropharynx (19 porteurs sur 49 sujets - éleveurs de porcs contaminés) bactérie opportuniste chez ID Infections voies respiratoire sup : sinusite, angine, pneumopathie (grave, décès 1/3 cas) Épidémie soins continus (8 cas) bactérie retrouvée dans gaine de ventilation P systémique Chez lID (Kc, chimio, HIV..), évolution souvent fatale –Manifestations respiratoires 56% (pleurésies, bronchites, pneumopathies, abcès pulmonaire) –Septicémie 30,3%

6 Traitement antibiotique Résistances naturelles Sensible : BL (sauf C1G), FQ, cyclines, cotrimoxazole Intermédiaire : macrolides Résistant : bas niveau AG, lincosamines Résistances acquises production bétalactamase (TEM ou ROB): résistance pénicilline G et amoxicilline. Lévée dinhibition par la. clavulamique Traitement – Augmentin® (50 mg/Kg amox) 3xj pendant 5 jours – Allergie : Doxycycline (200 mg/j) (CI° chez enfant) – Enfant (< 8 ans) : cotrimoxazole ou macrolide

7 Maladie des griffes du chat 80% des patients <18 ans (enfants ++) Bartonella henselae et (Afipia felis) Le chat se contamine par le réservoir tellurique Lhomme se contamine – soit par griffure – soit par léchage dune plaie B henselae retrouvée (PCR) dans les puces des chats Transmission à lhomme par lectoparasite Contamination des griffes du chat par les lésions de grattages occasionnées par les puces

8 Clinique Forme typique : adénite régionale subaiguë Incubation :2-3 semaines Lésion dinoculation Adénopathie régionale selon PE –Taille modérée, ferme, indolore, sans lymphangite ni périadénite SG : fébricule, asthénie, céphalées, VS modérée Évolution bénigne –ADP résorption spontanée –15-50% abcédation (pus crémeux) Formes Ophtalmiques (les + fr inoculation palpébrale ou oculaire) Neurologiques (encépalopathie chez lenfant) Hépatospléniques Rhumatologiques (vertébres et os longs) Chez lID (HIV ou transplantés CD4 < 100/mm3)

9 Maladie des griffes du chat : adénopathie axillaire

10 Diagnostic de certitude Sérologie ++ taux élevé danticorps contre B henselae Titre IgG>1/200 est significatif Titre IgG>1/1600 valeur prédictive positive de 90% dans lendocartite Manque de spécificité des trousses commerciales + variation antigénique des souches de B henselae : interpréter les résultats avec prudence –Faux positives avec mononucléose infectieuse Biologie moléculaire + Bioptie ganglionaire, valves PCR suivie dune analyse des profils de séquensage Culture sur milieux spécifiques hémoculture ou tissus frais : exceptionnellement positif REMIC

11 Traitement Adénite régionale Évolution spontanément favorable Peu influencé par lantibiothérapie Abstention thérapeutique ? Formes systémiques – ATB ayant fait preuve « defficacité » : Rifampicine 87% ciprofloxacine 84% Cotrimoxazole 58% Gentamycine 73% – Durée minimale 15 jours

12 Infections à germes aérobies et anaérobies Infections habituellement polymicrobiennes mixtes (aérobie et anaérobie). Les germes isolés : Staphylocoques Streptocoques Corynébactéries Bacteroides Fusobacterium Apparentées pasteurelles Groupe EF-4 Nesseria weaveri (M-5) Capnocytophaga canimorsus (DF-2) Weeksella zoohelcum (II-J)

13 Infections à germes aérobies et anaérobies fréquentes surtout après morsures délabrantes de gros animaux : –Infections purulentes de la porte dentrée –Placards érysipélatoïdes –Cellulites –Abcès –Nécroses –Gangrènes gazeuses –Lymphangites –Adénites –Arthrites septiques –Ostéomyélites –Ténosynovites Plus rarement : –Septicémies –Méningites –Endocardites –Abcès cérébraux

14 CAT devant une bléssure animale (1) Interrogatoire Nature de lanimale et statut vaccinal (rage) observation vétérinaire pendant 10 jours ATCD patients Allergies médicamenteuse Tares éventuelles TRT en cours Statut vaccinal Examen clinique précise Localisation, profondeur, œdème,signes dinfection, écoulement et odeur Estimation du risque de pénétration articulaire, datteinte tendineuse

15

16

17

18 CAT devant une bléssure animale (2) Prélèvements bactériologiques Toute plaies vue après 6 heures ou plaie infectée – Examen direct + culture – Recherche danaérobies en cas de : Abcès Cellulite Odeur fétide de lexsudat Etat septique – Hémocultures en cas de fièvre >38,5°C

19 CAT devant une bléssure animale (3) Lavage au sérum physiologique – si souillure importante, premier lavage à leau et au savon Antisepsie – Polyvidone iodée, Dakin, chlorhexidine Parage de la plaie – Ablation tissus dévitalisés, débris, corps étrangers – Urgentiste sinon par le chirurgien

20 CAT devant une bléssure animale (4) Discuter la suture de la plaie – Avant 6 heures, plaie non infectée sur terrain sain oui – Après 6 heures, plaie infectée, délabrement tissulaire mal limité, chez lID, animal suspect de rage NON – Plaies faciales et plaies profondes de la main

21 CAT devant une bléssure animale (5) Indications de lantibiothérapie après morsure - Plaie demblée infectée - Plaie vue après 6 heures, oedématiée, - Siége particulier : face, main, aire génitale, suspicion de pénétration osseuse ou articulaire, - Terrain ID : diabète, splénectomie, cirrhose, corticothérapie

22 CAT devant une bléssure animale (6) Choix de lantibiothérapie Doit couvrir à la fois : – Les pasteurelles – Staphylocoques et Streptocoques – Anaérobies 1er intention : – Augmentin® 3 prises pendant 5 j – En cas de contre indication : Doxycycline – NB : pyostacine® ne couvre pas les anaérobies et est souvent intermédiaire pour les pasteurelles Complications ou morsures articulaires – Augmentin® + Fluoroquinolone (ciprofloxaxine)


Télécharger ppt "Traitement antibiotique en cas de morsures - griffures (chiens – chats) Le 22 juin 2010 Dr Hicham BENTCHIKOU Formation médicale continue Commission des."

Présentations similaires


Annonces Google